Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 1 décembre 2014

Ma première exposition au travail d’Erik Nyström, un électroacousticien suédois [vivant à Londres, RU]. Morphogenèse propose cinq œuvres dans les dix à vingt minutes. Abstraites et plutôt conventionnelles dans leur forme, elles s’intéressent par contre à un plasticisme sonore presque viscéral. Le brassage sonore, les mouvements décrits, les transformations auditives sont connectés à quelque chose de primal, sans tomber dans des émotions basiques comme la rage. Lucent Voids m’a transportée en m’amenant constamment à questionner le paysage qu’on me présentait. Bravo.

Le brassage sonore, les mouvements décrits, les transformations auditives sont connectés à quelque chose de primal […] Bravo.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.