Œuvres Requiem for a City Todor Todoroff

Requiem for a City

  • Todor Todoroff
  • Année de composition: 2015, 16, 17
  • Durée: 15:03
  • Instrumentation: support 8 canaux
À toutes les victimes de violence aveugle, à leurs proches et à leurs amis.

Après les assassinats au Musée Juif de Belgique à Bruxelles le 24 mai 2014, j’ai été profondément choqué par l’escalade monstrueuse de la barbarie, avec les attaques islamistes des 7, 8 et 9 janvier 2015 à Paris (France) contre Charlie Hebdo, les policiers et l’Hyper Casher et l’horreur indicible du 13 novembre 2015, pire massacre en France depuis la seconde guerre mondiale.

 

Particulièrement touché car j’étais en résidence artistique à Paris pendant les deux vagues d’attentats. En rentrant de Paris en voiture dans la nuit du 14 novembre, j’ai ressenti le besoin de réagir. J’ai voulu rendre un hommage aux centaines de victimes innocentes, de témoins traumatisés, de familles détruites. Cette pièce utilise une grande variété de sons: field recordings, techniques de jeux spéciales à l’alto, extraits du Stabat Mater de Pergolèse et du second mouvement de la 7e symphonie de Beethoven, transformés notamment par granulation, synthèse analogique modulaire et sons extraits à partir des reportages radiophoniques et télévisuels qui ont suivi les attaques du 13 novembre 2015. Dans ces dernières sources, j’ai choisi de mettre en avant les mots des victimes et de leurs proches. Car si cette œuvre est un cri de révolte, elle est surtout un hommage aux victimes auxquelles on a accordé bien trop peu de place dans le battage médiatique post-attentats.

 

J’ai été particulièrement touché par le calvaire des victimes du Bataclan. Si certaines ont pu s’échapper rapidement, la plupart sont restées enfermées plus de deux heures avec les terroristes. Pour survivre, elles ont dû trouver des endroits où se cacher ou faire le mort sous les corps des morts et des blessés. Et voir ou entendre les assassins revenir à plusieurs reprises, tirant sur toute personne qui bougeait. Un petit groupe a réussi à se cacher dans un local technique, des hommes forts tenant la poignée de la porte afin de faire croire qu’elle était fermée à clef. À trois reprises, les terroristes ont tenté d’ouvrir cette porte et, à chaque fois, les occupants ont cru leur dernière heure arrivée. La structure de cette pièce rappelle ces heures d’attente interminable, où les victimes, en état de choc, ont oscillé à plusieurs reprises entre soulagement, espoir, peur et résignation face à la mort. La pièce se termine sur les témoignages de ceux qui ont perdu des proches.

 

Si les attentats de Paris ont été le déclencheur de cette pièce et si les extraits sonores s’y rapportent, j’ai décidé de ne pas nommer la ville dans le titre, en mémoire des très nombreuses autres villes touchées par la même idéologie fanatique. Et de celles qui ont suivi, dont Bruxelles, touchée une seconde fois le 22 mars 2016 par trois islamistes qui se sont fait exploser, tuant et meurtrissant des dizaines de victimes, dont une amie, assassinée dans le métro.

[iii-18]


Requiem for a City a été réalisée en 2015 au studio d’ARTeM (Art, recherche, technologie et musique) à Bruxelles (Belgique) et n’a pas été créé comme prévu au Festival Loop en novembre 2015, en raison de l’annulation du festival par les autorités communales face aux menaces terroristes. Elle œuvre a été créée, dans une version révisée, le 29 septembre 2016 lors du concert Musique acousmatique du Festival Loop 8 à l’Espace Senghor à Bruxelles (Belgique). Requiem for a City a été composée avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Direction générale de la culture, Service de la musique).


Création

  • 29 septembre 2016, Todor Todoroff, diffusion • Festival Loop 8: Musique acousmatique, Espace Senghor, Bruxelles (Belgique)

Albums

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.