Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 3 mars 2014

Très belle production signée Andrew Lewis, sur CD. Six œuvres électroacoustiques composées entre 1987 et 2012, totalisant 76 minutes. Les forces de Lewis se situent dans le mouvement, le sens de la retenue et l’arc narratif. Ses pièces se développent telles des histoires (sur ses enfants dans Scherzo, sur le Pays de Galles dans Cân, sur un jeune poète dyslexique dans Lexicon). À ma surprise, ce sont les pièces plus âgées qui me plaisent le plus. Scherzo (1992-93) est absolument charmante sans tomber dans la complaisance familiale. Ascent (1994-97) réussit à transcender ses évocations un peu formalistes de paysages contrastants (mer, montagne, ciel).

Les forces de Lewis se situent dans le mouvement, le sens de la retenue et l’arc narratif.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.