La boutique électroacoustique

Artistes Aimé Dontigny

Compositeur autodidacte, Aimé Dontigny est l’un des membres fondateurs du collectif de «bruitisme libre» Napalm Jazz (Free transgénique, 1998), et du duo morceaux_de_machines (liberum arbitrium, 2002; Estrapade, 2004).

Il se consacre avec enthousiasme aux nombreux défis que représentent les formes improvisées des musiques modernes et contemporaines, et s’intéresse particulièrement au développement ainsi qu’à la reconnaissance de ces formes d’expressions artistiques. Depuis 2003, il s’implique activement à la création du Réseau canadien pour les musiques nouvelles, une organisation nationale bilingue visant à promouvoir et à élargir les horizons ouverts à la «musique nouvelle» (au sens le plus inclusif).

Ses compositions comportent une multitude de citations subtiles et sa palette sonore s’adapte à de nombreuses esthétiques, comme en témoignent ses projets avec Diane Labrosse (Télépathie, 2002), Chantal Dumas (Duophone, 2003) ainsi que sa collaboration encore inédite avec le compositeur Paul Dolden.

Dans le sillage de nombreux compositeurs de maintes époques en Occident, Dontigny trouve fréquemment son inspiration dans la littérature. L’un de ses projets, intitulé Sine Fiction, a pour audacieuse ambition la création de trames sonores originales, non pas pour des films mais bien pour des livres, dans ce cas-ci des romans de science fiction parmi les plus importants du genre. L’on peut également déceler dans plusieurs de ses pièces l’influence directe d’auteurs aussi divers que William S Burroughs, Anthony Burgess, Guy Debord et Denis Vanier.

Une autre caractéristique des compositions de Dontigny est l’importance qui y est accordée à la réflexion sur l’histoire de la musique à proprement parler: en ce sens, son œuvre est réellement une œuvre «réfléchissante», puisqu’à travers elle l’auteur s’interroge sur son propre rôle en tant qu’artiste, sur les conditions de possibilité d’une compréhension de la musique et des limites de l’expérience esthétique, invitant l’auditeur en faire autant. Dontigny questionne autant la pratique que la théorie musicale; dans cette optique, les nombreuses citations dans son travail ne sont pas le fruit du hasard. Dontigny oriente ses recherches dans la perspective de l’enracinement de l’art dans l’histoire: peut-on continuer de nier que la musique, alors qu’elle est de plus en plus en symbiose avec les innovations technologiques et les systèmes de télécommunications eux-même dépendants de certains déterminants économiques, n’ait de lien direct avec la communauté dont elle est issue? L’artiste peut-il prétendre à l’hétéronomie, ou a-t-il des responsabilités politiques? Aimé Dontigny fait le choix de l’engagement; ses compositions provoquent le débat et l’échange d’idées, tout en privilégiant l’expérience sensible sur le discours. Dontigny prend parole à la fois en tant que musicien et historien de la musique moderne et post-moderne

Dontigny se produit régulièrement en concert et a participé à de nombreux événements musicaux et festivals, tels que Rien à voir, Mutek, Périphériques et AlgoRythm(e)s (Montréal), Clonk (Toronto), Digidome (Saskatoon), Festival de musique actuelle de Victoriaville, Résonances (Saint-Nazaire, France), Haunted Folklore (Bruxelles, Belgique), Totally Huge New Music Festival (Perth, Australie) et Electrofringe New Media Arts Festival (Newcastle, Australie).

[iv-07]

Aimé Dontigny

Québec (Québec), 1975

Résidence: Ottawa (Ontario, Canada)

  • Compositeur
  • Interprète (ordinateur, CDs préparés, percussions électroniques, trompette)

Alias

Sur le web

En concert dans le cadre des Mercredimusics, Montréal (Québec), mercredi 22 avril 2009

Œuvres choisies

La presse en parle

Navigating Noise & Nausea

Tobias C van Veen, Dusted Magazine, 1 juin 2003

[…] Speaking of the No Type-ers… After what has been some public critique of Mutek, even on this list, No Type presented a label showcase at the Studio yesterday that enraptured the crowd, sucking them into a vortex of noise and improv electronic performances. […] No Type held attention despite the soundsystem’s relatively quiet range, with Samiland travelling a wealth of minimalist and dub territories, from sparse and deep broken beats to ambience, leading into the madness that was to follow: two sets of collaborative & improvised performances featuring A_Dontigny, first with the precise workings of veteran improvisational artist Diane Labrosse — on what appeared to be a theraemin device, at times; this performance was intricate, yet harsh in its metallic clamouring of sound-events. Then came morceaux_de_machines who, after an enthusiastic shout-out from Aimé, did not disappoint with his collaboration: vitriolic improvised noise from strange devices, high-pitched and jagged waves, from this real beast of a man, getting down and into it — morceaux grabbed the crowd and spun them round degree by degree. To end was Vancouver’s Coin Gutter, the enigmatic duo of Graeme and Emma carving out one of their more delicate and restrained sets, and, although improvised, moving through a taste of their sound, from experimental electroacoustic to noise, field recordings, media samples, and dark soundscapes. […]

No Type presented a label showcase that enraptured the crowd, sucking them into a vortex of noise and improv electronic performances.