Chronique

Julie Bordenave, Stradda, no 27, 1 janvier 2013

Depuis [quelques] d’années, le duo formé par J-Kristoff Camps et Carole Rieussec imagine des siestes audioparlantes, «pièces é[éctroacoustiques pour une posture inclinée»: ces «compositions instantanées issues du paysage} pour 80 corps allongés» appellent un ailleurs restitué par casque dans un lieu propice à l’imaginaire (La Friche de la Belle de Mai à Marseille, les bords du lac de Neuchâtel, le jardin du château de Castries, la cour de l’ancien manège de La Chaux-de-Fonds…). [Un] précédent opus, Corazón Road transportait l’auditeur en Amérique centrale. À l’ombre des ondes convie à une plongée intime, «dans un monde, trouble à la temporalité floue» sereine, envoûtante, l’expérience nous embarque dans des récits de rêves loufoques, des «histoires» de villes plates et de Brigitte Bardot, des sons spatialisés, la fureur d’un train, des rires d’enfants ou un pas cadencé dans le gravier… Le duo entame actuellement une réflexion sur le théâtre sonore, à écouter sur le site kristoffk.roll.free.fr

À l’ombre des ondes convie à une plongée intime…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.