Lieux imaginaires (DVD-Audio Surround) Le programme en détail

Automatopoiea: Study 1

Steven Naylor

  • Année de composition: 2006
  • Durée: 9:34
  • Instrumentation: support 8 canaux

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • PCM pour Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits

Automatopoiea consiste en une série d’études élaborées à partir de sons tirés des jouets mécaniques (aussi appelés automates) de l’artisan-concepteur Tony Mann, un artiste du Devon (RU). Dans ses ingénieuses créations cinétiques, il intègre des éléments mécaniques et électromécaniques puisés dans les amas d’objets réunis dans son studio et dans une grange à proximité. Chaque étude porte sur les particularités sonores de plusieurs automates; certaines soulignent délicatement les détails des sons émis, d’autres s’approchent du boucan généralisé. La présente étude s’intéresse aux sons produits par les automates Aviator, Captain Webb et Ratchet-Bird.

[traduction française: François Couture, v-12]


Automatopoiea: Study 1 [Automatopée: Étude 1] a été réalisée en 2005 dans le studio du compositeur en Nouvelle-Écosse (Canada), ainsi que dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU). Elle a été créée le 17 mars 2006, dans le cadre des concerts «Voyages sonores» organisés par BEAST au CBSO Centre (Birmingham, RU). Elle a été présentée subséquemment à Harvest Moon (Montréal) en 2006 et au Toronto Electroacoustic Symposium en 2011. Le compositeur reconnaît l’apport financier du Nova Scotia Arts Council et du Conseil des arts du Canada (CAC) à la création de cette œuvre.


Création

  • 17 mars 2006, Voyages sonores, CBSO Centre, Birmingham (Angleterre, RU)

Bitter Orchids

Steven Naylor

  • Année de composition: 2000
  • Durée: 11:17
  • Instrumentation: support

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • PCM pour Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits

J’ai enregistré l’essentiel des matières sonores utilisées dans cette pièce à Chiang Mai, dans le nord de la Thaïlande, en 1990, à l’aide d’un ‘Walkman’ analogique. À l’époque, j’ai passé plusieurs soirées mémorables à enregistrer des leçons privées et des prestations musicales dans le quartier Lanna du marché nocturne de Chiang Mai, en compagnie de marchands très accueillants. Je me faisais constamment interrompre dans mes enregistrements par les petites cylindrées qui sillonnent les étroits corridors du marché couvert. À l’époque, alors que j’essayais naïvement de réaliser des enregistrements ethnomusicologiques, je les percevais comme des nuisances. Plus tard, j’ai compris et accepté leur présence pour ce qu’elle est: l’une de ces fascinantes contradictions qui cohabitent en ce lieu complexe. L’œuvre se compose d’un mélange d’événements sonores laissés inchangés et de traitements radicaux (ou d’extrusions) des enregistrements de base, où se fondent et se transforment des éléments clés (voix, instruments, motocyclettes). Mon objectif artistique consistait à tisser ces matières pour créer une toile sonore similaire à la gaze irrégulière de la mémoire et de la conscience, des événements émergeant soudainement, à l’occasion, mais plus souvent demeurant flous et flottant d’une manière invitante dans les marges de la perception.

[traduction française: François Couture, v-12]


Bitter Orchids [Orchidées amères] a été réalisée en 2000 dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU) et a été créée le 9 décembre 2000, dans le cadre de la série de concerts MET de la Ball State University à Muncie (Indiana, ÉU). Elle a aussi été présentée à SEAMUS 2002 (Iowa City, IA, ÉU), à BEAST: 20/20 re:Vision (Birmingham) et à la Biennale électroacoustique BIMESP (São Paulo) en 2002, ainsi que dans des événements canadiens. Le compositeur reconnaît l’apport financier du Nova Scotia Arts Council à la réalisation de cette œuvre.


Création

  • 9 décembre 2000, MET Concert Series, Sursa Performance Hall — Ball State University, Muncie (Indiana, ÉU)

I wish

Steven Naylor

  • Année de composition: 2000
  • Durée: 9:47
  • Instrumentation: support

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • PCM pour Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits

I wish est le portrait musical d’un espace intérieur où désirs inaccessibles, envies ambiguës et peurs persistantes luttent pour avoir préséance. Cette œuvre se compose de quelques fragments vocaux et instrumentaux puisés dans une simple complainte intitulée Home, que j’ai composée il y a plusieurs années de cela, ici interprétée par Rita Rankin.

[traduction française: François Couture, v-12]


I wish [Je souhaite] a été réalisée en 2000 dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU) et a été créée le 10 novembre 2001, pendant le concert «Novars» organisé par BEAST au CBSO Centre (Birmingham, RU). Elle a aussi été présentée à SEAMUS 2001 (Baton Rouge, LA, ÉU) et à BEAST: Spatial Awareness (Birmingham) en 2003, ainsi que dans des événements canadiens. Le compositeur reconnaît l’apport financier du Nova Scotia Arts Council à la réalisation de cette œuvre.


Création

  • 10 novembre 2001, Novars: BEAST Concert 3, CBSO Centre, Birmingham (Angleterre, RU)

Irrashaimase

Steven Naylor

  • Année de composition: 2000
  • Durée: 8:15
  • Instrumentation: support

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • PCM pour Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits

Irrashaimase consiste en un monologue intérieur ou une méditation sur les sons du Japon urbain: des sons robotiques, répétitifs et chaotiques, mais aussi (à mes oreilles) élégants, delicats et musicaux. Sa structure reproduit la manière dont notre imagination réinvente et développe nos souvenirs, souvent en magnifiant (et parfois en diminuant) les expériences qui leur ont donné naissance. J’ai enregistré l’essentiel des matières sonores utilisées ici au Japon, en 1990, avec un ‘Walkman’ analogique. Lors de voyages subséquents, en 2000 et en 2002, je suis retourné sur les mêmes lieux d’enregistrements pour constater que la plupart des sons que j’avais enregistrés sont des «marqueurs sonores» durables de ces endroits et non les phénomènes transitoires que j’avais imaginés. J’en suis venu à la réalisation que cette pièce est autant un portrait sonore et culturel d’un lieu que le souvenir d’une expérience personnelle.

[traduction française: François Couture, v-12]


Irrashaimase a été réalisée en 2000 dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU), ainsi qu’au studio du compositeur en Nouvelle-Écosse (Canada). Elle a été créée le 6 février 2000, dans le cadre de la série de concerts «Aural Kinetics» organisée par BEAST au Midlands Arts Centre de Birmingham. Elle a aussi été présentée à BEAST: De Natura Sonorum (Birmingham) en 2004, ainsi que dans des événements canadiens. Le compositeur reconnaît l’apport financier du Nova Scotia Arts Council à la réalisation de cette œuvre.


Création

  • 6 février 2000, Aural Kinetics, Foyle Studio — Midlands Arts Centre, Birmingham (Angleterre, RU)

kune kune

Steven Naylor

  • Année de composition: 2004
  • Durée: 4:17
  • Instrumentation: support

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • PCM pour Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits

kune kune est une courte expérience sonore autour, principalement, des sons émis par un couple de curieux cochons Kunekune de Nouvelle-Zélande enregistrés près de Bath (Angleterre, RU).

[traduction française: François Couture, v-12]


kune kune a été réalisée en 2003 dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU), ainsi qu’au studio du compositeur en Nouvelle-Écosse (Canada). Elle a été créée le 8 mars 2003, pendant les concerts «20/20 Re:Vision» célébrant le 20e anniversaire de Birmingham Electroacoustic Sound Theatre (BEAST), au CBSO Centre (Birmingham, RU). Elle a aussi été diffusée à Musica Nova (République tchèque) en 2005 et présentée dans des événements canadiens. Le compositeur reconnaît l’apport financier du Nova Scotia Arts Council et du Conseil des arts du Canada (CAC) à la création de cette œuvre.


Création

  • 8 mars 2003, 20/20 Re:Vision: Present, Concert 1, CBSO Centre, Birmingham (Angleterre, RU)

The Thermal Properties of Concrete

Steven Naylor

  • Année de composition: 2006
  • Durée: 27:03
  • Instrumentation: support 8 canaux

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • PCM pour Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits

The Thermal Properties of Concrete est une œuvre éminemment personnelle, même si elle n’a presque rien à voir avec ma personne. Je l’ai conçue, je l’ai faite et j’ai choisi de l’inclure sur ce disque, mais elle évoque un monde que je n’ai jamais connu personnellement et que j’espère ne jamais connaître. Il ne s’agit pas d’une œuvre politique ni d’un commentaire social. Il s’agit simplement de ma réponse d’artiste à ce que j’observe. Je dois remercier trois personnes dont les voix sont partout présentes dans cette pièce: Jody Stevens qui interprète le personnage fictif de la narratrice, ainsi que deux cadres du service d’urbanisme de Halifax (NÉ, Canada). Ces derniers ont demandé à garder l’anonymat, mais leurs réflexions m’ont fait comprendre à quel point il est complexe de créer un environnement urbain construit qui convient à tous les résidents, même à ceux sans domicile fixe. J’ai aussi une dette d’inspiration envers le regretté Glenn Gould, dont les œuvres radiophoniques polyphoniques, à commencer par The Idea of North en 1967, ont aider plusieurs auditeurs canadiens comme moi à redéfinir leur notion de ce qu’est la musique.

[traduction française: François Couture, v-12]


The Thermal Properties of Concrete [Les propriétés thermiques du béton] a été réalisée en 2006 dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU), ainsi qu’au studio du compositeur en Nouvelle-Écosse (Canada). Elle a été créée le 4 mars 2007, dans le cadre de la série de concerts «Invisible Art» organisés par BEAST au CBSO Centre (Birmingham, RU). Elle a été sélectionnée pour diffusion au Phonurgia Nova à Arles, en France (2007), ainsi qu’au ISCM World New Music Days/Aurora Festival à Sydney, en Australie (2010). Elle a aussi été présentée dans plusieurs événements canadiens. Le compositeur reconnaît l’apport financier du Nova Scotia Arts Council et du Conseil des arts du Canada (CAC) à la création de cette œuvre.


Création

  • 4 mars 2007, Invisible Art — Concert 5, CBSO Centre, Birmingham (Angleterre, RU)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.