Oursins chroniques

Jean-Claude Gevrey, Octopus, no 834, 1 mai 2008

Andrew Lewis est un compositeur de musique acousmatique dans la lignée de Jonty Harrison (voir la chronique correspondante dans ce même numéro) dont il fut l’élève et le collaborateur, notamment au sein du Birmingham ElectroAcoustic Sound Theatre (BEAST). Miroirs obscurs présente pour la première fois un florilège de son œuvre qui, jusqu’à présent, n’était disponible qu’éparpillée sur des compilations. Considérées dans leur ensemble, les premières pièces, composées entre 1998 et 2003, semblent constituer un essai assez libre et mystérieux de description topologique de l’île d’Anglesey (Pays de Galles) où réside le compositeur. Ainsi la sérénité quasi-mystique de Penmon Point, rythmée par le ressac, est prolongée par le naturalisme abstrait de Llanddwyn Skies. La présence humaine se fait plus manifeste avec les souvenirs estivaux de la plage sur Benllech Shells puis s’efface entièrement sur le rivage de Cable Bay où ne subsiste que l’impression diffuse des mouvements de la masse océanique. Vient ensuite la pièce de résistance qui est aussi la plus récente. Danses Acousmatiques (2007) est une longue suite en neuf tableaux qui explore en détail la place du son dans l’espace, une préoccupation omniprésente dans les musiques électroacoustiques. Ambitieuse, cette œuvre prend la forme d’un ballet conceptuel où les idées abondent mais où leurs choix de représentation apparaissent, pour certains, froids ou obscurs. Visiblement très porté sur la synthèse de sons par ordinateur et digitalisant à l’extrême ses rares field recordings, Andrew Lewis a de fait tendance à gommer le grain naturel qui semble pourtant être au cœur de sa musique. Peut être en partie prisonnier d’un certain académisme, cet enregistrement témoigne malgré cela du réel élan de son auteur vers l’expérimentation sonore.

… cet enregistrement témoigne […] du réel élan de son auteur vers l’expérimentation sonore

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.