Rêve de l’aube (CD) Dreaming of the Dawn

Dreaming of the Dawn

Adrian Moore

  • Année de composition: 2004
  • Durée: 14:01
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Ina-GRM

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Le titre de la pièce, Dreaming of the Dawn (Rêve de l’aube), est emprunté à un court poème d’Emily Dickinson. Des enregistrements d’instruments acoustiques (principalement à vent) ont été soumis à des traitements intensifs et constituent une grande partie de l’œuvre. Au cœur de celle-ci, on trouve un sentiment orchestral (en partie parce que les sons sont justement «orchestrés»). Tout au long de la composition, le poème est resté très présent à mon esprit, avec ses contrepoints sinistres et quelque peu contradictoires. Il m’a fallu beaucoup de temps pour trouver le son qui incarnerait la pièce (il est introduit après les dix premières secondes).

Pendant le mixage de la pièce, plusieurs idées m’obsédaient, notamment la quête incessante d’une cohésion formelle, non seulement au travers de répétitions évidentes et de phrasés affirmés, mais également par le biais d’une cohérence méthodique et de contraintes liées au matériau sonore.

La pièce commence dans une ambiance méditative avec un bref passage qui fait appel aux instruments à vent. Le thème principal apparaît ensuite (un son transposé avec de nombreuses fréquences qui recouvrent le spectre). Un développement approfondi commence ensuite, au bout d’environ une minute, nourri par un rythme bondissant. L’analogie de structure (si elle existe) renvoie à une balade en véhicule avec le levier de vitesse au plancher. Nous nous rendons du point A au point B, mais ce qui est finalement le plus passionnant, c’est la constante utilisation des leviers, poignées, freins et pédales d’accélération pour nous faire avancer, jamais vraiment à la même allure.

Le passage d’introduction survient à nouveau et trouve une réponse immédiate qui propulse vers un nouveau développement du thème principal, cette fois de manière plus paisible. Un son éclaté, dans les fréquences hautes, introduit un bref moment de comédie (un accord burlesque, typique des films d’horreur) qui cède rapidement la place à un nouveau développement, cette fois culminant en une pulsation très enlevée. L’introduction revient et suggère une transcription fidèle du poème d’Emily Dickinson avec des réminiscences d’oiseaux; tout cela n’est toutefois que prélude à la résurgence finale du thème principal.

Dreams — are well — but Waking’s better,
If One Wake at Morn -
If One wake at Midnight — better -
Dreaming — of the Dawn -

Sweeter — the Surmising Robins -
Never Gladdened Tree -
Than a Solid Dawn — confronting -
Leading to no Day -

— (Emily Dickinson, c. 1862)

[traduction française: François Couture, ix-06]


Dreaming of the Dawn [Rêve de l’aube] a été réalisée en janvier 2004 au Studio 116A du Groupe de recherches musicales (Ina-GRM) à Paris (France) et a été créée le 14 mars 2004 à la Salle Olivier Messiaen, Maison de Radio France (Paris, France). Elle est une commande de l’Ina-GRM. Dreaming of the Dawn a obtenu un Prix au Concurso Internacional de Composição Electroacústica Música Viva (Portugal, 2004).


Création

  • 14 mars 2004, Multiphonies 2003-04: Concert, Salle Olivier Messiaen — Maison de la radio, Paris (France)

Distinctions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.