La boutique électroacoustique

Artistes Érick d’Orion

Artiste audio, en installation et en nouveaux médias, compositeur / musicien autodidacte et commissaire audio résidant à Québec depuis 1993.

En tant que commissaire, il a organisé plus d’une dizaine d’événements portant essentiellement sur l’art audio et la création sonore de pointe. Il fut commissaire à la programmation du centre Avatar d’octobre 2008 à juin 2010. Il est aussi commissaire pour le volet installations sonores du Festival de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV). Il est fondateur et directeur artistique de l’organisme en production et diffusion en art audio et nouvelles musiques Tartare.

Concentrant en bonne partie ses recherches audio sur le maximalisme numérique, Érick d’Orion effectue un travail qui se rapproche étroitement du noize, de la musique concrète, du free jazz et de l’électroacoustique. Il fait parti du duo morceaux_de_machines, du trio Bold (avec Alexis Bellavance et Nicolas Bernier) et du trio Napalm Jazz ainsi que d’une multitude de formations ad hoc. Il a joué en concert avec des artistes de renommé: Evan Parker, Martin Tétreault, Otomo Yoshihide, Robin Fox, Ilpo Väisänen, Diane Labrosse, Alexandre St-Onge, Bernard Falaise, Sam Shalabi, Günter Müller… Son travail a été présenté au Canada, en Europe, en Australie, à Cuba, au Mexique et aux États-Unis d’Amérique. Il a bénéficié de plusieurs résidences de création un peu partout.

Parallèlement ou conjointement, il développe des projets d’installations où l’audio et les nouvelles technologies sont assemblés pour créer des œuvres en continuel mouvements devenant autant des sources que des diffuseurs audio. Ses réflexions portent principalement sur la réinterprétation, l’appropriation et la relecture de certains concepts de l’histoire de l’art, en particulier la musique concrète, le dadaïsme et le futurisme, le tout sans être passéiste. La redéfinition de l’espace acoustique ainsi que le rapport entre l’imaginaire du spectateur devant les images, les objets, les environnements et les icônes familiers ou faussement mythiques font partie intégrante de son travail en installation.

Il fait ou a fait parti de plusieurs conseils d’administration dans le domaine de l’art: La Chambre Blanche, le collectif en arts médiatiques Perte de Signal, les productions Rhizomes, le RCAAQ, la radio CHYZ…

[vii-11]

Érick d’Orion

[Érick Dorion]

Mont-Joli (Québec), 1975

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositeur
  • Interprète (électronique)

Ensembles associés

Sur le web

Érick d’Orion, photo: John Oswald, 2002

Œuvres choisies

Parutions principales

Apparitions

Artistes divers
Artistes divers
Artistes divers
Artistes divers

Compléments

  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue
Artistes divers
  • Hors-catalogue
Artistes divers
  • Hors-catalogue
Artistes divers
  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue
  • Épuisé

Publications web

  • Disponible
  • Disponible
  • Disponible
  • Disponible
  • Disponible
  • Disponible
  • Disponible
  • Disponible
  • Disponible
  • Disponible
  • Disponible
  • Disponible
  • Disponible
  • Disponible
  • Disponible
  • Disponible
  • Disponible

La presse en parle

  • Michael Rancic, Chart Attack, 9 septembre 2016
    Érick d’Orion created another immersive sound experience, but in the sense that the sounds he made enveloped everything within reach. D’Orion performed behind local gallery L’Ecart… Lieu D’art Actuel, looping and then layering passages taken from metal records. The first few layers of loops were discernible, but after a short time, the resulting sounds were as maximalist as metal can get, like the sonic equivalent of grey goo. He simultaneously nullified the genre while also adhering to its most basic rules: the performance was still loud, heavy, and abrasive, hinting at an imagined future.
  • Marie-Eve Linck, Bible urbaine, 4 septembre 2016
    Puis en soirée, l’artiste sonore Érick d’Orion, lui, a offert une performance très intéressante, qui s’orientait vers une exploration du son dans la musique métal. Un beau complément à la programmation musicale du FME.
  • Catherine Genest, Voir, 3 août 2016
    L’étrangeté et l’esthétique vintage inhérente au monde des foires fait corps avec l’art actuel. Un exercice de développement de public tout simplement génial
  • Yves Leclerc, Le Journal de Québec, 29 juillet 2016
    «J’ai fait de la capture de sons à La Ronde et dans la section manèges des Galeries de la Capitale, et j’ai enregistré des spectacles de feux d’artifice à Montréal pour en faire une masse sonore liée aux ambiances des fêtes foraines», a expliqué l’artiste Érick d’Orion.

Expo Québec est mort, vive Humanorium!

Catherine Genest, Voir, 3 août 2016

Une fête foraine décalée réunissant BGL, Diane Landry, Érick d’Orion et plusieurs autres.

L’étrangeté et l’esthétique vintage inhérente au monde des foires fait corps avec l’art actuel. Un exercice de développement de public tout simplement génial, rêvé puis concrétisé par les commissaires Vincent Roy (EXMURO) et Ève Cadieux.

Imaginez: vous marchez paisiblement sur Grande Allée, sur la portion hors du buffets de discothèques, puis tombez nez à nez avec un enclos rouge et jaune, ses lumières qui scintillent à la nuit tombée et jusqu’à 23h, ses roulottes de gitans, l’odeur des hot dogs, son carrousel central métallique. Immédiatement appâté, et sans trop savoir de quoi il s’agit, vous faites vite de gagner le parc d’attraction, cette version tordue d’un parc éphémère de Beauce Carnaval, mais qui en reprend les mêmes codes esthétiques.

«Quessé ça?»

D’abord étrenné à Calgary en 2012, Le Carrousel du décadent et Ô combien ludique trio BGL se stationne dans le parc du MNBAQ pour d’innombrables tours de pistes à donner le tournis. Oserez vous déposer votre popotin dans le panier d’épicerie?

Une autre héroïne locale, en la personne de la douce Diane Landry, présente pour sa part une œuvre mécanico-sonore intitulée Le bouclier magique. L’expérience, à la fois surnaturelle et relaxante, donne l’impression d’aller à la rencontre d’un gentil fantôme.

Mais ce qui trouble, ce qui marque le plus, c’est Le Musée de la mort du singulier (vraiment un euphémisme!) photographe torontois Jack Burman. L’artiste canadien articule sa pratique vraiment deep autour d’un genre de dialogue entre le monde des vivants et celui d’outre-tombe. Ses œuvres, des portraits de gens décédés, glacent le sang tout en nous laissant avec une drôle de sensation d’apaisement au sortir de la caravane. On devine, ça fait drôle de l’écrire, que le croqueur d’images a un profond respect pour ses sujets inertes et souvent démembrés ou décapités.

Je ne me souviens pas d’avoir été aussi dérangée par l’art, chose excessivement rare de nos jours puisque tous les tabous me semblaient transcendés jusqu’ici… D’autant plus qu’après coup, on m’a appris que le type ne retouchait pas ses photos. Ces couleurs surannées, ce sont les vraies!

Vincent Roy et Ève Cadieux ont misé sur la peur, la curiosité, la fascination, pour bâtir ce corpus d’œuvres (essentiellement des installations) présentées jusqu’à ce dimanche le 7 août sur les Plaines d’Abraham.

Je laisse le mystère planer quant aux autres propositions, toutes plus déconcertantes les unes que les autres, celle de Joan Fontcuberta étant même fortement déconseillées aux jeunes de moins de 18 ans. Je n’ai, moi-même, pas pu y rester longtemps.

L’étrangeté et l’esthétique vintage inhérente au monde des foires fait corps avec l’art actuel. Un exercice de développement de public tout simplement génial

Entre l’inquiétant et le ludique

Yves Leclerc, Le Journal de Québec, 29 juillet 2016

Il n’y aura pas d’Expo Québec cet été, mais l’esprit de la fête foraine est bien en vie, jusqu’au 7 août, au parc du Musée national des beaux-arts du Québec.

Oubliez les manèges traditionnels, les jeux d’adresse douteux et la barbe à papa, l’exposition Humanorium — L’étrange fête foraine, présentée par EXMURO arts publics, est un clin d’œil moderne au passé.

Cet événement en art actuel, ouvert tous les jours, de 13 h à 23 h, propose neuf attractions mises sur pied par des artistes de Québec, Montréal, Toronto et Barcelone.

On peut faire un tour dans un carrousel déjanté, fabriqué avec des clôtures de sécurité et des paniers d’épicerie, visiter un Musée de la mort, regarder des photos de gens qui manipulent leurs corps et qui s’affichent sur le web et se faire raconter une histoire ou sa destinée par une voyante à partir de cartes qu’elle a créées.

Le Petit Acousmonium est une petite cabine où, dans la noirceur, on peut entendre un maelström sonore de sons liés aux parcs d’attractions.

«J’ai fait de la capture de sons à La Ronde et dans la section manèges des Galeries de la Capitale, et j’ai enregistré des spectacles de feux d’artifice à Montréal pour en faire une masse sonore liée aux ambiances des fêtes foraines», a expliqué l’artiste Érick d’Orion.

Regard sur l’être humain Vincent Roy, directeur général et artistique d’EXMURO, a eu l’idée de cette fête foraine hors du commun et gratuite, lors d’une visite à Expo Québec, avec sa fille, il y a sept ans.

«On est allé dans une maison des horreurs dans une roulotte. Ça coûtait autour de 8$ pour deux personnes et la moitié des affaires ne fonctionnaient pas. Il n’y avait aucun feeling et c’était décevant. J’ai pu voir l’arrière du décor et ça m’a donné l’idée d’en faire une version artistique», a-t-il raconté, aujourd’hui, lors d’un point de presse.

Une idée qui a été lancée, qui a évolué et qui a fait son chemin pour en arriver à Humanorium — L’étrange fête foraine.

Vincent Roy croit que cette initiative a du potentiel pour se promener un peu partout à Québec, au Québec, au Canada et sur la côte Est américaine.

«Je vois cette installation se bonifier et vivre durant 10 ans. C’est une exposition qui se situe entre l’inquiétant et le ludique. Humanorium, c’est un regard sur l’être humain, ses beautés et aussi ses failles. Il y a des malaises et des questionnements», a-t-il poursuivi, précisant que certains pavillons demandent une supervision parentale.

«J’ai fait de la capture de sons à La Ronde et dans la section manèges des Galeries de la Capitale, et j’ai enregistré des spectacles de feux d’artifice à Montréal pour en faire une masse sonore liée aux ambiances des fêtes foraines», a expliqué l’artiste Érick d’Orion.

Autres textes

Le Clap no 181, Radio-Canada: Guide culturel, Punctum arts visuels, Downtown Music Gallery

Blogue