La boutique électroacoustique

Erik Nyström: Morphogenèse (Numérique) Le programme en détail

Catabolisms

Erik Nyström

  • Année de composition: 2011-12
  • Durée: 12:15
  • Instrumentation: support 8 pistes

Stéréo

  • 44 kHz, 16 bits

«[…] toutes sortes d’agents et d’événements qui agissent de manière imprévisible et désordonnée et qui ont en commun le fait qu’ils réduisent tout en pièces.»

Rudolf Arnheim, traduit d’Entropy and Art (1971)

Le titre de cette pièce évoque les phases où le son subit une mouture moléculaire qui le réduit à ses éléments les plus primitifs, un peu comme les «procédés cataboliques» que décrit Rudolf Arnheim dans son essai Entropy and Art. Celui-ci y affirme que toute esthétique ou tout objet fonctionnel est le résultat d’une ‘tendance anabolique’ opposée — une force universelle qui bâtit des formes et qui insuffle à toute chose un thème structurant.

Dans Catabolisms, on trouve aussi une tendance anabolique dans les forces destructrices, implosions et corrosions devenant des phénomènes esthétiques en soi. L’énergie qui se dissipe entre ces textures bâtit un élan qui donne naissance à de nouvelles formations, dans une morphogénèse ininterrompue. Ainsi, l’œuvre tisse son propre destin, à mesure que des agrégats grumeleux, poudreux, collants et poreux de particules se combinent en nuages spectraux, en strates, en cascades, interactions entre forces turbulentes. Comme dans le monde physique, il survient des crises où création et décomposition entrent en synergie; les sous-produits entropiques formant un terreau fertile pour un univers sonore qui s’autopropage.

[traduction française: François Couture, viii-14]


Catabolisms [Catabolismes] a été réalisée en 2011-12 à l’Electroacoustic Studio de la City University London (Angleterre, RU) et créée le 17 avril 2012 pendant le SuperCollider Symposium 2012 à la City University London.


Création

  • 17 avril 2012, SuperCollider Symposium 2012: Electroacoustic Concert, Performance Space — College Building — City University London, Londres (Angleterre, RU)

Latitudes

Erik Nyström

  • Année de composition: 2011
  • Durée: 13:45
  • Instrumentation: support 8 pistes

Stéréo

  • 44 kHz, 16 bits

Le bourdon mis en place au début de Latitudes contient le génome sonore de l’œuvre, d’où s’étendent des dimensions spatiales verticales et horizontales, au fil de croissances et de transformations continues au sein des masses texturales. La magnitude du monde qui émerge ainsi suggère une expansion spatiale à une échelle qui dépasse l’entendement humain; on pourrait la comparer à la compression des histoires et des transformations cosmiques dans le bref cadre temporel d’un morceau de musique, permettant ainsi de percevoir l’espace et la matière comme des manifestations pures.

Le titre fait allusion à la portée infinie qu’on peut ressentir en écoutant cette œuvre. Plus littéralement, il fait référence à la topographie du mouvement textural dans l’espace — par exemple, l’étirement des perspectives sur la longueur (longitude) et la largeur (latitude), ainsi que les altitudes et profondeurs de l’espace vertical (spectral).

[traduction française: François Couture, viii-14]


Latitudes a été réalisée en 2011 à l’Electroacoustic Studio de la City University London (Angleterre, RU) et créée le 12 mai 2011 au concert Éphémère 8 présenté au Studio Loos à La Haye (Pays-Bas).


Création

  • 12 mai 2011, Éphémère 8, Studio Loos, La Haye (Pays-Bas)

Lucent Voids

Erik Nyström

  • Année de composition: 2012
  • Durée: 20:45
  • Instrumentation: support 8 pistes

Stéréo

  • 44 kHz, 16 bits

Lucent Voids nous transporte dans une réalité où la permanence et la linéarité de l’espace, tel que nous les percevons normalement, sont renversées; le terrain se tord de plus en plus à mesure que l’aventure se déroule. Notre propre présence physique semble subir une distorsion afin de négocier des combinaisons improbables entre macrocosme et microcosme, intériorité et extériorité, temporalité et intemporalité. L’expérience du présent est élastique, puisque le temps acquiert une dimension spatiale lorsque nous sentons l’avenir s’approcher (ou lorsque nous nous y projetons) et le passé s’accumuler en une topographie complexe. En orbite autour du vide, un contrepoint de textures définit les périphéries, les contrastes et les foyers, dans la coloration spectrale d’un monde visuel extra-terrestre en soi, même si nous y rencontrons d’étranges vestiges familiers et les reflets suspects de l’humanité.

[traduction française: François Couture, viii-14]


Lucent Voids [Vides vacillants] a été réalisée en 2012 à l’Electroacoustic Studio de la City University London (Angleterre, RU) et créée le 16 octobre 2012 au concert Alchemy & Transmutation of Sonic Matter présenté à la City University London.


Création

  • 16 octobre 2012, Alchemy & Transmutation of Sonic Matter, Performance Space — College Building — City University London, Londres (Angleterre, RU)

Cataract

Erik Nyström

  • Année de composition: 2010
  • Durée: 13:33
  • Instrumentation: support 8 pistes

Stéréo

  • 44 kHz, 16 bits

De concert avec les gestes soutenus, harmoniques et inharmoniques qui traversent cette œuvre, les «cataractes» forment un fil structurel: un déluge de particules sonores, de vagues de bruits et de glissandi, où mouvement spectral coïncide souvent avec mutation texturale, sous la forme d’un «mouvement transformant». Ainsi, les environnements sonores transformants de l’œuvre sont traversés par une épine spectrale. On peut aussi voir dans cette pièce une analogie avec le problème médical oculaire qu’on appelle la cataracte (l’opacification du cristallin), en ceci que notre sens de la définition sonore spatiale se trouve troublé par divers degrés d’opacité texturale, la «cataracte acousmatique» étant un continuum où la clarté de l’articulation microsonique croise des nuages de bruit et de matières coagulées qui brouillent la vue auditive. Cataract peut aussi faire allusion au rideau de Pythagore qui se cache dans l’étymologie du mot acousmatique: le voile semble se retrouver de plus en plus en arrière-plan, à mesure qu’on s’éloigne du monde anecdotique pour se rapprocher d’un univers sonore abstraitement visuel.

[traduction française: François Couture, x-14]


Cataract [Cataracte] a été réalisée en 2010 à l’Electroacoustic Studio de la City University London (Angleterre, RU) et créée le 2 novembre 2010 pendant le concert Exploring the Acousmatic Fabric of Space présenté à la City University London.


Création

  • 2 novembre 2010, Exploring the Acousmatic Fabric of Space, Performance Space — College Building — City University London, Londres (Angleterre, RU)

Far-from-equilibrium

Erik Nyström

  • Année de composition: 2008
  • Durée: 12:45
  • Instrumentation: support

Stéréo

  • 44 kHz, 16 bits

«… la matière en équilibre est ‘aveugle’, mais, éloignée de l’équilibre, elle commence à “voir”. De nouveaux procédés s’installent et augmentent la production d’entropie.»

Ilya Prigogine, traduit de The End of Certainty: Time, Chaos and the New Laws of Nature (1997)

Ici, l’idée selon laquelle des procédés chaotiques non équilibrés et la flèche irréversible du temps sont des principes créateurs fondamentaux de la nature sert de point de départ vers une esthétique qui attire l’attention sur les phénomènes autopropagateurs de la musique. On peut observer cela dans la forme de l’œuvre, qui met l’emphase sur les fluctuations et les processus de croissance et de changement, où le temps permet la production de possibilités et d’une nouvelle organisation du son.

La dynamique entropique du son crée des états d’instabilité où les processus texturaux peuvent bifurquer vers une multitude de directions. Phénoménologiquement, nous pourrions expérimenter cela dans l’émergence de gestes monolithiques, de vastes espaces et de «cacophonies» trépidantes d’entités sonores mutantes. Ces manifestations prospèrent dans un univers éloigné de l’équilibre, dans des moments où une énergie intense se dissipe en chaos transformatif.

[traduction française: François Couture, viii-14]


Far-from-equilibrium [Loin-de-l’équilibre] a été réalisée en 2008 au studio du compositeur à Londres (RU) et créée le 19 février 2009 dans le cadre de l’Electroacoustic Concert Series à la City University London (Angleterre, RU)


Création

  • 19 février 2009, Electroacoustic Concert Series, Performance Space — College Building — City University London, Londres (Angleterre, RU)