La boutique électroacoustique

Billet

Critique

Roland Torres, SilenceAndSound, 13 décembre 2017
mercredi 13 décembre 2017 Presse

Benjamin Thigpen fait partie de ces artistes qui abordent la musique de façon viscérale, multipliant les projets à l’image de Rust aux côtés de Jean-François Laporte, Les Frères Bobine avec Stefano Bassanese ou Fluid Identities avec le violoncelliste Benjamin Carat.

Regroupant 4 titres de Still et 3 autres issus de Pulse, Flux est un concentré du savoir faire de l’artiste qui joue avec les objets pour en tirer des sons non modifiés qu’il combine via un travail sur l’amplification, la compression et l’équalisation. Son œuvre navigue sur les eaux d’une électroacoustique aux allures de mantras naturalistes bousculés par le bruit de cordes frottées et de claquements, de pierres glissant le long de nos cauchemars et de soubresauts aliénés.

Benjamin Thigpen fascine de par sa faculté à créer des pièces singulières à la familiarité dérangée, construite à coups de manipulations savamment agencées flirtant avec l’excellence de narration. On est pris dans ses pièges auditifs qui alternent agressions sonores et balades boiteuses dans les profonds recoins d’une folie nouée au creux de nos tripes. L’excellence est dans chaque recoin de cette jungle de sons accumulés, laissant apercevoir l’envers d’un décor peint aux couleurs chair, gorgé à ras bord de sensations étranges et d’ombres dissimulées. Très fortement recommandé.

Très fortement recommandé.