Métamorphoses 2010 (2 × CD) Le programme en détail

a glass is not a glass

Adam Basanta

  • Année de composition: 2008-09
  • Durée: 9:45
  • Instrumentation: support stéréo
Ce texte n’est pas disponible en français.

“a glass is a glass is a glass” — adapted from Gertrude Stein

“Ceci n’est pas un verre” — adapted from René Magritte

The sound of a common wine glass encapsulates both its banal everyday use as well as the inherent musicality of everyday objects. This ordinary sound, excited by various means, is treated with a metaphoric sonic magnifying lens, highlighting its various characteristics: attack and resonance, harmonicity and inharmonicity, rhythm and texture.

The untreated sound functions as both departure and arrival points, allowing elastic musical elaborations between each concréte bookend. This interplay, between the recognizable qoutidian sound and its more abstract modulations, acts as the main developmental motif in the piece, and is explored throughout eleven intertwined movements.


A glass is not a glass a reçu le troisième prix au concours Sound in Space (Boston, MA, ÉU, 2011).


Distinctions

Lamentations

John Young

  • Année de composition: 2009
  • Durée: 16:04
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: IMEB

Création

  • 16 janvier 2010, BEAST Plus: Text and Context, George Cadbury Hall — University of Birmingham, Birmingham (Angleterre, RU)

Forme, image, musique

Daniel Perez Hajdu

  • Année de composition: 2009
  • Durée: 7:39
  • Instrumentation: support stéréo

Il s’agissait,
donc,
de créer des liens.

Comme toujours.

Dans ce cas, des rapports possibles entre trois éléments de natures diverses.

Un: Formes. C’est-à-dire des morphologies sonores, abstraites.

Deux: Images. À comprendre comme images-icônes, c’est-à-dire des représentations sonores d’une réalité reconnaissable.

Trois: Musique… Pardon… En réalité: une image de la musique, une représentation de la musique.

Ainsi
donc
présentées les représentations,
peut commencer le jeu.

C’est en réalité très simple. Partant de là, l’idée était d’explorer les relations, qu’elles soient formelles ou poétiques, entre ces différents matériaux. Comment peuvent-ils se mêler pour créer ensemble des représentations mentales qui convergent (et il va de soi qu’à l’intérieur de ces convergences il puisse y avoir des divergences). Un imaginaire cohérent en somme. Créer des ponts, des souvenirs, un inconscient.

Et puis surtout, le plaisir de traverser les frontières, ou de les rendre floues. D’amener ces sons de natures particulières aux points où ils ne correspondent plus (plus tout-à-fait), à leur définition d’origine. Là où ils commencent à se comporter comme ceux, différents, qu’ils côtoient. Là où forme, image et musique échangent leurs rôles.

[iii-16]

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.