CD de la semaine

Cathy Heyden, Mouvement, 15 octobre 2012

Après la fresque politique, les carnets de voyage et le portrait, le duo d’explorateurs électroacoustiques Kristoff K.Roll propose avec À l’ombre des ondes une expérience très insolite au travers de trois «siestes audio-parlantes», à savourer en position de dormeur éveillé.

Dans À l’ombre des ondes, disque scindé en trois fragments et fondé sur la mise en son(s) de récits de rêves, Kristoff K.Roll incise les parts d’un intime universel. En invitant l’auditeur à se placer en position de «siesteur», casque sur les oreilles, le duo formé par J-Kristoff Camps et Carole Rieussec souligne la nécessité de s’approcher — aussi bien physiquement que mentalement — le plus possible d’un état prédisposant au songe, proche de la semi-conscience, afin de capter au mieux ces sons «que l’on entend sans en déceler visuellement la cause».

Œuvre de musiciens-conteurs modernes, ce «cinéma pour l’oreille» se décline à la façon d’un documentaire poétique, ouvrant directement sur l’inconscient. Individuelle avec le disque, l’expérience particulière de l’écoute se vit collectivement en concert: 80 personnes allongées, reliées par câbles audio. Les deux artistes, improvisant avec sons et rumeurs environnants, construisent la toile des rêves du public. Les suspensions de la parole laissent l’auditeur prendre le temps de l’espace. L’écoute au casque permet de vivre un moment privilégié face à soi, temps suspendu, déambulation introspective hors du quotidien.

Le fil narratif du souvenir est un processus complexe et les textures sonores lui insufflent toutes ses dimensions. Oscillations, variations de vitesse, filtres, étagements, éclatement des images, spatialisation: la dramaturgie, précise, offre un riche contrepoint aux récits. Bruissements végétaux, résonances minérales, sons urbains… La musique rythme, court-circuite, étire. Les deux arpenteurs confèrent une nouvelle topographie aux reliefs et paysages mouvants, labyrinthe sonore dans lequel se perd la langue. Les témoignages ont le temps de se déployer et de se dissoudre dans les sons pour laisser libre cours à notre faculté de réinvention et agir, comme un charme, sur notre imaginaire.

CD de la semaine en partenariat avec La Gaîté Lyrique.

L’écoute au casque permet de vivre un moment privilégié face à soi, temps suspendu, déambulation introspective hors du quotidien.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.