La boutique électroacoustique

Artistes David Turgeon

David Turgeon publie de la musique électronique en solo sous le nom Camp depuis 2000. Avant ça, il était connu sous le nom Period Three. Il fait aussi partie de deux groupes, Ensemble Camp (interprétation d’œuvres pour lecteurs CD préparés, avec A_dontigny) et Siblings (chanson electronica, avec Kaia Wong). À part ça, il cumule les mandats en étant tout à la fois fondateur et directeur de l’étiquette No Type, DJ, webmestre, et enfin auteur et critique de bande dessinée. Il a aussi inventé un langage informatique pendant ses temps libres.

[vi-07]

David Turgeon

Québec (Québec), 1975

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositeur
  • Rédacteur
  • Artiste visuel
  • Journaliste

Alias

Ensembles associés

Sur le web

A_dontigny, David Turgeon et Jon Vaughn interprétant une version «trio» de Camp socialiste, lors du festival Digidome, Saskatoon, samedi 28 septembre 2002

Œuvres choisies

Apparitions

productions indépendantes / ESTHERB 01DD / 2005
Artistes divers
No Type / IMNT 0201/02 / 2002

Publications web

I
No Type (web) / NT 204 / 2016
  • Disponible
No Type (web) / NT 205 / 2016
  • Disponible
No Type (web) / NT 202 / 2014
  • Disponible
No Type (web) / NT 203 / 2014
  • Disponible
No Type (web) / NT 111 / 2008
  • Disponible
No Type (web) / NT 086 / 2006
  • Disponible
No Type (web) / NT 087 / 2006
  • Disponible
BricoLodge / BRICO 006 / 2005
No Type (web) / NT 072 / 2003
  • Disponible
No Type (web) / NT 075 / 2003
  • Disponible
Sine Fiction / SINE 001 / 2003
  • Disponible
Sine Fiction / SINE 002 / 2003
  • Disponible
Sine Fiction / SINE 003 / 2003
  • Disponible
Sine Fiction / SINE 004 / 2003
  • Disponible
Sine Fiction / SINE 005 / 2003
  • Disponible
Sine Fiction / SINE 007 / 2003
  • Disponible
No Type (web) / NT 064 / 2002
  • Disponible
No Type (web) / NT 067 / 2002
  • Disponible
No Type (web) / NT 069 / 2002
  • Disponible
No Type (web) / NT 071 / 2002
  • Disponible
No Type (web) / NT 045 / 2001
  • Disponible
No Type (web) / NT 046 / 2001
  • Disponible
No Type (web) / NT 048 / 2001
  • Disponible
Ha!
No Type (web) / NT 051 / 2001
Ha!
  • Disponible
No Type (web) / NT 052 / 2001
  • Disponible
The
No Type (web) / NT 054 / 2001
  • Disponible
No Type (web) / NT 024 / 2000
  • Disponible
No Type (web) / NT 029 / 2000
  • Disponible
No Type (web) / NT 030 / 2000
  • Disponible
No Type (web) / NT 032 / 2000
  • Disponible
No Type (web) / NT 036 / 2000
  • Disponible
No Type (web) / NT 040 / 2000
  • Disponible
No Type: Annexe / NTA 019 / 2000
  • Disponible
No Type: Annexe / NTA 020 / 2000
  • Disponible
No Type: Annexe / NTA 022 / 2000
  • Disponible
No Type (web) / NT 011 / 1999
  • Disponible
No Type: Annexe / NTA 017 / 1999
  • Disponible
No Type: Annexe / NTA 018 / 1999
  • Disponible
No Type (web) / NT 6002 / 1998
  • Disponible

Folio

No Type / IMNT 0715 / 2007
No Type / IMNT 0312 / 2003
No Type / IMNT 080 / 2003
No Type / IMNT 081 / 2003
No Type / IMNT 088 / 2003
No Type (web) / NT 072 / 2003
  • Disponible
No Type (web) / NT 073 / 2003
  • Réédité
No Type (web) / NT 075 / 2003
  • Disponible
Sine Fiction / SINE 001 / 2003
  • Disponible
Sine Fiction / SINE 002 / 2003
  • Disponible
Sine Fiction / SINE 003 / 2003
  • Disponible
Sine Fiction / SINE 004 / 2003
  • Disponible
Sine Fiction / SINE 005 / 2003
  • Disponible
Sine Fiction / SINE 007 / 2003
  • Disponible
Déluge / DS 8 / 2002
  • Épuisé
Artistes divers
No Type / IMNT 0201/02 / 2002
No Type / IMNT 0203 / 2002
No Type / IMNT 0205 / 2002
No Type (web) / NT 064 / 2002
  • Disponible
No Type (web) / NT 065 / 2002
  • Épuisé
No Type (web) / NT 067 / 2002
  • Disponible
No Type (web) / NT 068 / 2002
  • Épuisé
No Type (web) / NT 069 / 2002
  • Disponible
No Type (web) / NT 070 / 2002
  • Réédité
No Type (web) / NT 071 / 2002
  • Disponible
No Type (web) / NT 045 / 2001
  • Disponible
No Type (web) / NT 046 / 2001
  • Disponible
No Type (web) / NT 048 / 2001
  • Disponible
Ha!
No Type (web) / NT 051 / 2001
Ha!
  • Disponible
The
No Type (web) / NT 054 / 2001
  • Disponible
No Type (web) / NT 058 / 2001
  • Réédité
No Type (web) / NT 024 / 2000
  • Disponible
No Type (web) / NT 030 / 2000
  • Disponible
No Type (web) / NT 032 / 2000
  • Disponible
No Type (web) / NT 034 / 2000
  • Réédité
No Type (web) / NT 036 / 2000
  • Disponible
No Type (web) / NT 040 / 2000
  • Disponible
No Type (web) / NT 011 / 1999
  • Disponible
No Type (web) / NT 6002 / 1998
  • Disponible

La presse en parle

La communauté No Type

David Cantin, Le Devoir, 6 septembre 2003

Depuis deux ans, l’étiquette montréalaise No Type (affiliée au site Internet www.notype.com) affiche une croissance rapide et judicieuse. Avant la fin 2003, on parle déjà d’atteindre la quinzième parution dans le créneau assez vaste des musiques électroniques. Après un passage remarqué au festival Mutek au printemps, la nouvelle saison s’annonce d’ailleurs plus prometteuse que jamais. Cette semaine, l’album Bleak 1999 du Canadien Tomas Jirku arrive chez les disquaires au même moment que l’electronica délinquante et peu orthodoxe de Books on Tape.

Depuis les débuts du site, en 1998, on prône chez No Type une liberté artistique foisonnante. Toutefois, selon David Turgeon, le fondateur du label, il s’agit de bâtir un catalogue qui s’appuie sur une cohérence nécessaire. «On constate que deux lignes directrices s’imposent au fil des sorties. Il existe une certaine dualité entre les recherches assez expérimentales de Coin Gutter, par exemple, et une électronique IDM plus accessible comme celle de Headphone Science. On souhaite que ces choix se précisent encore davantage avec le temps.» Il faut peut-être savoir que No Type a aussi beaucoup contribué à l’éclosion d’artistes fort importants tels Tomas Jirku ou encore l’énigmatique Claudia Bonarelli. D’ailleurs, le click-house de Jirku est d’abord apparu sur le site de cette communauté musicale avant d’atterrir chez Alien8 (Substractif), Intr_version, Force Inc ou Onitor.

Comme l’indique son titre, Bleak 1999 date de 1999, alors que Jirku pratiquait un minimalisme sombre et mélodique. Proche de son travail sous le nom de The Viceroy, cet album déstabilise grâce à des atmosphères aussi étranges qu’irréelles.

«On a affaire à une réalisation plus crue et directe, commente Turgeon, sans détours ou traitements inutiles, qui surprend par sa vélocité singulière. À mon avis, cet album-concept a très bien vieilli même s’il se détache du travail actuel de Tomas [l’excellent Plusism avec sa comparse Robin Judge]. Même s’il a la chance de sortir des CD sur des étiquettes aussi prestigieuses que Force Inc. en Allemagne, Tomas est toujours resté en contact étroit avec No Type. On demeure donc très heureux de pouvoir enfin lancer Bleak 1999.» Après sa prestation, la semaine dernière à Montréal, avec The Unireverse et DJ Tobias, Jirku, désormais installé à Vancouver, entreprend une tournée de deux mois qui le mènera en Europe et au Japon.

Parallèlement à cette sortie, No Type récidive avec le deuxième album de l’Américain Todd Drootin (mieux connu sous le pseudonyme Books on Tape). Membre du duo noise morceaux_de_machines, Érick d’Orion parle de Sings the Blues comme d’un ensemble de pièces qui pourrait surprendre les gens qui ne s’intéressent pas habituellement à l’électronique. «Todd fait partie de cette mouvance d’artistes électroniques qui proviennent du rock indépendant. C’est frais et intense. Il s’amuse à mêler les rythmes d’une manière très inattendue. Il remercie d’ailleurs sur son album des artistes aussi différents que Sonic Youth, Timbaland, Sun Ra et Lee ‘Scratch’ Perry.» Le disque sortira même aux États-Unis chez Greyday, puis il sera possible de voir Books on Tape en spectacle au début novembre à Montréal avec la formation électro-punk française Métal Urbain.

Dans les projets à venir pour No Type, David Turgeon mentionne des nouveautés à venir de la part du duo inclassable Front, des Italiens de Metaxu, des très bruyants morceaux_de_machines et du glitch abstrait de 833-345, de même que son propre projet sous le nom de Camp. Pour en connaître davantage sur ce label imprévisible, on recommande de visiter le site www.notype.com, où différents albums sont disponibles en ligne.

… on prône chez No Type une liberté artistique foisonnante.

Rencontre du troisième type

Jean-François Perreault, Convergence, no 2:7, 15 juillet 2002

Après quatre ans d’expérimentation sur le Web, No Type, une étiquette de musique électlonique avant-gardiste qui se spécialise dans les MP3, sort de l’ombre. Porté à boût de bras par le jeune David Turgeon, le projet notype.com rassemble une communauté d’artistes hors normes et prolifiques qui viennent de publier leurs premiers disques compacts. C’est du solide.

Il y a quatre ans, bien avant que le tsunami des MP3 ne déferle sur le continent, David Turgeon, de Québec, faisait déjà partie de ceux qui croyaient en ce format, si bien qu’il fonde sur le Web notype.com, une étiquette virtuelle de disques 100% virtuels… De Montréal, où il vit maintenant, David Turgeon heberge les œuvres de 70 projets et artistes différents. Ceux-ci exposent leurs «albums», des pages Web artistiques qui étalent des sélections de chansons et de pièces, classées selon toutes sortes de concepts, allant de la propagande anti-McDonald aux essais graphiques, simples et complexes. Tout ça, sous format MP3 et téléchargeable gratuitement. «J’aime que nos univers se recoupent, dans ce côté minimaliste, un peu naïf.»

Quand vient le temps d’expliquer notype.com, David Turgeon parle d’un «repaire de magiciens du son réputés trop louches pour l’industrie du disque. No Type a contribué à lancer des musiciens tels que Tomas Jirku, Books On Tape, Dick Richards, Claudia Bonarelli et Headphone Science», dit-il. «Le site est une collectivité orsanisée, un espace où les artistes peuvent partager leurs créstions», poursuit David Turgeon. Grâce à la collaboration de DIFFUSION i MéDIA, pilier important de la communauté électroacoustique et expérimentale du Québec, le label No Type se lance dans l’impression de «vrais» disques en faisant son entrée dans le catalogue de DIFFUSION i MéDIA, qui produit également les disques de l’étiquette empreintes DIGITALes. Tout comme la plupart des disques produits et imprimés par cette dernière, les disques de No Type ont aussi droit au traitement «i MéDIA», qui se distingue avec ses pochettes artisanales, un peu fragiles, mais ingénieuses.

Contrairement à la plupart des artistes qui côtoient DIFFUSION i MéDIA, No Type, en disque comme en MP3, n’explore pas l’électroacoustique, mais plutôt l’électronique expérimentale, le «glitch», le «noise» et toutes autres expériences de laboratoire tripatives qui plaisent aux oreilles de David Turgeon. De Magali Babin (Chemin de fer) à Oeuf Korreckt (Podweek), en passant par le projet morceaux_de_machines (liberum arbitrium) et une compilation d’artistes internationaux et québécois (The Freest of Radicals), le jeune directeur artistique a jugé bon d’enregistrer ceux qu’il préfère: «c’est difficile de définir mes critères, je penche pour ceux qui démontrent un certain sérieux dans leur démarche et qui s’impliquent beaucoup», raconte-t-il. En fait, s’il est soucieux d’une chose, c’est de ne respecter aucune règle de genre, en évitant autant que possible de sombrer dans le nombrilisme.

La tribu de No Type est composée de musiciens de Montréal, Québec, Vancouver, Baltimore, Brooklyn, Los Angeles, San Francisco et Saskatoon! Comme pour n’importe quelle étiquette qui se respecte, David Turgeon se permet de faire une sélection des gens qu’il veut voir évoluer dans sa communauté, en leur donnant les «clés» du site. Le site est gratuit et ne rapporte pas d’argent aux artistes qui y participent. David Turgeon n’ouvre tout de même pas les vannes à n’importe qui.

David Turgeon ne s’assoit pas sur ses lauriers, depuis la publication de ses quatre premiers CD. Il planifie déjà le lancement de trois disques vinyles de 12 pouces, destinés aux DJs intéressés à faire tourner la musique des artistes Books On Tape, Headphone Science et Claudia Bonarelli dans leurs «sets», d’ici la fin de l’été. Un autre disque compact est également prévu pour le groupe de Baltimore, themoonstealingproject, en novembre. On a déjà hâte d’entendre la suite!

I want my MP3: No Type

René Margraff, Substance, 3 février 2002

In our ongoing series about MP3-Labels we have once again found something special for you. After more poppy sides of free electronica labels, this time we wanted to portrait the more experimental No Type. This label is pretty diverse with most of the stuff being “electronic.” However, you won’t call it IDM or any other stupid category. It just doesn’t make sense. “Themoonstealingproject,” for example, bring you fine layers of something that sounds like guitars through curtains treated with filters. Other stuff is more clicky. Or dubby. Or And to be even more diverse, they’ve also added some new and very beautiful tracks by Infoslut and Idmonster introducing a rather soft and poppy side to No Type. I recently spoke with David Turgeon (aka Camp) on what No Type is all about…

Substance: The stuff on No Type is pretty diverse and the most common link is that all the acts don’t sound like any of the others (Do you know what I mean? There are so many guys out there trying to copy stuff by others and really work hard to do so). So, is there a certain ideology behind that? How do you choose artists, and how many inquiries do you have?

David Turgeon: “Difference,” “Originality,” “Peculiarity” have all been key words for how No Type artists are selected, & so is “my own personal taste.” I do not intend No Type to be a simple repository of songs for anyone, because that’s very well covered elsewhere already. Nor do I want to cover genres which are given proper promotion elsewhere. So this (& other factors) leads to a relatively tight selection. We receive about 5-10 submissions a month (sometimes more), but the outcome depends. Sometimes you have 5 members who join almost at the same time because that’s how chance would have it. Sometimes I don’t let anybody in for months. It’s pretty trivial, I guess… but with limited resources, I’ll at least take the option of choosing who I’ll spend my time working with. I’ve gotten some interesting demos recently actually, so there is definitely no shortage of talent in sight… However, once artists are selected, they are given free reign to do what they want with our server space, & I do my best to make some sort of promotion out of it, because even free stuff has to be advertised, ironically enough. Speaking of which, people should join our free mailout so they know when we release new stuff.

Substance: What is the main motivation to keep No Type going?

David Turgeon: Well, the music is good, we’re getting nice random emails from people who like what we do, even some reviews in zines & mailing lists. The lack of financial motivation is compensated by the fact that you can go on vacation anytime, which means the site never becomes a pain in the ass!

Substance: What do you think about the tendencies of the online music market lately as everything gets spoiled and bought by the big players? Do you just relax and grin as your stuff is free and legal, or does it make you angry?

David Turgeon: It’s notable how profoundly decadent the market has gotten. I have observed it from the outside for a while, but I’m mostly uninterested in it. Right now I’m worried about the way copyright is used in courts as a tool of censorship, while it offers very little protection against plagiarism & exploitation, which is what it was designed to fight against. It is a broken tool whose sole use now is pyramidal scam. Other than that, I’m leaving the finance game to the addicts that people it already.

Substance: Do you think that an mp3 release is a substitution for a record or CD?

David Turgeon: Yes. The difference is not really in the medium but in the organization. When one posts every song they make on their website (unless they do that with a specific idea in mind), that’s usually the equivalent of burning all your tracks to CD-R for your friends or your own archives. However, as soon as one goes through the process of sorting out songs into a bona fide “album,” then there’s something intended for, dare I say, “public listening,” just like CD or vinyl sold through record shops. Even on mp3.com, most artists will select the songs they want public & leave the rest on their own hard drives. No CD can do that! I think most of the perceived difference comes from the motive. Most CDs are manufactured on the basis that they will sell well, while we release our albums on the basis that we like them. This leads to different curatorial choices… Why are Metallica so worried about MP3? Because they figure they can sell very well without it. On the other hand, for experimental, innovative or simply very personal music, that’s just what is needed so that no money is LOST on releasing CDs with no press buzz & poor distribution. You could say we offer a risk-free way to release risky music.

Substance: Do you know most of the artists on your label?

David Turgeon: I’ve exchanged email with all of them, but I’ve only recently begun to meet some of the people living around Québec City & Toronto…I’ve even DJ’d with Dick Richards a bit. I can say they are all nice people though, though some of them are stranger than others.

Substance: What is your favourite release on No Type?

David Turgeon: I don’t know! It’s hard for me to judge because in a way, they’ve already passed through my own personal test… Everybody has their strengths & weaknesses, but I would be hard pressed to tell who’s the best… I really liked about every album we’ve released this year, which is our strongest year so far. So, what else is there left to say? Todd who wrote something about LA in our travel section is also the guy behind the No Type artist Books on Tape. He has an E-zine, Rollerderby Superstar and also releases on his own MP3 platform, Subverseco. Also, have some fun with the new release by Camp called It’s the same thing over and over! / Why don’t you try some vocal house? The two tracks “are intended to sound both as a homage & a critique of the click genre.” They consist entirely of samples by three of the most hyped German labels (Ritornell, Mille Plateaux and Force Inc.). Ha! Nice idea. OK, I wish you nice download!

‘Difference,’ ‘Originality,’ ‘Peculiarity’ have all been key words for how No Type artists are selected…

[Re]piquer la musique

Alain Brunet, La Presse, 14 novembre 1998

Infographe de profession, Frédérick Blouin fait le design des sites et logiciels fabriqués par Agents Technologies, une petite entreprise de Québec. Lorsqu’il rentre chez lui dans le quartier Montcalm, il crée sa musique d’allégeance électronica, plutôt calme… «Je ne suis pas du genre techno boum boum», résume-t-il… placidement.

Le jeune homme fréquente l’ordinateur depuis toujours. L’outil est devenu une extension de lui-même. Lorsque l’autoroute de l’information fut ouverte, Frédérick se trouva parmi les premiers Québécois à y emprunter la bretelle d’accès. Il n’est pas près d’arrêter d’y circuler, d’y chercher l’inédit. Encore moins d’y réduire sa vitesse de croisière.

Quête d’informations, quête d’images, quête de sons, la création comme mode de vie. À 20 ans, cet artiste multimédia vient de lancer sur Intemet ses plus belles pièces de musique - sous la bannière Oeuf Korreckt, son disque s’intitule… Leonard Nimoy! Disque que l’on peut télécharger chez soi, et ce sans payer un seul sou! C’est une manière pour lui de se promouvoir. Mais une majorité absolue de créateurs, producteurs et interprètes réprouvent cette pratique que l’on doit au format MP3, un logiciel qui encode la musique sur la bande originale, la compresse et la transmet très rapidement sur une ligne téléphonique. L’internaute aboutit sur un site MP3 comme celui où se trouve le disque de Frédérick. Puis il magasine, écoute les pièces - au moyen d’un autre logiciel, le Real Audio et décide ou non de télécharger. Le logiciel Winamp permet à l’usager de décoder l’information sonore sur le disque dur de son ordinateur. S’il le désire, le surfeur pourra effectuer le transfert du disque dur… à un autre support; graveur de disque compact, magnétophone à cassette analogique, DAT (Digital Audio Tape) ou encore le Rio, nouveau balladeur fait sur mesure pour emmmagasiner la musique transmise via MP3.

Il existe actuellement des centaines de sites Internet où l’on peut accéder gratuitement à de vastes catalogues de chansons ou même d’albums. Très peu sont authorisés par les créateurs. Par voie de conséquence, ces nouveaux sports «internautiques» ouvre toute grande la porte aux pirates de la propriété intellectuelle.

Voilà donc une partie d’un phénomène généralisé à l’aube de l’ère numérique: la dématérialisation de l’œuvre, c’est-à-dire son passage progressif d’un lieu physique d’achat (le magasin) à un lieu virtuel (le Net).

Le logiciel de compression MP3 n’en demeure pas moins un outil formidable. Il arrive que la diffusion et le téléchargement gratuits des œuvres sur Internet n’ait rien de répréhensible. L’exemple de Frédérick Blouin est éloquent à ce titre.

Idem pour ses collègues de Period Three, Surfing Secrets, Anaesthesia, Asyncdrome ou Napalm Jazz, qui ont tous endisqué sur le label virtuel No Type, le premier label conçu au Québec. À Québec, plus précisément. «L’objectif de départ, c’est de faire entendre des groupes totalement inconnus», de justifier David Turgeon, 22 ans, propriétaire de No Type. Outsider brillant, Turgeon est un informaticien autodidacte, internaute de haut niveau en plus d’être compositeur (pour le compte de Period Three).

La plupart des groupes au menu du site No Type, qu’il a lui-même imaginé, n’ont jamais endisqué avant… Ie mois dernier. Depuis lors, près de 3 500 internautes ont visité le site de l’étiquette No Type, plus de 5 500 téléchargements y ont été effectués. Rien de moins!

«Nous n’avions, dit-il, aucune autre possibilité d’être découverts que sur Internet. Pas de compagnie de disques, pas de budgets promotionnels… Donner la possibilité aux usagers d’Internet de télécharger nos disques, c’est le seul moyen à notre portée. On ne fait pas d’argent (pour l’instant), mais on n’en perd pas.»

Outsider brillant, Turgeon est un informaticien autodidacte, internaute de haut niveau en plus d’être compositeur…

Articles écrits

Michel F Côté

David Turgeon, actuellecd.com, 29 juin 2003

Alors que nous entamons cette série d’articles sur divers thèmes en rapport avec la musique de notre catalogue, pourquoi ne pas commencer avec le plus difficile à cerner des artistes du collectif Ambiances Magnétiques, le prolifique et éclectique batteur Michel F Côté.

Membre tardif d’Ambiances Magnétiques (il se joignit au groupe en 1988), Côté se plaça lui-même d’emblée en exergue, au sein de groupes à géométrie variable. On put l’entendre pour la première fois dans le premier album de Bruire, Le barman a tort de sourire, une boîte à surprise avec pas moins de 14 musiciens invités. Bruire est le très poétique groupe-projet de Côté, dans le cadre duquel il joue avec les codes de l’avant-garde, de la chanson et de la musique d’ambiance. Cet album inaugura d’ailleurs une trilogie qui se continua de manière toujours plus mature avec Les Fleurs de Léo, pour conclure avec l’inoubliable L’âme de l’objet. Ce voyage en trois étapes nous aura permis d’entendre des collaborateurs tels que Geneviève Letarte, Jerry Snell, René Lussier, Ikue Mori, Claude St-Jean et Jean Derome, tous contribuant à nourrir l’imagination fertile du batteur.

Il fallut plus de six ans pour entendre un nouveau projet de Bruire, celui-là fort différent: Chants rupestres, quatuor d’improvisation avec Jean Derome, Normand Guilbeault et Martin Tétreault. C’est qu’entretemps, Côté s’est adonné à des activités passablement plus… déconstruites. On peut en voir les premières séquelles dans une collaboration avec Diane Labrosse, un CD quelque peu obscur, justement intitulé Duo déconstructiviste. Et si le premier disque (double) de son nouveau projet Klaxon Gueule, Bavards, garde une énergie «rock» très reconnaissable, c’est ce projet qui poussera Côté dans ses retranchements les plus abstraits.

Car le moins que l’on puisse dire, c’est que la sortie de Muets, joli brûlot minimaliste complètement à l’opposé de Bavards, en surprit plus d’un. Il faut dire que ce disque, paru en 1999, était déjà plus en phase avec son époque que le Duo déconstructiviste qui était, en rétrospective, peut-être un peu trop en avance sur son temps. Mais ce changement était également dû à l’évolution esthétique du contrebassiste, Alexandre St-Onge, qui, d’un jeu relativement «classique», se tourna du jour au lendemain à une approche autrement plus conceptuelle de l’instrument. Côté et le guitariste Bernard Falaise le suivirent allègrement dans cette direction. Leur dernier disque en date, Grain (enregistré en compagnie de Sam Shalabi et Christof Migone), confirma cette tendance tout en la poussant plus loin encore dans la sophistication, faisant de cette œuvre l’une des plus abouties du corpus de Côté.

Mais le batteur ne s’arrête pas là et retontit encore là où on ne l’attend pas. Ainsi, avec Éric Bernier et Guy Trifiro, il crée un nouveau groupe, Bob, dont le nouveau disque, Unstable Friends, vient tout juste de paraître. Sous une pochette plutôt déviante et très attrayante se profile une sorte de retour à la «pop» bizarre des débuts de Bruire! On connaît également l’existence, à travers les branches, d’un nouveau projet intitulé Mecca Fixes Clock (on y reconnait en tous cas les initiales du compositeur!) lorgnant davantage vers l’ambient orchestral. Côté reviendrait-il donc à ses premières amours?

S’il est si ardu de dresser un portrait de Michel F Côté musicien, c’est peut-être aussi que son activité s’étend au-delà de la musique comme tel. En effet, il n’est pas rare d’entendre notre protagoniste au théâtre et à l’art performance, notamment en compagnie de Robert Lepage et de Catherine Tardif. Cette face de son travail trouve son écho sur Compil zouave, seul disque édité au nom du compositeur jusqu’à maintenant. Il faut mentionner également que Côté a débuté comme animateur de radio, entre autres à Radio-Canada, et qu’il a également écrit pour la revue Esse.

On peut voir Michel F Côté comme une sorte de baromètre de l’activité du collectif Ambiances Magnétiques à travers les années: aux expérimentations avec la chanson des années 1980 succède l’impro-composition lyrique qui marqua le catalogue AM des années 1990, suivi elle par un type d’improvisation plus extrême, basée sur la présence physique de l’instrument.

Espaces de sons: les sons environnementaux dans l’électroacoustique

David Turgeon, electrocd.com, 1 juin 2003

Les sons environnementaux (field recordings) ont toujours fasciné les compositeurs électroacoustiques, ceci depuis les Cinq études de bruits (1948) de Pierre Schaeffer et ses enregistrements de trains modifiés. Avec le Vancouver Soundscape 1973 (1972-73) de R Murray Schafer, ces sons du quotidien s’articulent autour d’un discours qu’on nommera «écologie sonore», où les sons gardent leur signification originale, et ne servent plus comme contenu anecdotique à la merci du compositeur. Le lecteur curieux notera que Jonty Harrison fait une intéressante synthèse de ces deux approches dans son texte {cnotice:imed_0052-0001/À propos d'Évidence matérielle/cnotice}.

En fait, chaque compositeur semble privilégier une approche différente par rapport aux sons environnementaux. Alors que l’écologie sonore voit fleurir des artistes du microphone tels que Claude Schryer et bien sûr Hildegard Westerkamp et sa fameuse Kits Beach Soundwalk (1989), des préoccupations autrement plus documentaires alimentent un disque tel que Corazón Road (1993), carnet de voyage sonore du duo français Kristoff K Roll. Entretemps, le compositeur new-yorkais Jon Hudak part d’une palette extrêmement minimaliste afin de trouver l’«essence» des sons utilisés, ce qui donne à l’auditeur de doux «soundscapes» planants. Élève du ci-haut mentionné Harrison, Natasha Barrett se rapproche davantage de la tradition acousmatique tout en concevant des paysages sonores de toute beauté à partir de sons environnementaux très discrets.

De jeunes compositeurs s’ajoutent constamment au paysage (sonore…) et il serait malvenu de les confiner au silence tant leur travail nous semble digne d’intérêt. Mentionnons d’abord le californien V. V. (de son vrai nom Ven Voisey), qui intègre ses sons trouvés dans une architecture rappelant la musique concrète «vieille école» — ce faisant, il montre combien Schaeffer n’est peut-être pas si éloigné esthétiquement de Merzbow… Avec Relisten, l’autrichien Bernhard Gal nous fait découvrir ses épisodes, soigneusement choisis, de «musique trouvée» (c’est-à-dire de structures musicales existant déjà dans le matériel environnemmental.) Enfin, de par son foissonnement d’idées et son rythme toujours soutenu, le surprenant flume ridge.halifax.lisbon (2001) du montréalais Cal Crawford réjouira sans doute les auditeurs à l’affût de nouvelle acousmatique.

Deux petites friandises pour terminer. D’abord, le joli mini-CDR Aenviron: one présente cinq instantanés sonores (et ce, sans aucun traitement!). Après tout, s’il existe du cinéma pour l’oreille, alors pourquoi pas un album photo pour l’oreille! Question de boucler la boucle, nous proposons également de s’arrêter au récent mini-CD de Lionel Marchetti au titre évocateur de Train de nuit (Noord 3-683) (1998-99). Cette œuvre pour un seul haut-parleur, dédiée (on s’en douterait!) à Pierre Schaeffer, nous rappelle, une fois de plus, l’importance toujours renouvelée des sources environnementales dans l’océan électroacoustique.

Blogue