La machine humaine

Yannick Plamondon, Le Soleil, 29 septembre 2007

Il fut un temps où les tenants de la musique électronique prétendirent avoir sonné le glas des instruments traditionnels. L’histoire est pleine d’ironie, et le disque d’Arturo Parra en est un bel exemple. Sa musique, qui se réclame de la complexité sonore des «nouveaux médias», est entièrement générée, sans montage, par un être humain engagé dans un corps à corps avec la machine: une guitare. On est alors amené à travers des paysages sonores où la voix, traitée comme un instrument, se mêle de façon remarquable à l’alchimie des sons. Le disque, bien que conçu en sections, ne comporte aucune plage de silence et s’aborde comme un voyage continu façonné par l’alternance entre le bruitisme et les échos hispanophones. Certains y trouveront des similitudes avec les ambiances sonores de Gustavo Santaolalla (Babel, 21 grammes). Cela dit, Parra va souvent plus loin que ce dernier, et son vocabulaire purement sonore appuie bien l’envol de l’imagination.

Voz
On est alors amené à travers des paysages sonores où la voix, traitée comme un instrument, se mêle de façon remarquable à l’alchimie des sons.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.