La boutique électroacoustique

Artistes Michel Chion

Compositeur, écrivain, réalisateur cinéma et vidéo, chercheur, enseignant, Michel Chion naît en 1947 à Creil (France). Il a effectué des études musicales aux conservatoires de Versailles et Paris, et littéraires à la Faculté de Paris-Nanterre. Depuis 1999, il est habilité à diriger des recherches (doctorat d’État).

De 1971 à 76, il est membre du GRM du Service de la recherche, comme responsable des programmes radio et des publications du Groupe (direction de la revue Cahiers Recherche/Musique). De 1981 à 86, il est membre de la rédaction des Cahiers du Cinéma. Depuis 1993, il est professeur associé à mi-temps à l’Université de la Sorbonne Nouvelle — Paris III (département de cinéma). Il enseigne le son au cinéma et le scénario dans différents centres français et européens. Marié, il vit à Paris.

Comme compositeur, Michel Chion se consacre depuis 1971 exclusivement à la musique concrète, mais à l’intérieur de ce cadre il a produit une œuvre variée: mélodrames (Le prisonnier du son; Tu; Diktat; La Tentation de saint Antoine; L’isle sonante), recueils et suites de pièces brèves (On n’arrête pas le regret; La Ronde; 24 préludes à la vie), recherches techniques et formelles (Dix études de musique concrète; Variations; Crayonnés ferroviaires; Dix-sept minutes), musique religieuse (Requiem — Grand Prix du disque de l’Académie du disque français en 1978; Credo Mambo; Gloria; Missa obscura). Il a aussi composé, en collaboration avec Lionel Marchetti et Jérôme Noetinger, Les 120 jours.

Michel Chion, après avoir été le principal historien et musicographe de la musique électroacoustique, avec plusieurs ouvrages, a contribué à partir de la fin des années 80 à relancer non seulement la terme et la notion de «musique concrète», créant des concepts pour penser celle-ci (L’Art des sons fixés, ou La musique concrètement (1991), mais aussi le débat sur ce genre, participant notamment à la création du Prix international Noroit-Léonce Petitot, à des initiatives de publication et de rencontres.

Lionel Marchetti a publié un essai sur son travail de compositeur, La musique concrète de Michel Chion (1998), et le GRM lui a consacré, en 2006, un volume de sa collection Portraits polychromes, avec des textes de Pierre Schaeffer, Marie-Noëlle Moyal, Lionel Marchetti et Martin Kaltenecker.

Comme écrivain, chercheur et essayiste, il a publié vingt-huit ouvrages, dont La Musique au cinéma, qui a obtenu le Prix du meilleur livre de cinéma 1995 décerné par le Syndicat français de la critique. Plus de la moitié est consacrée au son, seul ou dans la relation audio-visuelle, constituant déjà le plus important ensemble historique et théorique consacré à l’étude de la perception et de la création sonore. Sur ce point, Michel Chion est à la fois un disciple de Pierre Schaeffer — dont il a synthétisé et transmis les recherches dans son Guide des objets sonores (1982) — et un chercheur suivant ses propres voies: L’Art des sons fixés, ou La musique concrètement (1991), Le Promeneur écoutant (1993), Le Son (1998), sont quelques volets d’un ensemble consacré à la discipline qu’il vise à refonder et à réunifier sous le nom d’acoulogie — science de l’objet sonore entendu. Il a écrit notamment plusieurs ouvrages sur la relation audiovisuelle dans le cinéma, dont L’Audio-vision (1990) et Un art sonore, le cinéma (2003). D’autres de ses livres concernent des cinéastes (Lynch, Chaplin, Tati, Kubrick, Tarkovski), l’histoire du cinéma et de ses métiers, le scénario, et les genres cinématographiques, etc. Plusieurs de ses ouvrages ont été traduits en allemand, anglais, castillan, chinois, coréen, grec, italien, japonais, portugais, serbe, slovène, turc.

Comme journaliste et critique, il a également écrit dans des revues et publications comme les Cahiers du cinéma, Positif, Le Monde de la musique, Libération, L’Âne, la Nouvelle revue française, L’Image-vidéo, Bref, Lien, Revue & corrigée, et de nombreuses revues non-francophones. Il a participé à plusieurs encyclopédies et dictionnaires.

Comme réalisateur, Michel Chion a dirigé des courts-métrages de cinéma — Le grand nettoyage (1975); Éponine (1984) — et des documentaires vidéos, jusqu’à son œuvre la plus importante dans ce domaine, La Messe de terre (1996, 2003), qui sur deux heures et demie associe l’image vidéo à la musique concrète, et a été distinguée par le Grand prix de la Ville de Locarno. Éponine a également reçu plusieurs prix, dont le Grand prix du Festival de Clermont-Ferrand, le Grand prix de Montréal, et le Prix Jean-Vigo 1985.

Enseignant et conférencier, professeur régulier à l’École supérieure libre d’études cinématographiques (ÉSEC, Paris, France), à l’École cantonale d’art de Lausanne (Suisse), professeur associé à l’Université de la Sorbonne Nouvelle — Paris III, professeur honoraire à la Universidad de Buenos Aires (Argentine), Michel Chion intervient dans plusieurs pays d’Europe et d’Amérique du Nord et du Sud, notamment sur le cinéma et la musique concrète.

[xi-08]

Michel Chion

Creil (Oise, France), 1947

Résidence: Paris (France)

  • Compositeur
  • Rédacteur

Sur le web

Michel Chion chez lui, photo: Philippe Lebruman, Paris (France), juin 2008

Œuvres choisies

Parutions principales

Motus / M 614001 / 2014
Nuun Records / NUUN 007 / 2011
Métamkine / META 1998-04 / 1998
Cinéma pour l’oreille / MKCD 015 / 1995
Musiques & Recherches / LIEN 1994-03 / 1994

Apparitions

Magison (François Bayle) / MGLD 2216 / 2016
Magison (François Bayle) / MGLD 2113 / 2013
Artistes divers
Sub Rosa / SR 220 / 2004
  • Rupture de stock temporaire
Musiques & Recherches / LIEN 1998-11 / 1998
empreintes DIGITALes / IMED 9522 / 1995
Musiques & Recherches / LIEN 1991-10 / 1991
Musiques & Recherches / LIEN 1991-11 / 1991

Compléments

Brocoli / BROCOLI 019 / 2016
  • Hors-catalogue
Duke University Press / DUP 9780822360391 / 2016
  • Hors-catalogue
Vand’Œuvre / VDO 1544 / 2016
  • Hors-catalogue
Brocoli / BROCOLI 016 / 2014
  • Hors-catalogue
Brocoli / BROCOLI 009 / 2011
  • Hors-catalogue
Nuun Records / NUUN 001 / 2010
  • Épuisé
Mômeludies Éditions / ED 72009 / 2009
  • Hors-catalogue
Sub Rosa / SRV 251 / 2007
  • Épuisé
Tu
Brocoli / BROCOLI 002 / 2006
  • Épuisé
  • Épuisé
Fringes Recordings / FRINGES ARCHIVE_03 / 2004
  • Hors-catalogue
Fayard / FAYARD 9782213617572 / 2003
  • Hors-catalogue
Cinéma pour l’oreille / MKCD 032 / 2002
  • Épuisé
Artistes divers
Teatro Massimo / FTM 002 / 2001
  • Hors-catalogue
Artistes divers
empreintes DIGITALes / IMED 0050 / 2000
  • Épuisé
MCE (Michel Chion) / MCE 01 / 1998
  • Épuisé
  • Épuisé
Artistes divers
  • Hors-catalogue
empreintes DIGITALes / IMED 9523 / 1995
  • Épuisé
empreintes DIGITALes / IMED 9312 / 1993
  • Épuisé
Cinéma pour l’oreille / MKCD 004 / 1992
  • Épuisé
  • Épuisé
Métamkine / META 1991-06 / 1991
  • Réédité
Artistes divers
  • Épuisé
  • Épuisé
Fayard / FAYARD 9782213007922 / 1980
  • Réédité
  • Épuisé
Artistes divers
Klett Verlag / KV 92422 / 1974
  • Hors-catalogue

Publications web

Musiques & Recherches / LIEN 1991-10pdf / 1991

Folio

empreintes DIGITALes / IMED 9523 / 1995
  • Épuisé
empreintes DIGITALes / IMED 9312 / 1993
  • Épuisé

La presse en parle

Akousma

Alain Brunet, La Presse, 19 octobre 2016

Michel Chion, Troisième symphonie, l’audio-divisuelle

À l’Usine C le 19 octobre, 18h

Le compositeur français qualifie sa troisième symphonie d’œuvre «audio-visuelle». Il s’applique à y faire s’entrechoquer sons et images de différentes manières. Cette œuvre a pour objet de «célébrer la vie sans aucune référence religieuse» et d’évoquer la mort «plus solaire que pluvieuse». De plus, Michel Chion dit avoir eu recours aux principes musicaux de la composition pour monter les images et les faire interagir avec les sons.

Pita, Get In

À l’Usine C le 19 octobre, 20h

Pita est le pseudonyme du fondateur des Éditions Mego, Peter Rehberg. Londonien transplanté à Vienne, ce vétéran de la scène électro s’inspire du bruitisme, de l’ambient, de l’industriel, du drone, de la techno, mais aussi des premières vagues électroacoustiques. Pita a enregistré une douzaine d’albums au cours des deux dernières décennies. C’est un habitué des plus grands festivals électro: Sónar, All Tomorrow’s Parties, CTM Berlin, Donaufestival. Il a reçu le prix Ars Electronica en 1999. Get In, qui sera présentée à Montréal, suit les œuvres Get Out (1999) et Get Off (2004). De la suite dans les idées… au cœur du son.

Adam Stanović, Escapade et Mettallurgic

À l’Usine C le 20 octobre, 20h

Directeur du programme de maîtrise en art sonore de l’Université de Sheffield, Adam Stanović se spécialise dans la composition d’œuvres électroacoustiques de type acousmatique. On a pu entendre ses œuvres dans quelque 500 festivals et concerts à travers le monde. Escapade se veut un assemblage inédit de micro-fragments de musiques orchestrales. Quant à Mettallurgic, elle met en scène l’exploration sonore d’un morceau de métal via la résonance, la percussion et autres manipulations physiques de l’objet, et aussi via le traitement électronique de ces manipulations.

Antwood, Pièces de l’album Virtuous.scr

À l’Usine C le 21 octobre, 20h

Antwood est le pseudonyme de Tristan Douglas, artiste canadien endossé par les labels Cocobass et B.YRSLF Division (sous le pseudo et jeu de mots Margaret Antwood). Il jouera à Akousma les versions alternatives de pièces tirées de son plus récent album, Virtuous.scr. L’idée de cet album se fonde sur la question suivante: l’intelligence artificielle peut-elle respecter un code d’éthique qui lui est propre si elle connaît un éveil «émotionnel»? Autour de cette thématique, la musique expérimentale investit les codes de la musique populaire se déployant dans un environnement électronique.

Richard Chartier, Recurrence / Retracing

À l’Usine C le 22 octobre, 20 h

Actif depuis la fin des années 90, le Californien Richard Chartier s’est taillé une réputation dans les sous-tendances néo-moderne et micro-son de l’art sonore. Sa musique et ses installations ont été présentées en Europe, en Asie, en Océanie comme en Amérique du Nord. En 2000, il a fondé le label Line et assumé la direction artistique de nombreuses installations sonores. Son approche se veut autoréflexive: sa musique minimaliste explore l’espace sonore tout entier à travers les différentes caractéristiques de la relation entre émetteur et récepteur d’une œuvre: l’écoute, la perception, l’attention, le silence, etc.

Francis Dhomont, Cycle des profondeurs I, II e III

Au Conservatoire de musique de Montréal les 20, 21 et 22 octobre, 17h45

Parmi les pionniers vivants de l’électroacoustique, Francis Dhomont a amorcé un très long cycle de création à la fin des années 40. Il a passé une large part de sa vie professionnelle entre la France et le Québec. Nombre d’œuvres importantes du répertoire lui sont attribuées, dont les trois volets de ce Cycle des profondeurs, présentés en autant de jours. Sous le regard d’un soleil noir (1979-1981) relate un naufrage intérieur, inspiré des écrits du psychiatre et psychanalyste Ronald D Laing. Forêt profonde (1994-1996) est un mélodrame acousmatique d’après un essai de Bruno Bettelheim. Le cri du Choucas (2014-2015) évoque l’approche psychanalytique de Marthe Robert.

Michel Chion; Pita; Adam Stanović; Antwood; Richard Chartier; Francis Dhomont

Le prisonnier du son à l’écoute: Michel Chion, musicien aussi «concret» que marginal

Louise Leduc, Le Devoir, 22 février 1997

Dans le café, ce jour-là, rue Saint-Denis, il y avait beaucoup de bruit Ou serait-ce de la musique? Le compositeur Michel Chion avait l’air attentif, mais l’était-il vraiment? Un musicien «concret» comme lui n’a-t-il pas les oreilles toujours à l’affût de quelque bruit de verres entrechoqués, de chaises qui craquent? Peut-on vraiment avoir l’attention d’un «prisonnier» du son comme stipule une de ses pièces? De la musique concrète, concrètement, c’est… «Je ne suis pas un reporter du son. Il en existe des tas dans l’enviromement mais le véritable travail de création consiste à les travailler électroniquement. En musique concrète comme en jazz, les sons sont aussi importants que les notes», explique Michel Chion dont le concert aujourd’hui au Théâtre La Chapelle viendra conclure une série de quatre soirs de musique électroacoustique. «Une fontaine, des bouts de métal, une voix tout peut être utilisé à ce qui ressemblera ultimement à une bande sonore de film. En concert, cette œuvre, fixée et impossible à reproduire, sera jouée sur bande et amplifiée par quantité de haut parleurs. Si l’expérience du concert devient ainsi dépendante de support high-tech, la fabrication de l’œuvre est au contraire très manuelle. «Je n’aime pas faire de la musique devant un écran d’ordinateur amplifié par quantité de haut parleurs. J’ai besoin d’utiliser mes mains, agir sur les bandes, les faire bouger avec mes mains, un peu comme le font les rappers avec les tables tournantes. Que le résultat rappelle le cinéma s’explique aisément Michel Chion est lui-même réalisateur et a notamment été primé pour son court-métrage Éponime. Chion est aussi professeur d’un domaine neuf l’étude systématique des rapports audiovisuels, à Paris.

«Les étudiants des écoles de cinéma acquièrent une trés bonne culture picturale, mais il leur manque souvent ce qui fait la différence entre une bon et un mauvais film: l’utilisation judicieuse des sons et de la musique.»

Marginal

En bon pédagogue qu’il est, Michel Chion, conscient de la marginalité de son travail, multiplie les comparaisons aux autres formes d’art plus «conventionnelles». «Debussy a pu inventer quelque chose de nouveau et de beau en musique car il avait cet amour de la peinture et des objets. Les limites qu’il voyait à la peinture, il les repoussait en musique et a ainsi pu, par exemple, peindre en musique la tombée du soir.»

Et Michel Chion continue les exemples: Schubert qui écrivait sa musique en pensant à la littérature et à Goethe en particulier, Bergman qui a fait plusieurs films en s’inspirant de la musique. Michel Chion, lui, ne se gêne pas pour emprunter au cinéma et aux mots, qui lui servent de prétexte pour utiliser le son de la voix.

En arrivant au studio pour travailler, Michel Chion n’a évidemment aucune partition devant lui. Simplement quelques esquisses, quelques lignes directrices. L’improvisation fera le reste, si la reprise d’un même son 50 ou 100 fois peut être assimilée à une improvisation… «C’est amusant de constater à quel point les gens oublient que la musique classique comporte aussi une grande part d’improvisation. Sinon, comment Schubert aurait-il pu, à 35 ans, avoir composé 600 œuvres?»

Assistant personnel à une époque de l’inventeur de la musique concrète, le regretté Pierre Schaeffer, Michel Chion dit avoir hérité, comme lui, du doute. «Vers la fin de sa vie, il était devenu sombre et pessimiste et trouvait que l’art contemporain se complaisait trop dans l’inhumain. L’homme, très culpabilisé, craignait d’être allé trop loin.»

Cette remise en question n’a pas ébranlé pour autant son disciple Chion. «Certains artistes foncent comme des taureaux et croient que l’art contemporain doit tout écraser. Moi je me sens schaefferien justement parce que j’accepte mes doutes. C’est le rôle de l’artiste de permettre aux gens de vivre leurs contradictions, chose que ne permet plus la société. Tous ont pourtant leur moment de doute, leur moment d’hésitation entre le doute et la révolte, le goût de crier tantôt «vive Dieu», tantôt «à bas dieu.»

Michel Chion, lui, rêve d’entendre un jour les artistes dire honnêtement, à la télévision, qu’ils croient que leur travail est important, mais que parfois ils en doutent. Pour le reste, que sa musique ne soit ni comprise, ni acceptée par tous, tout de suite, ne l’inquiète pas. «Une œuvre, c’est comme une bouteille à la mer. Et il faut qu’elle touche les personnes une à une.»

C’est le rôle de l’artiste de permettre aux gens de vivre leurs contradictions, chose que ne permet plus la société.

Blogue