La boutique électroacoustique

Artistes Jean Piché

Jean Piché réside à Montréal depuis 1988. Il s’intéresse à l’informatique musicale depuis les débuts de cette forme dans les années 70. Après plusieurs collaborations avec des artistes visuels américains tels que Tom Sherman et Myriam Abramovitz, il réalise depuis peu ses propres vidéomusiques. L’enseignement et la recherche en composition électroacoustique à l’Université de Montréal occupe une part importante de sa vie professionnelle.

[viii-99]

Jean Piché

Trois-Rivières (Québec), 1951

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositeur

Sur le web

Jean Piché, 1999

Œuvres choisies

Parutions principales

Amberola / AMBC 7109 / 1999

Apparitions

Artistes divers
Cambridge Street Records / CSR 0501 / 2005
Artistes divers
UMMUS / UMM 101 / 1989

Compléments

University of Alberta Press / UAP 9780888644749 / 2009
  • Hors-catalogue
Centrediscs / CMCCD 4793 / 1993
  • Hors-catalogue
Artistes divers
Radio-Canada / ACM 37 / 1990
  • Épuisé
Artistes divers
Mnémosyne musique média / LDC 278068-69 /
  • Hors-catalogue

La presse en parle

Visite de bidouilleurs canadiens

Harry Bellet, Le Monde, mardi 12 septembre 2006

Inaugurer un spectacle par une longue citation de Gandhi, c’est original. Qu’elle soit en anglais, quoi de plus normal? Mais qu’elle ouvre une fête dédiée à la francophonie semble démontrer, au mieux, la fin des crispations linguistiques… L’extrait d’un discours prononcé en 1947, sert de préface à Bharat, Spin & Express, de Jean Piché. Un film, tourné par trois caméras juxtaposées de manière à obtenir un effet panoramique, par un compositeur de musique contemporaine de l’université de Montréal, qui associe les images aux sons.

Piché ouvrait la soirée du samedi 9 septembre consacrée par le Théâtre du Châtelet à une «Fête de la pleine lune» qui mêlait installations, performances, spectacles électroniques, réalisés par des artistes québécois, sélectionnés par Richard Castelli, conseiller artistique, entre autres, de la Maison des arts de Créteil. Québécois, parce que l’événement s’inscrit dans le cadre du festival Francofffonies! qui essaime dans toute la France jusqu’au 9 octobre, mais surtout parce que nos cousins canadiens sont des pionniers du bidouillage des ordinateurs.

Qu’ils ont su pousser bien au-delà de la logique binaire caractéristique de l’engin. Il suffit de voir et d’entendre la Harpe à nuages de Nicolas Reeves. En digne fils de son père, l’astrophysicien Hubert Reeves, il est un peu tête en l’air, guettant une forme originale d’impatience dans l’azur: les nuages qui passent, là-haut, les merveilleux nuages. Un laser en transmet la position, la densité, la structure à un ordinateur qui convertit le tout en musique. Le bruit des nuages jaillit ainsi d’une sorte d’armoire de style Biedermeier, qui est une application des plus poétiques du principe du lecteur de disques compacts.

On s’attarde devant les objets mouvants de Diane Landry, où l’informatique pilote les glissements d’une petite cuillère sur une tige de bois, les reflets floraux qu’elle projette à travers les découpes d’un panier à linge sale ou les parois translucides de bouteilles en plastique. De la même, une installation de parapluies musicaux et animés, qui ouvrent et referment en rythme leur corolle, donne une version sculpturale de Singing in The Rain.

Le tout est dispersé dans des espaces rarement accessibles du Châtelet, tels le Salon Nijinsky et sa terrasse. Simultanément, dans la grande salle, des films sont projetés, comme Ondulation de Thomas McIntosh, qui préfère une piscine à un bête écran, ou Amelia, d’Edouard Lock. il y a aussi Gonzalez, Cubano-Canadien pianiste et dadaïste, tandis que, dans le grand foyer, six DJ triturent leurs platines sous la direction d’un chef d’orchestre… Décapant, mais doux, le spectacle suscite toutefois un regret: il n’a lieu qu’une seule soirée.

Jean Piché en vidéomusique

Yves Pilon, Convergence, no 33, dimanche 1 mai 2005

Compositeur, Jean Piché s’intéresse à l’art vidéo depuis quelques années. Il nomme son art la vidéomusique, une forme hybride alliant image en mouvement et musique. Jean Piché présentait une rétrospective d’œuvres vidéomusicales le 3 mars dernier à la Place des Arts dans le cadre de la 2e édition du Festival international Montréal/ Nouvelles Musiques. Jean Piché: Vidéomusiques 1996 - 2004 proposait alors quatre œuvres vidéo atternant les supports de diffusion: écran simple, triple écran ou haute définition. Spin, Sieves, Express et Bharat forment ainsi un mélange étonnant en évoquant tour à tour l’Inde, le temps, la couleur et les formes, la composition du sol et un parcours ferroviaire. On a aussi pu apprécier son talent lors d’Elektra.

Convergence: Quelle est votre définition personnelle de la vidéomusique?

Jean Piché: C’est un terme que j’ai inventé dans les années 1990. Étant avant tout un compositeur, j’ai composé plusieurs trames musicales pour des vidéastes connus tel Tom Sherman. J’ai réalisé alors que les artistes vidéo manipulaient les images de la même façon que je manipule la musique électronique. Le matériau devient le sujet de l’œuvre. Ce fut une révélation personnelle de réaliser que nous pouvions manipuler les deux médiums avec la même approche. Il faut faire une distinction entre le discursif et le narratif. Le son et l’image dans un «timeline» peuvent amener plusieurs chassés-croisés, des couleurs vives et des intensités. Mais le processus sur la table de travail est identique. Ce que j’essaie de traduire, c’est que l’un (l’image) et l’autre (le son) amènent une synergie, un perception symétrique. Certaines personnes ont d’ailleurs la capacité, nommée synesthésie, de visualiser le son soit dans leur tête, soit par les vibrations du son même.

Convergence: La vidéomusique représente-t-elle une solution afin de rendre plus accessible la musique électroacoustique et électronique?

Jean Piché: En effet, je crois que oui! Un des problèmes de la musique électronique et électroacoustique était de ne représenter jusqu’ici que des médiums non «perFormatifs». Il n’y avait pas de lieu de diffusion et ce en excluant la musique techno qui offre sa part d’animation (jeu de couleurs et de lumières). Pour revenir à la musique électronique de type classique, elle demeurait jusqu’ici une musique offrant un réseau ou une diffusion privée, sans mesures interprétatives. Avec l’avènement de l’image, nous retrouvons ainsi dans un espace public la stimulation multisensorielle. Ça se rapproche du cinéma. Toutefois, je dois préciser que je ne fais pas du cinéma mais bien de la musique, et qui je crois demeure somme toute accessible.

Convergence: Vous avez commencé le traitement de la vidéomusique en format analogique. Est-ce que la venue du numérique a changé votre approche?

Jean Piché: La première œuvre vidéomusique que j’ai réalisée fut complétée avec un système analogique vidéo de type MZ dans une salle de montage A-B Roll. Je fais toujours le visuel d’abord et ensuite, je réalise et compose la trarne sonore. Le son doit ainsi concorder avec les images montées.

Convergence: Est-ce que vous adaptez le son de manière à synchroniser avec les images et votre montage vidéo?

Jean Piché: Un des aspects les plus intéressants dans ce type de travail est la synchrèse. La «synchrèse» est un terme que Michel Chion, dans un essai titré L’Audiovision, a inventé. La synchrèse survient lorsque l’image que nous voyons et le son que nous entendons sont reliés intimement. C’est comme une relation de cause à effet. Par exemple si j’entends un poing qui tombe sur la table et que je le vois, il y alors «synchrèse». Plus intéressant encore, on peut changer le son ou l’image tout en conservant la même relation. Si je n’applique pas le même son normalement associé au poing sur la table, nous allons encore percevoir la même vibration. Et même si le son n’a aucune relation avec le visuel qui lui est associé. Une fois que j’ai fait ce constat, j’ai réalisé à quel point cela représente un outil puissant pour faire de la métaphore! Aussi fort que cela puisse l’être, on peut s’écarter des associations et par le fait même, notre langage devient beaucoup plus riche! En résumé, cela demeure une question d’écart et de rapprochement, au point d’utiliser parfois et judicieusement le silence même lors d’un poing sur la table!

Convergence: Auriez-vous ainsi dépassé le stade exploratoire de votre médium hybride?

Jean Piché: J’essaie d’en arriver à oublier la composante technique, et d’offrir un discours plus artistique.

Convergence: Comment entrevoyez-vous l’avenir de la vidéomusique et ses possibilités de diffusion?

Jean Piché: je crois que la vidéomusique est une des formes qui va exploser dans les prochaines années. En tant que forme créative majeure. Je me retrouve à mi-chemin entre la semi-abstraction visuelle et le discours musical. C’est la première Fois de l’histoire où un créateur peut contrôler de façon intime les relations qui peuvent exister entre un visuel non-narratif et le discours musical et offrir ainsi une forme complètement nouvelle. Comme les outils sont extrêmement puissants maintenant, les imaginaires vont se mettre au travail! La nature centrale de ces œuvres restera la musique. À ne pas confondre avec le vidéoclip qui offre généralement une narration traditionnelle. La vidéomusique demeure avant tout de la musique et ensuite de la vidéo, c’est-à-dire sans la tension dramatique proposée entre autres par le cinéma.

Convergence: Pouvez-vous nommer des exemples d’adaptation de vidéomusique dans un contexte plus commercial ou de masse?

Jean Piché: Bien sûr. Pour moi, l’œuvre de référence demeure Koyaanisqatsi de Godfrey Reggio et la trilogie qui a suivi, tournée en 1976 et 1960, et utilisant une musique de Philip Glass. Cela représente une forte expérience qui dépasse le cinéma.

Convergence: Comment se profile la relève pour ce médium et croyez-vous à titre d’enseignant que les plus jeunes générations ont une oreille plus «développée» et cultivée pour mieux percevoir et tirer avantage de ce jeune médium? Jean Piché: J’enseigne la vidéo et la composition musicale, et je peux observer une différence notoire entre le créateur visuel qui possède un sens du «design» incroyable versus le musicien qui lui a le «sens du temps» rarement présent chez l’artiste visuel. Il demeure exceptionnel de retrouver chez une seule personne ces deux visions. Aussi extraordinaire que ça soit, j’en ai trouvées parmi mes élèves. La plupart du temps, nous retrouverons deux personnes (visuel-musique) se complétant pour introduire une œuvre vidéomusicale. Il existe donc bien une relève dans les deux cas. Un danger guette toutefois la relève soit les patterns et trames prédéfinies qu’offre la sophistication des nouveaux équipements. Je me demande si les efforts d’une masse de programmeurs peuvent être considérés au même plan que les réels efforts des créateurs qui profitent de ces développements logiciels. C’est une mise en garde que je répète souvent à mes élèves. J’estime qu’il est plus intéressant dans un processus de création, de «trouver l’accident» comme par exemple d’appuyer sur le «mauvais bouton» pour arriver à un autre résultat. C’est le principe même d’un bon échantillonnage!