Bruit-graffiti (Téléchargement) Le programme en détail

Vroum

Marc Tremblay

  • Année de composition: 1997
  • Durée: 15:20
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Nous sommes entourés d’objets dont l’importance est proportionnelle à leur utilisation pratique. Ces objets sont tous plus ou moins porteurs de sons mais, à force d’habitude, nous ne les entendons plus. Ils sont une composante du halo sonore de notre vie de tous les jours.

L’automobile est sûrement l’une des inventions les plus marquantes du siècle. Elle a modifié notre perception du temps et de l’espace en plus d’accaparer une grande partie du paysage sonore de nos villes et de nos campagnes.

Volontairement anecdotique, Vroum propose un cadre de réécoute de l’automobile, archétype de notre époque.

[xii-99]


Vroum a été composée de février à mai 1997 au studio du compositeur à Matane grâce à l’appui du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). La pièce a été créée le 1er mai 1997 à l’Usine C lors du concert Haute tension de l’ACREQ. Merci à Bernard Pedneault (Radio-Canada Matane), Jocelyn Robert, Émile Morin, Philippe Giroux, André Harvey, Roland Bérubé, Diane Lajoie.


Création

  • 1 mai 1997, Haute tension, Usine C, Montréal (Québec)

Conte sous la lune

Marc Tremblay

  • Année de composition: 1991
  • Durée: 15:19
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
À Gabriel et Diane

L’Éden, dont nous gardons tous la nostalgie, c’est peut-être l’enfance dont on doit faire peu à peu le deuil en devenant adulte. C’est sans doute cette nostalgie qui explique le besoin de monter des spectacles, d’aller au concert, d’aller au cirque, de lire un livre… Comme si on voulait oublier que nous sommes périssables.

La pièce se divise en trois parties: Petite monodie; Divertissement; Évocation naïve. Elle se veut un hommage à l’enfance et à ce que j’en conserve: ma propre naïveté.

[xii-99]


Conte sous la lune a été réalisée en mars 1991 au Studio de musique électronique de Magyar Rádió (HEAR) à Budapest (Hongrie) et terminée en avril 1991 au studio du Conservatoire de Montréal. La pièce a été créée au Planétarium de Montréal à l’automne 91 dans le cadre de la 3e série de concerts Clair de terre de l’ACREQ. Merci à István Horváth.


Création

  • 27 novembre 1991, Clair de terre III: Concert 2 — Presages, Planétarium de Montréal, Montréal (Québec)

Résidus (clip dadaïste)

Marc Tremblay

  • Année de composition: 1995
  • Durée: 4:58
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Une petite variation sur les sons qu’on peut entendre dans les toilettes sans vraiment les entendre. C’est aussi une évocation ironique de l’œuvre Fontaine de Marcel Duchamp.

[xii-99]


Résidus (clip dadaïste) a été composée à l’automne 1995 au studio du compositeur Yves Daoust à Montréal et a été créée en décembre 1995 dans la cadre d’un événement dadaïste à la Chapelle historique du Bon-Pasteur de Montréal.


Création

  • Décembre 1995, Concert, Chapelle historique du Bon-Pasteur, Montréal (Québec)

Cowboy Fiction

Marc Tremblay

  • Année de composition: 1998
  • Durée: 13:22
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
À Jo et ses folies…

Les films western du Hollywood des années cinquante ont contribué à entretenir l’«American Dream» de plusieurs générations de spectateurs. Rêve des grands espaces, de la conquête d’une liberté nouvelle, acquise par une volonté de fer. Mais aussi, envers du rêve, illustration de la mentalité coloniale des Blancs qui prennent possession du territoire des Indiens par le fusil et le chemin de fer.

Les bandes son des films westerns sont elles-même porteuses d’images qui contribuent à façonner le mythe. Les fusils, les chevaux, les bagarres, les trains, le vent du désert fournissent une palette étendue de possibilités sonores. J’ai travaillé à partir de sources altérées, transformées, remélangées de deux films western, en poursuivant une réflexion sur le mythe western déjà entreprise dans une pièce antérieure pour piano et bande magnétique: Don’t Shoot the Piano Player! (1994).

Cowboy Fiction constitue le deuxième volet d’un projet multimédia en cours plus vaste intitulé Rêve de cowboy. Les sources sonores proviennent des bandes sonores des films El Dorado (1966) (en version française) d’Howard Hawks et The Searchers (1956) de John Ford, de Jo New York chantant Rambling Man de Hank Williams et de quelques trains à vapeur et quelques fusils.

[xii-99]


Cowboy Fiction a été composée en novembre 1998 à l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB, France) grâce à l’apui du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) a été créée le 2 juin 1999 à Bourges (France) durant le festival Synthèse de l’IMEB. Merci à Olivier Lukaszczyk et Yves Coffy pour leurs oreilles attentives.


Création

  • 2 juin 1999, Synthèse 1999: Concert, Bourges (Cher, France)

«… Ceci est un message enregistré…»

Marc Tremblay

  • Année de composition: 1994
  • Durée: 10:19
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: ACREQ, avec l’aide du CAC

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
À Sylvain Carette et à Alain Thibault

Une musique qui explore l’univers sonore du téléphone, avec ses sonneries, ses vices cachés, ses vides, ses voix anonymes, et le rapport plus ou moins direct au thème de la communication, dans un monde où l’on communique de plus et qui est pourtant étrangement fermé sur lui-même.

Finalement, la solitude comme toile de fond.

[xii-99]


«… Ceci est un message enregistré…» a été composée en 1994 au studio du compositeur Yves Daoust à Montréal et a été créée le 19 juin 1994 lors du concert soulignant le 15e anniversaire de l’ACREQ à la salle Redpath à Montréal. «… Ceci est un message enregistré…» est une commande de l’ACREQ avec l’appui du Conseil des arts du Canada (CAC). Merci à Ned Bouhalassa. Elle a obtenu une Mention d’honneur au 16e Concours international Luigi-Russolo (Varese, Italie, 1994) et a été présélectionnée pour le Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1995).


Création

  • 19 juin 1994, 2e concert 15e anniversaire, Salle Redpath — Université McGill, Montréal (Québec)

Distinctions

L’argent… toujours l’argent!

Marc Tremblay

  • Année de composition: 1989-90
  • Durée: 11:18
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
À Valérie

Une étude sur la monnaie comme matière sonore, et comme fixation du désir (Bourse de Montréal, messages publicitaires, quiz télévisuels…).

[xii-99]


L’argent… toujours l’argent! a été composée de l’automne 1989 au printemps 1990 dans les studios du Conservatoire de musique de Montréal et a été créée au printemps 1990 lors d’un concert au Conservatoire de musique de Montréal. Merci à: Sylvain Carette, Bourse de Montréal, Robert Laliberté. L’argent… toujours l’argent! a obtenu le Premier prix de la section électroacoustique au Concours SDE des jeunes compositeurs (1990), le Premier prix de la catégorie électroacoustique du Concours national des jeunes compositeurs de Radio-Canada (1990) ainsi qu’un prix Résidence au 18e Concours international de musiques électroacoustiques de Bourges (France, 1990).


Création

  • 1990, Concert, Conservatoire, Montréal (Québec)

Distinctions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.