Interstices (DVD-Audio) Le programme en détail

Papillon, abîme, nuit

Ingrid Drese

  • Année de composition: 1999
  • Durée: 12:07
  • Instrumentation: support

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 48 kHz, 24 bits

«Papillon qui voltige. // Sursaute de son rêve. // Fredonne, frémit, // Traverse les mondes souterrains. // Songe merveilleux. // Battement des ailes. L’ombre du papillon // Couleurs de ses ailes. Lumière de l’automne // Dans l’ombre, il // Tremble et danse»Ingrid Drese

[ii-09]


Papillon, abîme, nuit a été réalisée en 1999 au studio de la compositrice et a été créée le 17 novembre 1999 dans le cadre du 6e Festival acousmatique international L’Espace du son au XL Théâtre du Grand Midi (Bruxelles, Belgique). Papillon, abîme, nuit a été finaliste au 1er Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2000). Elle a été enregistrée sur le disque compact Métamorphoses 2000 (MR 2000).


Création

  • 17 novembre 1999, L’Espace du son 1999: Concert, XL Théâtre du Grand Midi, Bruxelles (Belgique)

Tout autant

Ingrid Drese / Étienne Leclercq

  • Année de composition: 2000
  • Durée: 9:37
  • Instrumentation: support
  • Commande: Le bureau des arts

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 48 kHz, 24 bits

«Le fond; flot de paroles, des mots qui n’en finissent pas. // Des sons, sans début ni fin. L’inarticulé et lisse, à l’infini. // Les figures; la voix, ses couleurs, ses émotions. // Les mots, porteurs de sens. // Présence. // Figures sur fond, reliées par des symboles et des images.»Ingrid Drese

«Ce texte se structure en deux niveaux. Le projet est de les faire cohabiter en sachant qu’ils n’ont aucun point commun.»Étienne Leclercq

[vi-09]


Tout autant a été réalisée en 2000 au studio de la compositrice et a été créée du 26 au 28 mai 2000 durant le forum Musiques en marge au Théâtre-Poème à Bruxelles (Belgique). Tout autant est une commande de l’organisme Le bureau des arts (Bruxelles, Belgique) pour Musiques en marge et a reçu le soutien du Service de la musique de la Direction générale de la culture du ministère de la Communauté française de Belgique. Merci à Renaud De Putter et Stephane Ginsburgh de l’organisme Le bureau des arts. Merci à Fabienne Henry, voix enregistrée. Tout autant a été enregistrée en 2000 sur le disque compact Passerelles (Sub Rosa, SR 161).


Création

  • 26 mai 2000, Musiques en marge, Théâtre-Poème, Bruxelles (Belgique)

Plis de la nuit

Ingrid Drese

  • Année de composition: 2008
  • Durée: 11:38
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits
À Renaud De Putter

Plis de la nuit est sous-titrée «Nocturne».

«“Géologie sonore”, pliée comme ces papiers donnés en offrande. // “Images de sons” tronquées, que le souvenir d’une musique superpose; point par point. // Telle une matière stratifiée, les sons se soulèvent, émergent, forment des plis, libèrent le sentier sinueux d’un chant rêvé. // Des morceaux de musique en surimpression, déformés par une mémoire infidèle; images courbes d’une partition pliée. // Ces sons qui se tordent et se ploient sous le poids des impressions accumulées; jour après jour. // Les mélodies au loin, contrepoint transformé par le filtre du temps; nous atteint cette mélancolie d’ondes enchevêtrées. // Souvenir idéalisé, image à contre-jour; ce chant, qui au bout de la nuit a laissé son pli sur le front et mis l’âme à l’envers; et de son souffle s’insinue dans les plis et replis du cœur. // Sur la peau, les traces en négatif des plis de l’étoffe; palimpseste d’histoires oubliées; “la nuit n’a plus qu’à plier ses voiles…”»Ingrid Drese

[v-09]


Plis de la nuit a été réalisée en 2008 au studio de la compositrice et a été créée le 23 avril 2008 dans le cadre du Festival Ars Musica au Théâtre de la Rotonde — Le Botanique à Bruxelles (Belgique). Elle a été réalisée grâce au soutien financier du Service de la musique de la Direction générale de la culture du ministère de la Communauté française de Belgique. Merci à Renaud De Putter pour sa confiance et sa générosité.


Création

  • 23 avril 2008, Ars Musica 2008: Renaud De Putter: Carte blanche, La Rotonde — Le Botanique, Bruxelles (Belgique)

Voix de l’aurore

Ingrid Drese

  • Année de composition: 2006-07
  • Durée: 14:00
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Musiques & Recherches

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits
À Annette Vande Gorne

Cette rêverie est inspirée par l’expérience extraordinaire, celle d’une coupole s’ouvrant lentement sur le ciel. D’abord, aussi fine qu’un trait de pinceau à l’encre de chine, l’image du ciel ensuite envahit la tête pour y créer des rêves de sons et d’espaces poétiques.

Ancrage-loin

«“Après la longue nuit, sa sœur, porteuse d’angoisse et de crainte, l’aurore.” // Bercés par une onde tranquille, les sons s’articulent mollement, émergent en douceur; transformation lente d’une énergie nocturne. // Bientôt sera rompue la paresse du continu.»

Voûte azurée

«“Le doux frou-frou des étoiles.” // C’est comme si tout se passait au-dessus de nos têtes; tous les sons, légers, libres et volontaires s’envolent vers les hauteurs imaginaires. Dans une succession d’instants et de simultanéités, les sons, dans un joyeux désordre se tissent, s’absorbent, se dilatent, virevoltent et explosent. Des chutes, des chocs, des chants; des envolées, des échappées, des extravagances dans la verticalité des mouvements. // L’Attente. // Danse perpétuelle d’énergies, les rythmes s’amassent jusqu’à former des traînées de poussière. Les aigus qui titillent l’oreille, insolents traversent l’air d’un trait, comme une flèche; et les corps scintillent au loin.»

Ancrage-proche

«Dans la tranquillité des mouvements, le temps s’abandonne à l’onde. // Douces ondulations d’un temps horizontal.»

Coda

«Présences elliptiques»

[viii-09]


Voix de l’aurore a été réalisée en 2006-07 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches, à Ohain (Belgique) et au studio de la compositrice et a été créée le 17 octobre 2007 dans le cadre du 14e Festival acousmatique international L’Espace du son au Théâtre Marni à Bruxelles (Belgique). Voix de l’aurore est une commande de Musiques & Recherches. Merci à François Colas, astronome à l’Observatoire de Paris, et à Marc Moniez, astrophysicien au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) pour leur guidance dans ce lieu magnifique.


Création

  • 17 octobre 2007, L’Espace du son 2007: Ouverture et anniversaire!, Théâtre Marni, Bruxelles (Belgique)

Sept œils sauvages

Ingrid Drese / Marc Jaffeux

  • Année de composition: 2003-04
  • Durée: 25:05
  • Instrumentation: support
  • Commande: Ina-GRM

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 48 kHz, 24 bits

«Comme perdu dans l’obscurité, d’abord; le regard errant. // Zones d’ombres; contours s’estompant; reflets indécis. // Très lentement, seulement, le chemin se révèle à l’œil. // Métamorphose des couleurs. // Seront exposés les principes architecturaux d’une ville fondée sur la mobilité des couleurs. // Une lumière diffuse, le regard troublé, et l’inarticulé participent au sentiment de confusion. Seul un faible éclairage suffira pour nous livrer les secrets de la matière, de la couleur et de la forme des choses. // C’est une histoire racontée; l’apparition discrète des personnages, une présence suggérée, simplement. // Incises légères. // Deux mondes se racontent. Celui du mot, celui du son; se touchant, parfois. // Points d’intersection. Les interstices offrant leur espace. // Rencontres fortuites. Des relations se perdent. // Le chemin n’était pas tracé. // Lignes, points et taches deviennent masse, qui à son tour se désagrège. // Des mots incarnés; ces voix tendres, graves, sereines, sensuelles ou enjouées. // Des mots clairement articulés, par bribes seulement, intelligibles parfois jusqu’à être happés par des matières et recrachés par elles. // Des mots qui se perdent dans la couleur des sons; simplement. // La forme est sagittale. // La flèche du temps traverse ces différents espaces émotionnels; déviée de sa course, prise dans des tourbillons, surprise par trop de tremblements. // Ainsi, cette flèche, frôlant les sept principes de fragilité, immuables, achève-t-elle sa trajectoire dans l’obscurité d’avant. Comme l’œil qui retourne à l’indifférencié, s’abandonnant à l’inconnu. // À nos regards d’errer.»Ingrid Drese

«Trois siècles avant la Contre-Histoire, Lus Carolien formule les principes architecturaux d’une ville fondée sur la mobilité des couleurs; ici, le plasticien légendaire cite les auteurs d’un passé imaginaire qui l’ont inspiré (poètes, romanciers, physiciens: les Œils sauvages une licence orthographique qui désigne l’idée du regard plutôt que l’organe), et formule les sept ‘principes de fragilité’ qui ont fondé son travail sur la métamorphose des couleurs et leur dématérialisation. Il s’agit donc, avec Sept œils sauvages, d’une fiction, d’une ‘histoire’, mais sous la forme de citations brèves et colorées, articulées discrètement au matériau musical de sorte qu’elles n’en entravent pas la délicate abstraction.»Marc Jaffeux

[vi-09]


Sept œils sauvages a été réalisée en 2003-04 au studio de l’Ina-GRM et au studio de la compositrice et a été créée le 14 mai 2005 à la Salle Olivier Messiaen — Maison de Radio France (Paris, France). Elle est une commande de l’Ina-GRM. Merci à Jean-Yves Izquierdo et Jérôme Crosnier, comédiens enregistrés. Merci à Patrick Levy, Anne Behaxeteguy, Roberto Bertolino, Erwan Cossé, Fabienne Delerue, Denis Dufour, Sandrine Fay, Raphaël Mattey, Gilles Thomas d’Hoste, voix enregistrées.


Création

  • 14 mai 2005, Multiphonies 2004-05: Concert, Salle Olivier Messiaen — Maison de la radio, Paris (France)

Horloge à feu

Ingrid Drese

  • Année de composition: 1998
  • Durée: 11:52
  • Instrumentation: support 8 canaux

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 48 kHz, 24 bits

«La vieille horloge à feu des Chinois. On réalisait une telle horloge en répandant une poudre combustible dans un labyrinthe. On l’enflammait ensuite à l’une des issues, de telle sorte que la combustion se propageait lentement, comme dans une mèche. On lisait le temps d’après la progression de la combustion. Les labyrinthes avaient la plupart du temps la forme de mandalas, si bien qu’une telle horloge était un modèle, un système relativement clos. Quand un certain processus énergétique s’était déroulé à l’intérieur du modèle, un intervalle du temps touchait également à sa fin. Dans cet instrument, le «temps» est figuré par un courant interne d’énergie se mouvant à l’intérieur d’un certain modèle.»Marie-Louise von Franz (1915-1998), Nombre et temps, Psychologie des profondeurs et physique moderne. Éditions de La Fontaine de Pierre, Paris, 1983

Horloge à feu. Espace symbolique. Choisie en tant que symbole, l’horloge à feu montre la coexistence, l’interdépendance des phénomènes tels que le temps, l’énergie et l’espace.

Horloge à feu. Espace géométrique. Pièce octophonique, l’espace est délimité par des points-sources organisés en deux carrés: intérieur/extérieur. À l’image de cette horloge, les sons évoluent dans un système, un espace relativement fermé. Le carré ainsi comporte-t-il la notion de ce qui limite, entoure et protège.

Horloge à feu. Espace imaginaire. C’est aussi une réflexion quant au pouvoir esthétique, expressif et symbolique des lignes et figures géométriques. Existe-t-il une corrélation entre cet espace organisé et l’imaginaire? Pourrait-on alors parler d’un archétype des formes géométriques? Temple ou mur, il y a la volonté de repousser les limites, de se libérer du temps; cette brèche, une ouverture sur d’autres réalités.

[viii-09]


Horloge à feu a été réalisée en 1998 au studio du GMEM (Marseille, France) et au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches, à Ohain (Belgique) et a été créée le 13 juillet 1998 lors du concert du Prix supérieur au Conservatoire royal de Mons (Belgique). Horloge à feu a reçu le soutien du Service de la musique de la Direction générale de la culture du ministère de la Communauté française de Belgique.


Création

  • 13 juillet 1998, Concert, Conservatoire royal de Mons, Mons (Belgique)

Sempre dolce

Ingrid Drese

  • Année de composition: 2006
  • Durée: 4:40
  • Instrumentation: support

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 48 kHz, 24 bits
À Francis Dhomont

Geste d’amitié offert à Francis Dhomont pour son 80e anniversaire.

[ii-09]


Sempre dolce a été réalisée en 2006 au studio de la compositrice et a été créée le 17 octobre 2007 durant le 14e Festival acousmatique international L’Espace du son au Théâtre Marni (Bruxelles, Belgique). Sempre dolce a reçu le soutien du Service de la musique de la Direction générale de la culture du ministère de la Communauté française de Belgique.


Création

  • 17 octobre 2007, L’Espace du son 2007: Ouverture et anniversaire!, Théâtre Marni, Bruxelles (Belgique)

Amaryllis

Ingrid Drese

  • Année de composition: 1996
  • Durée: 13:34
  • Instrumentation: support

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Les matériaux de départ sont constitués de sons concrets ainsi que de sons de synthèse, ayant traversé de nombreuses transformations telles que la transposition, le hachage, le gel, la répétition et bien d’autres. Les motifs qui en résultent représentent le premier niveau de la recherche. L’idée principale s’articule autour des principes suivants: la division; l’opposition; une complémentarité; l’alternance; et l’émergence. C’est-à-dire, analyser plusieurs principes simultanément en essayant d’y découvrir une interdépendance, une complémentarite, afin de recréer une cohérence, une unité. Les sons, leurs transformations, l’écriture ainsi que la structure globale ont été imaginés dans le but de répondre aux exigences de ces principes. Voici un exemple: la structure de la pièce (en quatre grandes sections) correspond au principe d’alternance. Il s’agit de l’aspect suivant: ‘Raréfaction / densification’ des événements et de son corrélat, la perception du temps.

[vi-09]


Amaryllis a été réalisée en 1996 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches, à Ohain (Belgique) et a été créée en juillet 1996 au Conservatoire royal de Mons (Belgique). Amaryllis a obtenu le Prix de composition de l’Académie Royale de Belgique en 1997 ainsi que le Deuxième prix au 5e Prix international Noroit-Léonce Petitot 1997 (Arras, France) et a été gravée sur le disque compact Prix international Noroit-Léonce Petitot 1997 (NOR 5).


Création

  • Juillet 1996, Concert, Conservatoire royal de Mons, Mons (Belgique)

Distinctions

Amaryllis, 1: Verticalité — horizontalité — densité

Ingrid Drese

  • Durée: 5:13
  • Instrumentation: support

Stéréo

  • 48 kHz, 24 bits

Amaryllis, 2: Émergence — complémentarité — suspendu

Ingrid Drese

  • Durée: 2:01
  • Instrumentation: support

Stéréo

  • 48 kHz, 24 bits

Paysage avec miroir

Ingrid Drese / Inés Wickmann

  • Année de composition: 2006
  • Durée: 6:46
  • Forme: vidéomusique
  • Instrumentation: vidéo

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits

«Guidés par la forme du récit, inspirés par l’atmosphère des images, dans une volonté d’en saisir le sens, les sons s’y fondent et s’y confondent.»Ingrid Drese

«Un regard reflété dans le miroir est témoin d’une métamorphose dans un paysage liquide et souterrain.»Inés Wickmann

[ii-09]


Paysage avec miroir a été réalisée en 2006 au studio de la compositrice et au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches, à Ohain (Belgique); la vidéo a été réalisée en 2006 au studio personnel de la vidéaste à Avignon (France). Paysage avec miroir a été créée le 21 mai 2006 durant la série de concerts 3 visages de la musique électroacoustique au Petit théâtre Mercelis à Bruxelles (Belgique). Paysage avec miroir a reçu le soutien du Service de la musique de la Direction générale de la culture du ministère de la Communauté française de Belgique.


Création

  • 21 mai 2006, 3 visages de la musique électroacoustique: Vidéos-musiques, Petit théâtre Mercelis, Bruxelles (Belgique)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.