Artistes Pierre-Yves Martel

Pierre-Yves Martel est un musicien au parcours singulier qui ne cesse de renouveler son identité et sa pratique. S’il est instrumentiste, il se définit avant tout comme un artiste sonore dont le travail oscille entre recherche et expérimentation. C’est ainsi qu’il revisite l’usage de la viole de gambe dans des espaces nouveaux et confère à cet instrument une ouverture sur le monde actuel. Créateur d’un authentique langage mélangé de techniques non conventionnelles et de préparations instrumentales, il travaille aussi en marge de l’instrument, qu’il délaisse pour faire place à divers objets dont émerge un potentiel sonore: micro-contacts, haut-parleurs, moteurs, roues, surfaces, textures.

[vii-14]

Pierre-Yves Martel

Vanier (Ontario, Canada), 1979

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositeur
  • Interprète (viole de gambe, contrebasse, objets)

Ensembles associés

Sur le web

Pierre-Yves Martel, photo: Céline Côté, samedi 3 décembre 2011

Parutions principales

La presse en parle

  • Marc Chénard, La Scena Musicale, no 19:2, 1 octobre 2013
    Le concert de l’ensemble du gambiste Pierre-Yves Martel a présenté une vision tout à fait rafraîchissante du Sacre du Printemps de Stravinski
  • Marc Chénard, La Scena Musicale, no 18:5, 1 février 2013
    Le Sacre n’aura jamais sonné aussi différemment que dans les mains de ce… Quintetsky
  • Mike Chamberlain, Hour, 26 février 2009
    There was already a good level of activity in Montréal for improvised music, but this series has made the music more visible, quite literally.
  • David Ryshpan, Panpot, 3 juillet 2008
    The blend of Tétreault’s turntables, Myhr’s guitar effects and Martel’s viola da gamba was impressive.

Off Festival de Jazz. Du disque au concert

Marc Chénard, La Scena Musicale, no 19:2, 1 octobre 2013

Inscrit au programme du festival Montréal Nouvelles Musiques (MNM) en février dernier, le concert de l’ensemble du gambiste Pierre-Yves Martel a présenté une vision tout à fait rafraîchissante du Sacre du Printemps de Stravinski. Le mois suivant, il s’est dirigé vers le studio avec son groupe (un quintette pour l’occasion) pour consigner sa version sur disque, lequel sera lancé pendant le festival. Spécialisée dans les relectures du répertoire concertant (entrecoupées de libres improvisations), cette formation ajoute Stravinski à son tableau de chasse, choix qui s’imposait presque en ce centenaire de la première du chef-d’œuvre d’Igor. Après avoir visité les musiques de Prokofiev, Satie, Purcell, Hume, et même un petit détour du côté d’Ellington, Quartetski se présentera donc en concert avec disque à l’appui, son premier en sept ans. Dans la foulée de ce concert, l’ensemble prendra la route, se produisant à Ottawa et à Toronto pour ensuite s’envoler vers la France pour deux autres prestations. Bravo messieurs!

Le concert de l’ensemble du gambiste Pierre-Yves Martel a présenté une vision tout à fait rafraîchissante du Sacre du Printemps de Stravinski

Le Sacre… pour improvisateurs

Marc Chénard, La Scena Musicale, no 18:5, 1 février 2013

Si vous ne le savez pas déjà, cette année marque le centenaire de la première du Sacre du Printemps (29 mai au Théâtre des Champs-Élysées de Paris). Des nombreux hommages prévus, un se détachera du lot, en l’occurrence celui de l’ensemble Quartetski au prochain festival Montréal Nouvelles Musiques (MNM). Dirigé par Pierre-Yves Martel (spécialiste en instruments baroques telle la viole de gambe), cet ensemble se distingue par sa manière de conjuguer des répertoires classiques à l’actualité des musiques improvisées. Après avoir «revisité» Prokofiev, Satie, Purcell et Hume, il aborde maintenant son projet le plus ambitieux à jour. Pour son édition précédente, en 2011, le festival avait tendu la perche, mais Martel n’avait rien de concret à offrir. Déléguée par le festival à la programmation d’un volet de musiques créatives, Joane Hétu (voir une critique de son disque dans ce numéro) l’a relancé. Pour Martel, le choix s’imposait de soi: travaillant à partir de la version pour deux pianos et une étude subséquente de la partition orchestrale, il a décidé d’extraire des passages qui serviront comme tremplins à des séquences improvisées ouvertes. Pour cette première, le chef remaniera sa formation, conservant son batteur et son joueur d’anches, mais en remplaçant la trompette par un violon (Josh Zubot) et ajoutant une guitare (Bernard Falaise). Le Sacre n’aura jamais sonné aussi différemment que dans les mains de ce… Quintetsky (sic)!

Le Sacre n’aura jamais sonné aussi différemment que dans les mains de ce… Quintetsky

Improv Al Dente

Mike Chamberlain, Hour, 26 février 2009

Mardi Spaghetti celebrates a year of twirling improv at Le Cagibi.

The front room of Le Cagibi, the comfortable, funky neighbourhood café at St-Laurent and St-Viateur, is normally populated by students and post-university types huddled over their laptops. But for the last year, the back room has been the scene of Mardi Spaghetti, a Tuesday night improvised music series curated by Josh Zubot, Philippe Lauzier, Pierre-Yves Martel and Gordon Allen. The series brings together musicians, often in whimsical combinations, and each one of the four organizers is responsible for one Tuesday per month. The musicians come from disparate musical worlds - jazz, musique actuelle, rock - but improvisation is the common thread, according to Allen. In the year since the series began, more than 100 musicians have taken part. This coming Tuesday, March 3, Mardi Spaghetti is marking its one-year anniversary with a party and a number of special events, including a reprise of Martel’s “toiletronics,” a performance from inside the washroom that sits beside Le Cagibi’s stage, and an improvisation in the alley by Allen. Allen, the trumpeter with the porkpie hat and crooked grin, has practically been a one-man scene-maker since arriving in Montréal from Guelph a couple of years ago, as he’s also one of the people behind L’Envers, the performance space at 185 Van Horne that’s been running since September. He’s proud of what Mardi Spaghetti has accomplished. “Because Mardi Spaghetti is happening every week, it’s in the back of people’s minds, so it’s now part of the fabric of the neighbourhood and that café,” Allen says. “It’s intimate, with a small stage, and the room has a particular feel to it. It’s like the back room, not the dungeon. Because of the big windows, there’s a view from the street, and people stop by and listen because of that. There was already a good level of activity in Montréal for improvised music, but this series has made the music more visible, quite literally.”

There was already a good level of activity in Montréal for improvised music, but this series has made the music more visible, quite literally.

Barnyard Drama (Suoni / L’Off Festival)

David Ryshpan, Panpot, 3 juillet 2008

… The evening started off with Philippe Lauzier and Pierre-Yves Martel of Quartetski, turntablist Martin Tétreault and Norwegian guitarist Kim Myhr in three quiet and textural improvisations. The set started with Lauzier playing his alto saxophone with a plunger mute affixed on his bell, creating a muffled and distant sound. The blend of Tétreault’s turntables, Myhr’s guitar effects and Martel’s viola da gamba was impressive. It was difficult to determine where the sounds were coming from. Martel, unamplified, would bow furiously, unleashing streams of harmonics, and even thump his bow against the body of the instrument. Myhr and Lauzier used their instruments more as resonators for external objects and vocalizations. Myhr many times moved a spinning toy across the body of his classical guitar, which he alternately played lying flat on his lap or in normal playing position. Lauzier also played bass clarinet, emphasizing the overtones of the instrument, and pulled out a plastic tube through which he circular breathed. At that moment, with Lauzier playing the tube, the whole group combined to sound like a massive vacuum cleaner, or that noisy radiator from down the hall — a sound full of airy noise, feedback and harmonics…

The blend of Tétreault’s turntables, Myhr’s guitar effects and Martel’s viola da gamba was impressive.

Autres textes

La Plume culturelle

Blogue