La boutique électroacoustique

Artistes Martin Tétreault

Martin Tétreault est platiniste, improvisateur, concepteur sonore et artiste visuel Il est reconnu ici et à l’étranger pour son travail de recherche et d’improvisation avec des tourne-disques de tout genre ou de sa fabrication. Il réalise avec cet attirail hétéroclite des performances sonores, seul ou en collaboration avec d’autres artistes de la musique, la danse, la poésie ou l’installation. Il a participé à de nombreux festivals et manifestations de musique, de performance, d’art sonore et d’art médiatique, en trimbalant son équipement en Amérique, en Europe, en Océanie et en Asie. À Montréal ou durant ces déplacements, il en a profité pour réaliser des disques avec René Lussier, Diane Labrosse, Otomo Yoshihide, Érik M, Xavier Charles, Haco, Kevin Drumm et plusieurs autres. Après une décennie de travail avec la citation et le piratage via le disque vinyle, en 1995 il se met à la tâche d’extirper de ces nombreux tourne-disques une multitude de sons jusqu’ici demeurés muets: bruits parasitaires de tout ordre, mauvais contacts électriques, ronflements de moteur et quoi encore. Aujourd’hui il lui arrive de mêler ces nouvelles découvertes à son vocabulaire d’un passé pas si lointain… Depuis 2006 il compose et dirige le Quatuor de tourne-disques composé de Nancy Tobin, Alexander MacSween, David Lafrance et Magali Babin. De ce quatuor, le disque Points, lignes avec haut-parleurs a été publié chez Oral en 2011. Il est, avec Nancy Tobin, membre du duo de diffusion bipolaire Této et du trio Xyz au côté de Pierre-Yves Martel et Philippe Lauzier.

[xii-14]

Martin Tétreault

Saint-Jean-Baptiste-de-Rouville (Québec), 1957

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositeur
  • Interprète (tourne-disques)
  • Artiste visuel

Ensembles associés

Martin Tétreault en concert au Festival Garage (Allemagne), photo: Éric Mattson, août 2003

Œuvres choisies

Parutions principales

  • Rupture de stock temporaire
  • Rupture de stock temporaire

Apparitions

  • Rupture de stock temporaire

Compléments

  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue
  • Épuisé
  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue
Artistes divers
  • Épuisé
Artistes divers
  • Épuisé
  • Épuisé
Artistes divers
  • Épuisé
Artistes divers
  • Hors-catalogue

Publications web

  • Disponible
  • Disponible
  • Disponible

Folio

  • Rupture de stock temporaire
  • Épuisé

La presse en parle

Live Reviews: Festival international de musique actuelle de Victoriaville

Mike Chamberlain, Signal to Noise, no 51, 1 septembre 2008

While the 2008 edition marked the 25th anniversary of the Festival international de musique actuelle de Victoriaville, and while the festival grid looked, in some respects, like a tribute to certain mainstays of the festival that’s not quite the way that Victo’s director, Michel Levasseur, set out to put the milestone program together. The 25th anniversary nonetheless has a resonance for many people, Levasseur found. “You can’t hide the reality of this history,” he said in an interview before the festival. “Some people have 25 years of marriage. Some people think of where they were 25 years ago. Some of our audience weren’t even born then. […]”

And there was, in fact, a certain symmetry to the lineup, with Jean Derome et les Dangereux Zhoms + 7 and John Zorn’s project The Dreamers opening the festival at 8 and 10 pm respectively. Both Derome and an expanded lineup of Les Dangereux Zhoms and Zorn’s Dreamers delivered performances that demonstrated that their leaders were still making interesting, relevant music. Les Dangereux Zhoms did two pieces. The first, Traquen’Art, was first performed late last year in homage to the Montréal production company of the same name, while the second, Plateforme, was a premiere, written in tribute Levasseur’s creation and life work. With the lineup expanded to include the voice of Joane Hétu, the reeds of Lori Freedman, and the turntable of Martin Tétreault, among others, the two compositions encompassed a wide palette that drew together almost everything Derome has done over the past thirty years. Ranging from delicate interplay between voice, violin and viola to full-on collective improvisation with screeching guitar and muted trombone pyrotechnics, the music exploded generic considerations in the best Victo tradition. […]

A lot of festival-goers skip the midnight shows, but this year’s edition featured two of the best I have seen in a decade of attending the festival, the Friendly Rich Show on Thursday and Michel F Côté’s post-rock soul sextet (juste) Claudette on Sunday. […] While the collective intrigue of the three Thursday concerts were hard to match, there was much to savor over the weekend. Among these […] the premiere performance by the trio of René Lussier, Martin Tétreault and Otomo Yoshihide, whose nakedly human endeavors to improvise as a trio had to overcome their long histories of playing with one another in duos, the results demonstrating both the promise and the pitfalls of improvised music.

Barnyard Drama (Suoni / L’Off Festival)

David Ryshpan, Panpot, 3 juillet 2008

… The evening started off with Philippe Lauzier and Pierre-Yves Martel of Quartetski, turntablist Martin Tétreault and Norwegian guitarist Kim Myhr in three quiet and textural improvisations. The set started with Lauzier playing his alto saxophone with a plunger mute affixed on his bell, creating a muffled and distant sound. The blend of Tétreault’s turntables, Myhr’s guitar effects and Martel’s viola da gamba was impressive. It was difficult to determine where the sounds were coming from. Martel, unamplified, would bow furiously, unleashing streams of harmonics, and even thump his bow against the body of the instrument. Myhr and Lauzier used their instruments more as resonators for external objects and vocalizations. Myhr many times moved a spinning toy across the body of his classical guitar, which he alternately played lying flat on his lap or in normal playing position. Lauzier also played bass clarinet, emphasizing the overtones of the instrument, and pulled out a plastic tube through which he circular breathed. At that moment, with Lauzier playing the tube, the whole group combined to sound like a massive vacuum cleaner, or that noisy radiator from down the hall — a sound full of airy noise, feedback and harmonics…

The blend of Tétreault’s turntables, Myhr’s guitar effects and Martel’s viola da gamba was impressive.

FIMAV (May 15-19)

Kurt Gottschalk, All About Jazz New York, no 75, 1 juillet 2008

Guitars reigned supreme at this year’s Festival International de Musique Actuelle de Victoriaville. The saxophones were there to be sure; Jean Derome, Joe McPhee and Roscoe Mitchell are not ones to sneeze at. But the 25th edition of FIMAV centered on the six-string, with Raymond Boni, Tim Brady, Nick Didkovsky, Fred Frith, René Lussier, Joe Morris, Marc Ribot and Elliott Sharp all on the bill. (…)

Sets by the members of the Ambiances Magnétiques collective from Montréal (100 miles southwest of Victoriaville) are always a much anticipated part of the week and this year made for three strong sets: Jean Derome’s Les Dangereux Zhoms revived as a sextet; Michel F Côté’s excellent organ lounge (juste) Claudette and a trio of René Lussier, Martin Tétrault and Otomo Yoshihide. The latter was an especially exciting outburst of two turntables and two guitars ( Yoshihide manning one of each), running from energy to abstraction. Yoshihide was originally set to play just turntables, but arrived with guitar in hand. Perhaps he sensed something about the frenzy of FIMAV 2008.

La maturité de L’OFF Festival de jazz

Serge Truffaut, Le Devoir, 24 mai 2008

Enfin! Bravo! Merci aux organisateurs de L’OFF Festival de Jazz de Montréal d’avoir accompli un retournement temporel. La neuvième édition de cet événement ne se tiendra pas simultanément à l’autre, le «gros», si l’on peut se permettre. Après s’être rendu compte que l’offre musicale se confondait avec hyperinflation au début de l’été, les responsables de l’Off ont décidé de devancer les dates. Bref, il se déroulera du 13 au 21 juin.

La deuxième modification apportée est géographique. Adieu le Patro Vys, bonjour le Dièse Onze, qui a ceci de bien qu’il est un club de jazz à l’année. Jazz et resto situé au 4115 A du boulevard Saint-Denis, pour être précis. Les autres points de chute sont les mêmes que ceux de l’édition antérieure: le Lion d’or et le Pub Saint-Ciboire. Auxquels s’ajoutent cette année…

… La Sala Rossa. Et là, si l’on peut dire, c’est l’autre bonne nouvelle de cette année. Voici de quoi il s’agit: les organisateurs de l’Off se sont associés à ceux du festival Suoni per il popolo, qui se tiendra du 1er au 30 juin. Cette alliance, selon les confidences de Jean-Jules Pilote, cheville ouvrière de l’Off, devrait s’étoffer au cours des prochaines années.

C’est à espérer. Car au cours des prochaines semaines, ce duo d’organisateurs va proposer deux spectacles à La Sala Rossa: le Sun Ra Arkestra, dont on a parlé la semaine dernière, le 14 juin, et le Barnyard Drama, le quartet Lauzier, Myhr, Martel, Tétreault ainsi que Gordon Allen le 15 juin. Prix du billet de Sun Ra: 25$, alors que celui du lendemain se détaille entre 14 et 16$.

Puisqu’on décline les histoires d’espèces sonnantes, il faut insister sur un fait économique fondamental. C’est sérieux, très sérieux même. Le rapport qualité/prix inhérent aux shows de l’Off est REMARQUABLE! Le coût d’entrée des spectacles à l’affiche du Dièse Onze est de 8$. Ceux du Pub Saint-Ciboire sont gratuits. Ceux du Lion d’or: 20$ en prévente ou 25$ à la porte pour deux shows ou 15$ pour celui débutant à 21h30. Pour les détails, on peut se renseigner au lofffestivaldejazz.com

Bon. Après lecture du programme, six des shows au Lion d’or sont à retenir: la Fanfare Pourpour, qui aura l’accordéoniste et chanteur suédois Lars Hollmer pour invité. Cette fanfare à la veine humoristique indéniable est toujours dirigée par l’immense Jean Derome. Quoi d’autre? Il suffit d’écouter leur album paru sur étiquette Ambiances Magnétiques pour s’apercevoir que les membres de cette grande formation excellent dans l’alchimie des folklores du monde.

Le 18 juin, le saxophoniste et clarinettiste Chet Doxas va proposer un spectacle propre à aiguiser toutes les curiosités: Le Mur de Jean-Paul Sartre. Doxas a composé une série de thèmes inspirés, donc, de ce chef-d’œuvre littéraire qu’il interprétera en compagnie de Stéphane Allard et Zoé Dumais aux violons, de Jean René à l’alto, de Sheila Hannigan au violoncelle, de Zack Lober à la contrebasse, de son frère Jim à la batterie, tous sous la direction de Jon Sapoway.

Le même soir, mais après Doxas, les musiciens phares des labels DAME et Ambiances Magnétiques vont occuper la scène pour improviser à tout va. Autour de Derome, on retrouvera Joanne Hétu au saxo, Charity Chan au piano, Diane Labrosse à l’échantillonnage, Lori Freedman à la clarinette basse, Guido Del Fabbro au violon, Rainer Wiens à la guitare et l’incontournable Pierre Tanguay à la batterie.

Le 20 juin, le très courageux, le musicien essentiel, le contrebassiste battant Normand Guilbeault va décliner ses compositions retraçant la vie de Louis Riel. Il sera flanqué de quatorze musiciens, narrateurs et projectionnistes. C’est au Lion d’or le 20 juin à 20h. La veille, au même endroit, on aura droit à l’accouplement jazz et poésie avec José Acquelin, Renée Gagnon, Hélène Monette, Carole David et Jean-Marc Desgent.

Enfin, le 21 juin, l’affiche est alléchante parce que… parce que… le saxophoniste Janis Steprans a réuni trois autres saxos autour de lui pour clôturer cette 9e édition. André Leroux sera au soprano, David Bellemare au ténor, Jean Fréchette au baryton et Steprans, bien entendu, à l’alto. Simon Lévesque à la contrebasse et Dave Laing à la batterie vont rythmer le tout.

Les billets sont en vente à L’Oblique, à L’Échange, à L’Articulée ainsi qu’à la Casa Del Popolo et à Cheap Thrills pour les shows du 14 et du 15 juin.

Autres textes

Downtown Music Gallery, The Wire no 207

Blogue