La boutique électroacoustique

Métamorphoses 2004 (2 × CD) Le programme en détail

Cercle des rythmes vitaux

Ondřej Adámek

  • Année de composition: 2003
  • Durée: 15:22
  • Instrumentation: support

Rituel, invasion
vers un silence, solitude des gouttes
pulsation nébuleuse, ligne découpée
puis nouvel envahissement
trop grande pression, l’espace étroit
vers des ombres brumeuses
instance des voix puis la pulsation revient
mécanisme incessant
tout le poids retombe
vers une ombre
la dernière porte se ferme…


Création

  • 15 janvier 2004, Cycle acousmatique 2003-04: 3 — Quelques œuvres du répertoire réalisées au studio Métamorphoses d’Orphée, Petit théâtre Mercelis, Bruxelles (Belgique)

Distinctions

Underwater Theories

Theodore Lotis

  • Année de composition: 2002
  • Durée: 15:34
  • Instrumentation: support stéréo

«Quand je regarde le fond de la piscine à travers la densité de l’eau, la mosaïque se dévoile par les reflets de l’eau. Si seulement ces déformations, ces rayons de lumière n’existaient pas, si je regardais la géométrie de la mosaïque sans l’intervention de la lumière, alors j’aurais arrêté bien avant de le voir en objectivité: au-delà de chaque espace identique.»Maurice Merleau-Ponty, L’œil et l’esprit, 1964

L’univers sonore de Underwater Theories combine des sons électroniques qui ont été créés par des synthétiseurs virtuels, avec des instruments acoustiques comme la voix humaine et la contrebasse, transformés par le logiciel Max/MSP. Malgré mon intention initiale qui n’était que d’explorer l’«incompatibilité» du son électronique et acoustique, ou concret, paradoxalement, ces deux univers sonores coexistent en harmonie en créant des environnements où il n’y a pas de confrontation entre l’artificiel et le naturel.

[traduction française: François Couture, ii-08]


Underwater Theories [Théories sous-marines] a été réalisée en 2002 au studio du compositeur à Londres (RU) et a été créée le 20 octobre 2004 dans le cadre du 11e Festival acousmatique international L’Espace du son (Bruxelles, Belgique). Underwater Theories a été finaliste au 3e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2004). Elle a été enregistrée sur le disque compact Métamorphoses 2004 (MR 2004, 2005).


Création

  • 20 octobre 2004, L’Espace du son 2004: Finale du concours international de composition acousmatique, Théâtre Marni, Bruxelles (Belgique)

Check-point

Martin Bédard

  • Année de composition: 2003
  • Durée: 14:12
  • Instrumentation: support

Check-point c’est avant tout une métaphore de la nuit… Une proposition entre la réalité et la fiction. Elle dépeint des lieux possibles et des paysages vraisemblables. Une pièce basée sur la dialectique du temps et des espaces. Check-point c’est avant tout un discours axé sur la forme et la structure. Une somme d’instants cristallisés qui s’achemine vers le tout dernier lieu… Celui qu’on ne peut dépasser.


Distinctions

Evidence of Things Unseen

António Ferreira

  • Année de composition: 2003
  • Durée: 10:42
  • Instrumentation: support

La musique électroacoustique ou acousmatique a une esthétique établie (bien que peu connue) que l’on peut définir comme admettant n’importe quel son comme matériau potentiel de composition, en rapport étroit et récurrent avec les phénomènes acoustiques et les situations de la vie de tous les jours, enfin et plus fondamentalement, reposant sur les réalités perceptives plutôt que sur la spéculation conceptuelle, afin de libérer les potentiels du discours musical et de la structure musicale des propriétés inhérentes aux objets sonores eux-mêmes. Comptant sur les capacités de reconstruction de notre mémoire et sur la tension entre abstraction et reproduction, la musique acousmatique a aussi une dimension critique considérant notre relation auditive au monde.

Evidence of Things Unseen est à la fois un souvenir auditif du pouvoir d’évocation du son dans une société trop saturée en images et une critique mesurée du temps réduit d’attention face au déluge de sons numériques produit par l’industrie audiovisuelle — une industrie qui utilise les mêmes techniques et technologies que celles utilisées pour produire cette pièce. Utilisant le geste dramatique, les jeux d’affolement et l’espace virtuel, cette composition est une invitation à passer de ce côté du rideau acousmatique de la musique, des expériences concrètes à l’expérience esthétique intentionnelle.

Les forges de l’invisible

Elizabeth Anderson

  • Année de composition: 2002-03
  • Durée: 13:50
  • Instrumentation: support 8 canaux

Les forges de l’invisible est inspirée par l’esprit du poète, graveur et visionnaire anglais du 18e siècle, William Blake (1757-1827), qui a écrit sur l’indestructibilité de l’innocence, la nécessité de saisir la vie et d’éveiller l’imagination. On peut trouver beaucoup d’exemples d’imagerie dualistes dans la poésie de Blake, notamment dans The Tyger (1794), où les thèmes jumeaux de destruction et création sont explorés, le premier étant le nécessaire prélude du dernier. De cela est née l’idée de traduire ces notions contrastantes en son au travers du médium électroacoustique, lequel, du fait de sa malléabilité infinie, convient idéalement pour leur transmission.

Dans le premier mouvement, l’auditeur est invité à se promener dans un monde de sons presque entièrement transformés qui alternent entre des toiles diaphanes et des moments de force presque violente. Le second mouvement est centré sur le concept de la forge et la dualité inhérente à sa fonction: faire fondre pour reconstruire.

[traduction française: David Baltuch, vii-13]


Les forges de l’invisible a été réalisée en 2002-03 dans le studio électroacoustique multipiste de la City University London (Angleterre, RU) et le Studio Akousma de l’Académie de Soignies (Belgique). L’œuvre a été créée le 25 février 2003 pendant le Electroacoustic Concert à la City University London. Une grande partie du matériau sonore pour Les forges de l’invisible a été créée en avril 2000 au Centre de création musicale Iannis Xenakis (CCMIX) à Paris (France) avec l’aide du Service de coopération et action culturelle de l’Ambassade de France en Belgique. Merci à Thomas Gardner. Les forges de l’invisible a obtenu le Premier prix et le Prix du public au 3e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2004) ainsi qu’une Mention honorable au Concurso Internacional de Música Eletroacústica de São Paulo (CIMESP ’03, Brésil).


Création

  • 25 février 2003, Electroacoustic Concert, City University London, Londres (Angleterre, RU)

Distinctions

Hamlet-Machine with Actors

Robert Normandeau

  • Année de composition: 2003
  • Durée: 15:58
  • Instrumentation: support 16 canaux
  • Commande: Vancouver New Music Society (VNMS)
À Marc Béland

D’après la musique composée pour la pièce de théâtre Hamletmachine (Hamlet-Machine) (1979) de Heiner Müller (1929-1995), mise en scène par Brigitte Haentjens à Montréal en 2001. Avec les acteurs Marc Béland, Céline Bonnier, Annie Berthiaume, Louise de Beaumont, Gaétan Nadeau, Line Naud, Guy Triffero et François Trudel.

La musique était omniprésente durant la pièce, une heure et quart de musique. Autour d’une trentaine de thèmes différents y étaient utilisés. Pour la version de concert, j’ai retravaillé tous les sons et recomposé toutes les séquences afin d’en réaliser une version autonome. Pour la première fois depuis très longtemps, j’y ai utilisé des sons électroniques. À ce matériau musical, j’ai ajouté les sons et les voix des acteurs enregistrés au cours de trois séances filmées: deux répétitions — le local de répétition, comme on peut s’en rendre compte à l’écoute, était situé dans un quartier industriel — et la représentation publique le soir de la première. En faisant cela, j’ai le sentiment d’avoir conservé non seulement l’aspect musical de la pièce mais également son esprit, grâce à la présence sonore des acteurs. La musique, comme la pièce, tente de décrire l’oppression de l’homme par la société, la représentation des tabous — notamment sexuels — à travers le spectacle et la fin de l’art.

[xii-04]


Hamlet-Machine with Actors a été réalisée en 2003 dans le studio du compositeur et a été créée le 11 octobre 2003 au Scotiabank Dance Centre, Vancouver (Canada). Hamlet-Machine with Actors est une commande de Vancouver New Music Society (VNMS). L’œuvre a été finaliste du 3e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique) en 2004.


Création

  • 11 octobre 2003, Concert, Scotiabank Dance Centre, Vancouver (Colombie-Britannique, Canada)

Erevos

Apostolos Loufopoulos

  • Année de composition: 2002
  • Durée: 11:08
  • Instrumentation: support

En grec, Erevos signifie obscurité, crépuscule. Dans la mythologie grecque et latine (Erebus) Erevos évoque un lieu à la frontière entre la terre et l’enfer, un lieu où jours et nuits se succèdent. Cette pièce révèle un monde imaginaire, où les relations et les similitudes diffèrent de la réalité. C’est un périple entre naturel et surnaturel, transposé musicalement par la combinaison de sons reconnaissables et non reconnaissables. Pendant toute l’œuvre, la nature adopte différentes couleurs et différents caractères: les matériaux sonores sont placés en des territoires peu familiers, alors qu’ils sont successivement combinés, révélant les formes hybrides de la matière et de la vie.


Distinctions

… sans quoi les imperméables jaunes existeront…

Nicolas Bernier

  • Année de composition: 2004
  • Durée: 8:00
  • Instrumentation: support stéréo

… sans quoi les imperméables jaunes existeront… repose sur la vivacité, l’organicité et l’impulsivité des gestes dans l’apprentissage. La pièce est née d’un désir de plonger dans ce qui me déplaît et d’éviter la facilité. J’aime les musiques calmes, douces et les longues trames statiques. J’ai donc tenté de m’éloigner de cette direction. L’inspiration me vient de l’enfance. L’imperméable jaune, c’est ce symbole de l’enfance, du jeu et de l’excitation de sauter à deux pieds joints dans l’eau pour l’éclabousser.

[i-07]


Distinctions

Panic, Melancholy

Vera Ivanova

  • Année de composition: 2002
  • Durée: 11:12
  • Instrumentation: support

«Panic» (5:12). À la frontière de la musique électroacoustique «sérieuse» et de son exagération, ce mouvement reflète la manière de vivre dans les métropoles actuelles, avec les heures de pointe, le manque de temps, le bruit, la pollution, le stress quotidien et la solitude. Le début de ma composition Night Music pour grand ensemble a été filtré et a servi de matériau de base. Les deux premières mesures répétées tout au long de la pièce, chaque fois transformées par différents filtres et plug-ins, disparaissent à la fin. Les principales sources de la pièce sont des modèles graphiques utilisés comme filtres dans le logiciel Metasynth.

«Melancholy» (6:01). Le titre reflète l’«humeur» de la pièce; c’est une composition lyrique basée sur la voix enregistrée de Judith Caplan (soprano, RU). Les échantillons de voix ont été transformés. Certaines parties de mots ont été extraites pour créer de nouvelles lettres et voyelles, ainsi que de riches textures (ou «champs») de voix. Les deux notes chantées, mi et majeur sont répétées tout au long de la pièce, c’est l’«intervalle central» de «Melancholy» instable mais pas dissonant. L’échange de ces deux notes crée un effet de balancier associé à une balançoire pour enfants.


Distinctions

The Fragment of Glass

Saburo Ubukata

  • Année de composition: 2004
  • Durée: 8:27
  • Instrumentation: support

Un conte qui dérive de la réalité à la non-réalité. Le son de verre est le motif qui sert de contre-courant. Une variation du bruit de verre apparaît fréquemment en créant deux parties de musique. La nature de relation entre la réalité et la non-réalité est alors déformée.