La boutique électroacoustique

Adrian Moore: Séquences et tropes (CD) Le programme en détail

The Battle

Adrian Moore

  • Année de composition: 2013
  • Durée: 14:20
  • Instrumentation: support 5.1 pistes

Stéréo

  • 44 kHz, 16 bits
  • 44 kHz, 24 bits
À ma mère et à son esprit combatif

J’ai commencé à travailler sur cette œuvre, début janvier 2013, de la manière traditionnelle, c’est-à-dire en développant des matières stéréophoniques vers quelque chose d’abstrait. J’ai apporté ces travaux avec moi au Visby International Centre for Composers (VICC, Suède) en avril 2013 pour les développer davantage encore; c’est à ce moment que j’ai décidé que ce morceau serait, d’abord et avant tout, en 5.1. Le sort a perturbé mes plans à mi-chemin de cette résidence de composition, ce qui fait que j’ai tout ramené à mon bureau de Sheffield (Angleterre, RU), où j’ai terminé l’œuvre en juillet 2013. Entretemps, je lui ai cherché un titre, tout en complétant quelques chapitres de mon livre de cours Sonic Art: an introduction to electroacoustic music.

The Battle est un titre programmatique, c’est évident. L’œuvre, abstraite, se divise en deux grandes sections pleines d’activité pulsée, de gestes d’accélération, de textures granulaires, de plans de coupe, de spatialisation 5.1 (naturelle et forcée) souvent accompagnée de beaucoup de réverbération. Cela dit, voici comment je «perçois» cette œuvre aujourd’hui: The Battle évoque une série de scènes de bataille, revêtues d’obscurité et de brume (une analogie acousmatique bien à propos). Elle développe plusieurs attaques, clairement marquées, et renforcées par des feintes et des escarmouches, des mouvements de phalange de grande ampleur et des combats à main nue dans des lieux exigus. À certains moments, on se sent du côté offensif; à d’autres, on est en fuite. Nous sommes dans un champ de bataille médiéval où, lorsque la brume se lève, que l’espace s’ouvre et dévoile les conséquences de la bataille, nous ressentons l’énormité du combat. Alors que nous nous impliquons plus dans l’action, nous nous sentons de plus en plus épuisés par l’incertitude, de plus en plus usés par le côté inévitable de la bataille.

[traduction française: François Couture, v-15]


The Battle [La bataille] a été réalisée de janvier à juillet 2013 au Visby International Centre for Composers (VICC, Suède) et dans le studio du compositeur. Elle a été créée le 26 octobre 2013 dans le cadre de la série de concerts Akousma X présentée à l’Usine C (Montréal, Québec) par Réseaux des arts médiatiques.


Création

  • 26 octobre 2013, Akousma X: Espace strié, Usine C, Montréal (Québec)

Counterattack

Adrian Moore

  • Année de composition: 2014
  • Durée: 14:55
  • Instrumentation: support 7.1 pistes

Stéréo

  • 44 kHz, 16 bits
  • 44 kHz, 24 bits

Counterattack fait suite à The Battle. The Battle est une œuvre acousmatique ambiophonique en deux sections: la première est plutôt «granulaire» et nerveuse; la seconde plus tonale et pulsée, avec une fascination croissante pour la superposition de sons inspirée de la musique de Horacio Vaggione. La structure de Counterattack est similaire et dérivée d’un ensemble complexe de transformations multicanaux élaborées à partir de sources diverses. Cette pièce s’inspire des notes de programme de The Battle, notes où je «visualisais» l’œuvre comme une série de «scènes», de «feintes» et d’«attaques». Counterattack pousse ces scènes plus loin. Elle tente aussi de créer des polyphonies complexes en divisant l’espace multicanal. Outre le développement des matières en son ambiophonique par le biais de diverses techniques, les lectures suivantes ont alimenté ma compréhension du concept de la guerre et des aspects pratiques et historiques du combat sur le champ de bataille: L’Art de la guerre de Sun Tzu, De la guerre de Carl von Clausewitz et les témoignages de militaires réunis par Lawrence Freedman dans War. Je n’ai pas transcrit ces textes en musique, mais on peut entendre, à plusieurs endroits, leur effet combiné, amplifié d’un sentiment accru de «bataille» au sein du milieu universitaire, tout particulièrement dans les cris de la finale. Counterattack va plus loin dans le multicanal (nombre de haut-parleurs et nombre de sons) que le faisait The Battle. Il en existe des réalisations pour divers formats ambiophoniques, mais elle a été composée en 7.1, format qui offre un spectre de matières plus complet. Elle repose largement sur la granulation et la spatialisation multicanaux, mais encore plus sur l’espace multicanal comme moyen de contextualiser des sons différents dans différents haut-parleurs, ce qui crée une polyphonie de sources sonores tout en préservant la cohérence de la scène.

[traduction française: François Couture, v-15]


Counterattack [Contre-attaque] a été réalisée pendant l’été 2014 dans le studio du compositeur à Sheffield (Angleterre, RU) et elle a été créée le 12 mars 2015 pendant le 7e International Festival for Artistic Innovation (Leeds, Angleterre, RU). Counterattack a obtenu le Prix du Concurso Internacional de Composição Electroacústica Música Viva (Portugal, 2015).


Création

  • 12 mars 2015, 7th International Festival for Artistic Innovation: Concert 1, The Venue — Leeds College of Music, Leeds (Angleterre, RU)

Distinctions

Nebula Sequence

Adrian Moore

  • Année de composition: 2012
  • Durée: 19:33
  • Instrumentation: support 5.1 pistes

Stéréo

  • 44 kHz, 16 bits
  • 44 kHz, 24 bits

Motivations créatives: le 30 novembre 2011, un mercredi, j’ai débrayé pour la première fois de ma vie professionnelle. Je me suis d’abord senti hypocrite de prendre avec moi mon matériel d’enregistrement, mais cela m’a permis de ressentir de l’appartenance, un sentiment de «faire ce que doit», en plus d’un énorme sentiment d’appui de la part des grévistes à leurs collègues sous pression. J’y ai capté les sources sonores de base de cette pièce, ce qui fait que je m’interroge encore sur les raisons qui m’ont poussé à manifester ce jour-là.

J’ai réalisé l’essentiel de cette œuvre en avril 2012, dans le Studio Alpha (5.1) du Visby International Centre for Composers (VICC) à Gotland (Suède). Cette résidence d’un mois m’a permis de travailler avec diligence et en toute liberté. Ainsi, j’ai pu évaluer une vaste palette de matières et développer plusieurs manipulations spectrales ambiophoniques. De plus, cela m’a permis de rendre hommage aux compositeurs qui ont influencé ma manière de travailler.

Parmi les sources secondaires, on trouve des pierres et des briques (comme chez Jonty Harrison et Alistair MacDonald) et des roulements à bille (comme dans le magnifique Tremblement de terre très doux de François Bayle). D’ailleurs, merci à simplybearings.co.uk pour avoir compris que j’avais besoin uniquement de deux billes de chaque taille (de 0,5 à 2 pouces de diamètre). Quant au «fondu» final, il me rappellera toujours le Scherzo d’Andrew Lewis. Enfin, merci au Groupe de recherches musicales (GRM) pour ces fabuleux nouveaux outils qui m’ont permis de produire quelques nébuleuses sonores très originales (bien qu’aisément identifiables).

Ce sont ces espaces sonores qui poussent l’œuvre vers l’avant. Les nébuleuses sont porteuses d’un sentiment d’inconnu, d’une idée de l’avenir. Il y a cet espace vaste et lointain et, à l’intérieur de la nébuleuse, un nuage tournoyant de poussière et de gaz. Vaste, pas vide. On peut se positionner à l’intérieur de cet espace pour en explorer les moindres détails.

[traduction française: François Couture, v-15]


Nebula Sequence [Séquence nébuleuse] a été réalisée en 2012 au Visby International Centre for Composers (VICC, Suède) et dans le studio du compositeur à Sheffield (Angleterre, RU). Elle a été créée le 31 janvier 2013 lors d’un concert au studio Drama de la University of Sheffield (Angleterre, RU), dans le cadre du festival From Tape to Typedef. La pièce a reçu une Mention honorable au concours international de musique électroacoustique Musica Nova 2015 (Prague, République Tchèque).


Création

  • 31 janvier 2013, From Tape to Typedef: Concert 4, Drama Studio — The University of Sheffield, Sheffield (Angleterre, RU)

Distinctions

Strings and Tropes

Adrian Moore

  • Année de composition: 2012
  • Durée: 22:22
  • Instrumentation: support

Stéréo

  • 44 kHz, 16 bits
  • 44 kHz, 24 bits

Strings and Tropes est une étude sur les sons de cordes, particulièrement les cordes pincées et frottées. Cette œuvre explore: 1) les techniques d’étirement temporel qui permettent d’allonger les sons et les textures; 2) la répétition, à durées diverses, comme mode d’articulation de l’espace et du temps; 3) la relation entre geste et texture partageant le même espace.

Nombre des longues manipulations d’étirement temporel ont servi pour une performance à Wet Sounds, 2001, dans la piscine North Woodside de Glasgow. Merci à Joel Cahen pour l’invitation. La réinterprétation de ce matériel et sa contextualisation dans un cadre semi-tonal auront nécessité plus d’un an. Les points tonaux sont dérivés de courts échantillons de la virtuose du zheng Sun Zhuo. Je la remercie de m’avoir laissé utiliser plusieurs petits échantillons. Son jeu est gracieux et fluide, mais, à certains endroits, la vitesse et la férocité du mouvement me rappellent les liens étroits qui existent entre sons et mouvements (du corps).

Strings and Tropes se concentre sur le contexte; elle aligne souvent sons et transformations avec des références à la matière sonore de base, soit une mélodie tirée de Xiang Shan She Gu (The Temple Fair at the Xiang Mountain, 1981) de Qu Yun, et l’idée plus large d’un trope, une interprétation et une recontextualisation de la matière au sein d’un cadre donné. Cette œuvre poursuit mes recherches sur les idées théoriques lancées dans mon livre de cours Sonic Art: an introduction to electroacoustic music, tout particulièrement celles sur le rôle du geste et de la texture dans la détermination des structures.

[traduction française: François Couture, v-15]


Strings and Tropes [Cordes et tropes] a été réalisée en août 2012 dans le studio du compositeur à Sheffield (Angleterre, RU) et elle a été créée le 9 février 2013 au Reid Concert Hall de l’Edinburgh University (Édimbourg, Écosse, RU), dans le cadre du festival Soundings…


Création

  • 9 février 2013, Soundings… 2013: Concert 3: John Young, Adrian Moore, Reid Concert Hall — Edinburgh University, Édimbourg (Écosse, RU)