La boutique électroacoustique

Les couleurs de la nuit François Bayle

  • Durée totale: 38:00
  • UCC 5411867113713

Il y a dans Les couleurs de la nuit tout ce que j’aime de l’électroacoustique…

— François Couture, Monsieur Délire, mardi 11 novembre 2014

… its tireless creative action, with its rampant activity of new sounds, rhythms and contrasts never letting up.

— Glen Hall, Exclaim!, jeudi 24 octobre 2013

Les couleurs de la nuit

Early Electronic Music

François Bayle

SR 371 / 2013

La presse en parle

  • François Couture, Monsieur Délire, mardi 11 novembre 2014
    Il y a dans Les couleurs de la nuit tout ce que j’aime de l’électroacoustique…
  • Glen Hall, Exclaim!, jeudi 24 octobre 2013
    … its tireless creative action, with its rampant activity of new sounds, rhythms and contrasts never letting up.

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, mardi 11 novembre 2014

Dans les archives des pionniers de l’électroacoustique, il y a les morceaux sans intérêt, les morceaux obscurs mais intéressants et les bijoux méconnus. Les couleurs de la nuit (38 minutes, 1982) est un bijou méconnu. Suite électroacoustique en neuf parties enchaînées, on se compare aisément – en portée, en palette, en profondeur et en maîtrise – à Sous le regard d’un soleil noir de Francis Dhomont. La différence, c’est qu’elle est moins sombre que cette dernière et plus vive. L’attention est constamment sollicitée, sans qu’on atteigne le point de saturation. Il y a dans Les couleurs de la nuit tout ce que j’aime de l’électroacoustique: l’objet sonore qu’on étudie, l’histoire qu’on raconte (une histoire sans programme, narrée par le son), la logique interne qui se construit, indescriptible et pourtant incontournable. Un must.

Il y a dans Les couleurs de la nuit tout ce que j’aime de l’électroacoustique…

Review

Glen Hall, Exclaim!, jeudi 24 octobre 2013

French electronic composer François Bayle is one of the most distinguished artists in his field. At long last, his nine-part 1982 composition, Les couleurs de la nuit, has been given a beautifully packaged CD and clear vinyl release. [The work] starts with intensity: Animé (“Lively”) is a rush of vaporous sibilance, swampy croaks and a choir of crickets, while Couleurs froissées (“Crushed Colours”) features a stuttering clarinet motif over insistent electronic wavelets. Contrary to the expectation its title might conjure up, Nuit noire (“Black Night”) is fast-paced and relentless, with sounds appearing, disappearing, alternating, and reiterating at a torrential pace (though Bayle’s use of a chromatically modulating two-note motif does wear out its welcome). The defining characteristic of Les couleurs de la nuit is its tireless creative action, with its rampant activity of new sounds, rhythms and contrasts never letting up. 8/10

… its tireless creative action, with its rampant activity of new sounds, rhythms and contrasts never letting up.

Blogue