trans_canada (Téléchargement) Le programme en détail

Writing Machine

Nicolas Bernier

  • Année de composition: 2005
  • Durée: 15:28
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Commande: ZKM

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Writing Machine puise son inspiration chez l’auteur américain William S Burroughs et de certains parallèles entre son travail d’écriture et la composition électroacoustique. Le point de départ se trouve dans la technique bien connue du «cut-up» qui consiste à prendre plusieurs sources textuelles, d’en couper des extraits et de les réassembler pour obtenir de nouvelles structures, de nouveaux textes. J’ai pour ma part appliqué la technique de Burroughs à ses propres mots en abordant la notion de déconstruction du langage. J’ai utilisé les mots non pour leurs seules qualités sémantiques, mais également pour leurs propriétés matérielles, morphologiques et musicales.

Cette citation provenant du texte Sound Identity Fading Out: William Burroughs’ Tape Experiments de Robin Lydenberg résume précisément mon intention:

[…] les collages de Burroughs produisent souvent une pulsation agressante […] qui laisse l’auditeur dans l’impossibilité d’assembler à partir de ce qu’il entend un contexte, une séquence linéaire, voire une syntaxe, le libérant ainsi de ces schèmes de pensée imposés. Comme il [Burroughs] l’explique dans The Ticket That Exploded: “Le contenu de la bande semble n’avoir aucun effet sur le résultat.” Son pouvoir réside plutôt dans le rythme, dans ses motifs d’alternance à intervalles précis.

Outre la voix, Writing Machine est construite autour de sons de machines à écrire qui ont été électrifiés, métallisés, pulsés et distordus afin de rendre compte de l’univers sonore qu’évoque pour moi la lecture de Burroughs.

[xi-11]


Writing Machine a été réalisée de décembre 2004 à février 2005 dans les studios de l’Université de Montréal et du Zentrum für Kunst und Medientechnologie Karlsruhe (ZKM) en Allemagne. Elle a été créée le 10 février 2005 dans le cadre du festival trans_canada au ZKM_Kubus à Karlsruhe (Allemagne). Elle est une commande du ZKM avec l’aide du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et de l’ambassade du Canada à Berlin. Merci à Ludger Brümmer, Sabine Breitsameter, à toute l’équipe du ZKM, à l’Université de Montréal et à André Garant (voix enregistrée).


Création

  • 10 février 2005, Nicolas Bernier, diffusion • trans_canada: Générations • Generationen • Generations, ZKM_Kubus, Karlsruhe (Allemagne)

Let Me Out

Darren Copeland

  • Année de composition: 2006
  • Durée: 34:59
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Kunstradio — Österreichischer Rundfunk (ORF)

Stéréo

  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits

Le quotidien nous malmène beaucoup plus qu’on ne l’admet. Ma pièce s’adresse au subconscient, aux fantasmes qui nous passent par la tête pendant nos déplacements… d’un couloir à un quai de métro, des tourniquets du métro à la rue. C’est une pièce qui s’adresse à toutes ces folles pulsions qui nous hantent lorsqu’on se sent étouffé dans un espace exigu ou écrasé par un espace trop vaste. Parfois, on aimerait simplement crier «Laissez-moi sortir!» Avec cette pièce, mon but n’est pas que ces lieux invitant à l’hallucination vous donnent des cauchemars. Il s’agit plutôt d’une célébration de l’artiste, du fou ou du rêveur en chacun de nous.

[traduction française: François Couture, vi-09]


Let Me Out [Laissez-moi sortir] a été réalisée en 2006 au studio du compositeur. Elle a été créée le 11 août 2006 à l’église St Andrew-by-the-Lake, dans le cadre du Sound Travels Festival of Sound Art, sur l’île de Toronto (Ontario). Elle est une commande de la Osterreichischer Rundfunk (ORF) pour son émission Kunstradio. Les recherches en spatialisation faites pour sa création en concert ont reçu l’appui du programme d’arts médiatiques du Conseil des arts du Canada (CAC). Merci à Charlie Fox pour son enregistrement des couloirs déserts de l’université de Regina (Saskatchewan) pendant la résidence The Art of Immersive Soundscape en juillet 2004, ainsi qu’à Barry Prophet, qui a enregistré avec moi des lieux semblables à l’université de Toronto (Ontario) en février 2006, et à Elisabeth Zimmerman de l’ORF. Let Me Out est le pendant de Ich will kein Inmich mehr sein, commandée par le ZKM à l’occasion du festival trans_canada. Un merci spécial à Sebastian Schäfer pour les enregistrements vocaux qu’il a faits pour Ich will kein Inmich mehr sein et qui ont servi de matériologies sonores pour Let Me Out, ainsi qu’à l’auteur Birger Sellin pour son livre Ich will kein Inmich mehr sein et ses perspectives sur l’esprit autistique, la trame de fond de ces deux œuvres.


Création

  • 11 août 2006, Sound Travels 2006: Light and Sound, St Andrew-by-the-Lake Church, Toronto (Ontario, Canada)

Brief an den Vater

Francis Dhomont / Franz Kafka

  • Année de composition: 2005-06
  • Durée: 17:03
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: ZKM

Stéréo

  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Brief an den Vater est une première recherche préliminaire pour Le cri du Choucas, un long travail en cours sur l’univers, l’œuvre et la personnalité de Franz Kafka.

Il s’agit, bien sûr, de la célèbre lettre que Franz Kafka écrivit en novembre 1919 à son père et qu’il ne lui envoya jamais. Mais seules quelques phrases sont extraites de ce long réquisitoire. Elles ont été choisies parce qu’elles résument assez explicitement les griefs que formule Kafka à l’égard de son père et, surtout, parce qu’elles révèlent les angoisses de l’écrivain, le moule dans lequel il a pris forme et, par là même, le substrat de ses thèmes littéraires.

Il y a plus de douze ans que je travaille à une longue œuvre, Le cri du Choucas, consacrée à cet auteur et à ses écrits. Alors, aujourd’hui, qu’ai-je fait de cette «lettre»? Me voilà surpris devant un être hybride, à la fois musique et Hörspiel, qui contient des sons, des mots, des idées, des images et qui semble échapper à tous les genres classés. Je le range donc parmi mes ‘essais’. Mais il est surtout une étude préalable pour Le cri du Choucas.

Un mot sur les matériologies sonores. Outre la voix du comédien Martin Engler (narration en avant-plan), les matériologies sont en grande partie produites à partir de la voix du compositeur allemand Hans Tutschku, parfois vocalique, parfois métamorphosée en pures sonorités. La plainte de Kafka, âpre et sans concession, exigeaient un matériel sonore rugueux, hésitant et sans séduction. J’ai donc pris ce risque.

Francis Dhomont [vi-09]


Brief an den Vater a été réalisée en 2005 dans le studio du compositeur à Avignon (France) et a été créée le 12 février 2005 dans le cadre du festival trans_canada au ZKM_Kubus du Zentrum für Kunst und Medientechnologie Karlsruhe (ZKM) à Karlsruhe (Allemagne). Cette pièce est une commande du ZKM. Merci à Martin Engler (narration enregistrée), Hans Tutschku, Ludger Brümmer et Götz Naleppa.


Création

  • 12 février 2005, Francis Dhomont, diffusion • trans_canada: Topographies • Topographien • Topographies, ZKM_Kubus, Karlsruhe (Allemagne)

Hi_Res

Louis Dufort

  • Année de composition: 2005
  • Durée: 13:37
  • Instrumentation: support 5.1 canaux
  • Commande: ZKM

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits

Hi_Res est une œuvre qui explore un certain fétichisme pour la technologie (souvent exploité dans les films de science-fiction de série B). À la source de Hi_Res (haute résolution) réside un texte — un court extrait du manuel d’utilisation du contrôleur MIDI Motor Mix — récité par le compositeur canadien Darren Copeland. Cette maladresse assumée souligne en quelque sorte l’absurdité qu’occupe l’importance de la technologie dans les arts. Une œuvre qui s’avoue donc posséder un certain ‘kitsch’ parsemé de pointes ironiques.

[viii-07]


Hi_Res a été réalisée en 2005 dans les studios du Zentrum für Kunst und Medientechnologie Karlsruhe (ZKM) en Allemagne. Une première version a été créée le 11 février 2005 dans le cadre du festival trans_canada au ZKM_Medientheater du ZKM. La version définitive a été créée — sous le titre provisoire Hi_Res.1 — le 14 mai 2005 dans le cadre du festival Elektra à l’Usine C à Montréal. Elle est une commande du ZKM. Merci à Ludger Brümmer, à l’équipe de l’Institut für Musik & Akustik du ZKM et à Darren Copeland.


Création

  • 11 février 2005, Louis Dufort, diffusion • trans_canada: Paysages • Landschaften • Landscape, ZKM_Medientheater, Karlsruhe (Allemagne)
  • 14 mai 2005, Elektra 6: Concert, Usine C, Montréal (Québec)

Ombres, espaces, silences…

Gilles Gobeil

  • Année de composition: 2005
  • Durée: 23:00
  • Instrumentation: support
  • Commande: ZKM

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits

Pour Ombres, espaces, silences…, j’ai eu le désir de revisiter les musiques des premières polyphonies (Ars Antiqua, Ars Nova). Mon intention était de faire cohabiter ce monde d’intervalles et d’accords à celui, bien plus vaste, des bruits. Cet univers des bruits devenant en quelque sorte un écrin pour présenter, ou plutôt évoquer poétiquement des fragments modifiés des premiers moments de la musique occidentale.

L’univers des bruits prend appui sur un phénomène fascinant de l’histoire du christianisme; les ermites ou les «Pères du désert» aux premiers siècles de l’ère chrétienne. Ces hommes avaient choisi délibérément de s’isoler, de rompre avec la société de leur temps car ils croyaient qu’on ne pouvait trouver qu’en dehors d’elle la réponse au problème du destin humain.

J’ai tenté de décrire en plusieurs tableaux la vie étonnante de ces hommes, leur ferveur religieuse (cette même ferveur qui a également donné naissance aux premières musiques polyphoniques), par une évocation des lieux physiques bien sûr, le désert aride et menaçant, mais aussi et surtout de leur fabuleux imaginaire spirituel.

[xi-07]


Ombres, espaces, silences… a été réalisée en janvier et février 2005 dans les studios du Zentrum für Kunst und Medientechnologie Karlsruhe (ZKM) en Allemagne et a été créée le 12 février 2005 dans le cadre du festival trans_canada au ZKM_Kubus du ZKM. Elle est une commande du ZKM. Merci au Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et au ZKM pour leur appui. Ombres, espaces, silences… a reçu une Mention d’honneur au Prix Ars Electronica (Linz, Autriche, 2005) et a été sélectionnée au 32e Concours international de musique et d’art sonore électroacoustiques de Bourges (France) la même année.


Création

  • 12 février 2005, Gilles Gobeil, diffusion • trans_canada: Topographies • Topographien • Topographies, ZKM_Kubus, Karlsruhe (Allemagne)

Distinctions

Palimpseste

Robert Normandeau

  • Année de composition: 2005, 11
  • Durée: 14:52
  • Instrumentation: support 16 canaux
  • Commande: ZKM

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 48 kHz, 24 bits
À Anick

Palimpseste est la quatrième et dernière pièce du cycle Onomatopées commencé en 1991 avec Éclats de voix et poursuivi avec Spleen (1993) et Le renard et la rose (1995). Respectivement consacrées à l’enfance, à l’adolescence et à l’âge adulte, les musiques de ce cycle se terminent avec un hommage au troisième âge. Comme les autres pièces du cycle, celle-ci se divise en cinq mouvements, évoquant tous un état d’âme, associés à un paramètre musical: Furie et rythme; Amertume et timbre; Colère et dynamique; Fatigue et espace; Sagesse et texture. Le titre fait référence au palimpseste, qui est un manuscrit sur lequel on a effacé le premier texte (et quelques fois, plusieurs textes successifs) afin d’en écrire un nouveau (le parchemin étant rare et précieux). Ici, le premier texte est la structure temporelle des œuvres précédentes. Elle est toujours présente, mais en arrière-plan. Elle a été recouverte par une couche formée d’une nouvelle catégorie de sons, absente des œuvres précédentes du cycle.

Palimpseste est construite exclusivement à partir de sons vocaux, des onomatopées en fait. Celles-ci sont particulièrement intéressantes puisqu’elles représentent le seul cas de figure du langage humain où l’action ou le sentiment est directement relié au son qui les représente. Les voix utilisées ont été enregistrées en Allemagne — Christian Gressier, Eberhard Geyer et Gabriela Lang — et au Québec — Andrée Lachapelle et Christiane Pasquier.

[xii-11]


Palimpseste a été réalisée en 2005 dans les studios du Zentrum für Kunst und Medientechnologie Karlsruhe (ZKM) en Allemagne et dans le studio du compositeur et a été créée le 12 février 2005 dans le cadre du festival trans_canada au ZKM_Kubus du ZKM sous le titre ZedKejeM. Elle a été révisée à l’été 2005 et créée le 21 octobre 2005 lors de l’événement Theater des Hörens au ZKM_Kubus du ZKM. Elle a été finalement révisée en 2011. Palimpseste est une commande du ZKM avec l’aide du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et du Conseil des arts du Canada (CAC). Remerciements à Sabine Breitsameter et Ludger Brümmer. La pièce a été finaliste au concours international de musique électroacoustique Musica Nova 2005 (Prague, République tchèque) et a été choisie par la section canadienne de la Société internationale pour la musique contemporaine (SIMC) pour représenter le Canada aux Journées mondiales de la musique 2007 à Hong Kong.


Création

  • 12 février 2005, Robert Normandeau, diffusion • trans_canada: Topographies • Topographien • Topographies, ZKM_Kubus, Karlsruhe (Allemagne)

Distinctions

The Shaman Ascending

Barry Truax

  • Année de composition: 2004-05
  • Durée: 15:45
  • Instrumentation: support 8 / 16 pistes
  • Commande: ZKM

Stéréo

  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits

The Shaman Ascending évoque une figure chamanique traditionnelle psalmodiant, en quête de l’extase spirituelle. Cependant, dans cette pièce, l’auditeur se trouve au centre d’un cercle de haut-parleurs, et les vocalisations tournent très rapidement et à travers des développements timbraux prononcés. L’œuvre gagne en complexité à mesure qu’elle progresse, le shaman s’élevant toujours plus haut sur l’échelle spirituelle.

Cette œuvre et son titre s’inspirent d’une paire de sculptures inuit du Canadien John Terriak portant le même titre et des chants de gorge inuit. Toutes les matériologies vocales sont issues d’un enregistrement de la basse Derrick Christian.

[traduction française: François Couture, vi-09]


The Shaman Ascending a été réalisée en 2004-05 au studio du compositeur et mixée au Sonic Research Studio de la Simon Fraser University (SFU) (Vancouver, Colombie-Britannique). Elle a été créée le 12 février 2005 dans le cadre du festival trans_canada, au ZKM_Medientheater de Karlsruhe (Allemagne). Elle est une commande du Zentrum für Kunst und Medientechnologie Karlsruhe (ZKM). La version huit canaux a été conçue à l’aide du dispositif de spatialisation assistée par ordinateur Audio Box de Richmond Sound Design. La version stéréophonique de The Shaman Ascending est d’abord parue sur le disque compact Spirit Journies, sous étiquette Cambridge Street Records (CSR 0701).


Création

  • 12 février 2005, Barry Truax, diffusion • trans_canada: Sonic Travel, ZKM_Medientheater, Karlsruhe (Allemagne)

Für Dich — For You

Hildegard Westerkamp / Rainer Maria Rilke, Norbert Ruebsaat

  • Année de composition: 2005
  • Durée: 20:56
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Commande: ZKM

Stéréo

  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits

Für Dich — For You part du poème Liebes-Lied de Rainer Maria Rilke et de sa toute dernière traduction anglaise intitulée Love Song, par le poète et auteur canadien Norbert Ruebsaat.

La démarche compositionnelle ayant abouti à Für Dich — For You consista en une rencontre intense avec les mots de Rilke, un peu comme l’expérience de l’amour et du complexe chamboulement émotif qu’il apporte. L’amour, comme la naissance ou la mort, nous arrache à la routine du quotidien, nous réveille, nous rend sensible à ce qui est. Il suscite des moments de vérité, nous pousse souvent au changement, au risque nouveau. Le poème raconte l’amour d’une personne pour une autre, mais aussi (et surtout) de l’amour comme attitude intérieure face à la vie et au monde dans son ensemble. Devant les désastres écologiques et les déséquilibres économiques de la planète, sans oublier le recours généralisé à la terreur, à la guerre et à la haine, j’ai soudain eu l’impression qu’apprendre à aimer et à suivre son cœur est devenu une question de survie. La composition de cette pièce s’inscrivait dans cet apprentissage.

Parallèlement, cette composition s’intéresse au sentiment d’appartenance, de chez-soi et d’amour. Afin de souligner ce contexte, j’ai utilisé des matériologies sonores tirées de deux endroits qui m’inspirent un sentiment d’appartenance: l’Allemagne du Nord, qui m’a vu naître et grandir, et Vancouver (et la côte ouest du Canada), où j’ai vécu comme immigrante pendant plus de trente ans. Ces sons, additionnés aux voix enregistrées de mes proches (hommes et femmes) récitant le poème en allemand et en anglais, composent le vocabulaire sonore et musical de l’œuvre.

S’ouvrir à sa langue et à sa culture maternelles après avoir vécu de nombreuses années comme immigrante dans le pays de mon choix, c’est comme se rouvrir à un amour, un attachement profond et presque oublié à cet endroit. Simultanément, on a vécu et fonctionné dans le pays de son choix pendant longtemps, on y a établi son foyer, sa famille. On s’y sent parfaitement chez soi. C’est également un endroit d’appartenance et d’amour. Ainsi, cette pièce explore le cœur et la relation entre le cœur et la culture, la langue et le peuple. À l’ère de la mondialisation, où nous sommes des millions en mouvement (réfugiés, immigrants, voyageurs), la pertinence et l’universalité de ce thème se sont imposées. Après tout, d’une certaine manière, nous cherchons tous un foyer et un lieu d’appartenance.

[traduction française: François Couture, vi-09]


Für Dich — For You a été réalisée en 2005 dans les studios du Zentrum für Kunst und Medientechnologie Karlsruhe (ZKM) en Allemagne, au Sonic Research Studio de la Simon Fraser University (SFU) (Vancouver, Colombie-Britannique) et au studio de la compositrice à Vancouver (Canada). Elle a été créée le 11 février 2005 dans le cadre du festival trans_canada au ZKM_Medientheater de Karlsruhe (Allemagne). Elle est une commande du ZKM. Merci à tous ceux et celles qui m’ont accompagnée pendant de nombreuses heures dans la lecture et l’exploration du poème. Voici les lecteurs enregistrés: Wendelin Bartley, Susan Benson, Anne Bourne, Louie Ettling, Peter Grant, Andra McCartney, Norbert Ruebsaat, Sonja Ruebsaat, Susanna Ruebsaat, R Murray Schafer, Agnes Westerkamp et Hildegard Westerkamp.


Création

  • 11 février 2005, Hildegard Westerkamp, diffusion • trans_canada: Paysages • Landschaften • Landscape, ZKM_Medientheater, Karlsruhe (Allemagne)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.