La boutique électroacoustique

Artistes Roxanne Turcotte

Après avoir fait des études en piano au Conservatoire de musique de Montréal, Roxanne Turcotte se spécialise en composition et technologie musicale et obtient une maîtrise en composition électroacoustique de l’Université de Montréal sous la direction de Marcelle Deschênes, Francis Dhomont et Serge Garant.

Compositrice et conceptrice sonore, son esthétique musicale repose sur un art d’intégration à caractère cinématographique. Elle participe aussi à la création et l’exécution de musique pour la télé, le cinéma, la radio, la scène, le web et les arts du cirque, ainsi qu’à la création d’installations sonores, musicales et visuelles. Elle est appelée à faire partie de jurys en composition et donne régulièrement des formations et ateliers de composition.

Boursière du Conseil des arts du Canada (CAC) et du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), Roxanne Turcotte a à son actif une dizaine d’enregistrements sur disque et quelques publications, de nombreux concerts avec diverses formations musicales et de multiples tournées et concerts au Canada, aux ÉU et en Europe.

La musique de Roxanne Turcotte s’est distinguée lors de la International New Music Composers Competition (ÉU, 1987, 89), au Prix Hugh-Le Caine de la Fondation SOCAN (Canada, 1985, 89), au Concours international Luigi-Russolo (Italie, 1989), au 6e Concours d’art radiophonique «Villes manifestes» (La Muse en circuit, France, 2005), au Concours international de musique électroacoustique et d’art sonore de Bourges (France, 2005, 07, 08) et au Prix collégien de musique contemporaine (Sherbrooke, Québec, 2010).

Son travail électroacoustique a aussi été diffusé, entre autres, par les Cent jours d’art contemporain de Montréal (1985), aux Journées mondiales de la musique / World Music Days à Oslo (Norvège, 1990), à l’exposition Palomar (avec la photographe Martine Doyon) à Montréal (1994), par les Jeunesses musicales du Canada (1994), au Florida Electroacoustic Music Festival à Gainesville (ÉU, 1996), au Festival Montréal en lumière (avec l’éclairagiste François Doyon) à Montréal (2000), au festival Synthèse à Bourges (France, 2000, 03), au festival Aujourd’hui Musiques à Perpignan (France, 2000), au festival Futura à Crest (France, 1999, 2006), par le GMEM à Marseille (France, 2002), au festival Zeppelin à Barcelone (Espagne, 2004), au festival Archipel à Genève (Suisse, 2005), au festival Akousma (5) (avec l’éclairagiste François Doyon) à Montréal (2005), à Flora International (avec les compositeurs André Hamel et Diane Labrosse) à Montréal (2006), au festival Musique dans la rue à Aix-en-Provence (France, 2007), par Erreur de type 27 à Québec (2008) et au Festival of New Music Now Hear This à Edmonton (Canada, 2014).

Roxanne Turcotte travaille à la réalisation d’intégration d’installations sonores au jeu en direct.

[viii-14]

Roxanne Turcotte

Montréal (Québec), 1960

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositrice

Sur le web

Roxanne Turcotte, Montréal (Québec), vendredi 25 avril 2014

Œuvres choisies

Parutions principales

empreintes DIGITALes / IMED 14126 / 2014
empreintes DIGITALes / IMED 11106 / 2011
empreintes DIGITALes / IMED 0370 / 2003
empreintes DIGITALes / IMED 9413 / 1994

Apparitions

Artistes divers
empreintes DIGITALes / IMED 9604 / 1996

Compléments

Artistes divers
Unknown Public / UP 17 / 2006
  • Hors-catalogue
Artistes divers
La Muse en circuit / MUSE 2005 / 2005
  • Hors-catalogue
Asphodel / ASP 0978 / 1997
  • Épuisé
Artistes divers
empreintes DIGITALes / IMED 9004 / 1990
  • Réédité

La presse en parle

L’école de Montréal, 4/4

Bernard Girard, Aligre FM, Dissonances, mardi 6 avril 2004

Nous achevons aujourd’hui notre découverte de l’école de Montréal. Nous avons vu que n’ayant pas, une fois leurs études terminées, accès au studio de l’université, les compositeurs doivent créer leur propre studio, un peu à l’image de ce qu’ont fait en France Pierre Henry ou Luc Ferrari. N’étant pas rémunérés par des institutions comme le sont leurs collègues français, ils doivent, pour vivre, multiplier les travaux alimentaires, faire des musiques de film, des bruitages pour des publicités, s’associer à des compagnies de danse, des troupes de théâtre. Ils doivent profiter de chaque occasion qui se présente, ce qui explique sans doute qu’ils aient tant développé le genre radiophonique. La plupart des compositeurs de cette école ont écrit pour la radio, des œuvres d’un genre un peu particulier qui se prêtent à une écoute qui n’a pas grand chose à voir avec ce qu’elle peut être dans une salle de concert. Un exemple, une pièce de Roxanne Turcotte, Micro-trottoir, composée en 1997 à partir de reportages faits dans la rue.

On retrouve, d’ailleurs cette réflexion sur l’écoute dans à peu près toutes les œuvres de l’école de Montréal. Un certain nombre de compositeurs ont résolu le problème en composant des musiques à programme, souvent basées sur des textes littéraires qui guident l’auditeur, qui donnent un sens à ce qu’il entend.

On retrouve cette démarche chez Francis Dhomont, dans des œuvres comme Sous le regard d’un soleil noir, mais aussi chez Gilles Gobeil, qui a réalisé plusieurs adaptations musicales de romans célèbres, Du côté de chez Swann de Proust, de La machine à explorer le temps de Wells, du Voyage au centre de la terre de Jules Verne.

Je voudrais aujourd’hui vous faire découvrir une pièce qu’il a composée avec le guitariste et compositeur René Lussier. Son titre, Le contrat, fait allusion au contrat implicite que ces deux amis ont signé avec le Conseil des arts du Canada qui leur a commandé une pièce d’après le Faust de Goethe . Cette pièce, dont ils commencé la composition en 1996, n’a été achevée que tout récemment, en 2003. On remarquera dans cette pièce la combinaison de la guitare et des bruits électroacoustiques. À l’inverse de leurs collègues français, les compositeurs de l’école de Montréal pratiquent peu les musiques mixtes. Ils ne les ignorent cependant pas complètement, comme en témoigne l’œuvre de Monique Jean, une compositeure, comme on dit au Canada, qui mêle souvent musique et art vidéo et a réalisé des murs de haut-parleur qui incitent à écouter la musique comme l’on regarde une sculpture. low memory #2 que nous allons maintenant entendre a été composé pour flûte picolo et bandes à quatre pistes. À l’entendre, on a parfois le sentiment d’être comme devant la coupe d’un son que le compositeur nous ferait voir au travers d’un microscope.

Louis Dufort, un des compositeurs les plus prometteurs de cette génération, paraît plus tenté que d’autres parce que l’on pourrait appeler la musique pure en opposition à ce cinéma de l’oreille pratiqué par beaucoup de ses collègues. Zénith, une œuvre écrite en 1999, rappelle, par certains cotés, les musiques expressionnistes du début du 20e siècle.

Spleen est également composé à partir de voix, il s’agit de quatre voix adolescentes et le projet du compositeur était de décrire cet état de mélancolie propre à l’adolescence. Ce goût de la voix, du texte n’est pas propre à Robert Normandeau. On le retrouve chez beaucoup des musiciens de cette école de Montréal. Chez Francis Dhomont, bien sûr, mais aussi chez Gilles Gobeil. Normandeau, Gobeil appartiennent à la génération de ces compositeurs qui ont été formés par Francis Dhomont et ses collègues: il y a, de fait, chez tous ces musiciens de l’école de Montréal, un goût de l’éclectisme qu’on ne retrouve pas forcément chez leurs collègues et, notamment français, souvent formés dans un cadre plus académique.

… on a parfois le sentiment d’être comme devant la coupe d’un son que le compositeur nous ferait voir au travers d’un microscope.

Pistes d’introduction aux beautés de l’électroacoustique

François Couture, electrocd.com, mercredi 15 octobre 2003

La musique électroacoustique est un goût acquis. Qu’on le veuille ou non, la radio et la télévision nous conditionnent à accepter un certain nombre de modèles musicaux (tonaux, rythmiques) comme étant «normaux». L’électroacoustique est dès lors perçue comme «anormale», tout comme d’autres formes d’expression musicale centrée sur le son plutôt que la note, telle l’improvisation libre. C’est pourquoi une première exposition à cette musique se révèle souvent être une expérience mémorable, positivement ou négativement. Plusieurs facteurs entrent en jeu, mais le choix d’un disque adéquat à une introduction amicale aide à faire de ce premier contact un choc esthétique d’une grande beauté et ainsi marquer le début d’une longue aventure.

Avec cette piste d’écoute, je veux simplement pointer quelques titres qui m’apparaissent susceptibles d’encourager plutôt que de décourager, des titres qui ouvrent une porte sur un autre monde musical. Bien sûr, cette sélection ne peut qu’être subjective. Mais avec un peu de chance elle pourra servir de guide aux nouveaux enthousiastes du genre et aux apôtres qui cherchent des idées-cadeaux pour répandre la bonne musique. Après tout, la période des Fêtes s’en vient!

Des passerelles

On développe généralement un nouvel intérêt par excroissance d’un intérêt précédent. C’est-à-dire que l’on explore un genre musical qui nous est inconnu parce qu’un intérêt connexe nous y a mené. C’est pourquoi, dans le cas des musiques électroacoustiques, des œuvres mixtes (bande et instrument) ou qui abordent un sujet concret peuvent fournir cette passerelle qui ouvrira les horizons d’un nouvel auditeur. Par exemple, les amateurs de récits de voyage trouveront dans le Corazón Road du duo Kristoff K Roll la narration sublimée d’un périple en Amérique centrale. Ceux qui ne sont pas trop grands pour s’intéresser encore au conte (j’en fais partie) trouveront dans Forêt profonde de Francis Dhomont une réflexion sur le conte inspirée du psychanalyste Bruno Bettelheim sous la forme d’une œuvre qui allie fils narratifs entremêlés et musiques d’une grande force évocatrice. Plus léger et fantaisiste, Libellune de Roxanne Turcotte tend une perche aux enfants sans pour autant simplifier ou niveler par le bas la démarche artistique.

Les amateurs de guitare peuvent se tourner vers le fabuleux projet Parr(A)cousmatique d’Arturo Parra, un guitariste classique virtuose qui travaille ici avec les meilleurs compositeurs québécois: Stéphane Roy, Francis Dhomont (Québécois d’adoption, à tout le moins), Robert Normandeau et Gilles Gobeil. Ce dernier vient d’ailleurs de lancer une œuvre-fleuve, Le contrat, avec le guitariste avant-gardiste René Lussier. Les amateurs de René Lussier et les gens captivés par le Faust de Goethe trouveront ici un point d’intersection incontournable.

Des essentiels

Pour ceux qui veulent pousser vers une électroacoustique plus abstraite, je conseille d’abord de visiter les compositeurs québécois. Chauvinisme? Du tout. En fait, la musique des Dhomont, Normandeau, Gobeil, Yves Daoust ou Yves Beaupré m’apparaît d’emblée plus accessible que celle sortie des écoles britanniques ou françaises. Elle possède un caractère immédiat, à l’impact plus prononcé (Gobeil), au lyrisme plus plaisant (Daoust, Beaupré), à l’architecture et aux thèmes plus accueillants (Dhomont, Normandeau). À titre de points de départ, je suggère Figures de Normandeau, La mécanique des ruptures de Gobeil, Cycle du son de Dhomont et Humeur de facteur de Beaupré.

Cela dit, les œuvres de Michel Chion (son Requiem, tellement puissant), Bernard Parmegiani (La création du monde), Jonty Harrsison (Articles indéfinis), Denis Smalley (Sources/Scènes) et Natasha Barrett (Isostasie) procurent des heures de beauté et de fascination, même si ces musiques paraissent à première vue plus arides ou difficiles d’approche. Et pour ceux qui s’intéressent à l’histoire de ces musiques, l’étiquette EMF offre L’œuvre musicale de Pierre Schaeffer, le père de la musique concrète et donc grand-père de l’électroacoustique.

Des idées courtes

L’album compilation a le pouvoir d’ouvrir toutes grandes les portes de l’électroacoustique, en offrant une large sélection d’artistes et d’approches stylistiques. Disponible à petit prix, eXcitations offre un échantillon intéressant des productions sur étiquette empreintes DIGITALes. Les albums Electro clips et Miniatures concrètes, ainsi que le tout nouveau volume de la série DISContact!, proposent de courtes pièces (souvent sous les trois minutes) qui sont autant de sources de découverte et de questionnement.

Enfin, pour ceux qui désirent avancer tranquillement, à petits pas, la collection Cinéma pour l’oreille de l’étiquette française Métamkine offre une superbe série de mini-disques compacts d’une durée de 20 minutes chacun à prix moindre. Le catalogue comprend des compositeurs renommés tels Michel Chion, Lionel Marchetti, Michèle Bokanowski, Bernhard Günter et Éliane Radigue. De petits albums parfaits pour les échanges de cadeaux.

Bien sûr, tout cela, ce ne sont que des suggestions. Le meilleur parcours de découverte est celui que vous vous défrichez au fil du temps.

Bonne écoute!

Portrait

François Couture, All-Music Guide, samedi 1 septembre 2001

Roxanne Turcotte’s activities are diversified, to say the least. Yet, even with a resume that includes a keyboardist role in a rock group, electroacoustic composer and children music composer, she barely made a dent in the music world. Her first album, Amore, was released in 1994.

Born in Montréal in 1960, Turcotte always stayed in the big city. First and foremost a keyboardist, she began in rock and jazz groups, recording an LP with Kaméléon in 1982. Not shy of genre crossings, she entered the Master program in electroacoustic music at the Université de Montréal, studying its secrets with Marcelle Deschênes and Francis Dhomont while also studying piano and composition with Serge Garant. She began creating electroacoustic music, but also music for multimedia projects and, surprisingly, children music, each aspect of her career permeating the others. In 1994 the prestigious record label empreintes DIGITALes released her first CD of electroacoustic music, Amore. The reception was mixed, her style of cinema for the ear relying strongly on synthesized music and sound collage. She participated to the 1999 and 2000 editions of the Futura Festival in Crest (France) and the 2001 Bourges Festival.

… her style of cinema for the ear relying strongly on synthesized music and sound collage.

L’électroacoustique à la portée des enfants

Patrick Marsolais, SOCAN, Paroles & Musique, vendredi 1 mars 1996

Parmi la pléiade d’artistes s’adressant aux enfants, peu revendiquent une approche aussi originale que Roxanne Turcotte. Pas de comptines ou de reprises de grands succès enfantins pour la dame, mais bien de la musique électroacoustique. Qui donc a dit que le genre était trop cérébral…

On serait évidemment porté à croire qu’on n’aborde pas la composition pour les enfants de la même manière que pour les adultes. Or Roxanne Turcotte, qui donne également dans la musique pour adultes, affirme pourtant le contraire: «Ça se ressemble beaucoup. L’idée, c’est de faire découvrir le monde sonore électronique aux enfants, l’enregistrement sonore, la modification des sons, etc. C’est donc un peu la même technique, c’est le langage qui est un peu différent.»

L’électroacoustique, c’est bien connu, est réputée comme étant une musique sérieuse, difficile d’accès, et l’on se demande bien, en véritable profane, comment diable des enfants peuvent accrocher au genre: «Vous seriez surpris. Les jeunes sont capables d’en prendre beaucoup plus que les adultes. Comme leur oreille n’est pas formée, ils sont ouverts à plein de choses, alors que les adultes n’ont jamais vécu avec cette musique-là. Ils ont l’habitude d’entendre des harmonies ou des hauteurs de notes très précises. Quand on leur présente des extraits sonores électroacoustiques, ils ont donc de la difficulté avec ça. C’est le même phénomène pour la technologie.»

Roxanne Turcotte a signé deux cassettes pour enfants à ce jour. Sons et tintamarre est un véritable projet électroacoustique, alors que Dododinouche est un projet de musique «utilitaire», faite pour endormir les enfants ou pour la relexation. Sa musique étant essentiellement instrumentale, il est donc permis d’espérer une exportation plus facile: «Définitivement, puisqu’il n’y a pas de barrières. On y travaille d’ailleurs de plus en plus.» Fidèle à son médium, Turcotte travaille beaucoup avec un programme de sons synthétiques et nombre d’échantillonnages. «Ce sont des capsules de sons que je modifie, tout en rejoutant toutes sortes de synthèses sonores. Je travaille dans un studio chez moi, et mon ordinateur se veut en fait mon enregistreur.

Selon certaines sources, ses compos font un malheur auprès des bambins. C’est que Roxanne Turcotte a beau donner dans l’électro, l’humour y trouve toujours droit de cité.