Turbulences moleculaires, grondements iconoclastes

Bad Alchemy, no 65, 1 mars 2010

Ardent défenseur du high-tech et auteur de textes sur le mastering qui font autorité, l’ingénieur de son Dominique Bassal (*1955) fait paraître — tardivement — son premier album Ubiquité (IMED 09101), qui propose quatre fantastiques fictions sonores. Rites d’oiseaux pensants intègre «délire orientalisant», «fouillis biologique et cruauté mathématique» en un voyage vers un futur décevant, inspiré de Créateur d’étoiles d’Olaf Stapledon. Noyade en magma submerge l’auditeur dans une étoile en fusion, un peu comme une plongée au cœur de l’«océan» interactif de Solaris. L’inénarrable Nout est à la fois rêve et méditation, avec, en toile de fond lénifiante, le corps sombre de la déesse égyptienne du firmament. Mont des borgnes suggère un pélérinage dans l’univers du faux mysticisme, avec son cortège d’espoirs, de corruption et de déception, à l’image de l’allégorie de la caverne de Platon, dont les prisonniers, bercés d’illusions, refusent de voir la réalité. Voici tout au moins ce que les notes de programme racontent. Quand à moi, les yeux fermés, ce que j’entends est une peinture gestuelle à la Pollock, de dramatiques éclatements de cristaux, des turbulences moléculaires et des grondements iconoclastes.

Les yeux fermés, ce que j’entends est une peinture gestuelle à la Pollock, de dramatiques éclatements de cristaux, des turbulences moléculaires et des grondements iconoclastes.