La boutique électroacoustique

Artistes Patrick Ascione

«Ce qui compte avant tout n’est pas uniquement que le support que nous utilisons (ordinateur, bande magnétique…) soit la mémoire fidèle, la trace exacte de ce que le compositeur a voulu, mais qu’il permette, par sa nature même, de proposer un univers de sens nouveaux et de phénomènes perceptifs inédits, que nous serions sans lui tout à fait incapables d’imaginer et de traduire sous quelque forme traditionnelle que ce soit… C’est cela qui constitue réellement pour la musique acousmatique, une avancée remarquable par rapport à la composition instrumentale sur partition.»

Né à Paris (France) en 1953, et après des études musicales classiques, Patrick Ascione suit une formation de 1977 à 79 au Groupe de musique expérimentale de Bourges (GMEB, France) — un centre qui, en 1995, prend le nom d’Institut international de musique électroacoustique (IMEB). Il participe à la première session d’informatique musicale de l’Institut de recherche et coordination acoustique/musique (IRCAM, Paris, France) où il découvre la composition assistée par ordinateur.

De 1980 à 84, Patrick Ascione rejoint le GMEB comme animateur où, parallèlement, il approfondit les techniques électroacoustiques et se consacre à la composition. Après avoir créé en 2003 et animé jusqu’en 2008 une classe d’électroacoustique à l’École de musique à Cherbourg (France), il enseigne aujourd’hui au Conservatoire de musique et de danse à La Rochelle (France).

Dès ses débuts en 1978, il perçoit la dimension plastique du son offert par la musique électroacoustique, ce qui en fait véritablement un art de support et de fixation du sonore à l’instar de la peinture et de la couleur et compose des pièces comme Métamorphose d’un jaune citron, Bleus et formes… Il travaille ensuite sur les notions de «polyphonie spatiale» et d’écriture de l’espace, qu’il propose en prolongement du mode de composition stéréophonique généralement pratiqué dans les studios, et compose en 1987-89, la première pièce sur 16 pistes réelles, Espaces-paradoxes, intégrant dans le processus même d’écriture les paramètres de spatialisation et de diffusion («démixage»). Suivront les pièces: Chants sphériques, Couleurs d’espaces, Holophonie ou la baleine rouge, Danse de l’aube, Barcarolle pour studio et bande, Enième

Ses pièces sont pour la plupart des commandes des principaux centres (Ina-GRM, CIRM, Musiques & Recherches…) et de l’État (Direction de la musique, France) et ont été plusieurs fois primées lors de concours internationaux.

[ii-15]

Patrick Ascione

Paris (France), 1953 – Calvados (France), 2014

  • Compositeur

Sur le web

Patrick Ascione, photo: Gaspard Ascione, mai 2012

Œuvres choisies

Parutions principales

Apparitions

Compléments

Artistes divers
  • Hors-catalogue
Artistes divers
  • Hors-catalogue
Artistes divers
  • Hors-catalogue
Artistes divers
  • Épuisé
Artistes divers
  • Hors-catalogue
Artistes divers
  • Épuisé

Publications web

La presse en parle

Critique

Jacques Debout, Revue & Corrigée, no 25, 1 septembre 1995

De mon enfance, rythmée par les insoutenables attentes de la parution du journal de Spirou débarquant, en milieu de chaque semaine, entre le sucre vif des pochettes surprises et le vert sexué du «Hérisson», à l’étal du libraire-confiseur-cafetier (partie terminale vers laquelle je ne me glisserai que bien plus tard), je garde, du jaune et du citron, un souvenir très particulier, via les aventures militaro-réacs vécues sur double planche couleur hebdomadaire par le capitaine Buck Danny, aviateur héros de l’impérialisme yankee, lui-même vainqueur de l’impérialisme nippon par quelques centaines de milliers de morts à mettons-presque-zéro, en ce jour du six août mille neuf cent quarante-cinq sur les stades non homologués d’Hiroshima et Nagazaki. Entre loopings et descentes en mortelles chandelles («Mayday, mayday, arrgh, ce maudit voile noir et mon hood qui ne s’ouvre plus!!!»), plongeant au milieu des atolls du Pacifique et, plus tard, dans le ciel de Corée, Buck Danny et ses amis, les sous-fifres Tumbler et Tucson, croisaient jaunes et citrons; mais entre leurs jaunes, toujours maudits et leurs citrons, régulièrement sales faces de, je n’ai jamais vu de métamorphose s’opérer, tout au plus la durée de la phrase, la permanence du discours hystérico-bidasso-raciste me permettaient-ils d’y voir filer la métaphore à la vitesse de mach 1 ou 2…

Qu’on se rassure, Patrick Ascione n’emprunte guère aux attitudes homo-belliqueuses en deux dimensions de ces as pour barouds célestes ringards, tout juste un peu peut-être de cette vitesse (mais en nettement moins macho) ainsi que l’idée, d’avantage que la lettre, d’une certaine puissance de feu, puisque cette Métamorphoses d’un jaune citron, titre dont on ne sait s’il signifie la lente évolution d’un monochrome ou qualifie un quelconque état stationnaire allègrement coloré, est assez «baston», et qu’on pourra la ranger sans aucun mal aux côtés de Ton Dieu ne s’appelle-t-il pas ego? de Alain De Filippis, du Credo Mambo de Michel Chion ou du Gloire à… de Jérôme Noetinger, parus dans la même collection. Tout ici «cartonne» comme dans les meilleurs disques d’électricité et «c’est l’époque qui veut ça…» lisait-on justement à l’intérieur du programme du Cinéma pour l’oreille précédent.

J’aime à raconter cette histoire: c’était l’été dernier, au Disobey, club londonien branché type, donc de fort modeste dimension, très enfumé, à la déco incertaine, aux chiottes épouvantables que précède une bière tiède servie par des jeunes femmes au charme insensé, à la faune limitante et, surtout, dotée d’une sono fabuleuse; derrière celle-ci, faisant le lien qu’il jugeait bon de faire entre les groupes se succédant dans la moiteur de la scène, officiait Bruce Gilbert, grand monsieur serré dans un costume noir élimé assez court, cravaté de rayures, crâne taillé court surplombant une paire de verres pour myope, quarantaine très avancée, mais qui sut faire face, en temps et en heure, en plein milieu des années punks, sur le front d’un drastique combo répondant au nom de Wire; et je me souviens très bien (à la combientième bière en était-on, ça je ne saurais le dire) avoir fait remarquer aux amis présents, alors que Bruce Gilbert en était à subtilement mixer un vinyl de Ligeti avec une trasherie techno-indus peut-être déjà passée de mode à ce moment-là, que c’était là, dans le décollage à 180° des aigus sur les haut-parleurs collés au plafond du Disobey, la meilleure musique de la soirée et que cela tenait sans doute à ce splendide mariage, tout autre que de raison, des coups de sabre de Hussards de la Garde du contemporain avec les coups de jus de l’électricité banlieusarde sale. Pour fêter l’évidente découverte, on s’en remit une… Et il y a de ça dans cette Métamorphoses d’un jaune citron de Patrick Ascione.

À ceux que ces faciles propos d’ivrognes effrayeraient, je rappellerai l’année de composition de cette claquante métamorphose: 1979… C’est dans ces eaux-là, sur disque Cobalt, qu’apparut le premier noir de Ghédalia Tazartès, sur lequel Michel Chion, d’ailleurs, faisait cadeau de la moitié du Quasimodo Tango; il y a du Tazartès chez Ascione ou de l’Ascione chez Tazartès, ce je ne sais quoi qu’Alain De Filippis (grâce lui soit rendue) nomme le «Vas-y tout seul!»… et ceux-ci, tout seuls, y sont allés et n’en sont jamais totalement revenus.

Pourquoi y être allé, et tout seul, alors direz-vous? «C’est l’époque qui veut ça…» répondent, en chœur, De Filippis et Ascione, et, du bout du bar du Disobey, je me sens assez d’accord avec eux.

Tout ici «cartonne» comme dans les meilleurs disques d’électricité…

Critique

Jacques Lonchampt, Le Monde, 1 décembre 1989

Création de Sur champ d’azur au Grand Auditorium de Radio France

Jacques Lonchampt, Le Monde, 1 avril 1986

Un peu marginalisée, la musique électroacoustique (dite anciennement électronique ou concrète) n’en continue pas moins de montrer une grande vitalité, avec des créateurs nombreux à travers la France: le récent concert du Cycle acousmatique, organisé par le Groupe de Recherche de l’Institut National de l’Audiovisuel, présentait trois œuvres remarquables […] Sur champ d’azur, de Patrick Ascione (1953), plus purement musical, est une immense composition symphonique, plein ciel, sur de grandes orbes lumineuses, des tambourinages frénétiques, des chants d’oiseaux électroniques; une virtuosité d’écriture assez prodigieuse allie de superbes mouvements avec un travail de détail joliment ouvragé, une extrême violence avec une très pure poésie. C’est une œuvre et un compositeur.

… une extrême violence avec une très pure poésie. C’est une œuvre et un compositeur.

Ascione, Reibel et Alsina au Grand Auditorium de Radio France, Paris

Jacques Lonchampt, Le Monde, 1 février 1982

Les sept concerts du cycle acousmatique présentés cette année par le Groupe de recherches musicales comportent deux parties: la première consacrée à un jeune compositeur, la seconde à des musiciens déjà confirmés, en pleine activité (Mâche, Boucourechliev, Bayle, Stockhausen, Malec, Éloy, etc.). Excellente formule qui associe le présent et l’avenir de ce GRM à l’histoire déjà longue, comme en témoigne l’impressionnant Répertoire acousmatique qui recense toutes les œuvres composées (et conservées) de 1948 à 1980, depuis les Schaeffer, Henry et autres Milhaud et Boulez […] Patrick Ascione (1953), dont les premières bandes, au Groupe de musique expérimentale de Bourges, annonçaient déjà les dons, proposait lundi la création de Bleus et formes, «aux confins de la peinture abstraite». Roulements mystérieux et lointains, dialogues en écho d’oiseaux bleus, vols de rapaces chimériques, étoiles qui scintillent et explosent, l’originalité de cette œuvre chatoyante réside moins dans le matériau que dans l’aisance avec laquelle le compositeur manie les formes et les couleurs avec une verve et une poésie nouvelles, jusqu’à cette belle séquence finale où, après des rumeurs d’animaux lointains sur une sorte de ronflement aux couleurs de clarinette basse, s’épanouit une étonnante polyphonie de sonorités poudreuses et musicales à travers les sonorités folles de quelque piano clavecinesque.

… le compositeur manie les formes et les couleurs avec une verve et une poésie nouvelles…

Blogue