La boutique électroacoustique

Artistes Jonty Harrison

Jonty Harrison a obtenu un Doctorat en composition de la University of York (RU) en 1980 où il a étudié avec Bernard Rands, Elisabeth Lutyens et David Blake. Résidant à Londres (RU) entre 1976 et 1980, il a travaillé avec Harrison Birtwistle et Dominic Muldowney au National Theatre où il a réalisé des trames électroacoustiques pour plusieurs productions dont Tamburlaine the Great, Julius Caesar, Brand et Amadeus. Durant cette même période, il a enseigné aussi la composition électroacoustique à la City University.

C’est en 1980 qu’il entre au Département de musique de la University of Birmingham (RU), où il a été professeur de composition et de musique électroacoustique, ainsi que directeur des Electroacoustic Music Studios et directeur du BEAST (Birmingham ElectroAcoustic Sound Theatre); il y est maintenant professeur émérite. À la University of Birmingham, il a formé de nombreux compositeurs à la maîtrise et au doctorat, du Royaume-Uni et d’outremer, dont plusieurs sont maintenant des figures importantes de la composition et de l’enseignement de la musique électroacoustique à travers le monde. Pendant dix ans, il assura la direction artistique du Barber Festival of Contemporary Music et il dirigera le Birmingham Contemporary Music Group (dont Momente de Stockhausen, présenté à Birmingham, Huddersfield et Londres), le University New Music Ensemble ainsi que le University Orchestra.

Durant plusieurs années, il a été membre du conseil d’administration du Sonic Arts Network (SAN) dont il assuma la présidence de 1993 à 96. Il siégea également au conseil d’administration et au bureau de la Society for the Promotion of New Music et a été membre du comité consultatif de la musique du Arts Council of Great Britain.

Comme compositeur, Jonty Harrison s’est vu décerné divers prix et distinctions dans le cadre du Concours international de musique électroacoustique de Bourges, dont un Euphonie d’or pour Klang. Jonty Harrison a en outre obtenu deux distinctions et deux mentions dans le cadre du Prix Ars Electronica (Linz, Autriche), un premier prix au concours Musica Nova (Prague, République tchèque), un second prix au concours de la Fundación Destellos (Mar del Plata, Argentine), le Lloyds Bank National Composers’ Award, le PRS Prize for Electroacoustic Composition ainsi qu’une bourse de composition du Arts Council of Great Britain et des bourses de recherche du Leverhulme Trust et du Arts and Humanities Research Board/Council.

Plusieurs interprètes de premier plan, des studios et des diffuseurs lui ont commandé des œuvres: deux commandes du Groupe de recherches musicales (Ina-GRM) et deux autres de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB — autrefois connu sous le nom de Groupe de musique expérimentale de Bourges) et des commandes de la International Computer Music Association (ICMA), de MAFILM/Magyar Rádió, d’Electroacoustic Wales/Bangor University, de l’IRCAM/Ensemble intercontemporain, de la Maison des arts sonores, de la BBC, du Birmingham City Council, du Birmingham Contemporary Music Group, du Fine Arts Brass Ensemble, du Nash Ensemble, de Singcircle, du Thürmchen Ensemble (Cologne), de la Compagnie Pierre Deloche Danse, de Darragh Morgan, de John Harle, de Beverly Davison, de Harry Sparnaay et de Jos Zwaanenburg. Malgré qu’il ait renoncé à la composition instrumentale en 1992, il écrit Abstracts (1998) pour grand orchestre et sons fixés, Force Fields (2006) pour huit instrumentistes et sons fixés à la demande du Thürmchen Ensemble et Some of its Parts (2012-14) pour violon et sons fixés à la demande Darragh Morgan.

Il a aussi effectué plusieurs résidences de composition, dont les dernières ont eu lieu à Basel (Suisse), à Ohain (Belgique), à Bangor (Pays de Galles, RU) et à Bowling Green (Ohio, ÉU). De plus, il a fait de nombreuses apparitions à titre de compositeur invité dans des festivals internationaux. En 2010, il a été professeur invité d'informatique musicale à la Technische Universität (Berlin, Allemagne). En 2014 il a été Maître artiste en résidence au Atlantic Center for the Arts (Floride, ÉU), en 2015 il a été récipiendaire de la Klingler ElectroAcoustic Residency de la Bowling Green State University (Ohio, ÉU) et, en 2014-15, il a été un Leverhulme Emeritus Fellow (RU).

Sa musique est jouée et diffusée à travers le monde et est disponible sur quatre disques monographiques chez empreintes DIGITALes, ainsi que sur des compilations chez SAN/NMC, Cultures électroniques/Mnémosyne Musique Média, CDCM/Centaur, Asphodel, Clarinet Classics, FMR, Edition RZ et EMF.

[v-16]

Jonty Harrison

Scunthorpe (Angleterre, RU), 1952

Résidence: Birmingham (Angleterre, RU)

  • Compositeur
  • Journaliste

Sur le web

Jonty Harrison, photo: Alison Warne, samedi 18 août 2007

Œuvres choisies

Parutions principales

Apparitions

Etc
Artistes divers

Compléments

  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue
Artistes divers
  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue
Artistes divers
  • Hors-catalogue
Artistes divers
  • Hors-catalogue
Artistes divers
  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue
Artistes divers
  • Épuisé
Artistes divers
  • Hors-catalogue
Artistes divers
  • Hors-catalogue
Artistes divers
  • Hors-catalogue
Artistes divers
  • Épuisé
Artistes divers
  • Hors-catalogue
  • Épuisé

Publications web

  • Disponible

La presse en parle

Itinéraire en Europe du Nord

François Couture, electrocd.com, 9 février 2004

Voici une piste d’écoute sans prétention, une invitation au voyage; pas un tour guidé, mais plutôt un itinéraire, un peu comme les récits de voyages de l’ère romantique. Ce sera donc un itinéraire d’écoute, une invitation à découvrir une sélection hautement subjective de compositeurs d’un coin du globe. Notre destination: l’Europe du Nord.

La France règne en reine despotique sur la musique électroacoustique européenne. L’influence persistante de l’œuvre de Pierre Schaeffer, plus de cinquante ans après l’invention de ce qu’il a baptisé la musique concrète, et la force d’attraction qu’exerce l’Ina-GRM ont tendance à occulter aux yeux du monde le travail qui se fait ailleurs en Europe.

Alors partons d’une voisine de la France, la Belgique. Celle-ci doit en grande partie sa vie électroacoustique à Annette Vande Gorne, animatrice infatigable du centre Musiques & Recherches. Sa musique fait preuve d’une rare sérénité dans le domaine des musiques pour bande. Tao, un cycle sur les cinq éléments primitifs (l’air, la terre, le métal, le feu et l’eau), demeure un classique du genre. La compositrice y épuise les transformations possibles des sons associés à ces éléments avec une maîtrise et une poésie peu communes. Élève de Vande Gorne, Stephan Dunkelman partage sa grâce, une grâce qu’il transmute en mouvement. Souvent issues de collaborations avec des chorégraphes, ses œuvres sont mues par une force intérieure qui oppose à la charge philosophique (quasi mystique, en fait) de Vande Gorne la sensualité du geste. Ses pièces Rituellipses et Thru, Above and Between, parues sur le disque Rhizomes, méritent une attention particulière.

Une courte traversée de la Mer du Nord et nous voilà en Angleterre. Nous nous dirigeons sur Birmingham, un important pôle créatif en musique électroacoustique, grâce au travail du compositeur Jonty Harrsison et de son Birmingham ElectroAcoustic Sound Theatre (ou BEAST), un espace de diffusion et d’expérimentation qui nous a donné plusieurs compositeurs de talents. Harrison est un incontournable. Sa pièce Klang (parue sur Évidence matérielle) figure parmi les œuvres électroacoustiques les plus connues des 25 dernières années. La clarté architecturale de ses œuvres et sa façon distinctive de comprimer les sons en jets d’énergie le placent au même niveau que les Henry, Dhomont et Bernard Parmegiani de ce monde. On retrouve sa manière de faire chez l’un de ses élèves, Adrian Moore, en particulier dans son intérêt pour les sources sonores simples (un marqueur sur un tableau blanc, une feuille de papier aluminium) exploitées à travers des transformations complexes. Sieve, parue sur le disque Traces, utilise un ludisme accrocheur pour rendre ce processus transformatif transparent.

Denis Smalley est d’origine néo-zélandaise, mais il réside au Royaume-Uni depuis le milieu des années 70. Sa contribution au corpus acousmatique et au concept de diffusion sonore en fait non seulement le contemporain mais en quelque sorte l’acolyte de Harrison. Les deux compositeurs partagent d’ailleurs un même souci de la forme, un même intérêt dans le déplacement dans l’espace-temps de corps sonores abstraits. Wind Chimes (sur Impacts intérieurs) et Base Metals (sur Sources/Scènes) illustrent bien cette beauté un peu froide mais fascinante. L’un de ses élèves, John Young (un autre Néo-zélandais qui a étudié et enseigne maintenant en Angleterre), utilise une approche similaire tout en remplaçant les sources sonores élémentaires (c’est-à-dire issues des éléments et donc en quelque sorte philosophiques) par des images aux évocations plus chargées. Les pièces de son premier album, La limite du bruit, présentent à l’auditeur plusieurs occasions de replonger dans ses souvenirs au son d’une balançoire qui grince ou d’une porte qui craque (comme autant de madeleines dans les tasses de thé de Proust). Time, Motion and Memory constitue un morceau de choix.

L’électroacoustique scandinave demeure encore trop peu connue chez nous, mais le catalogue d’empreintes DIGITALes nous permet d’y faire un court arrêt pour compléter ce périple. Natasha Barrett a étudié avec Harrison et Smalley et a fait partie du BEAST, mais depuis 1998 elle habite la Norvège. Là, elle a su s’écarter du style de ses maîtres à penser et se laisser imprégner du climat nordique. Ses Three Fictions, parues sur Isostasie, méritent plusieurs écoutes. Enfin, terminons cette piste d’écoute avec l’un des phares de la musique électroacoustique d’aujourd’hui, le Suédois Åke Parmerud, dont la pièce Renaissance (parue sur Jeu d’ombres) redonne au synthétiseur analogique ses lettres de noblesse sans tomber dans la nostalgie.

Trois aspects du bonheur

François Tousignant, Le Devoir, 19 mai 2001

Il faut bien que je vous parle de ce disque pour deux choses. La première s’impose: la beauté de la musique. Jonty Harrison est un très grand compositeur et cette sorte de portrait nous emmène dans tellement d’univers variés qu’on s’étonne de la puissance d’imagination dont est capable l’espèce humaine. Ici, le critique a tout dit et laisse la place à votre bon vouloir d’entendre en vous le recommandant à tout le moins chaudement, même aux rébarbatifs à l’acousmatique.

La seconde est une vraie farce, de celles qu’on ne commet qu’avec la plus complète sincérité. J’ose donc ici une sorte d’impudique confidence. En entendant Klang (œuvre magnifique), je n’ai pu m’empêcher de penser à des cloches japonaises du temple. Je maintiens: c’en est vraiment le son. Mais une amie m’a dit se retrouver dans sa cuisine et ses casseroles en entendant cela. Quelle honte: je croyais à plus de noblesse et pourtant oui: ce sont des casseroles: je fus berné et m’en confesse sans modestie.

Jamais batterie de cuisine ne fut si résonnante et riche de potentialité. Et, effectivement, la poésie sonore s’enrichit de cette vision qui trouve sa source dans le hasard du quotidien; Cage avait raison de dire que la musique, dans le fond est plus dans l’oreille de celui qui écoute que dans celle de celui la fait. Il y a toujours un impondérable quelque part que l’artiste transforme et qui — Jonty Harrison — devient révélateur. On voudrait bien des mots pour dire cela. Heureusement il y a mieux, à savoir la musique. C’est plus que suffisant.

… un très grand compositeur… on s’étonne de la puissance d’imagination dont est capable l’espèce humaine.

Evidence Often Extraordinary

Alexander Varty, The Georgia Straight, 1 avril 2001

It’s not unusual to hear people talk about recordings that take you on a journey, usually in the context of sounds that are tropical, uplifting, or expansively — and expensively—produced. Jonty Harrison’s Sorties, however, doesn’t so much lead you through a sonic landscape as buridle you, blindfolded and confused, into the back of a car, destination unknown.

A series of linked soundscape vignettes, this 15-minute piece begins placidly enough, perhaps any ordinary urban street. Heels click against the pavement; cars - thrum by on what sounds like wet asphalt; children’s voices clatter from the reflective shop windows nearby; an indistinct bass line wafts from a second-floor studio. But then the mood changes: the squealing of subway brakes leads to a minor scuffle, after witch a door slams shut and the ambient noises fade to black. But the work is far from being over. Keys rattle against locks, tumblers turn, an oddly musical creak — electronically processed saxophone? — signifies the opening of another door.

In this new world, it’s raining; thunder booms, and then the downpour stops as the listener kicks along a shingle beach, waves plashing nearby, before being pulled through yet another door into a leafy garden of birdsong; in the distance, a puzzled child cries “Mommy! There’s a shoe!”

What domestic or criminal drama is being played out here remains unexplained, as the listener is quickly taken away from this pastoral scene. A buzzing fly morphs into droning industrial noise and then into a silvery synthesized chord, which in turn becomes the noise of a passing bus as the initial street reappears, this tune overlaid with a mesh of clicking and whirring. The piece continues for another minute or so until, finally, ominous low pulses signal its uneasy end.

Sorties a title intended to be read for both its English and French meanings — is taken from Évidence matérielle, Harrison’s new CD on the Montréal-based empreintes DIGITALes label, and in the liner notes the composer explains that “the dominant sound image of the work is that of leaving (exiting, escaping, fleeing) an interior space for an exterior one, only to find that one is mysteriously and inevitably trapped once again in another ‘interior’.”

Be that as it may, when one listens to this work on headphones, in a darkened room, it’s hard to detect that the listener has any hope of escape. Harrison’s sonic images have such presence that one really does seem kidnapped, swept away in the composer’s design, and although the feeling is not always-comfortable it’s as gripping as a pair of handcuffs.

Sorties is an extraordinay piece, as are most of the other works collected on Évidence matérielle. The glorious, metallic physicality of Klang; the fractured yet evocative images of Splintering the appropriately transparent liquidity of Streams: all use a supposedly cool medium — electronic music - to paint warm portraits of human experience. Only Surface Tension fails to cohere: it’s an attempt to make music by sampling and manipulating the sounds of discarded packing materials and other rubbish, but those noises are too amorphous and its structure too indistinct to be fully involving.

Harrison’s compositions are typical of those featured on empreintes DIGITALes, which with 58 titles in its catalogue is perhaps the world’s leading record label dedicated to electroacoustic music. Its productions run the gamut from “environmental” sounds made up of electronically manipulated field recordings to the purely digital concoctions of the recording studio, and its roster includes such Vancouver composers as Sergio Barroso, Paul Dolden, and Hildegard Westerkamp. Vancouver and Montréal are both hotbeds of this kind of work, but an indication of empreintes DIGITALes’ status in the world at large is that only one Canadian composer is represented in its four new releases. Accompanying Harrison’s CD are albums by his student and fellow Englishman Adrian Moore and New Zealand’s Denis Smalley, in addition to one from Montréal’s Louis Dufort.

Space precludes full reviews of these, but it’s probably fair that all four composers share a common aesthetics - although whether that is the result of a shared philosophical outlook or something forced on them by the technology they’re working with is hard to say. Whatever the case, if you’re looking for drama Dufort is your man; his dynamic range is greater and his sounds harsher than those used by his English and Kiwi counterparts. But, like them, he’s interested in building long, flowing compositions from small sound sources. By compressing, stretching, and twisting familiar noises, and by the steady aecumulation of sonic detail, all four make music that is transporting — even if, as in Harrison’s Sorties, the journey isn’t always fun.

… one really does seem kidnapped, swept away in the composer’s design…

Review

André Mayer, Musicworks, no 71, 1 juin 1998

Articles indéfinis is not as varied a collection as Contes de la memoire, but it still amply displays Harrison’s importance. The disc begins with Pair / Impair, recorded in 1978, a manic depressive composition in which Harrison sought to reconcile dynamics and stasis. The electronic and acoustic tones on Pair / Impair still seem otherwordly over twenty years later.

The centrepiece of Articles indéfinis is … et ainsi de suite… (1992), an eleven-part suite of musique concrète. Harrison utilized wine glasses as his raw texture, then time-stretched and digitally manipulated the sounds to create a mesmerizing sonic canvas. The final piece, Hot Air (1995), is notable because it is a study of air — children’s balloons were merely a starting point for a complex exploration of the dynamics of breath and the energy needed to achieve it. The result essentially offers a wordless philosophical discussion on the concepts of air and heat.

Appleton and Harrison’s work can be truly held up as visionary; their influence can be heard in modern electronic bands such as Germany’s Mouse on Mars and Britain’s Autechre, which have taken raw, sometimes unpalatable sound experiments and forged engaging and more commercially viable equivalents.

Appleton and Harrison’s work can be truly held up as visionary

Articles écrits

Critique

Jonty Harrison, Contact!, no 11:1, 1 octobre 1997

Le nom de Francis Dhomont est bien connu des membres de la CÉC de même que des lecteurs des publications de cette dernière. Actif depuis bientôt vingt ans à Montréal comme compositeur et enseignant, il est le “père musical” de presque toute la jeune génération de compositeurs québécois qui ont laissé leur marque dans le monde de l’électroacoustique durant la dernière décennie.

Les deux CDs recensés ici sont parus en même temps qu’une réédition opportune de l’album double Mouvances~Métaphores de Dhomont sur empreintes DIGITALes, ce dernier paraissant cette fois sous la forme de deux disques simples, Cycle de l’errance et Les dérives du signe.

Comme c’était le cas avec l’ancien album double, les deux nouveaux CDs forment un cycle, le Cycle des profondeurs inspiré de la pensée psychanalytique. La première pièce du cycle, Sous le regard d’un soleil noir, est conçue à partir de textes du psychanalyste britannique Ronald D Laing; la seconde, Forêt profonde prend comme point de départ les écrits de Bruno Bettelheim. Dhomont déclare que le cycle pourrait inclure une troisième œuvre, «consacrée aux œuvres de Kafka, guidée par les écrits de Marthe Robert». Si l’on en juge d’après la qualité de ces deux disques, j’attends cette troisième pièce avec impatience!

Sous le regard d’un soleil noir date de 1979-81, une partie en a été composée dans les studios du GRAM à Paris (les deux CDs ont été produits en collaboration avec l’GRM). D’après Dhomont lui-même, Forêt profonde l’a ‘accompagné’ durant les quinze dernières années, sa production finale l’occupant pendant les années 1994-96.

La première caractéristique remarquable des deux œuvres est leur désignation de ‘mélodrames acousmatiques’. Il y a une part substantielle de texte dans les deux pièces, qui durent chacune près d’une heure, et l’auditeur non francophone pourrait bien sentir une certaine agitation à propos de sa capacité à s’engager dans ce qu’offre Dhomont. De fait, le compositeur partage cette inquiétude. Lors d’une performance récente de Forêt profonde ici à Birmingham [RU], Dhomont tenait vivement à ce que la traduction anglaise des textes soit disponible, au point même de garder l’éclairage de la salle à un niveau assez élevé pour favoriser leur lecture durant la performance! Cependant, la sensation de son pur est si merveilleusement contrôlée que ce problème se pose bien moins qu’on ne pourrait le penser, et la richesse des œuvres est telle qu’elles supporteront plusieurs écoutes répétées, bien que des niveaux de sens additionnels se révéleront certainement à l’étude des textes et des traductions offerts dans le très généreux livret.

Sous le regard d’un soleil noir a rapport à la schizophrénie. À l’instar de Laing, de qui elle s’inspire, la pièce ne traite pas de la schizophrénie mais en est plutôt une sorte d’analogue. Non seulement le matériau suggère-t-il une détérioration de l’état (par exemple, par la séparation et la distribution du texte en “trios de moi”), mais même l’organisation spatiale suggère les dichotomies et la polarisation implicite dans le contenu: le contraste entre le matériau très “présent” à la sonorité réverbérée et des sons centrés de façon très serrée, presque mono, sujets à des interjections soudaines, hautement stéréophoniques. C’est une caractéristique de cette pièce que de tels traitements ne soient jamais simplistes mais toujours frais et en constante redéfinition — servant toujours à rehausser l’“expérience” (dont nous ne pouvons pas faire) de l’expérience d’un autre. Ce faisant, Dhomont construit, comme le fait remarquer Jean-Jacques Nattiez dans son introduction à l’œuvre, un mythe plus général à travers lequel l’homme “normal” découvre ses propres traits schizoïdes.

Critique

Jonty Harrison, Contact!, no 11:1, 1 octobre 1997

Avec Forêt profonde, nous sommes plus à même d’entrer en rapport avec la proposition centrale — nous avons au moins tous été enfant, même si ce n’est qu’un des nombreux niveaux où la pièce agit. Chez Dhomont, l’évocation de l’enfance au moyen de contes de fée est puissante — dangereuse même — pour nos sensibilités urbanisées. Ce qui est stupéfiant à propos de cette œuvre, comme c’est le cas avec tant d’autres œuvres de Dhomont, c’est la grande justesse de l’observation — il peut être en train de parler de moi, de ma vie, de mon expérience singulière; la perspicacité coupe l’auditeur comme le ferait un couteau. La pièce présente un entremêlement magistral et poignant de sons de l’enfance (actuelle? remémorée?), une conscience adulte du contenu “réel” des contes de fée, et des références documentaires sur la vie de Bettelheim, qui a survécu à Dachau mais s’est suicidé en 1990.

Ceux qui connaissent d’autres œuvres de Francis Dhomont reconnaîtront quelques marques distinctives: le monde sonore raffiné; les enregistrements de sons du monde réel admirablement réalisés; la simplicité en apparence, pourtant d’une justesse totale par rapport à l’intention poétique, des transformations en studio (de la voix en particulier dans ces deux œuvres); le sens de faire advenir tout au bon moment, à la bonne vitesse, avec la bonne densité; la stupéfiante profondeur de champ, de l’infinité à l’extrême proximité; la référence subtile, non seulement au monde réel (mais qu’est-ce qui est vraiment “réel” dans cette évocation orale d’une super-réalité interne?), mais à un héritage musical dont il est pleinement conscient même si son art se prolonge au-delà de cet héritage. Dans Sous le regard d’un soleil noir, cela se manifeste dans l’insistante note si (si s’emploie également pour marquer le conditionnel en français) qui se répand dans l’œuvre, rappelant ce que le compositeur nomme “la mémoire de Wozzeck” (de l’“Invention” de Berg à partir de cette note dans l’opéra du même nom), et se faisant l’écho de la répétition de ce que Nattiez nomme “le si conditionnel… [qui] devient allitération obsédante”. Dans Forêt profonde, Schumann est la principale référence musicale. Comme Dhomont l’explique, “chacune des treize sections emprunte un bref élément, une couleur, une atmosphère, aux 13 Kinderszenen (Scènes d’enfants)”.

Comme toujours avec les œuvres de Dhomont, l’oreille de l’auditeur est rehaussée par le compositeur dans ces deux pièces remarquables — il nous fait entendre mieux que nous ne le pourrions autrement. Il nous fait prendre conscience des rapports, des subtils échanges et interactions, et par contraste, il confère au matériau radicalement différent un caractère “juste”, organique et logique. Il tient l’auditeur dans une suspension de la croyance, dans un pays magique qui n’est pas sans ressembler à la “forêt profonde” de l’imagination, guidé — ce qui est si rare en ces temps, et est ainsi encore plus frappant — par nos oreilles. Ce que nous dit Dhomont est vrai — la preuve est la confirmation de la perception orale: entendre, c’est croire.

… entendre, c’est croire.

Blogue