La boutique électroacoustique

Artistes Yves Beaupré

Après des études en interprétation au clavecin à l’Université de Montréal, Yves Beaupré se consacre à la facture de clavecins: recherche historique, recherche acoustique sur les timbres et les matériaux… Depuis vingt ans, il fabrique dans son atelier montréalais des clavecins, des épinettes et des virginals avec un art et une maîtrise qui lui ont valu une réputation internationale. Ses instruments se retrouvent dans plusieurs villes d’Amérique du Nord et d’Europe. Il a produit une centaine d’instruments jusqu’à maintenant.

En tant que conseiller musical, conseiller à la prise de son, accordeur de clavecin et de piano-forte. il a participé à plus d’une trentaine d’enregistrements de disques ainsi qu’à des émissions radiophoniques.

La sonorité est le premier élément qui le préoccupe. Ce travail constant sur le son le dirige inévitablement vers un souci de la qualité sonore et le plaisir de créer…

Fasciné par la prise de son, il s’équipe en 1985, à l’aube des prouesses informatiques et des échantillonneurs, d’un petit studio maison qui lui permet d’effectuer toutes sortes de recherches sonores. Il y fait des travaux d’analyse de fréquences et de composition musicale. Ces expériences le conduisent rapidement vers la musique électroacoustique. Tout en ayant une activité intense en facture de clavecin, Yves Beaupré consacre de plus en plus de temps à la composition électroacoustique, une passion qui le rapproche enfin de la musique!

Il y a quelques années, en compagnie de Édouard Lock, il a eu la chance de participer à la mise en place d’un système de captation sonore magnétique d’un clavecin, ainsi qu’à la recherche sonore subséquente, pour le spectacle intitulé 2 de la compagnie de danse LaLaLa Human Steps. Durant l’été 2000, il a composé quelques ambiances musicales pour un spectacle intitulé C.O.K.E. présenté à l’Usine C, à Montréal.

[ix-01]

Yves Beaupré

Montréal (Québec), 1954

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositeur

Sur le web

Yves Beaupré, photo: Jean-François Gratton, 2001

Œuvres choisies

Parutions principales

empreintes DIGITALes / IMED 0160 / 2001

La presse en parle

L’année des clavecins Yves Beaupré

Réjean Beaucage, La Scena Musicale, no 9:6, lundi 1 mars 2004

C’est devant tout le milieu québécois de la musique de concert qu’Yves Beaupré, facteur de clavecins, est allé cueillir le 25 janvier dernier le prix Opus Reconnaissance à un facteur d’instruments. Le Conseil québécois de la musique lui a remis ce Prix, accompagné d’une bourse de 5000$ offerte par la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), pour l’ensemble de son œuvre, qui compte plus de 100 instruments livrés au Canada, aux États-Unis et en Europe.

Le facteur, complice du musicien

Cette distinction montre combien le travail des luthiers, facteurs et autres artisans importe dans la démarche artistique des musiciens. Cette importance peut difficilement être mieux démontrée que dans le travail d’Yves Beaupré. Depuis 1982, il permet aux musiciens d’explorer le répertoire baroque sur des instruments fidèles à leur époque de référence.

Pour Yves Beaupré, «le Prix Opus apporte une notoriété qui aide le travail mais elle met surtout en évidence le travail accompli». Les instruments qu’il fabrique ont déjà permis à des centaines de musiciens de participer au renouveau de la musique baroque.

Un bon instrument fait toute la différence pour le musicien. Le claveciniste Luc Beauséjour remportait trois Prix Opus en janvier dernier: «En faisant des clavecins bien réglés, inspirants, dont l’univers sonore permet de bien traduire la musique, le travail d’Yves Beaupré m’a forcément aidé car l’instrument, qui est en fait la ‘voix’ de l’interprète, est un précieux allié lors du travail de répétition ou lors d’une prestation en concert.» Bien qu’il n’enregistre pas exclusivement sur les clavecins Yves Beaupré, Luc Beauséjour fait presque tous ses concerts avec ceux-ci. Il possède personnellement un clavecin français à deux claviers fait en 1998, d’après Hemsch et Blanchet (deux facteurs parisiens du milieu xviiie siècle).

La démarche artistique de l’artisan

Depuis plus de 20 ans, les clavecins Yves Beaupré ont acquis une réputation enviable grâce à leur excellente sonorité, leur mécanique fiable, leur stabilité et leur apparence soignée. Comme beaucoup d’autres artisans, Yves Beaupré a d’abord débuté comme musicien. Il a choisi le clavecin pour le baccalauréat en interprétation à l’Université de Montréal, où Réjean Poirier lui a enseigné. C’est par nécessité qu’il en est venu à fabriquer son premier instrument à la fin du bac en 1977. Après l’étude approfondie des principales collections d’instruments anciens (Paris, Anvers, Édimbourg, Washington, etc.), Yves Beaupré a su s’inspirer des éléments les plus convaincants et les plus représentatifs des grandes écoles de facture.

Tous ses instruments sont fabriqués suivant les principes de la facture traditionnelle: choix des matériaux, mesures et conception acoustique. Réjean Poirier, le doyen de la Faculté de musique de l’Université de Montréal, connaît bien la démarche d’Yves Beaupré: «Les anciens ont porté à un haut niveau de perfection la facture du clavecin. Les facteurs d’aujourd’hui n’ont pas à réinventer le clavecin, mais ils n’ont pas non plus à se limiter à faire des copies serviles. Un praticien chevronné comme Yves Beaupré a développé une compréhension profonde de chaque type d’instrument. Chaque fois qu’il reprend un plan, il modifie certains détails afin, par exemple, de donner plus de stabilité, d’enrichir le timbre dans un certain registre, mais tout cela sans jamais dénaturer le lien avec le modèle.» Danièle Forget, sa complice dans le travail et dans la vie, décore avec goût et maîtrise chaque instrument, selon l’esthétique qui leur convient.

Luc Beauséjour dit encore: «Ce sont de très bons instruments, spécialement depuis une dizaine d’années. Ils ne sont pas toujours puissants mais la qualité de leur timbre fait leur force. Les meilleurs instruments de Beaupré sonnent particulièrement bien en enregistrement. L’égalité du toucher dépend du grand talent qu’a Yves Beaupré à tailler avec minutie les becs qui pincent les cordes. De plus, les instruments sont décorés sobrement et avec goût.»

Réjean Poirier se souvient des crises d’orientation de son élève: «Encore aujourd’hui, il ressent le besoin de toucher à autre chose. Maintenant, c’est la composition électroacoustique! Je dois admettre que, là aussi, il fait de fort belles choses.»

Fasciné par le travail sur la sonorité, c’est tout naturellement qu’il en est venu à enregistrer les bruits produits par son travail en atelier pour ensuite se faire électroacousticien et produire un disque très original intitulé Humeur de facteur (Empreintes Digitales, IMED 0160)

Acquéreurs et utilisateurs

Les clavecins d’Yves Beaupré sont utilisés par plusieurs musiciens reconnus en plus d’avoir été aquis par plusieurs universités et orchestres canadiens. À Montréal et à Toronto, on peut penser à Christopher Jackson, Paul Jenkins, Catherine Perrin, Rachel Taylor, Yves G. Préfontaine et William Wright.

… un disque très original…

Pistes d’introduction aux beautés de l’électroacoustique

François Couture, electrocd.com, mercredi 15 octobre 2003

La musique électroacoustique est un goût acquis. Qu’on le veuille ou non, la radio et la télévision nous conditionnent à accepter un certain nombre de modèles musicaux (tonaux, rythmiques) comme étant «normaux». L’électroacoustique est dès lors perçue comme «anormale», tout comme d’autres formes d’expression musicale centrée sur le son plutôt que la note, telle l’improvisation libre. C’est pourquoi une première exposition à cette musique se révèle souvent être une expérience mémorable, positivement ou négativement. Plusieurs facteurs entrent en jeu, mais le choix d’un disque adéquat à une introduction amicale aide à faire de ce premier contact un choc esthétique d’une grande beauté et ainsi marquer le début d’une longue aventure.

Avec cette piste d’écoute, je veux simplement pointer quelques titres qui m’apparaissent susceptibles d’encourager plutôt que de décourager, des titres qui ouvrent une porte sur un autre monde musical. Bien sûr, cette sélection ne peut qu’être subjective. Mais avec un peu de chance elle pourra servir de guide aux nouveaux enthousiastes du genre et aux apôtres qui cherchent des idées-cadeaux pour répandre la bonne musique. Après tout, la période des Fêtes s’en vient!

Des passerelles

On développe généralement un nouvel intérêt par excroissance d’un intérêt précédent. C’est-à-dire que l’on explore un genre musical qui nous est inconnu parce qu’un intérêt connexe nous y a mené. C’est pourquoi, dans le cas des musiques électroacoustiques, des œuvres mixtes (bande et instrument) ou qui abordent un sujet concret peuvent fournir cette passerelle qui ouvrira les horizons d’un nouvel auditeur. Par exemple, les amateurs de récits de voyage trouveront dans le Corazón Road du duo Kristoff K Roll la narration sublimée d’un périple en Amérique centrale. Ceux qui ne sont pas trop grands pour s’intéresser encore au conte (j’en fais partie) trouveront dans Forêt profonde de Francis Dhomont une réflexion sur le conte inspirée du psychanalyste Bruno Bettelheim sous la forme d’une œuvre qui allie fils narratifs entremêlés et musiques d’une grande force évocatrice. Plus léger et fantaisiste, Libellune de Roxanne Turcotte tend une perche aux enfants sans pour autant simplifier ou niveler par le bas la démarche artistique.

Les amateurs de guitare peuvent se tourner vers le fabuleux projet Parr(A)cousmatique d’Arturo Parra, un guitariste classique virtuose qui travaille ici avec les meilleurs compositeurs québécois: Stéphane Roy, Francis Dhomont (Québécois d’adoption, à tout le moins), Robert Normandeau et Gilles Gobeil. Ce dernier vient d’ailleurs de lancer une œuvre-fleuve, Le contrat, avec le guitariste avant-gardiste René Lussier. Les amateurs de René Lussier et les gens captivés par le Faust de Goethe trouveront ici un point d’intersection incontournable.

Des essentiels

Pour ceux qui veulent pousser vers une électroacoustique plus abstraite, je conseille d’abord de visiter les compositeurs québécois. Chauvinisme? Du tout. En fait, la musique des Dhomont, Normandeau, Gobeil, Yves Daoust ou Yves Beaupré m’apparaît d’emblée plus accessible que celle sortie des écoles britanniques ou françaises. Elle possède un caractère immédiat, à l’impact plus prononcé (Gobeil), au lyrisme plus plaisant (Daoust, Beaupré), à l’architecture et aux thèmes plus accueillants (Dhomont, Normandeau). À titre de points de départ, je suggère Figures de Normandeau, La mécanique des ruptures de Gobeil, Cycle du son de Dhomont et Humeur de facteur de Beaupré.

Cela dit, les œuvres de Michel Chion (son Requiem, tellement puissant), Bernard Parmegiani (La création du monde), Jonty Harrsison (Articles indéfinis), Denis Smalley (Sources/Scènes) et Natasha Barrett (Isostasie) procurent des heures de beauté et de fascination, même si ces musiques paraissent à première vue plus arides ou difficiles d’approche. Et pour ceux qui s’intéressent à l’histoire de ces musiques, l’étiquette EMF offre L’œuvre musicale de Pierre Schaeffer, le père de la musique concrète et donc grand-père de l’électroacoustique.

Des idées courtes

L’album compilation a le pouvoir d’ouvrir toutes grandes les portes de l’électroacoustique, en offrant une large sélection d’artistes et d’approches stylistiques. Disponible à petit prix, eXcitations offre un échantillon intéressant des productions sur étiquette empreintes DIGITALes. Les albums Electro clips et Miniatures concrètes, ainsi que le tout nouveau volume de la série DISContact!, proposent de courtes pièces (souvent sous les trois minutes) qui sont autant de sources de découverte et de questionnement.

Enfin, pour ceux qui désirent avancer tranquillement, à petits pas, la collection Cinéma pour l’oreille de l’étiquette française Métamkine offre une superbe série de mini-disques compacts d’une durée de 20 minutes chacun à prix moindre. Le catalogue comprend des compositeurs renommés tels Michel Chion, Lionel Marchetti, Michèle Bokanowski, Bernhard Günter et Éliane Radigue. De petits albums parfaits pour les échanges de cadeaux.

Bien sûr, tout cela, ce ne sont que des suggestions. Le meilleur parcours de découverte est celui que vous vous défrichez au fil du temps.

Bonne écoute!

Review

Graeme Rowland, Brainwashed, dimanche 26 mai 2002

Yves Beaupré beavers away in his workshop building a hundred harpsichords. As he hammers and strings and flexes the things he records the sounds of the instruments’ birth pangs. Lucky for our ears, he stitches the recordings into acousmatic soundscapes that are mysterious, evocative and plain beautiful. Any clot who thinks electroacoustic music has become irredeemably entrenched in the same old gestures and routines should open their ears to this stunning debut from a composer possessed of genius who is going to have a (sur)real challenge surpassing such a masterpiece. This is a richly transporting transparent journey into the guts of the creation process. Images pour from the darkened room into the minds eye of wood and varnish and nails and strings swirling about in a void and accreting magically into a heavenly harpsichord which looms ever larger as I shrink to dust mote size. Boxed inside the vintage contraption, rhythmic structures unfold and coalesce and drone visions of eighteenth century time locks emerge. Historic and modern worlds collide in the computer as small planks become dense forests. And all this without the aid of hallucinogens!

Any clot who thinks electroacoustic music has become irredeemably entrenched in the same old gestures and routines should open their ears to this stunning debut from a composer possessed of genius…

Blogue