La boutique électroacoustique

Billet

Critique

Roland Torres, SilenceAndSound, 31 janvier 2018
mercredi 31 janvier 2018 Presse

Je dois avouer que j’ai une certaine fascination pour le travail d’Elizabeth Anderson, tant son travail acousmatique fait la jonction entre émotion et abstraction, viscéralité et cérébralité. Avec Trilogie Janus, la compositrice continue d’œuvrer sur des territoires où l’on retrouve son esprit sci-fi, fait de bruissements et de sonorités éparses qui viennent titiller les tympans de l’auditeur.

Inspirée du livre Owning Your Own Shadow — Understanding the Dark Side of the Psyche, de l’analyste jungien Robert A Johnson, Elizabeth Anderson oppose les forces et les modes de perception, jouant sur des formes d’abstraction qui ne sont pas pour autant dénuées de chair, enrobant son minimalisme d’épure formelle et de densité aérienne, nous tirant irrésistiblement vers un ailleurs décharné et tiraillé entre attractions antinomiques, s’attirant vers une dimension en constante évolution, bien qu’enchevêtré dans un espace-temps figé. Trilogie Janus s’inscrit comme une pièce envoutante de laquelle on ne ressort pas forcément indemne. Labyrinthique.

… la jonction entre émotion et abstraction, viscéralité et cérébralité.