Artistes Andrew Lewis

Andrew Lewis a étudié la musique à la University of Birmingham (RU) de 1981 à 84 avant d’y étudier la composition auprès de Jonty Harrison. Il a décroché son doctorat en 1991. L’un des membres originaux de BEAST, il a collaboré avec ce groupe tout au long des années 1980 et au début des années 90, dans le cadre de nombreux concerts et événements électroacoustiques.

Son œuvre musicale est principalement acousmatique, mais il compose aussi pour des ensembles conventionnels (de chambre, vocaux et orchestraux), avec ou sans composante électronique. Sa musique a remporté plusieurs prix, distinctions et mentions: PRS (RU), Euphonie d’or (Bourges, France), Prix Ars Electronica (Linz, Autriche), Stockholm Electronic Arts Award (Suède), Radio hongroise, British Arts Council Bursary, Noroit (France), ARTS XXI (Valence, Espagne), CIMESP (São Paulo, Brésil).

Il est professeur de musique à la Bangor University (Pays de Galles, RU), où il dirige le programme d’études de composition ainsi que les studios de musique électroacoustique. Il dirige également Electroacoustic Wales, point de rencontre de la création et de la diffusion de la musique électroacoustique à travers le Pays de Galles.

[traduction française: François Couture, vii-13]

Andrew Lewis

Sutton in Ashfield (Angleterre, RU), 1963

Résidence: Bangor (Pays de Galles, RU)

  • Compositeur

a.p.lewis@bangor.ac.uk

Sur le web

Andrew Lewis (autoportrait), photo: Andrew Lewis, New York (New York, ÉU), avril 2013

Œuvres choisies

Parutions principales

Apparitions

  • Bientôt
  • Bientôt
  • Bientôt
Artistes divers
  • Bientôt

Compléments

Artistes divers
  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue

La presse en parle

Bangor New Music Festival

Rian Evans, The Guardian, 29 mars 2010

Bangor New Music festival, held under the auspices of the university’s School of Music, celebrated its 10th anniversary with its most ambitious programme to date, and no concert signalled the event’s energy and range better than the one given by the BBC National Orchestra of Wales and featuring three firsts.

The school boasts three notable composers – Pwyll ap Siôn, Andrew Lewis and Guto Puw – and works by them made up the challenging first half.

Ap Siôn’s Gwales, dating from 1995, pays homage to the late William Mathias, under whose aegis music flourished at Bangor. Building on fragments quoted from Mozart’s Requiem, the work depicts a journey towards the mythical island of Gwales.

In the first of the new pieces, Andrew Lewis also took us on a journey, this time in and out of consciousness. Number Nine Dream explored the first movement of Mahler’s Ninth Symphony through the hazy veil of the contemporary electroacoustic sound-world, making for an absorbing aural experience.

Hologram, by Guto Puw, BBCNOW’s resident composer, exists emphatically in the present, with his ascetic approach to structure balanced by a sensuous engagement with sound. It was delivered with startling clarity by the conductor Grant Llewellyn.

Wales is the spiritual home of the composer Adrian Williams, and the contemplative, questioning vein that its landscape has permitted him to articulate was reflected in his Cello Concerto, premiered here by Raphael Wallfisch. The concerto seeks to reconcile in its single long span an introverted, blues-inflected expressiveness with a freer, unselfconsciously flowing idiom. It was indicative of Williams’s instinctive ability to communicate directly that this was so warmly received by the audience.

Articles écrits

  • Andrew Lewis, Contact!, no 11:1, 1 octobre 1997
    Voici de l’art acousmatique dans sa forme la plus pure, la plus élevée.

Critique

Andrew Lewis, Contact!, no 11:1, 1 octobre 1997

Des enregistrements qui apportent un argument convaincant quant à la valeur de la musique acousmatique paraissent trop rarement, mais c’est ce que fait avec éloquence le CD de Stéphane Roy. Voici de l’art acousmatique dans sa forme la plus pure, la plus élevée. Il y a une fluidité et une mobilité dans le contrôle et la mise en forme du matériau qui révèlent une approche véritablement sculpturale du son — le son comme médium plastique. On remarque immédiatement l’attention soignée portée au détail dans cette musique, bien qu’elle ne soit jamais trop contenue. Il y a toujours un sentiment de joie réelle, de réjouissance dans la beauté des sons pour eux-mêmes.

Cette musique est, dès la première écoute, immédiatement attirante (peut-être à cause du contenu principalement centré sur les sons à hauteur déterminée), mais elle laisse également prévoir qu’une écoute plus approfondie offrira cependant de plus grandes récompenses. Ce qu’on remarque particulièrement dans les pièces présentées est que le compositeur ne fait pas que manipuler des matériaux comme s’ils étaient de la matière inanimée. Au lieu de cela, les sons sont réellement faits pour vivre et respirer, comme s’ils possédaient eux-mêmes une intelligence et montraient des comportements particuliers en réponse directe à leur environnement sonore.

Toutes les pièces sur ce CD ont des attributs stylistiques en commun, en particulier l’utilisation caractéristique du ‘ré-enveloppement’ des sons, à la fois en intensité et en hauteur. Les pièces plus anciennes Ondes / Arborescences et Paysages intérieurs partagent une vitalité parfois écrasante, mais en même temps toujours clairement sous contrôle, alors que Mimetismo réussit, avec une apparence d’aisance, la difficile tâche de transporter un langage si fortement acousmatique dans le champ instrumental d’une façon telle que la guitare et la bande ne font réellement qu’un (ce qu’on prétend souvent pour d’autres pièces, mais rarement de façon réellement justifiée).

Un point important à mentionner à propos de ces œuvres est qu’elles ne témoignent pas seulement de l’art du compositeur mais également de son métier, chose indispensable dans le domaine acousmatique puisque le compositeur ne fait pas que concevoir la musique, mais il la “fait” également. Dans la dernière pièce Crystal Music, le métier est porté à de nouveaux sommets, avec ses explorations extrêmement contrôlées de tessons de sons doux mais intensément actifs.

Voici de l’art acousmatique dans sa forme la plus pure, la plus élevée.

Autres textes

Contact! no 10:1

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.