La boutique électroacoustique

Artistes Micheline Coulombe Saint-Marcoux

Micheline Coulombe Saint-Marcoux est née à Notre-Dame-de-la-Doré, dans la région du Lac-Saint-Jean, au Québec, le 9 août 1938. Son enfance tout près de la nature, et la maison familiale où l’on chantait toujours, vont marquer sa manière d’explorer la voix (Arksalalartôq) et d’évoquer les paysages naturels (Moustières) dans ses dernières œuvres électroacoustiques.

En 1958, Micheline Coulombe Saint-Marcoux déménage à Montréal afin de parfaire sa formation musicale à l’Institut Cardinal-Léger, avec Yvonne Hubert. Elle étudie ensuite la composition avec Claude Champagne à l’École de musique Vincent-d’Indy de 1960 à 63, puis avec Clermont Pépin au Conservatoire de musique de Montréal de 1963 à 67. En octobre 1982, dans un entretien accordé à Lyse Richer (1984), elle reconnaît devoir à Clermont Pépin son évolution dans la compréhension des principes organisationnels de la grande forme. Et c’est grâce à Claude Champagne qu’elle s’est mise à écrire au grand jour ce qu’elle écrivait en secret depuis longtemps.

En 1965 elle étudie avec Tony Aubin à l’Académie internationale d’été de Nice (France) où elle remporte le Prix René-Poire, son premier prix en composition. En 1967, elle obtient un premier prix en composition au Conservatoire de musique de Montréal avec Modulaire, une œuvre pour orchestre et ondes Martenot, et l’Académie de musique de Québec (AMQ) lui décerne le Prix d’Europe (de composition) qui, pour la première fois, est remis à une femme.

En 1968, à la suggestion de Iannis Xenakis, Micheline Coulombe Saint-Marcoux s’envole vers Paris pour étudier la musique électroacoustique avec le Groupe de recherches musicales (GRM). Elle travaille alors avec François Bayle, Guy Reibel et Henri Chiarucci. Elle suit aussi le cours de Pierre Schaeffer au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, ainsi que des leçons privées de composition avec Gilbert Amy et Jean-Pierre Guézec. Chacun de ces artistes, elle s’en souvient, lui fera connaître un aspect différent de la composition: l’approche créative de la voix avec Guézec, la vision du phénomène musical avec Schaeffer, la connaissance technique de Reibel, l’exploration des rapports entre son et image à laquelle se consacre Parmegiani, la logique de Amy dans l’organisation de la composition, et Bayle qui approche le son avec tant de poésie.

En 1969, elle co-fonde le Groupe international de musique électroacoustique de Paris (GIMEP) avec cinq autres jeunes compositeurs (Eduardo Bértola, Joanna Bruzdowicz, Pierre Boeswillwald, Dieter Kaufmann et Jacques Lejeune). Entre 1969 et 73, le GIMEP présentera des concerts en Europe, en Amérique du Sud et au Canada.

À son retour à Montréal en juillet 1971, Micheline Coulombe Saint-Marcoux se joint au Conservatoire de musique de Montréal. Elle y enseignera jusqu’à sa mort en 1985. Dès son entrée au Conservatoire, elle s’emploiera avec obstination à développer un studio de composition électroacoustique, en collaboration avec ses collègues Otto Joachim et Gilles Tremblay. Désireuse d’intégrer la percussion et la musique électroacoustique à la danse, elle crée en 1971 l’ensemble Polycousmie avec trois percussionnistes montréalais (Pierre Béluse, Guy Lachapelle et Robert Leroux). En avril 1972, avec le journaliste Jacques Thériault, elle organise le Carrefour électroacoustique [trois soirées de musique électroacoustique à la Galerie III du Vieux-Montréal avec la participation des troupes de danse Groupe de la Place royale et Groupe Nouvelle Aire], l’une des nombreuses activités qu’elle organisera en vue de mieux faire connaître la musique électroacoustique.

L’approche du travail électroacoustique de Micheline Coulombe Saint-Marcoux a influencé ses compositions orchestrales, en particulier par la fascination qu’elle éprouve pour la spatialité et pour la trajectoire du son. Dans Hétéromorphie, une œuvre commandée et créée par l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) en 1970, l’orchestre est réparti en quatre sections de manière à ce que les mouvements des sons produits par chaque section soient très bien délimités dans l’espace. Les détails des sons apparaissent puis disparaissent, tels les mouvements d’un mobile.

Micheline Coulombe Saint-Marcoux en est venue à s’intéresser au théâtre musical et elle voulait réussir à créer un organisme professionnel où se rencontreraient des artistes de diverses disciplines. Elle a souvent utilisé les ondes Martenot dans ses compositions; et la voix humaine l’attirait. Des textes de poètes québécois parcourent d’ailleurs beaucoup de ses dernières œuvres. Profondément marquée aussi par les arts visuels, elle a souvent considéré suivre, dans son travail, les mêmes thèmes que ceux suivis par certains peintres de ses connaissances dont Marcelle Ferron.

Micheline Coulombe Saint-Marcoux est décédée relativement jeune [à 46 ans], d’une tumeur au cerveau, le 2 février 1985: «L’engagement social du compositeur se fait d’abord à un niveau personnel. Lorsqu’il est très convaincu de la nécessité de son art, également très conscient des problèmes qui sont inhérents à son art, c’est alors qu’il adopte une attitude que je qualifie de ‘éminemment révolutionnaire’» (Richer 1984: 22).

Andra McCartney [ix-01]

Micheline Coulombe Saint-Marcoux

Notre-Dame-de-la-Doré (Québec), 1938 – Montréal (Québec), 1985

  • Compositrice

Sur le web

Œuvres choisies

Parutions principales

empreintes DIGITALes / IMED 0159 / 2001

Apparitions

Artistes divers
Shelan (alcides lanza) / ESP 9601 / 1996

Compléments

Artistes divers
Mnémosyne musique média / LDC 2781112-14 / 2003
  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue

La presse en parle

Pionnières dans le sentier de la création électroacoustique

Marie-Thérèse Lefebvre, Circuit, no 19:1, dimanche 15 février 2009

L’auteure tente de cerner les attitudes «masculines» et «féminines» de la création musicale des cinquante dernières années afin de faire ressortir la contribution de deux compositrices québécoises, Micheline Coulombe Saint-Marcoux et Marcelle Deschênes, au développement de la musique électroacoustique au Québec. Par une mise en contexte historique, l’auteure situe dans un premier temps le milieu dans lequel elles ont vécu leur enfance, leur adolescence, et leur formation musicale à Montréal et à Paris; puis la manière dont elles ont traversé le discours dominant des années 1970, pour finalement aborder leur rôle de pionnières. Parce qu’elles voulaient sortir des sentiers battus, elles ont compris que les nouveaux outils technologiques pourraient leur servir à exprimer musicalement une nouvelle sensibilité artistique. En ce sens, elles furent les «sherpas» du milieu électroacoustique au Québec.

… faire ressortir la contribution de […] Coulombe Saint-Marcoux et Deschênes au développement de la musique électroacoustique au Québec.

Tilt!

Réjean Beaucage, Voir, jeudi 9 novembre 2006

Éric Mattson organise des concerts qui font le pont entre les pionniers des musiques expérimentales et ceux qui suivent leurs traces. Des mises à jour nécessaires. Quand la machine fait «tilt», c’est qu’elle reçoit trop d’information, qu’elle ne répond plus. Submergés comme nous le sommes par d’incessants flots d’information, nous en venons quelquefois à oublier le passé pour nous concentrer uniquement sur le moment présent, quitte à penser réinventer la roue.

Pour court-circuiter ce cercle vicieux, Éric Mattson recycle le passé en présentant des soirées hommages à des expérimentateurs d’hier, soirées auxquelles il convie aussi des artistes d’aujourd’hui qui poursuivent, souvent sans trop le savoir, le chemin ouvert par leurs prédécesseurs. Une démarche didactique qui remet les pendules à l’heure. «Didactique, répète-t-il, ça voudrait dire qu’il y a vraiment une volonté d’instruire… Ce n’est pas là que se situe la base du projet. Je veux surtout créer des rapprochements entre des artistes par des thématiques, ou, dans le cas de la série TILT, autour de disques qui ont été importants pour moi. Évidemment, comme ce sont des disques atypiques, ils peuvent encore aujourd’hui être découverts par beaucoup de monde, et là, oui, dans ce sens, on peut dire que c’est didactique. J’achète encore des disques tous les jours, alors forcément, je fais moi-même des découvertes que j’ai envie de partager, et en sachant ce qui s’est déjà fait, on peut aller plus loin.»

Le troisième programme de la série tourne autour des musiques électroacoustiques de la compositrice Micheline Coulombe Saint-Marcoux (1938-85), dont le travail sera évoqué par Jean-François Denis, qui fera entendre des extraits du disque Impulsion (Empreintes Digitales). On entendra ensuite Steve Bates, Diane Labrosse et Nelly-Ève Rajotte, qui présenteront leur propre travail. «J’ai bien dit aux artistes invités qu’ils n’avaient pas à se sentir dans l’obligation de ‘rendre hommage’, parce que s’ils sont là, c’est qu’il y a déjà une analogie entre leur propre travail et celui de l’artiste du passé dont on aura présenté le travail juste avant.»

Le quatrième programme est centré sur l’inventeur Hugh Le Caine (1914-77), un scientifique canadien qui a développé au Conseil national de recherche du Canada plus d’une vingtaine d’instruments de musique électronique. «Lorsque j’ai invité Jean-François Laporte pour ce concert, il ne connaissait pas vraiment le travail de Le Caine, bien qu’il ait remporté le Prix Hugh-Le Caine du Concours des jeunes compositeurs de la Fondation SOCAN en 1997. Et j’ignorais que Freida Abtan, aussi invitée, avait déjà réalisé une pièce inspirée par Le Caine!» Le troisième larron de cette soirée sera le platiniste Martin Tétreault, et le travail de Le Caine sera présenté par Gayle Young, sa biographe. «Il y aura aussi Goodiepal, poursuit Mattson, qui s’est ajouté parce qu’il passe par ici avant d’aller donner un concert aux États-Unis. C’est un artiste danois très original, un inventeur extraordinaire dont le travail s’inscrit parfaitement dans le cadre de cette soirée.»

Éric Mattson: «En sachant ce qui s’est déjà fait, on peut aller plus loin.»

Des concerts qui laisseront peut-être à leur tour des traces sur disque, Éric Mattson étant aussi derrière l’étiquette Oral.

En sachant ce qui s’est déjà fait, on peut aller plus loin.

Blogue