La boutique électroacoustique

Artistes Tim Brady

Tim Brady est bien connu pour ses orchestrations radieuses, ses structures théâtrales et son style guitaristique novateur. Ce compositeur et guitariste s’intéresse à divers genres allant de la musique de chambre et pour orchestre à l’électroacoustique, l’opéra de chambre et la musique de danse contemporaine, sans oublier le jazz et l’improvisation libre. De nombreux ensembles et orchestres nord-américains et européens lui ont commandé des œuvres, dont l’Orchestre symphonique de Montréal, le Winnipeg Symphony Orchestra, la Société de musique contemporaine du Québec, New Music Concerts, l’INA-GRM (Radio-France), l’English Guitar Quartet, le Pittsburgh New Music Ensemble, Esprit Orchestra (CBC), l’ensemble Relâche de Philadelphie, le groupe australien Topology et l’ensemble à cordes britannique The Smith Quartet.

Depuis 1988, il a publié 14 disques compacts à titre de compositeur et d’interprète, d’abord chez Justin Time Records, puis chez Ambiances Magnétiques.

Brady se produit régulièrement en Amérique du Nord, en Europe, en Asie et en Australie, comme soliste à la guitare électrique. Dans ses concerts, il interprète ses œuvres et celles qu’il commande à d’autres compositeurs afin de créer un nouveau répertoire pour son instrument. Il a joué dans maintes salles de concert importantes, dont le South Bank Centre et l’ICA (Londres), le Huddersfield Contemporary Music Festival (RU), le Darwin International Guitar Festival (Australie), le Bang on a Can Festival (New York), De Ijsbreker (Amsterdam), Radio-France (Paris), le Festival de musique contemporaine de Barcelone et BKA (Berlin). Il a fait plusieurs enregistrements pour Radio-Canada, la Canadian Broadcasting Corporation, la British Broadcasting Corporation, la Netherlands Public Radio, Radio-France, la Radio nationale espagnole et la National Public Radio des États-Unis.

Son ensemble de musique nouvelle Bradyworks a fait des tournées canadiennes, joué aux États-Unis et enregistré régulièrement pour la CBC et Radio-Canada. Cet ensemble a publié son premier disque, Inventions, en 1991, suivi de Revolutionary Songs en 1996, à l’occasion de son interprétation au Festival international de musique actuelle de Victoriaville. À l’automne 2003, le groupe a publié son troisième disque, Unison Rituals, et accompli sa première tournée européenne, qui comptait une prestation radiophonique pour l’émission «Hear and Now» de la BBC Radio 3, ainsi que des concerts à Aberdeen, Dublin et Cork. Récemment, l’ensemble présentait deux opéras de chambre de M. Brady, dans des productions très réussies: Three Cities in the Life of Dr. Norman Bethune (Montréal, 2003 / Toronto, 2005) et The Salome Dancer (Kitchener, 2005). En mai 2008, l’ensemble a donné cinq représentations de My 20th Century lors d’une tournée québécoise qui incluait une autre apparition au Festival international de musique actuelle de Victoriaville.

En janvier 2004, Brady recevait le Prix Opus du Compositeur de l’année, décerné par le Conseil québécois de la musique, pour la qualité exceptionnelle de son travail de création. De 2008 à 2010, il sera compositeur en résidence à l’Orchestre symphonique de Laval, où, de concert avec son directeur musical Alain Trudel, il travaillera à l’établissement d’une présence des musiques de création au sein de l’orchestre et de la ville de Laval.

Outre ses activités de compositeur et de guitariste, Brady a été directeur artistique (1994-2004) d’Innovations en concert. Cette société dont il est le fondateur est l’un des principaux diffuseurs de musiques nouvelles à Montréal. Sous son directorat, elle a présenté plus d’une centaine de concerts de musique contemporaine du Canada et du monde entier. Il a également été membre des conseils d’administration de Codes d’accès, de la Ligue canadienne des compositeurs et de la Music Gallery. Enfin, il écrit régulièrement dans le magazine Musicworks.

[viii-09]

Tim Brady

Montréal (Québec), 1956

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositeur
  • Interprète (guitare électrique)
  • Journaliste

Sur le web

Tim Brady, photo: Laurence Labat

Œuvres choisies

Parutions principales

empreintes DIGITALes / IMED 12119 / 2012

Apparitions

J&W / JETW 931 / 1992

La presse en parle

De Tchaïkovski à Rivard

Réjean Beaucage, Voir, jeudi 23 septembre 2010

Tim Brady compose une œuvre sur des paroles de Michel Rivard pour le 25e anniversaire de l’Orchestre symphonique de Laval. Wow!

Le directeur musical de l’Orchestre symphonique de Laval (OSL), Alain Trudel, a préparé un programme si alléchant pour l’ouverture de la saison qu’on a dû prévoir un spectacle supplémentaire! Il y aura l’ouverture-fantaisie Roméo et Juliette, de Tchaïkovski, mais surtout, il y aura Alain Lefèvre et le Concerto no 4 d’André Mathieu (faut-il rappeler que les concerts de l’OSL se donnent à la salle André-Mathieu?). Mais ce n’est pas tout! L’OSL a aussi commandé une œuvre à son compositeur en résidence, Tim Brady, et ce dernier a obtenu la collaboration de l’auteur Michel Rivard, qui a écrit un texte que chantera le baryton Michael Donovan.

Le tandem Rivard/Brady est relativement surprenant, l’auteur-compositeur-interprète et le guitariste éclectique n’évoluant guère dans le même registre. Brady explique: «En avril 2007, je participais à un projet du CBC Orchestra, le Canadian Songbook [et rappelons que c’est Alain Trudel qui le dirigeait jusqu’à son démantèlement en 2008]. J’avais été engagé pour faire des arrangements de pièces des Guess Who. C’est là que j’ai rencontré Michel Rivard et que nous avons découvert que nous avions beaucoup de choses en commun; nous avons parlé aussi bien de Varèse et Messiaen que de Zappa! C’était juste avant que je commence mon poste à l’OSL. J’avais déjà le projet d’une grande œuvre vocale, mais je n’avais pas de texte…»

Cherchant un texte original en français, Brady s’est rapidement rendu compte qu’il venait de se faire un ami possédant une certaine expérience dans le domaine! «Quand je lui ai proposé de le faire, explique Brady, il a immédiatement accepté, en me disant qu’il cherchait précisément un projet pouvant le sortir de sa zone de confort.» Il ne pouvait pas vraiment en sortir davantage qu’en collaborant à la création d’une œuvre symphonique contemporaine! «Dès que j’ai lu sa première page de texte, poursuit Brady, la musique était déjà dans ma tête.» En amour, en hiver, de Tim Brady et Michel Rivard: à découvrir!

À découvrir également: 24 Frames, une nouvelle collaboration entre Brady (à la guitare électrique) et le vidéaste Martin Messier. Ils ont présenté l’œuvre au festival Bang on a Can à New York, avec beaucoup de succès, et le referont le 4 octobre à la Chapelle historique du Bon-Pasteur.

À découvrir également: 24 Frames, une nouvelle collaboration entre Brady (à la guitare électrique) et le vidéaste Martin Messier.

Courir!

Réjean Beaucage, Voir, jeudi 11 septembre 2008

Le compositeur Tim Brady est en résidence à l’Orchestre symphonique de Laval, qui nous présente sa plus récente œuvre entre deux symphonies de Beethoven. Pas mal!

Lundi dernier, il était à la Sala Rossa pour improviser avec, entre autres, le contrebassiste Barry Guy et la clarinettiste Lori Freedman; mercredi, il transportait ses guitares électriques à la salle Claude-Champagne pour participer au concert d’ouverture de la saison du Nouvel Ensemble Moderne en jouant dans une œuvre du très actuel compositeur allemand Heiner Goebbels; voici maintenant l’Orchestre symphonique de Laval qui nous présente sa musique orchestrale, et le directeur musical de l’OSL, Alain Trudel, la programme entre deux symphonies de Beethoven! On savait Tim Brady éclectique, mais là, il frappe fort! Et ce n’est pas tout: la pièce qui sera créée, Running, est inspirée de Runnin’ Back To Saskatoon, des Guess Who«Ce n’est pas l’une de leurs meilleures tounes, explique Brady, mais on m’a demandé d’en faire un arrangement pour le CBC Radio Orchestra, à Vancouver, dont le chef est aussi Alain Trudel, et ça a très bien marché. En fait, j’ai presque fait une réécriture de la pièce, un truc qui dure 11 minutes, dans lequel près de la moitié avait très peu à voir avec la pièce originale. J’en étais assez content et j’ai suggéré à Alain de développer certaines de ces sections pour en faire une nouvelle œuvre, qui est devenue Running.»

Le titre de l’œuvre rappelle évidemment l’originale, et les aficionados des Guess Who (?) en verront peut-être passer l’ombre, mais il signale aussi un scherzo d’enfer. «Ça n’arrête jamais!» prévient le compositeur, «enfin, il y a bien une ou deux mesures de relâche, mais pas plus.» Présentée après la Cinquième de Beethoven et avant la Sixième, surnommée Pastorale, du même compositeur, l’œuvre risque d’avoir un certain effet! S’il est compositeur en résidence à l’OSL, c’est pourtant la seule œuvre de Tim Brady que nous entendrons l’orchestre jouer cette saison; «oh! mais je vais aussi beaucoup travailler dans les écoles de Laval, auprès des étudiants en concentration musique, particulièrement, où l’on présentera des ateliers de composition, un peu pour montrer ce que c’est qu’un compositeur. Je vais aussi travailler aux arrangements pour le concert symphonique de Dan Bigras que l’OSL présentera en janvier.» Brady travaille aussi avec Alain Trudel et le directeur général, Alain Demers, à l’élaboration d’un événement autour de la création, avec concert (incluant une grande œuvre de Brady), des conférences, etc. À suivre!

Tim Brady est aussi président du Réseau canadien des musiques nouvelles, un organisme de réseautage qui vise à stimuler la communication entre les divers intervenants de la communauté des compositeurs et interprètes des musiques d’aujourd’hui. L’organisme prépare un colloque qui se tiendra à Montréal, en février 2009, durant le festival MNM. À propos des récentes actions de notre bon gouvernement conservateur dans le domaine des arts, Brady commente: «Ça manque tellement de vision… C’est triste de voir des gens qui comprennent tellement mal ce qui se passe dans le monde.» Il commente beaucoup plus que ça, en fait, et assez pour nous donner envie de courir vers l’isoloir le plus proche!

On savait Tim Brady éclectique, mais là, il frappe fort!

Review of the 25th Annual Festival international de musique actuelle de Victoriaville

Bruce Lee Gallanter, Downtown Music Gallery, vendredi 20 juin 2008

The second day began with Montréal-based guitarist and composer Tim Brady with the video artist Martin Messier and the Bradyworks ensemble. Brady opened with a piece for solo guitar with video. The guitar part was a Frippish quick-strumming work with a video of orange clouds and lines of words at the bottom of the screen. Interesting, it reminded me of some early space-rock. The second piece was called Switch and was in five parts. Some sections reminded me of Nick Didkovsky’s prog/rock guitar sound with some slowed down bent-string weirdness elsewhere. 57 Ways of Playing Guitar displayed some constantly shifting ways to play the guitar with electronic sounds and beats inserted at certain points. The best piece was last, a Shoshtakovich tribute with (a sort-of) double quartet featuring guitar, piano, sax, percussion and a sampled string quartet. The writing recalled some Zappa-like complexities and layers of images of old St. Petersberg with current images of the same city worked very well with the music. […]

Review

John Kelman, All About Jazz, jeudi 22 mai 2008

Tim Brady has led a dual career, not unlike Norway’s Terje Rypdal. A fine guitarist, Brady has released a series of albums that focus more on a unique approach to playing that’s a stylistic mélange of Robert Fripp’s circuity and Fred Frith’s angularity, amongst others. Compositionally, he’s moved the electric guitar, with all its broad sonic possibilities, into the realm of contemporary composition on albums including 10 Collaborations (Justin Time, 2000) and GO (Ambiances Magnétiques, 2006). Brady’s music can be rigorous and complex, but he’s also an improvising musician, sometimes blurring the line between form and freedom.

For his 1:00 PM show at Cinema Laurier, Brady collaborated with video artist Martin Messier for a series of pieces where sound and image integrated seamlessly. Unlike keyboardist Bugge Wesseltoft’s multi-media performance at the recent JazzNorway in a Nutshell however, the visuals are not an automated response to the music, but a constructed set of images that bring Brady’s already highly pictorial music to a more discrete light.

Technically staggering, Brady’s control of a wealth of sound-processing devices allows him to expand the sound of one guitar into a very large soundscape. His layering of delay and oscillation, during the first composition of the performance, allowed what was initially a very small group of notes played with a relentlessly rapid tremolo (up-and-down picking) to evolve almost imperceptibly. Effects that generated no small amount of noise made the piece more about texture than tonality, even as he expanded the piece away from those initial few notes.

Other pieces occupied more traditional spaces of melody, rhythm and harmony, despite there being little of the conventional in Brady’s writing. Blending richly arpeggiated chords with jagged punctuations, Brady at times favored knotty, long-form themes that would, no doubt, yield far more on repeated listens but, even with this one exposure, created lengthy and intriguing narratives.

Brady’s writing ranged from the brief miniatures of Switch, titled for his use of the five-way switch on his electric guitar, to the more expansive 57 Ways of Playing Guitar, which incorporated the use of preprogrammed material and additional guitar tracks (“I’m a great guitarist”, Brady said while introducing the piece, but not that great). But it was his Double Quartet (Hommage à Chostakovitch), on which Brady was joined by his Bradyworks group—saxophonist André Leroux, percussionist Catherine Meunier, sampler David Kronkite and Brigitte Poulin — that was both the performance’s longest piece and its highlight.

Using images from St. Petersburg and revolving around a four-note motif that Russian composer Dmitri Shostakovich (1906-1975) often used — D, Eb, C, B, which represented his first name — Brady’s piece began in new music territory, but with his effected guitar (in particular an overdriven tone almost never heard in classical music, with the exception, again, of Terje Rypdal) often a sharp contrast to the organic sounds of piano, tuned percussion and saxophone, it ultimately paid homage to one of Shostakovich’s primary influences, Baroque composer JS Bach. Angular melodies, sharp dynamic juxtapositions and oblique passages were replaced with melodies approaching beauty, but from a unique perspective filtered through Brady’s personal lens.

With Brady, Meunier, Poulin and Leroux forming the first of the composition’s titular groups, it was the three hours of string quartet music Brady had sampled for use by Kronkite that formed the second quartet. Perhaps a nod to the economic realities of touring with a larger ensemble, the resourceful addition also created a more modernistic sound and allowed Brady to shape the music and sonic landscape in ways that might not have been possible with two full quartets onstage.

As a composer, Brady fits in alongside contemporaries including Evan Ziporyn, David Lang and Martin Bresnick. As a player, with and without Bradyworks, he shares a modernity of approach with Bang on a Can, So Percussion and Alarm Will Sound. But his incorporation of a very electric guitar has created his own space, one that continues to evolve and whose many facets were demonstrated at his FIMAV 2008 performance.

But his incorporation of a very electric guitar has created his own space, one that continues to evolve…

The Eclectic World of Tim Brady

Elissa Poole, Opus, no 30:2, vendredi 1 juin 2007

Portrait: Tim Brady

Réjean Beaucage, La Scena Musicale, no 10:2, vendredi 1 octobre 2004

Tim Brady est l’un des musiciens canadiens les plus actifs. Sa saison 2004-2005 est marquée par la sortie de deux disques, la création d’une deuxième symphonie, la reprise de son premier opéra, créé en 2004, et… la création d’un deuxième! À travers ce débordement d’activité, l’artiste a tout de même trouvé le temps de répondre aux questions de La Scena Musicale.

Tim Brady n’a pas abordé la guitare par son coté classique, ou pour faire de la «musique de concert», cependant il est aujourd’hui reconnu comme compositeur de musique contemporaine et ses œuvres son interprétées par des ensembles aussi prestigieux que l’English Guitar Quartet ou le Nouvel Ensemble Moderne. Il faut préciser que le musicien se sert quasi exclusivement de la guitare électrique, un instrument qui n’en est encore qu’à ses tout premiers pas dans l’univers des musiques de concert.

«C’est drôle, commente Brady, parce que, il y a 40 ans aujourd’hui [le 8 septembre 1964], les Beatles donnaient leurs fameux concerts au Forum de Montréal! Évidemment, comme pour un grand nombre de baby-boomers, c’est d’eux que m’est venue l’envie de jouer de la guitare électrique. Alors, bien sûr, la musique rock, le blues, et, vers 18 ans, la découverte du jazz, avec le guitariste John McLaughlin et son Mahavishnu Orchestra. Alors, m’intéressant à McLaughlin, je lisais, par exemple, une entrevue qu’il avait donnée et où il disait aimer les rythmiques complexes à la Bartók ou à la Stravinski. Je me disais ‘mais de qui parle-t-il ?’ Après quelques recherches, les premiers disques de musique classique que j’ai achetés ont été un enregistrement du Sacre du printemps et un disque de musiques de Debussy dirigées par Boulez.»

Par la suite, entre 18 et 30 ans Tim Brady vivra deux vies en parallèle: celle d’un étudiant en guitare jazz qui donne des concerts dans les clubs le soir venu et participe à des festivals, et celle d’un étudiant en composition classique qui remporte des prix de la CAPAC (devenue aujourd’hui la SOCAN) en 1981 (Quatuor à cordes nº 1), 1983 (Piano Fantasy in Three Movements, Concertino for Orchestra), 1985 (Lyric) 1987 (Variants), etc.

«C’est en 1986, explique le musicien, lors d’un séjour de 13 mois à Londres, que je me suis décidé à essayer de créer une musique qui puisse représenter la somme totale de mes différentes expériences et de mes différentes influences musicales. Quelque chose qui pourrait tout englober, des Beatles jusqu’à Xenakis! C’était la seule chose à faire, ou alors il fallait accepter de vivre à jamais comme Jekyll et Hyde! Donc, je joue de la guitare électrique (je joue aussi de l’acoustique à l’occasion, mais je n’ai pas la technique classique)… Il était hors de question, à 30 ans, de commencer l’étude de la guitare acoustique. Les exemples combinants la composition de type «classique» et la guitare électrique ne sont pas légion, mais il y en a… Boulez, par exemple, dans Domaines [1968], en utilise une. Et puis d’un point de vue strictement technique, la guitare électrique a un sérieux avantage sur la guitare acoustique: l’amplification! Quand on joue avec un orchestre, c’est un détail qui a son importance. Et puis, si je ne m’abuse, lorsqu’une guitare classique est utilisée aujourd’hui à l’orchestre… on l’amplifie! Donc nous sommes maintenant tous des guitaristes électriques.»

«En 1986, poursuit Brady, il n’y avait pratiquement pas d’exemple de compositeur se consacrant à la musique de chambre ou à la musique orchestrale incorporant une guitare électrique. C’est d’ailleurs probablement ce qui m’a poussé à le devenir. Évidemment, plus jeune, j’avais tendance à copier le style des grands; je faisais du faux Elliott Carter ou je jouais comme un faux John Abercrombie. C’était plus simple, de développer mon propre langage dans un paysage presque vierge que dans des sentiers déjà parcourus par des dizaines de compositeurs, alors j’ai choisi de devenir un vrai Tim Brady! Au début, je tenais tant à mon langage musical propre que je n’écrivais pas une note que je ne serais pas capable de jouer moi-même! Aujourd’hui, disons que je me laisse une certaine marge de manœuvre… Si je veux écrire pour une flûte, par exemple, il sera impossible de reproduire ça adéquatement à la guitare; en tant que compositeur, il faut accepter la spécificité de chaque instrument.»

La musique composée à l’aide d’une guitare a certainement un caractère spécifique qui la différencie de celle composée à l’aide d’un piano. Le compositeur commente: «Il est vrai que lorsque je compose à la guitare, il y a pas mal moins de contrepoint! L’harmonie est également plus restreinte et se limite à deux, trois ou quatre notes. C’est cependant une contrainte stimulante pour un compositeur. La guitare produit aussi une musique très rythmée, et la façon dont l’instrument est accordé induit des lignes mélodiques qui ne seraient pas naturelles sur un autre instrument. Même lorsque je compose à l’aide d’un clavier, je me rends compte que j’utilise quelquefois des intervalles propres à la guitare.»

La musique de Tim Brady est depuis quelque temps déjà au programme de certains de nos orchestres et le compositeur a su développer au fil du temps une écriture qui tient compte des contraintes particulières qui sont celles des orchestres contemporains. «L’Orchestre symphonique de Montréal m’a donné 45 minutes de répétition lorsqu’il a interprété Three or Four Days After the Death of Kurt Cobain en novembre 2002, sous la direction de Rafael Frühbeck de Burgos. J’ai été gâté, parce que c’est souvent beaucoup moins que ça, et l’Orchestre a donné une superbe interprétation de ma pièce. Il faut être réaliste quand on travaille avec un orchestre: il y a des contraintes budgétaires et syndicales phénoménales. Dès qu’on écrit pour un orchestre, on est pris dans une grosse machine historique et sociale qui est incontournable. On peut prétendre écrire de la musique pure sans se soucier des contraintes de la réalité, mais on risque d’être décu… Je ne parle pas de faire des compromis, de la musique simple, etc., mais il faut savoir ce que l’on fait. Une fois que l’on a accepté les contraintes qui viennent avec l’orchestre, on reste quand même avec un fabuleux instrument. Il n’y a rien qui peut remplacer l’expérience de voir et d’entendre 90 ou 100 musiciens qui jouent ensemble!»

Musiques d’ajourd’hui

Après une longue association avec la maison de disques montréalaise Justin Time Records, où sont parus huit de ses enregistrements avec des ensembles différents (Visions [1988], Double Variations [1990], Inventions [1991], Imaginary Guitars [1992], Scenarios [1994], Revolutionary Songs [1996], Strange Attractors [1997], 10 Collaborations [2000]), Tim Brady choisissait de faire paraître ses disques sous une autre étiquette, celle de la maison Ambiances Magnétiques, spécialisée en «musique actuelle». Le compositeur explique: «Je ne crois pas qu’il y ait fondamentalement de différence entre ce que j’ai enregistré pour Justin Time et ce que je fais maintenant, outre, bien sûr, une certaine évolution. Mais le marché du disque a beaucoup évolué depuis 20 ans, et, vers 2000 ou 2001, tant de mon côté que du côté de Justin Time, qui est dirigée par des gens que j’aime et que j’admire, nous avons senti que ma musique ne serait peut-être pas très bien servie dans un catalogue qui devenait de plus en plus jazz, mainstream. Je ne peux pas dire qu’il n’y a aucune influence du jazz dans ma musique, mais tout de même, ce n’était plus une association naturelle. Et puis je me suis rendu compte, en 1999, alors que j’étais en tournée pour la promotion de Strange Attractors, que partout où je débarquais, que ce soit en Australie ou en Chine, on me parlait d’Ambiances Magnétiques! Je me suis dit que ces gens-là savaient faire voyager la musique!»

Tim Brady a fait paraître chez Ambiances Magnétiques en 2002 le disque Twenty Quarter Inch Jacks, sur lequel se trouve l’œuvre du même titre, pour 20 guitaristes, qui a remporté le Prix Opus de la création de l’année pour jeune public (le Conseil québécois de la musique a également remis à Tim Brady lors de la même cérémonie le Prix Opus du compositeur de l’année). En 2003 paraissait Unison Rituals, qui regroupe des enregistrements de sa musique interprétée par le quatuor de saxophones Quasar, l’ensemble Kappa et son propre ensemble, Bradyworks. Enfin, le 15 septembre dernier était lancé le troisième disque de Brady sous étiquette Ambiances Magnétiques: Playing Guitar: Symphony #1, que le guitariste a enregistré avec le Nouvel Ensemble Moderne (voir p. 20).

Peut-on dire que ces récents enregistrements sont plus près de la musique contemporaine que ce que Brady faisait auparavant? Pour lui, la réponse est claire: «Pour moi Strange Attractors ou Imaginary Guitars sont aussi des disques de musique contemporaine; toutes ces musiques sont écrites, je vends même les partitions! Mais évidemment, l’utilisation d’une guitare électrique pose encore une fois problème… Avant, ce problème me dérangeait, tandis que maintenant, je ne m’en fais plus avec ça. Ça fait 20 ans que les gens ne savent pas comment me classer dans les magasins de disques! Je pense que d’ici 25 ou 50 ans, le fait de jouer de la guitare électrique ne sera plus associé à la musique rock ou au jazz comme c’est le cas aujourd’hui et que l’instrument sera alors considéré simplement pour ce qu’il est, c’est-à-dire un instrument avec lequel on peut jouer n’importe quelle musique. Je crois d’ailleurs que le fait qu’il n’y ait pratiquement plus de guitare dans le rap aidera à changer cette perception de la guitare comme instrument emblématique de la musique «pop». Un jeune guitariste m’a contacté parce qu’il s’est inscrit en composition classique à l’Université McGill et qu’il voulait avoir la guitare électrique comme instrument principal, mais on lui a répondu que c’était impossible, qu’il n’y avait pas de répertoire pour cet instrument! Il m’a demandé de l’aider et il a pu passer une audition et être admis. C’est une grande avancée! La percussion avait ce même problème au début du 20e siècle.»

Le plus récent disque de Brady, avec le NEM, une institution qui bénéficie d’une réputation internationale enviable, est aussi, sans aucun doute, un pas dans la bonne direction. Le guitariste et l’ensemble de Lorraine Vaillancourt ont interprété l’œuvre avec succès à Montréal, New York et Marseille et une tournée est planifiée pour 2006-2007. «Je ne l’ai pas fait consciemment, commente Brady, mais cette œuvre-là résume magnifiquement tout mon vocuabulaire, aussi bien en tant que guitariste qu’en tant que compositeur. C’est le compositeur Michel Gonneville qui m’a fait réaliser, tout de suite après la création, qu’il ne s’agissait pas simplement d’un concerto, mais plutôt d’une œuvre transportant une pensée symphonique, ce que j’ai finalement accepté lors du montage du disque, et voici donc ma Symphonie nº 1!»

Il suffisait de partir le bal, puisque Brady présentera très bientôt sa Symphonie nº 2 «Fo(u)r Saxophones», pour quatuor de saxophones et orchestre. C’est l’Orchestre symphonique de Winnipeg et le quatuor Quasar qui en feront la création. «C’est le compositeur en résidence Patrick Carrabré qui m’a proposé de composer une œuvre pour orchestre et quatuor de saxophones, ce que j’ai accepté tout de suite, parce que j’y pensais déjà depuis des années. Il me demandait 20 minutes… Je me suis laissé aller jusqu’à 32 minutes… Je leur ai proposé de ne jouer que les 2e et 3e mouvements pour la création, l’interprétation intégrale se fera plus tard.»

Le compositeur s’est aussi laissé attirer ces dernières années par le répertoire lyrique et son opéra de chambre Three Cities in the Life of Dr. Norman Bethune, qui a été créé en 2003 à la Chapelle historique du Bon-Pasteur, à Montréal, sera repris à Toronto, toujours avec le baryton Michael Donovan, en janvier 2005. Puis, en avril 2005, à Kitchener-Waterloo, ce sera au tour de la création d’un nouvel opéra, The Salome Dancer, inteprété par quatre chanteurs et six musiciens. Le livret est de John Sobol, lui-même un musicien et un poète, avec qui Brady a commencé à discuté du projet en 1992! «L’opéra est déjà terminé, explique le compositeur, et nous discutons déjà du prochain, John et moi. Par ailleurs, j’en ai quatre autres en tête, dont deux impliqueraient un grand orchestre.»

Enfin, l’ensemble australien Topology fera paraître chez Ambiances Magnétiques un disque regroupant des enregistrements d’œuvres inédites de Tim Brady. Bref, on peut dire que le guitariste et compositeur a vraiment le vent dans les voiles et que son bateau est parti pour se rendre très loin!

Blogue