eXcitations (CD) Le programme en détail

Espace / Escape

Francis Dhomont

  • Année de composition: 1989
  • Durée: 2:50
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: The Banff Centre for the Arts (Claude Schryer), avec l’aide du CAC
À Jean-François Denis et Claude Schryer

«Dès que nous sommes immobiles, nous sommes ailleurs; nous rêvons dans un monde immense. L’immensité est le mouvement de l’homme immobile. L’immensité est un des caractères dynamiques de la rêverie tranquille.»

Bachelard, La poétique de l’espace

Espace.

Espaces déployés, intimes, confondus. Espaces brisés, tournoyants.

Franges indécises de l’espace.

Espace-refuge, replié, maternel, lieu de la réminiscence et des associations.

Tumulte ou bruissements dans l’espace aux mille reflets.

Évasion.

La fuite toujours entraîne le vertige de l’ailleurs multiplié.

Ici… Là-bas…

Tentative de rencontre d’éléments hétérogènes reliés par deux critères: l’un sonore et dénotatif (situation du son dans l’espace), l’autre symbolique et connotatif (renvois au thème de l’errance), tous deux faisant référence au mouvement. Ces critères déterminent la forme et en sont le ciment. L’‘espace’ et la ‘mouvance’ sont les idées qu’incarnent les multiples matériologies. La pièce intègre dès l’organisation de sa structure des éléments actifs de spatialisation qui possèdent une valeur sémantique.

[ix-91]


Espace / Escape a été réalisée au studio du compositeur à Montréal en 1989 et créée le 10 novembre 1989 durant les Journées électroacoustiques >convergence< de la Communauté électroacoustique canadienne (CÉC) au Banff Centre for the Arts (Alberta, Canada). Espace / Escape a été sélectionnée par le International Computer Music Conference (ICMC ’91) de Montréal (1991). Une courte prise de son — véritable ‘tournage sonore’ (Michel Chion) — utilisée dans cette pièce a été offerte par le compositeur Christian Calon; Dhomont remercie cet ami pour un cadeau dont il espère avoir fait bon usage. Cette pièce est une commande de Claude Schryer / The Banff Centre for the Arts réalisée avec l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC).


Création

  • 10 novembre 1989, >convergence<: Concert 1, Margaret Greenham Theatre — The Banff Centre for the Arts, Banff (Alberta, Canada)

Distinctions

Zénith

Louis Dufort

  • Année de composition: 1999
  • Durée: 1:55
  • Instrumentation: support stéréo

Foisonnement formel de la forme

Rupture/Catharsis


Zénith a été réalisée en 1999 au studio 213 du Conservatoire de musique de Montréal et a été créée le 6 novembre 1999 lors du concert Hautes tensions dans le cadre du festival Elektra produit par l’ACREQ à l’Usine C à Montréal. Merci à Marie Chouinard et Luc Lemay (du groupe Gorguts) pour avoir prêté leur voix, ainsi qu’à Serge Prévost pour l’accès au studio.


Création

  • 6 novembre 1999, Concert, Usine C, Montréal (Québec)

Breathing Room

Hildegard Westerkamp

  • Année de composition: 1990
  • Durée: 2:33
  • Instrumentation: support stéréo

Cette pièce est la deuxième de la série Breathing Room (Espace de respiration). La musique, comme une respiration nourrisante. La respiration, comme un espace musical nourrissant. Une respiration — ma respiration — est entendue durant les trois minutes. Toutes sortes de phénomènes musicaux/acoustiques se produisent alors que j’inspire et expire. Chaque respiration évoque une position unique, crée un espace temporel précis. Alors que le cœur continue à battre, entraînant le temps, d’une repiration à la suivante.

Hildegard Westerkamp [xi-90]


Création

  • 2 novembre 1990, Montréal musiques actuelles / New Music America, Acousmonium: Concert 6: Électro clips, Théâtre Les Loges, Montréal (Québec)

Racing Through, Racing Unseen

Natasha Barrett

  • Année de composition: 1996
  • Durée: 2:57
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: empreintes DIGITALes

Racing Through, Racing Unseen présente, de façon condensée, l’impulsion derrière la pièce mère d’une durée de 20 minutes Racing Unseen. / Courant au travers, / Courant parmi, / Dans de nouveaux espaces, / Loin d’anciennes émotions, / Courant haut, courant bas, / pour échapper, pour rechercher, / courant dans un tourbillon… courant pour toujours… courant inaperçu.

L’ivresse de la vitesse

Paul Dolden

  • Année de composition: 1992-93
  • Durée: 2:10
  • Instrumentation: support stéréo

Le titre L’ivresse de la vitesse évoque mes intentions artistiques du moment, qui se rapportent à un processus d’accélération d’idées musicales en excès, de telle sorte que la composition et ses matériaux arrivent à épuisement le plus rapidement possible. L’effet enivrant de la vitesse est rendu par l’utilisation de tempos plus rapides et de changements soudains dans l’orchestration, la densité et la dynamique. Il est possible d’accélérer ces éléments jusqu’au point d’épuisement et d’ivresse dans le studio audionumérique qui offre des possibilités illimitées ou «virtuelles» quant à la couleur et la densité.

Afin d’intensifier la sensation d’épuisement et d’ivresse, des centaines de parties musicales se déploient simultanément, lesquelles sont organisées en de nombreux systèmes musicaux qui se déroulent de façon concomitante. Certains de ces systèmes tirent leur origine de divers styles de musique populaire. Ces styles musicaux sont ordonnés par une composition et un langage globaux, de sorte que leur effet direct ou leur point de référence se trouve estompé, ce qui crée une cohérence interne de la musique. Ce langage de composition global vise à pousser les différents styles musicaux et systèmes de composition vers une implosion, créant ainsi de nouvelles identités qui dépassent leurs points de référence historiques désuets; il vise également à produire ce quelque chose semblable à la séduction: incontestablement attirant et en même temps inexplicable. De fait, toute œuvre qui est totalement complice de sa propre absorption — de telle sorte qu’en surface elle n’offre plus de sens apparent — exercera une fascination remarquable. Bref, une œuvre d’art fascine par son ésotérisme qui la protège de la logique extérieure.


L’ivresse de la vitesse a été réalisée au studio privé du compositeur grâce à l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC) et d’une subvention de réalisation audio du secteur des Arts médiatiques. La pièce a été créée le 28 mai 1994 dans le cadre du 3rd Annual Festival of Experimental Music produit par le London Musicians’ Collective (RU). L’ivresse de la vitesse a remportée le 2e prix du jury au 3e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1994); le 1er prix au concours international de musique électroacoustique Musica Nova 1994 (Prague, République tchèque); 1ère Mention au Stockholm Electronic Arts Award (Suède, 1995); et le Prix Jean A Chalmers de composition musicale (Toronto, Canada, 1995).


Création

  • 28 mai 1994, Concert, Londres (Angleterre, RU)

Distinctions

Bois

Annette Vande Gorne

  • Année de composition: 1986
  • Durée: 2:09
  • Instrumentation: support stéréo
À Marie-Jeanne Wyckmans

•• Imitation / développement: Bois dont l’écriture est basée sur la prolifération et le ‘brassage’ [une technique de traitement sonore du SYTER], s’inscrit dans une recherche plus générale sur la nature comme modèle, très ancien fonctionnement de l’esprit humain remis au goût du jour dans le cadre de la modélisation par ordinateur (en infographie par exemple).

Chaque mouvement débute par une image-modèle dont le fonctionnement énergétique sera ensuite développé: coups itératifs d’un arbre qu’on abat, rotation sans fin d’un moulin, oscillation/balancement d’un jeu de ping-pong.

•• Symbole: L’abattage et la mort d’un arbre comme symbole d’une forêt, d’une Nature réellement assassinée. «Meunier, tu dors…» et le monde tourne fou en Ton absence.

•• Forme: Si la première partie maintient et dirige l’écoute de façon linéaire, la deuxième ouvre l’espace et la troisième superpose une prolifération polyphonique de matériaux en oscillation dans tous les champs perceptifs (hauteurs, durées, matières, mouvements, espaces) et se termine, après un moment immobile, par la reprise, toujours polyphonique, des deux autres modèles énergétiques. L’ensemble tente une transposition dans le temps de la morphologie de l’arbre.

•• Anecdote: La porte (cliché électroacoustique depuis Pierre Henry) ouvre et referme le livre du Bois, raconté en sandwich entre l’abattage et la chute de l’arbre.

•• Spatialisation: Cette pièce se joue en mouvements rapides, riches, foisonnants, en brassage. Tout bouge, sauf les images. Un dispositif multiphonique relativement complexe d’un minimum de douze haut-parleurs me paraît donc indispensable.

[xii-93]


Bois a été réalisée au studio Métamorphoses d’Orphée (Ohain, Belgique) et créée dans la série de concerts Cinéma pour l’oreille de la Première université de la radiophonie, le 14 août 1986 en Arles (France). Remerciements à Christian Debecq (flûte traverso), Éliane et Raoul Debrus, Thierry Génicot et André Van Belle, grâce à qui j’ai pu réaliser la plupart des matériaux, ainsi qu’à Vania Dantas Leite pour le prêt de prises de sons de la forêt amazonienne.


Création

  • 14 août 1986, Première université de la radiophonie — Cinéma pour l’oreille, Cinéma Passage — Le Méjan, Arles (Bouches-du-Rhône, France)

Associations libres

Gilles Gobeil

  • Année de composition: 1990
  • Durée: 1:48
  • Instrumentation: guitare électrique et support stéréo
  • Commande: René Lussier, avec l’aide du CAC , empreintes DIGITALes

Cette pièce est née du désir de collaborer à nouveau (quinze ans plus tard) avec le guitariste René Lussier. Mettant à profit son talent d’improvisateur, j’ai utilisé la grande variété de timbres et de matières de son jeu. La bande, quant à elle, laisse entendre une succession de tableaux très denses et expressifs sur lesquels viennent se greffer les gestes vivants et ludiques de la guitare.

Gilles Gobeil [xi-90]


Associations libres, une commande de René Lussier avec l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC), a été réalisée au studio Ondes à Montréal en juillet 1990.


Création

  • 2 novembre 1990, Montréal musiques actuelles / New Music America, Acousmonium: Concert 6: Électro clips, Théâtre Les Loges, Montréal (Québec)
  • 7 mars 2015, Création de la version mixte: Patrice Soletti, guitare électrique; Julien Guillamat, diffusion • Figures du siècle, Salle Pasteur — Le Corum, Montpellier (Hérault, France)

À propos de cet enregistrement

Version remixée en 1994.

Musique de l’Odyssée sonore, 4: Eau

Claude Schryer

  • Durée: 1:21
  • Instrumentation: support

Les multiples voix du liquide

«Au temps du tumulte de la terre, la ville a surgi du fond des océans. Et elle est toujours entourée d’eau. Il n’y a pas deux gouttes de pluie qui chantent la même note et chaque rivière a sa mélodie propre. À la saison hivernale, la glace et la neige lui apportent une tonalité toute particulière.» 1

Eaux transformées: rivières et ruisseaux, chutes Montmorency, fleuve Saint-Laurent, pluies estivales et glaces hivernales.

1 Extrait de la narration du film, écrite par Georgette Duchaîne

[ix-97]

Vroum

Marc Tremblay

  • Année de composition: 1997
  • Durée: 1:35
  • Instrumentation: support stéréo

Nous sommes entourés d’objets dont l’importance est proportionnelle à leur utilisation pratique. Ces objets sont tous plus ou moins porteurs de sons mais, à force d’habitude, nous ne les entendons plus. Ils sont une composante du halo sonore de notre vie de tous les jours.

L’automobile est sûrement l’une des inventions les plus marquantes du siècle. Elle a modifié notre perception du temps et de l’espace en plus d’accaparer une grande partie du paysage sonore de nos villes et de nos campagnes.

Volontairement anecdotique, Vroum propose un cadre de réécoute de l’automobile, archétype de notre époque.

[xii-99]


Vroum a été composée de février à mai 1997 au studio du compositeur à Matane grâce à l’appui du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). La pièce a été créée le 1er mai 1997 à l’Usine C lors du concert Haute tension de l’ACREQ. Merci à Bernard Pedneault (Radio-Canada Matane), Jocelyn Robert, Émile Morin, Philippe Giroux, André Harvey, Roland Bérubé, Diane Lajoie.


Création

  • 1 mai 1997, Haute tension, Usine C, Montréal (Québec)

La guerre

Philippe Le Goff

  • Année de composition: 1995
  • Durée: 2:11
  • Instrumentation: support stéréo

La guerre est une guerre onirique entre l’apparence et l’intériorité, dont l’arme est le son vocal, celui du souffle, des rires et des mots, les chants que j’ai recomposés, interprétés par Élise Caron et Valérie Joly, évoluent vers la transe, ils cherchent à se mêler aux sons des aurores boréales. L’atmosphère générale de cette étude est dominée par les variations de la lumière Arctique…

[i-95]


Avec Élise Caron, Valérie Joly, voix; Patrick Rouch, Yves Stocker, Paul Tanguy, cors. Et la participation de: Luc Candardjis, timbales; Louis Chretiennot, guitare électrique; Jean-Jacques Cornillon, shanaï; Pascal Dusapin, orgue Hammond; Philippe Foch, percussions; Gilles Grand, saxophone; Schyamal Maïtra, tabla; Anna et Margaux, Olivier Cadiot, Eeleesapee Ishulutak, Mary Ann Issarkiark, Maaki Kakkik, Malaia Papatsi, Martha Sivuarapik, Laina Tullaugak, Eeeleesapee Tulugak et Tapisaq, voix. Et les adieux avec l’équipe d’ornithologues de Tony Gaston sur l’île déserte de Coat (Baie d’Hudson).

Mambo à la Braque

Javier Álvarez

  • Année de composition: 1990
  • Durée: 2:05
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: empreintes DIGITALes

Comme les mots faits de lettres découpées dans les journaux, j’ai utilisé pour Mambo à la Braque de courts extraits musicaux provenant de Caballo Negro, un des mambos les plus connus du compositeur Dámaso Perez Prado à qui cette pièce rend hommage. J’ai rassemblé ces segments dans une sorte de mosaïque sonore en utilisant d’autres sons pour les coller ensemble. Mon but était de créer une sorte de musique cubiste, ou en d’autres termes, un mambo de mon invention fait de découpures de mambos.

Javier Álvarez [xi-90]


Création

  • 2 novembre 1990, Montréal musiques actuelles / New Music America, Acousmonium: Concert 6: Électro clips, Théâtre Les Loges, Montréal (Québec)

Suite baroque, 4: L’Extase

Yves Daoust

  • Durée: 2:29

Scène d’amour entre la claveciniste et son instrument.

[ix-91]

Princess Bat With the Underground Stars

Kim Hedås

  • Année de composition: 1996
  • Durée: 1:19
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: empreintes DIGITALes

Pourquoi ces trois sons, pourquoi 3 minutes, pourquoi un mouvement de 15 secondes et un autre de 2 minutes 45? Pour moi, ces règles n’avaient aucun sens. J’ai commencé à inventer mes propres explications, à essayer différentes techniques pour relier le matériel et la forme de façon à leur donner un sens musical. Le matériel sonore que j’ai ajouté a été, avec les trois sons fournis, divisé en six classes et, dans le morceau, utilisé comme parties de la structure polyphonique. La forme peut être décrite comme une vague se transformant lentement ou, comme le titre le suggère, comme une chauve-souris avec les étoiles au-dessous d’elle. La pièce a été produite au studio d’électroacoustique du Collège de musique de l’Université royale à Stockholm.

The Unmoved Centre

Randall Smith

  • Année de composition: 1997
  • Durée: 1:28
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Réseaux des arts médiatiques, avec l’aide du CAC

The Unmoved Centre (Centre profond) est la forme sonore de la poétique de la mobilité spirituelle, une douce invitation à voyager au cœur de l’imaginaire, vers l’inconnu qui nous déséquilibre et qui actionne une rêverie toute tournée vers l’ambiguïté et la métaphore. Cette pièce ne représente pas la réalité et l’action extérieures, elle en constitue plutôt une analogie qui trace la piste de sa propre construction. Le titre évoque ce lieu informe où le possible cherche à se matérialiser, et dont la structure réside finalement hors des limites de l’individu. Le centre dramatique de The Unmoved Centre, c’est l’existence extérieure qui devient intérieure. C’est le jeu des forces présidant aux luttes spirituelles qui se livrent à l’intérieur du corps quand il cherche sa place entre le gérable et l’imaginable. Il réside dans une sphère de sons raccordés, discordants et harmonieux.

The Unmoved Centre débute sur une rumeur, sur la suggestion et la possibilité d’une forme; puis une corde annonce l’ordre, avec douceur. Les éléments, tellement distants et éloignés, commencent alors à s’interpeller avec sérieux, à balbutier une cohérence avec rythme, et finalement à former des corps. Une voix syncopée et trillée crie son désir de communication auquel répond une grinçante succession de portes fermées. La vie qui est étrangère, telles les cellules d’un système immunitaire, force la rencontre. Repérage des intrus, tentative de rejet — contrecarrée. Alors se balbutie quelque pacte de réconciliation. Des milliers de mouvements se font signe, s’esquivent et puis feintent, cherchant d’autres lieux où se reconnaître. L’absence d’une commun langage oblige à en inventer un autre. Finalement prend forme un rythme nouveau et mystérieux, mélange de cordes tendues et d’antidotes. Et la danse recommence.

MH

[xii-99]


The Unmoved Centre, réalisée en 1997 dans le studio du compositeur en réponse à une commande de Réseaux des arts médiatiques avec l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC), a été créée le 19 février 1997 dans le cadre de la série de concerts Rien à voir (1), organisée par Réseaux au Théâtre La Chapelle, à Montréal. The Unmoved Centre a reçu une mention au 24e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1997).


Création

  • 19 février 1997, Rien à voir (1): concert solo + carte blanche: Pression sonore, La Chapelle, Montréal (Québec)

Jets

Ned Bouhalassa

  • Année de composition: 1996-98
  • Durée: 1:53
  • Instrumentation: support stéréo

Au départ, cette pièce a été réalisée pour le système de diffusion de Sound Traffic Control (STC) de San Francisco. Je voulais une pièce qui puisse démontrer les possibilités de la diffusion automatisée. Afin de créer une pièce dynamique et vivante, j’ai choisi de travailler avec des matériaux en forme de jets. Des jets d’eau, d’air, de poussière, qui laissent des traces de leur passage dans l’espace, me serviront de modèles pour la fabrication des matériaux sonores. Il y a dans cette pièce des objets qui se déplacent librement, de manière presque intuitive; d’autres fuient précipitamment, à la manière d’animaux traqués; finalement, il y en a qui se ruent aux limites de l’espace stéréophonique, comme s’ils étaient dans une cage. Il y aussi une sorte de nostalgie que l’on retrouve dans les passages plus ‘musicaux’ qui servent de décor, d’ambiance.


Jets a été réalisée dans le studio de STC (Compound) ainsi que dans le studio du compositeur (Pssssst) avec l’aide du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). Je tiens à remercier toute l’équipe de STC (particulièrement Naut Humon), Andrew Schinasi (saxophone), Celso Machado (flûte) et, pour son écoute critique, Bruce Gottlieb.

Study in Ink

Adrian Moore

  • Année de composition: 1997
  • Durée: 1:14
  • Instrumentation: support stéréo

Study in Ink puise à une seule source: l’enregistrement d’un crayon-feutre sur un tableau blanc. J’écrivais sur un tableau blanc quand j’ai remarqué que le crayon-feutre, en séchant, produisait des sons d’un grand intérêt pour des fins musicales. (Beaucoup associent cette sorte de sons tout simplement à un bruit qu’il vaut mieux éviter: la plupart des sons produits par un crayon-feutre ont une fréquence variant entre 1000 et 4000 hertz, l’une des zones les plus sensibles de l’ouïe.)

Après l’enregistrement initial, la combinaison des tonalités et des bruits et leur déplacement dans le champ stéréo ont donné un matériau passablement complexe. Une fois les sons corrigés et traités, divers rapports sont apparus entre tonie, nuance, vitesse et geste. De léger, presque aérien, le son du crayon-feutre est passé aux tons stridents puis au son grinçant tel la paume sur une main courante en caoutchouc. En développant mon matériau j’ai changé les fréquences pour avoir des gestes plus longs sur une plus large bande de fréquences. Ces gestes en hiérarchie forment la base du travail: longues tonalités étayant ou surplombant des combinaisons plus petites de gestes.

L’œuvre prend forme autour de moments de tension et de relaxation, de joie et de tristesse, mais toujours avec un brin d’humour. Les gestes fugaces du crayon-feutre contrastent avec les parties où la rigidité s’impose, notamment dans les structures en vibrations. La tonie naturelle des sons du crayon-feutre s’associe aisément à des comportements humains, tels le soupir (gestes par en bas) et l’interrogation curieuse (gestes rapides vers le haut).

[ix-00]


Study in Ink a été réalisée en 1997 dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU) et a été créée la même année dans le cadre de la série de concerts Discoveries à Aberdeen (Écosse). Study in Ink a reçu le 2e prix ex aequo au Concours international de musique électroacoustique EAR’97 de la radio hongroise (Budapest, Hongrie, 1997).


Création

  • 1997, Discoveries, Aberdeen (Écosse, RU)

Distinctions

Requiem, 4: Dies Iræ

Michel Chion

  • Durée: 1:00
  • Instrumentation: support

«En ce jour de colère que vais-je dire»

… erinnerung…

Hans Tutschku / Antonio Bueno Tubía

  • Année de composition: 1996
  • Durée: 2:33
  • Instrumentation: support 4 canaux

L’utilisation de la parole est un point central dans mon travail depuis quelques années. Comme dans plusieurs de mes autres compositions, dans … erinnerung… (… souvenir…) le texte constitue la base de la plupart des sons acousmatiques. Un deuxième groupe renferme des sons de cloches et de tam-tams. Par synthèse granulaire j’ai composé des couches extrêmement denses qui pour moi correspondent à la phrase centrale du poème Yo os lo aseguro… (Je vous l’affirme…) d’Antonio Bueno Tubía: «Je / vous l’affirme / la prison est là / je me la rappelle comme un coup de fouet dans la tempe».

[xii-99]


… erinnerung… a été réalisée en 1996 au studio de l’Akademie der Künste (Berlin, Allemagne) et a été créée dans sa version originale quadriphonique le 26 novembre 1996 durant un concert à l’École supérieure de musique Franz Liszt Weimar (Allemagne).


Création

  • 26 novembre 1996, Tage Neuer Musik in Weimar: Concert, Hochschule für Musik Franz Liszt Weimar, Weimar (Allemagne)

eXcitations

variés

  • Année de composition: 2000
  • Durée: 0:50
  • Instrumentation: support stéréo

[Mini-collage de mini-extraits des 22 extraits du disque échantillon eXcitations, IMED 0050]

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.