Critique

Massimiliano Busti, Blow Up, no 143, 1 avril 2010
Le talent d’utiliser le son en tant que structure narrative: voilà ce qui distingue le travail de Dominique Bassal.