Gilles Gobeil: la force tranquille

Guy Marceau, SOCAN, Paroles & Musique, no 13:2, 1 juin 2006

«La vie est plus riche que l’imagination.» Gilles Gobeil, compositeur et électroacousticien parle de son rapport à la création dans un médium où musique et technologie vont de pair. «L’électroacoustique est fascinante parce que le matériau sonore est partout et accessible, poursuit celui qui relègue la technologie au deuxième rang, et privilégie l’émotion et l’expression d’une idée. À mon sens, c’est la musique de l’avenir. Je crois que toutes les musiques du passé ainsi que les interprètes subsisteront, mais ces derniers seront de plus en plus jumelés aux technologies en temps réel, dans de nouvelles interfaces gestuelles permettant ainsi d’élargir la palette des timbres et des expressions. L’idée n’est pas de robotiser l’homme, mais d’accroître son humanité à l’aide d’une technologie qui deviendra de plus en plus simple et transparente. Mais qui peut bien prédire? Paul Éluard affirmait “il n’y a pas de modèle pour celui qui cherche ce qu’il n’a jamais vu”, et la création est justement ce processus de recherche.»

Calme et posé, volubile et articulé, Gilles Gobeil résume ainsi sa pensée et, par extension, l’état des choses dans le milieu pointu et somme toute restreint de la musique électroacoustique au Québec. Compositeur actif depuis plus de 20 ans des deux côtés de l’Atlantique, il figure parmi la petite communauté d’acteurs importants de la scène électro au Québec avec notamment ses collègues Robert Normandeau et Jean-François Denis, tous co-fondateurs de Réseaux (Rien à voir, Akousma), une société de concerts dédiée à la musique électroacoustique. Pourtant rien ne le prédisposait à cela.

Autodidacte

Jeune, il a d’abord appris la flûte traversière qu’il amplifiait dans une veine pop et jazz expérimental aux côtés du guitariste et improvisateur René Lussier, avec qui beaucoup plus tard il accouchera du projet Le contrat, inspiré du Faust de Goethe. Deux esprits libres. Il faut savoir que Gilles Gobeil est autodidacte et qu’il a appris les rudiments de la musique en étudiant deux partitions d’orchestre, L’Oiseau de feu de Stravinsky et la Symphonie du Nouveau Monde de Dvorak! «J’ai compris là beaucoup de choses.» Après des études collégiales en sciences humaines qui l’ont peu stimulé, Gilles Gobeil plonge vers la création à l’Université de Montréal, où il étudie la technique d’écriture instrumentale avec Serge Garant qui lui présente Marcelle Deschênes, professeur d’électro avec qui il a fait ensuite sa maîtrise. «Garant m’a transmis cette rigueur intellectuelle où chaque son, chaque note doit avoir sa raison d’être. Aujourd’hui, j’applique encore ce processus et là-dessus, je suis un peu despotique! Mais j’ajoute l’importance de privilégier l’émotion à la raison. C’est ce qui caractérise mon travail.»

Gilles Gobeil a choisi le monde de l’électro pour l’immédiateté du geste. Et parce qu’il n’a pas à se formaliser des contingences reliées à l’écriture instrumentale et notamment son interprétation. Sa musique est à son image: calme en apparence, mais forte et bouillonnante d’idées. Ses envolées musicales sont évolutives et contrastées, souvent abruptes tels des électrochocs, mais toujours incarnées, organiques et prenantes dans ses ruptures de ton. Il trouve notamment dans la littérature (HG Wells, Jules Verne, Proust…) l’inspiration, le déclic, l’image poétique. «Je suis assez près du cinéma pour l’oreille, avec l’idée de toujours raconter quelque chose.»

Un prix Opus

Pour le néophyte, qu’est-ce qui fait une bonne pièce électroacoustique? «C’est une pièce qui supporte la réécoute. Au fil des auditions, et c’est similaire en composition, des “couches d’intelligence” s’accumulent et renforcent le sens de la pièce. Le support sur disque devrait permettre une plus grande pérennité aux œuvres électro. Parce qu’en musique instrumentale contemporaine, comme disait Garant, les premières ressemblent souvent à des dernières.» En 2004, Gilles Gobeil a réenregistré trois de ses pièces pour ondes Martenot (avec Suzanne Binet-Audet) et bande, et gravé Trilogie d’ondes, son troisième album solo chez empreintes DIGITALes, et qui a été couronné Disque de l’année - musique actuelle, électroacoustique au gala des Prix Opus 2005. Cet honneur s’ajoutait à une longue liste de prestigieux prix nationaux et internationaux remportés depuis 1983 (dont des prix de la SOCAN en 1984 et 1993), et dont les derniers en date, en 2005, furent une mention d’honneur au Prix Ars Electronica de Linz, et une place en finale au Concours international de musique électroacoustique de Bourges.

Toutefois depuis août 2005, Gilles Gobeil n’a pas eu le temps d’écrire une seule note. C’est qu’il remplace, pour une année, son collègue Robert Normandeau à l’Université de Montréal dans les souliers de professeur en composition électroacoustique. Cette charge de cours s’ajoute à celle qu’il tient déjà au Cégep de Drummondville, où il enseigne la musique et les technologies sonores depuis plus de 10 ans. «Cette année, c’est à mon tour de m’offrir une demi-année sabbatique. À partir de juillet, je serai compositeur en résidence durant six mois au ZKM à Karlsruhe, en Allemagne, où j’ai déjà fait des stages de création. J’en profiterai pour travailler sur mes pièces pour la réalisation d’un DVD en Surround 5.1.»

À mon sens, c’est la musique de l’avenir.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.