Quatre œuvres toutes en saveur

De:Bug, no 142, 1 mai 2010

Que l’on soit dans d’apocalyptiques voyages astraux ou dans de terrestres pélérinages, il n’y a pas ici un tableau dont le contenu ne semble pas être passé à travers un labyrinthe de vaisseaux mouvants, pas une composante sonore qui ne soit largement transformée, quand elle n’est pas tout simplement le fruit d’un mélange de synthèses analogiques et FM d’avant-garde. Et l’émotion sonore est au programme! Les œuvres, composées au début de la décennie, et plus tard retravaillées et redéployées en 7.1 surround, sont toutes quatre intégralement savoureuses. Avec ces pièces, Bassal revient au genre électroacoustique — objet de ses études musicales — après nombre d’années passées en studio de production pop de pointe. Son projet depuis lors est d’atteindre les plus hauts standards de qualité audio — tant en tant qu’ingénieur de mastering pour l’étiquette, que pour son premier album — ce qui est parfaitement illustré ici. Et cela s’applique aussi au plan esthétique: les couches sonores, transparentes et sophistiquées, pénètrent l’espace auditif en parfait agencement, malgré l’impressionnant foisonnement d’événements simultanés. Cet album est l’illustration parfaite de ce que ce genre musical peut offrir: un univers sonore à la fois familier et… teinté d’étrangeté.

Cet album est l’illustration parfaite de ce que ce genre musical peut offrir: un univers sonore à la fois familier et… teinté d’étrangeté.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.