Transformations (Téléchargement) Le programme en détail

A Walk Through the City

Hildegard Westerkamp / Norbert Ruebsaat

  • Année de composition: 1981
  • Durée: 16:02
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Two New HoursCBC

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

A Walk Through The City (Randonnée dans la ville) est une composition sur l’environnement urbain, fondée sur le poème du même titre de Norbert Ruebsaat. Ce morceau entraîne l’auditeur dans un site urbain spécifique — le quartier des clochards de Vancouver — avec ses sons et ses langages. La circulation, les klaxons de voitures, les freins, les sirènes, les avions, les bruits de construction, les flippers, la vibration des trains, les voix humaines et un poème sont les «instuments de musique» de ce morceau. Ces sons sont utilisés en partie tels qu’ils se présentent dans la réalité, et en partie sous forme d’objets sonores modifiés en studio. Une oscillation continue se crée entre les paysages sonores réel et imaginaire, entre les lieux reconnaissables et transformés, entre la réalité et la composition.

Le poème est récité par l’auteur et apparaît tout au long du morceau, symbolisant ainsi la présence humaine dans le paysage sonore urbain. La voix du poème interagit avec les sons et les autres voix qu’elle rencontre dans le morceau, elle fait des commentaires, dramatise ces sons et ces voix, et se débat contre eux.

[traduction française: Aline Barnoti]


A Walk Through The City a été réalisée en 1981 au Sonic Research Studio de la Simon Fraser University (SFU) (Vancouver, CB) et, à l’étape finale, aux studios de la CBC à Vancouver avec le soutien technique de Gary Heald. La pièce est une commande de l’émission Two New Hours de la CBC Radio, et a été diffusée pour la première fois en avril 1981, dans le cadre de cette émission. Plusieurs des sons proviennent de la collection d’enregistrements sur l’environnement du World Soundscape Project de la Simon Fraser University à Vancouver, y compris ceux des deux vieillards de la rue, enregistrés par mon défunt ami et collègue Howard Broomfield. Certains des sons ont été enregistrés par moi.


Création

  • Avril 1981, Two New Hours, CBC

Fantasie for Horns II

Hildegard Westerkamp

  • Année de composition: 1979
  • Durée: 12:50
  • Instrumentation: cor et support 4 canaux

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Fantasie for Horns II (Fantaisie pour cors II) a été composée en deux étapes: la partie bande a été terminée d’abord, en 1978; elle avait été conçue comme une composition à part entière (Fantasie for Horns I qui, en 1979, a reçu une mention honorable au Concours international de musique électroacoustique de Bourges, en France). Après avoir achevé la bande, il semblait naturel d’ajouter une partie pour cor en direct. En plus de se rattacher à l’environnement par son choix de sons, la bande pouvait à présent devenir l’environnement acoustique du cor — un instrument qui, pour sa part, a longtemps été utilisé comme source de signaux sonores dans diverses parties du monde.

Les sources de sons pour la partie bande sont des sirènes de trains canadiens, des cornes de brume des côtes canadiennes du Pacifique et de l’Atlantique, des sirènes d’usines et de bateaux de Vancouver et des environs. Un cor des Alpes et un ruisseau constituent des sources de sons additionnelles. La plus grande partie des matériaux ont été pris dans la collection de bandes du World Soundscape Project de la Simon Fraser University à Vancouver; certains des sons ont été enregistrés par moi.

Ce fut fascinant d’écouter les différents cors de la collection, pour la façon dont leurs sons sont façonnés et modulés par le paysage environnant. Certains cors ne résonnent qu’une fois, d’autres plusieurs fois, leurs sons se perdant lentement au loin. Pendant qu’un train approchait, l’écho de sa sirène était un demi-ton plus bas qu’au moment où ce train était passé. Chaque cor acquiert un son unique dans le paysage qu’il habite. La forte interaction qui existe entre ces sons et leur environnement a inspiré l’utilisation de ces matériaux. Les sons de cor présentent un autre intérêt — ils s’élèvent au-dessus de n’importe quelle ambiance, y compris celle des grandes villes. Il s’agit de repères sonores qui confèrent à un lieu son caractère et nous donnent, souvent de façon subliminale, un ‘sens du lieu’.

[traduction française: Aline Barnoti]


La bande de cette pièce a été réalisée en 1978 au Sonic Research Studio de la Simon Fraser University (SFU) (Vancouver, CB) et Fantasie for Horns II a été créée par James MacDonald en octobre 1979, à la Music Gallery à Toronto.


Création

  • Octobre 1979, James MacDonald, cor • Concert, The Music Gallery, Toronto (Ontario, Canada)

À propos de cet enregistrement

La présente version (1996) a été interprétée par Brian G’froerer qui a utilisé deux instruments: un cor Yamaha YHR-667V pour la partie principale de l’œuvre et un cor Alexander Model 107 pour l’imitation des cornes des remorqueurs.

Kits Beach Soundwalk

Hildegard Westerkamp / Hildegard Westerkamp

  • Année de composition: 1989
  • Durée: 9:42
  • Instrumentation: récitant et support stéréo

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Il y a environ dix ans, j’ai réalisé et animé à la Vancouver Co-operative Radio une émission radiophonique, intitulée Soundwalking, au cours de laquelle j’emmenais l’auditeur dans différents endroits de la ville ou des environs que j’explorais sur le plan acoustique. Kits Beach Soundwalk est un prolongement de cette idée initiale dans le domaine de la composition.

Kitsilano Beach — familièrement appelée Kits Beach, et dont le nom original en langue amérindienne est Khahtsahlano — est située au cœur de Vancouver. En été, elle est encombrée d’un étalage de «viandes variées» et de «ghetto blasters» (radio-cassettes portables), et se retrouve véritablement à des années-lumière du silence que pouvaient connaître, il n’y a pas si longtemps, les Amérindiens.

L’enregistrement original sur lequel est basé la pièce a été réalisé au cours d’une paisible matinée d’hiver, alors que le doux clapotis des vagues et les sons minuscules des bernaches en train de manger se faisaient entendre, avec en toile de fond la ville vibrante. Dans cette composition de promenade sonore, on finit par laisser la ville pour explorer plutôt le minuscule royaume acoustique des bernaches, le monde des hautes fréquences, les espaces intérieurs et les rêves.

[traduction française: Aline Barnoti]


Kits Beach Soundwalk a été réalisée en 1989 dans mon propre studio, Inside the Soundscape, et la création de la pièce a eu lieu en mars 1989 à la Vancouver Art Gallery.


Création

  • Mars 1989, Hildegard Westerkamp, voix • Concert, Vancouver Art Gallery, Vancouver (Colombie-Britannique, Canada)

Cricket Voice

Hildegard Westerkamp

  • Année de composition: 1987
  • Durée: 10:55
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
À Norbert Ruebsaat

«C’est dur d’être une nuit dans le désert
sans les grillons.
On y arrive avec les étoiles.
On y arrive avec la peau
de cette nuit de désert.
On coud les deux ensemble
le ciel à la terre.
On l’atteint avec notre voix de grillon.»

Norbert Ruebsaat

Cricket Voice (Voix de grillon) est l’exploration musicale d’un grillon, dont j’ai enregistré le chant dans la tranquillité d’une région désertique du Mexique appelée Zone du silence. Le silence du désert permettait une clarté acoustique telle que le chant de nuit de ce grillon — émis tout-à-fait par hasard très près de mon microphone — s’est transformé en «objet sonore» idéal pour cette composition sur bande. Au ralenti, ce chant retentit comme les battements de cœur du désert; à la vitesse originale, il célèbre les étoiles.

Le silence du désert favorisait également la production de sons. Les sons percutants dans Cricket Voice ont été créés en ‘jouant’ sur des plantes du désert — sur les épines de divers cactus, sur des racines et des feuilles de palmiers séchées — et en explorant les résonances dans les ruines d’un ancien château d’eau.

[traduction française: Aline Barnoti]


Cricket Voice a été achevée dans mon propre studio, Inside the Soundscape, avec l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC). La création de la pièce a eu lieu en juin 1987 au Community Arts Council of Vancouver.


Création

  • Juin 1987, Concert, Community Arts Council of Vancouver, Vancouver (Colombie-Britannique, Canada)

Beneath the Forest Floor

Hildegard Westerkamp

  • Année de composition: 1992
  • Durée: 17:23
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Two New HoursCBC

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Beneath The Forest Floor (Sous le sol de la forêt) est composée à partir de sons enregistrés dans de vieilles forêts de la côte ouest de la Colombie-Britannique. La pièce nous fait traverser la forêt visible, jusque dans son monde d’ombres, son esprit; jusque dans ce qui affecte notre corps, notre cœur et notre esprit lorsque nous faisons l’expérience de la forêt.

La plupart des sons pour cette composition ont été enregistrés dans un site spécifique, la vallée de la Carmanah sur l’Île de Vancouver. Cette vieille forêt humide abrite certaines des plus grandes épinettes Sitka connues au monde, ainsi que des cèdres vieux de bien plus de mille ans. Le silence de cette forêt est énorme, ponctué seulement à l’occasion par les sons de petits oiseaux chanteurs, de corbeaux et de geais, d’écureuils, de mouches et de moustiques. Bien que le ruisseau Carmanah constitue toujours une présence acoustique, il ne trouble jamais la paix. Ses sons entrent et sortent du silence de la forêt au fur et à mesure que la piste serpente à travers les clairières proches du ruisseau. Un séjour de quelques jours dans la vallée de la Carmanah crée une profonde paix intérieure — transmise, sans aucun doute, par les arbres qui se dressent toujours au même endroit depuis des centaines d’années.

Beneath The Forest Floor tente de créer un espace dans le temps qui nous permette de ressentir cette paix. Mieux encore, la pièce vise à encourager les auditeurs à visiter un endroit tel que la vallée de la Carmanah, dont la moitié a déja été détruite par la coupe à blanc. En plus de nous permettre de ressentir l’impressionnant silence, une visite donnera aussi un sens très réel de ce qui est perdu lorsque ces forêts disparaissent: les arbres, bien sûr, mais aussi cette paix intérieure qu’ils nous communiquent — un sentiment d’équilibre et de concentration, d’énergie nouvelle et de vie. La forêt intérieure, la forêt en nous.

[traduction française: Aline Barnoti]


Beneath The Forest Floor a été réalisée au Advanced Audio Production Facility de la CBC à Toronto, avec le soutien technique de Joanne Anka et Rod Crocker. La pièce est une commande de la CBC Radio pour l’émission Two New Hours. La première radiodiffusion de la pièce a eu lieu en avril 1992, dans le cadre de cette émission. Mes remerciements à Norbert Ruebsaat qui m’a passé ses enregistrements d’un corbeau adulte et d’un jeune corbeau dans les Îles de la Reine-Charlotte. Tous les autres enregistrements ont été réalisés par moi, essentiellement dans la vallée de la Carmanah sur l’Île de Vancouver, de même que dans des forêts proches de Cowichan Lake sur l’Île de Vancouver, sur l’Île de Galiano et au Lighthouse Park près de Vancouver. Tous les sons ont été enregistrés au cours de l’été 1991. Mes remerciements à Peter Grant pour son aide durant la majeure partie du processus d’enregistrement. Je remercie tout spécialement David Jaeger, réalisateur de l’émission Two New Hours, pour avoir rendu possible cette composition et pour m’avoir donné la chance de travailler dans le studio de la CBC Radio à Toronto. Beneath The Forest Floor a été recommandée pour diffusion radiophonique à la Tribune de musique électroacoustique du Conseil international de la musique (CIM) en 1992 et a reçu une mention spéciale au Prix Italia 1994.


Création

  • Avril 1992, Two New Hours, CBC