La boutique électroacoustique

Artistes divers: Prix international Noroit-Léonce Petitot 1997 (2 × CD) Le programme en détail

Mapping

Monty Adkins

  • Année de composition: 1995-97
  • Durée: 14:19
  • Instrumentation: support

Mapping dépeint l’évolution lente d’un paysage imaginé. La pièce entraîne l’auditeur dans des territoires inconnus, posant pied à l’occasion, par le biais de sons originaires du monde réel (qu’ils soient concrets ou musicaux) et transformés. À plusieurs reprises, l’œuvre s’amuse avec l’idée de commencement, soit musicalement (références à la première manière de Schaeffer et à mes premières musiques pour piano), soit concrètement (enfants apprenant un nouveau jeu ou apprenant à faire du vélo). La structure de la pièce se développe à mesure que de nouveaux éléments apparaissent et s’incorporent au paysage musical. De la nouvelle matière est continuellement ajoutée, jusqu’au dernier quart du morceau. Certains éléments se transforment en cours de route, tandis que d’autres restent inchangés, servant de points de référence.

[traduction française: Natalie Holmes, François Couture, iii-06]


Mapping a été réalisée en 1995 dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU) et révisée en 1997 à l’Université d’East Anglia (Norwich, RU) et à l’EMS (Stockholm, Suède). Elle a été créée le 29 mai 1995 à l’Artothek (Vienne, Autriche). Elle s’est méritée le 1er prix au Concours international de musique électroacoustique EAR’95 de la radio hongroise (Budapest, Hongrie, 1995) et a été finaliste au 5e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1997) et au 26e Concours international de musique électroacoustique et d’art sonore de Bourges (France, 1999).


Création

  • 29 mai 1995, Concert, Artothek — MUSA, Vienne (Autriche)

Distinctions

Little Animals

Natasha Barrett

  • Année de composition: 1997
  • Durée: 12:58
  • Instrumentation: support stéréo
Ce texte n’est pas disponible en français.

A forest of small creatures is gradually unveiled, their expressions and emotions revealed as they explore their sound world.

Despite the living qualities alluded to by many of the sounds, all materials in Little Animals stem from non-vocal, inanimate acoustic objects. I remember, when composing this work in 1997, being surprised by how the sounds evolved these living qualities in successive transformational iterations.


Little Animals was realized in 1997 in the studios of City University London (England, UK), and premiered on March 28, 1998 at the concert of the 5th Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France). The piece was composed as part of the doctoral degree program at City University London. Little Animals was awarded the First Prize at 25th Bourges International Electroacoustic Music Competition (France, 1998), received an Honorary Mention at the Prix Ars Electronica (Linz, Austria, 1998), and was a finalist at the 5th Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1998).


Création

  • 28 mars 1998, 5e Prix international Noroit-Léonce Petitot, Arras (Pas-de-Calais, France)

Pointe-aux-Trembles

Louis Dufort

  • Année de composition: 1996, 97
  • Durée: 14:26
  • Instrumentation: support stéréo

Impression expressive des raffineries de l’est de Montréal

La nuit sous le scintillement de nos raffineries
le temps fige. Je ne suis qu’un enfant perdu
sur la garnotte de Pointe-aux-Trembles
maman machine amène moi


Pointe-aux-Trembles a été réalisée en 1996 au studio de la Faculté de musique de l’Université de Montréal et créée le 3 mai 1996 à l’Université de Montréal. La version définitive a été créée le 28 mars 1998 lors du concert du 5e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France). Merci à Marcelle Deschênes qui a toujours si bien saisi mon travail. Merci à Alexandre Burton pour ses doigts d’extra lors du mixage et surtout pour toutes les fois où il m’a sorti de bourbiers techniques. Pointe-aux-Trembles a été finaliste au 5e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1997) et a été enregistrée sur le disque Prix international Noroit-Léonce Petitot 1997 (NOR 5).


Création

  • 3 mai 1996, Concert, Faculté de musique — Université de Montréal, Montréal (Québec)
  • 28 mars 1998, Création de la version définitive: 5e Prix international Noroit-Léonce Petitot, Arras (Pas-de-Calais, France)

Concordes and Consequences

Erik Mikael Karlsson

  • Année de composition: 1996
  • Durée: 12:08

Lorsque j’étais enfant, je voulais désespérément devenir pilote d’avion. C’est un hommage à l’enfance que j’ai voulu créer ici. Et lorsque j’ai enregistré tous ces sons d’aéroports et d’avions, ils sont devenus ma petite madeleine de Proust. Je me suis souvenu de beaucoup de choses qui étaient restées endormies dans ma mémoire. Cette pièce est comme un voyage réel, du décollage au départ jusqu’à l’atterrissage à la fin. Dédiée à Johan Ahlénius, Thomas Gruber, Per Eriksson et Hans Paldanius.

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Cân

Andrew Lewis

  • Année de composition: 1997
  • Durée: 11:52
  • Instrumentation: support
  • Commande: SAN avec l’aide de The Arts Council of England
À John Harper

Cân (chant, en gallois) est une sorte de distillation musicale des Gallois, de leur langage, du paysage et de la culture (particulièrement la culture musicale). En majeure partie, la substance de Cân est faite de sons associés à l’image stéréotypée du Pays de Galles: harpes, chorales d’hommes, chanteurs populaires, sermons fougueux, ainsi que de sons moins familiers. Le défi consistait à dépasser le côté ‘carte postale’ et de trouver la ‘réalité’ du Pays de Galles et des Gallois. Ce faisant, la musique est beaucoup plus complexe et diversifiée que les concepts simplistes de ‘nation’ et de ‘nationalité’ ne le laissaient présager.

[viii-13]


Cân a été réalisée en 1997 dans les Electroacoustic Music Studios de la Bangor University (Pays de Galles, RU) et créée le 9 janvier 1998 pendant la Sonic Arts Network Conference à Birmingham (RU). Il s’agit d’une commande de Sonic Arts Network (SAN) pour sa tournée du RU en 1998, avec l’appui du Arts Council of England. Merci à Rachel Ley (harpe), Miriam Ley (voix) et Stephen Rees (pibgorn). Cân a été retenue comme finaliste au 5e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1997).


Création

  • 9 janvier 1998, Sonic Arts Network Conference, University of Birmingham, Birmingham (Angleterre, RU)

L’éveil

Elizabeth Anderson

  • Année de composition: 1996-97
  • Durée: 10:02
  • Instrumentation: support stéréo

L’éveil est centrée initialement sur la création de l’univers et la présentation de ses divers pôles: matière / antimatière, illumination / obscurité et chaleur brûlante / froid glacial. L’idée d’opposition présentée au début est développée plus tard à une échelle temporelle plus longue. Des sections lentes et relativement paisibles alternent avec des sections hautement chargées et tendues, et des textures rugueuses avec des matériaux lisses. Vers la fin de l’œuvre, l’être humain se réveille dans cet univers hostile et, faisant écho à son environnement, assimile ses propres oppositions comme la lumière et l’ombre de l’âme. Néanmoins, celles-ci sont mises en équilibre séparément, mais délicatement sans conflit, sur le pivot de la conscience.

L’éveil est la première œuvre d’un cycle inspiré par le livre Owning Your Own Shadow: Understanding the Dark Side of the Psyche [Posséder sa propre ombre: comprendre le côté obscur du psychisme] (1991) de Robert A Johnson (Portland, OR, ÉU, 1921), qui explore le paradoxe de l’opposition dans la réalité psychologique de l’humanité. J’ai traduit le paradoxe psychologique d’opposition de Johnson dans un domaine aux proportions environnementales que j’exprime au travers du son.

[traduction française: David Baltuch, xi-15]


L’éveil a été réalisée en 1996-97 dans le studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) et a été créé le 11 janvier 1997 lors du Concert acousmatique: l’espace du son à L’Orangerie du Botanique à Bruxelles (Belgique). L’éveil a reçu le Prix du public au 6e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France) en mars 1998.


Création

  • 11 janvier 1997, Concert acousmatique: l’espace du son, L’Orangerie — Le Botanique, Bruxelles (Belgique)

Amaryllis

Ingrid Drese

  • Année de composition: 1996
  • Durée: 13:32
  • Instrumentation: support

Les matériaux de départ sont constitués de sons concrets ainsi que de sons de synthèse, ayant traversé de nombreuses transformations telles que la transposition, le hachage, le gel, la répétition et bien d’autres. Les motifs qui en résultent représentent le premier niveau de la recherche. L’idée principale s’articule autour des principes suivants: la division; l’opposition; une complémentarité; l’alternance; et l’émergence. C’est-à-dire, analyser plusieurs principes simultanément en essayant d’y découvrir une interdépendance, une complémentarite, afin de recréer une cohérence, une unité. Les sons, leurs transformations, l’écriture ainsi que la structure globale ont été imaginés dans le but de répondre aux exigences de ces principes. Voici un exemple: la structure de la pièce (en quatre grandes sections) correspond au principe d’alternance. Il s’agit de l’aspect suivant: ‘Raréfaction / densification’ des événements et de son corrélat, la perception du temps.

[vi-09]


Amaryllis a été réalisée en 1996 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches, à Ohain (Belgique) et a été créée en juillet 1996 au Conservatoire royal de Mons (Belgique). Amaryllis a obtenu le Prix de composition de l’Académie Royale de Belgique en 1997 ainsi que le Deuxième prix au 5e Prix international Noroit-Léonce Petitot 1997 (Arras, France) et a été gravée sur le disque compact Prix international Noroit-Léonce Petitot 1997 (NOR 5).


Création

  • Juillet 1996, Concert, Conservatoire royal de Mons, Mons (Belgique)

Les invisibles

Hans Tutschku / Karl Lubomirski

  • Année de composition: 1996
  • Durée: 12:30
  • Instrumentation: support 8 pistes

Les invisibles est une composition basée sur des sons instrumentaux et vocaux. Depuis quelques années, je cherche à reproduire musicalement des sensations qui se dégagent à la lecture d’un texte sans faire une illustration de ce dernier, mais en créant plutôt un réseau de base qui s’y rapporte, c’est-à-dire le langage sonore. (La compréhension du texte reste secondaire.)

Pour Les invisibles, j’ai d’abord composé 25 petites séquences pour voix, flûte, violoncelle et percussions et les ai enregistrées en studio (Donatienne Michel-Dansac, soprano; Catherine Bowie, flûte; Antoine Ladrette, violoncelle; Jean Geoffroy, percussions). De plus, la soprano chantait quatre voix d’un contre-point qui utilise le texte Es wird später en allemand et dans sa version française (Il se fait plus tard).

C’est par synthèse granulaire me permettant de contrôler certains paramètres sonores (taille du grain, transposition, délai, vitesse, position dans l’espace, etc.) que j’ai retravaillé ces séquences enregistrées pour créer les couches très denses de Les invisibles. De plus, la pièce est entièrement construite sur le chiffre cinq: il y a cinq grandes parties, chacune divisée en cinq sous-parties et, harmoniquement, la pièce utilise cinq accords de cinq notes.

[xii-99]


Les invisibles a été réalisée en 1996 au studio de Klang Projekte Weimar (Allemagne) et a été créée dans sa version originale octophonique le 2 juin 1996 dans le cadre du festival Inventionen (Berlin). Les invisibles a obtenu le 1er prix au 5e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1997).


Création

  • 2 juin 1996, Concert, Berlin (Allemagne)

À propos de cet enregistrement

La présente version stéréophonique a été réalisée en 1996 au studio de Klang Projekte Weimar (Allemagne).