Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 27 mars 2012

J’aime habituellement les travaux d’Yves Daoust, sans être un fan. Par contre, je suis prêt à hisser Voix haut dans le panthéon des produits d’empreintes DIGITALes. À travers ce disque souffle un vent historique, un sentiment de retour sur soi et sur le passé de la musique et de la musique concrète. Voix n’explore pas de nouveaux territoires, il n’est pas révolutionnaire, mais il démontre avec brio la maîtrise et le talent de compositeur de Daoust. Quatre pièces: un autoportrait où Daoust revient à la bande magnétique de ses débuts; une pièce de sons concrets du quotidien (de la musique concrète première manière); un hommage à un vieil ami décédé; enfin, une relecture des chorals de Bach. Cette dernière pièce, Chorals ornés (42 minutes) est un tour de force: Daoust a habillé de vêtements électroacoustiques et poétiques 14 chorals de Bach interprétés à l’orgue par Régis Rousseau. Ces ornements soulignent des émotions déjà présentes chez Bach ou font contraste ou apportent une interprétation personnelle. Du grand art.

… je suis prêt à hisser Voix haut dans le panthéon des produits d’empreintes DIGITALes. […] Du grand art.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.