Au-delà (Téléchargement) Le programme en détail

Lexicon

Andrew Lewis / Andrew Lewis

  • Année de composition: 2012
  • Durée: 16:35
  • Forme: vidéomusique
  • Instrumentation: vidéo et support 8 canaux

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Lexicon s’inspire d’un poème composé par Tom, 12 ans. Il essaie d’y expliquer son vécu avec la dyslexie. Lexicon présente un voyage sonore et visuel imaginaire par le truchement du texte du poème, explorant ainsi le défi que représente la dyslexie, mais aussi le potentiel créatif vital qu’elle (et sa compréhension) apporte.

Le compositeur a travaillé avec une équipe de spécialistes du Miles Dyslexia Centre de la Bangor University (Pays de Galles, RU) pour pouvoir s’inspirer, dans l’élaboration de l’œuvre, des dernières recherches dans ce domaine. L’œuvre a recours, particulièrement, aux éléments probants qui, de plus en plus nombreux, suggèrent que, pour bien des gens atteints de dyslexie, le déficit dans le traitement phonologique (l’accès aux sons du langage, leur analyse et leur association aux lettres) a plus d’importance que le traitement visuel ou le traitement de l’attention pris seul.

Cette idée va à l’encontre de l’idée plus populaire, mais moins bien démontrée, faisant de la dyslexie un problème d’abord et avant tout de visualisation des lettres et des mots sur la page. Par conséquent, la matière brute de Lexicon provient principalement du son, tandis que son aspect visuel incarne un point de vue métaphorique sur l’expérience de la dyslexie, plutôt qu’un point de vue scientifique.

[traduction française: François Couture, ix-13]


Lexicon [Lexique] a été réalisée en 2012 dans les Electroacoustic Music Studios de la Bangor University (Pays de Galles, RU), mais certains matériaux ont été développés au Centro Mexicano para la Música y las Artes Sonoras (CMMAS) (Morelia, Mexique) et dans le studio personnel du compositeur. Elle a été créée le 28 octobre 2012, dans le cadre de la programmation automne 2012 de MANTIS, au Cosmo Rodewald Concert Hall de la University of Manchester (RU) La réalisation de Lexicon a reçu l’appui du programme «Engaging Science» du Wellcome Trust, qui cherche à sensibiliser la population aux sciences biomédicales par le biais de la création artistique. Merci à l’équipe scientifique: Dr Markéta Caravolas, directrice du Miles Dyslexia Centre, Bangor University, Meg Browning et Ann Cooke. Merci à Tom Barbor-Might (auteur du poème), James Bowers, Michael O’Boyle, Esme Lewis, Martha Lewis, Jenny Mainwaring et Damien Vadgama, voix enregistrée.


Création

  • 28 octobre 2012, MANTIS Fall Festival 2012: Concert 3, Cosmo Rodewald Concert Hall — Martin Harris Centre for Music and Drama — The University of Manchester, Manchester (Angleterre, RU)

Dark Glass

Andrew Lewis

  • Année de composition: 2009-11, 13
  • Durée: 13:50
  • Instrumentation: support 8 canaux

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 48 kHz, 24 bits

«… ce que nous deviendrons n’est pas encore clairement révélé.» (1 Jean 3:2)

Lorsqu’un morceau de verre se casse, cela brise, dégrade et détruit sa structure physique; simultanément, ses fragments, ainsi libérés, peuvent résonner d’une musique nouvelle et produire une harmonie distincte que le panneau original contenait déjà, une harmonie que seule la destruction pouvait libérer. Chaque morceau de verre se brise différemment, le motif de timbres et de résonances qui en résulte est toujours unique. Et puisque l’addition des fragments donne toujours pour résultat l’aire totale du panneau original, on trouve dans l’assemblage de ces harmonies une logique subtile et splendide: les plus gros fragments, au timbre plus grave, sont compensés par des éclats plus petits au timbre plus aigu. Ainsi, d’ordinaires panneaux de verre, identiques en apparence, émerge un kaléidoscope de couleurs et de beauté, une chanson distinctive, personnelle, que seule la mort peut révéler.

[traduction française: François Couture, ix-13]


Dark Glass [Verre sombre] a été réalisée entre 2009 et 2011, puis révisée en 2013, dans les Electroacoustic Music Studios de la Bangor University (Pays de Galles, RU) et elle a été créée le 28 octobre 2011 pendant le festival MANTIS, à la salle Cosmo Rodewald Concert Hall de la University of Manchester (RU). Merci au personnel de Hughes Glass à Llandygai (Pays de Galles, RU), ainsi qu’à mes collègues Guto Puw, Stephanie Marriott et Steve Marriott qui m’ont fourni des matériaux à libérer.


Création

  • 28 octobre 2011, Andrew Lewis, diffusion • MANTIS Fall Festival 2011: Concert 1, Cosmo Rodewald Concert Hall — Martin Harris Centre for Music and Drama — The University of Manchester, Manchester (Angleterre, RU)

Distinctions

Ascent

Andrew Lewis

  • Année de composition: 1994, 97
  • Durée: 11:43
  • Instrumentation: support
  • Commande: BEAST avec l’aide du West Midlands Arts

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Bien que ce morceau ait commencé sa vie sous forme d’idée essentiellement abstraite, son développement a pris une tournure inattendue, à mesure que sa musique s’est mise à résonner avec le paysage snowdonien qui a accompagné sa composition. Cette transformation a été déclenchée par la nature des sons utilisés dans l’ouverture, les premiers à avoir été développés. Leurs puissants contours montants et descendants suggèrent fortement la forme et la masse des formations montagneuses. De plus, leurs longues évolutions rappellent la vue expansive et statique qu’offre le studio de l’université de Bangor: les montagnes, le ciel, la haute mer.

Parmi les aspects impressionnants des paysages montagneux, on compte la manière dont leur apparence statique, quasi immuable, peut sembler se transformer constamment, à mesure que changent la position de l’observateur et les conditions d’observation. Ce phénomène trouve, dans Ascent, des parallèles musicaux: les mêmes structures musicales y sont constamment réexplorées. Cela donne l’impression de percevoir le même ensemble d’objets sonores de points de vue différents ou sous de nouveaux éclairages: d’abord de loin, comme un panorama; puis, en s’approchant, en traversant un paysage traduit en sons. À chaque tournant du discours musical se cache un nouvel aperçu du matériau familier, qui se trouve encadré par des environs inconnus ou qui est perçu à travers des liens qui n’existaient pas auparavant.

Comme dans Scherzo (1992, 93), qui l’a précédée, Ascent traverse librement un vaste spectre d’approches musicales allant de l’abstraction pure à quelque chose de plus cinématique: à l’une des extrémités domine l’exploration des textures et de structures toniques statiques; au centre, on trouve l’évocation de formations rocheuses irrégulières, d’une topographie ondulante et de grandes masses géologiques; enfin, dans son extrémité la plus représentationnelle, les idées clés sont les éléments, le vol et les images que suscite le nom gallois Eryri, qui désigne Snowdonia (Eryr signifie «aigle»).

[traduction française: François Couture, ix-13]


Ascent [Ascension] a été réalisée entre février et novembre 1994, puis révisée en 1997, dans les Electroacoustic Music Studios de la Bangor University (Pays de Galles, RU) et elle a été créée le 4 décembre 1994 dans le cadre de la série de concerts rumours… présentée par BEAST au Midlands Arts Centre (Birmingham, RU). Cette œuvre est une commande de BEAST pour sa série de concerts Rumours…, avec l’appui de West Midlands Arts. Ascent s’est méritée un prix au 24e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1997). Le même événement lui a décerné un Euphonie d’or en 2004.


Création

  • 4 décembre 1994, Rumours…, Foyle Studio — Midlands Arts Centre, Birmingham (Angleterre, RU)

Distinctions

Time and Fire

Andrew Lewis

  • Année de composition: 1987-90, 2013
  • Durée: 13:45
  • Instrumentation: support

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 48 kHz, 24 bits
À Bethany

Time and Fire représente la quête d’un langage plus complexe et évolutif, capable d’alimenter son argumentaire sur de longues périodes. Cette quête m’a mené à un tissu musical d’une grande intensité, qui offre à l’auditeur un roulement très rapide de matériel, sans indications structurelles évidentes. Les idées musicales passent en coup de vent; elles éclosent brièvement avant d’être consumées par celles qui les suivent.

La division régulière du temps vient stabiliser ce feu roulant d’idées: la notion de pulsation, qu’elle se manifeste par la répétition périodique d’événements sonores individuels ou par les micropulsations se trouvant au cœur de l’évolution spectral des sons. Les matières les plus complexes de l’œuvre sont, pour la plupart, ponctuées d’un ‘rythme’ subtil, mais bien tangible qui détermine le positionnement des principaux événements et ouvre la voie à des variations expressives du tempo. C’est à cette division régulière du «temps» que s’accroche l’apparente complexité de la surface incandescente de cette musique — le «feu».

[traduction française: François Couture, ix-13]


Time and Fire [Le temps et le feu] a été réalisée entre 1987 et 1990 dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU) et elle a été créée le 12 septembre 1990 pendant l’International Computer Music Conference (ICMC ’90), à la salle Stevenson Hall du Royal Conservatoire of Scotland à Glasgow (Écosse, RU). Time and Fire s’est méritée une deuxième place au 19e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1991).


Création

  • 12 septembre 1990, ICMC 1990: Concert, Stevenson Hall — Royal Conservatoire of Scotland, Glasgow (Écosse, RU)

Distinctions

Cân

Andrew Lewis

  • Année de composition: 1997
  • Durée: 11:51
  • Instrumentation: support
  • Commande: SAN avec l’aide de The Arts Council of England

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 48 kHz, 24 bits
À John Harper

Cân (chant, en gallois) est une sorte de distillation musicale des Gallois, de leur langage, du paysage et de la culture (particulièrement la culture musicale). En majeure partie, la substance de Cân est faite de sons associés à l’image stéréotypée du Pays de Galles: harpes, chorales d’hommes, chanteurs populaires, sermons fougueux, ainsi que de sons moins familiers. Le défi consistait à dépasser le côté ‘carte postale’ et de trouver la ‘réalité’ du Pays de Galles et des Gallois. Ce faisant, la musique est beaucoup plus complexe et diversifiée que les concepts simplistes de ‘nation’ et de ‘nationalité’ ne le laissaient présager.

[viii-13]


Cân a été réalisée en 1997 dans les Electroacoustic Music Studios de la Bangor University (Pays de Galles, RU) et créée le 9 janvier 1998 pendant la Sonic Arts Network Conference à Birmingham (RU). Il s’agit d’une commande de Sonic Arts Network (SAN) pour sa tournée du RU en 1998, avec l’appui du Arts Council of England. Merci à Rachel Ley (harpe), Miriam Ley (voix) et Stephen Rees (pibgorn). Cân a été retenue comme finaliste au 5e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1997).


Création

  • 9 janvier 1998, Sonic Arts Network Conference, University of Birmingham, Birmingham (Angleterre, RU)

Scherzo

Andrew Lewis

  • Année de composition: 1992, 93
  • Durée: 8:18
  • Instrumentation: support

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 48 kHz, 24 bits
Aux Étoiles

Cette célébration de (ou complainte pour) l’enfance a pour matières sonores principales des enregistrements des voix de mes trois filles et de leurs jouets les plus musicaux.

Ces deux catégories de matériaux, dans leur état intact, forment les pôles de l’œuvre, entre lesquels la musique voyage en empruntant divers chemins. Ce périple est parfois linéaire, les enfants se transformant directement en jouets ou l’inverse, mais la plupart du temps, la musique suit un parcours plus sinueux, à travers des mondes transitoires, équatoriaux, où les sources sonores sont moins faciles à discerner.

Dans ces moments, qui représentent la majeure partie de l’œuvre, je m’intéresse à la musicalité pure du matériau, plutôt qu’à ses possibilités poétiques ou anecdotiques, même si on trouve généralement, près de la surface, des allusions au caractère éphémère de la jeunesse, à la fragilité de l’innocence des enfants et au souvenir aigre-doux du passé.

[traduction française: François Couture, ix-13]


Scherzo a été réalisée au printemps 1992, puis révisée à l’été 1993, dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU) et elle a été créée le 29 juin 1992 dans la Concert Room de la University of East Anglia à Norwich (RU). Scherzo s’est méritée une mention aux Prix Ars Electronica (Linz, Autriche, 1993) et aux Stockholm Electronic Arts Awards (Suède, 1994).


Création

  • 29 juin 1992, Concert, Concert Room — School of Music — University of East Anglia, Norwich (Angleterre, RU)

Distinctions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.