Oursins chroniques

Laurent Catala, Octopus, 1 juin 2009

Rapports à l’espace, questionnements de la présence et de l’absence des corps, c’est en travaillant avec la compagnie de danse O Vertigo sur la pièce La chambre blanche que le duo Nicolas Bernier / Jacques Poulin-Denis a commencé à réfléchir à ces aller-retours de matières musicales fluctuantes, électroniques dans leur essence mais si organiques dans leur prégnance qu’elle semble suivre et se fondre dans les mouvements supposés des danseurs. Intimiste et sensuelle, cette peinture sonore sur fond blanc se fixe dans notre esprit comme une persistance rétinienne. Douce au début, suggestive presque, elle finit par se faire plus trouble et insistante, comme dans ses rythmiques digressives qui percent sur Emm ou dans ses grésillements pénétrants qui sondent Mur. Un voyage tout en textures, ambigu, souple et rugueux à la fois.

Intimiste et sensuelle, cette peinture sonore sur fond blanc se fixe dans notre esprit comme une persistance rétinienne.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.