La boutique électroacoustique

Matières premières Bernard Parmegiani

  • Durée totale: 115:00
  • UCC 3545020044674

Le son de Parmegiani

Bernard Parmegiani nous a quittés en novembre 2013 et dans la période qui a suivi, sa femme Claude-Anne a sollicité l’Ina-GRM pour sauvegarder les bandes qui n’avaient pas été encore numérisées. Dans ce corpus, nous avons trouvé beaucoup de musiques d’application (Parmegiani, en effet, a souvent travaillé pour la télévision, le cinéma, la danse et le théâtre) mais aussi trois pièces inédites qui font l’objet du présent CD 1:

  • L’écho du miroir se présente comme un rêve éveillé se déroulant dans les couloirs circulaires de la Maison de la Radio. Un personnage, interprété par Michael Lonsdale, marche dans un univers tout droit sorti des espaces impossibles d’un MC Escher. La première version date de 1980, mais nous présentons ici une version plus courte, réalisée en 2008 et qui fut le dernier travail musical de Bernard Parmegiani.
  • Adagio, composée en 1980, donne l’occasion à Parmegiani d’explorer les chemins de lenteur et en conséquence de nous rapprocher au plus près de la matière sonore savamment élaborée. C’est un discours dialectique entre le naturel et l’artifi ciel, où les résonances qui ne sont pas d’origine — elles sont tronquées et réinventées — paraissent couler de source. Travail de haute couture.
  • Un arbre… c’est le mien!, composée en 1987 évoque la fi n d’un grand noyer, planté dans le jardin des Parmegiani à Villebon-sur-Yvette. «Cet arbre est mort, je lui dédie cette musique, à lui dont les feuilles pouvaient musicalement bruire, frottées par un invisible archet. L’arbre est de bois, fait de fentes, de creux et de trous: donc il résonne. Instrument sans usage».

Et puis, dans les rayons bien fournis de sa sonothèque, nous avons découvert à notre plus grand plaisir de nombreuses bandes de travaux préparatoires à des futures musiques. C’est dans cette série que nous avons puisé les éléments pour présenter le CD 2 de cette édition, sous le titre Matières premières: Il est inhabituel de publier des éléments qui ne sont ni des œuvres, ni des esquisses fermées mais simplement des séquences sonores ou des improvisations sur tel ou tel dispositif électronique ou concret. Nous avons été frappés à leur écoute par le fait que ces bandes révélaient une grande spécificité du genre électroacoustique: le «son» d’un compositeur — et celui de Parmegiani est reconnaissable entre mille — apparaît avant même l’idée de l’œuvre, il la porte en germe, allant même parfois jusqu’au cas extrême où l’idée c’est le son. À la différence du compositeur instrumental, pour qui le son est déjà connu, le compositeur électroacoustique, devant l’infinité des possibilités, ne peut se passer ni de la nécessaire rigueur du choix, ni d’inventer à chaque nouveau projet le sonore de son art. Viendront plus tard les associations, les articulations, les différents dosages et mélanges et plus généralement l’aspect architectural, autrement dit la forme musicale. À ce propos, Pierre Schaeffer préconisait un subtil équilibre entre le sonore et le musical, c’est-à-dire entre l’aspect charnel et physique de la matière et son élaboration dans le temps. Avec Parmegiani, nous sommes précisément au coeur de ce paradigme, qui nous donne en plus le parfum d’une époque et de sa technologie. Le «son» c’est bien sûr la matière mais aussi le geste qui l’anime. Le compositeur est en quelque sorte l’instrumentiste de ses sons. C’est à ce niveau que le choix de départ est transcendé, qu’il prend le chemin du musical. Ainsi, à l’écoute de Matières premières on voit littéralement un artisan à l’œuvre dans la solitude de son studio. Il construit un dispositif (un instrument dirait Helmut Lachenmann), par exemple un timbre de synthétiseur qu’il modifie au filtre et qu’il envoie dans une chambre d’écho ou de réverbération. Il l’essaie en différents modes de jeux, variant les paramètres et enregistre ces moments à toutes fins utiles. Quand Bernard Parmegiani avait acquis une nouvelle machine, il l’étudiait longuement dans tous ses usages pour bien la maîtriser et au final n’en retenait que ce qui faisait partie a priori de son univers sonore; ainsi, dès qu’il trouvait quelque chose de prometteur ou plus simplement de possible, il l’enregistrait. Cela donne des séquences d’une à deux minutes, interrompues sommairement, sans développement particulier et présentées sur les bandes en différentes variations. Il prenait aussi des notes détaillées pour pouvoir rejouer si possible à peu près les sons, les jeux ou les textures découverts et les adapter aux besoins des compositions en cours. Ces bandes avaient donc à la fois une fonction d’entraînement face à l’évolution de la lutherie électronique, une fonction de maquette sonore tel le carnet de croquis du peintre, mais aussi une fonction de premières matières pour les œuvres à venir. Ces matières, créées dans les années 70 et 80, nous les avons trouvées émouvantes et généreuses. Elles peuvent s’écouter telles quelles.

Christian Zanési, 2017

Matières premières

Bernard Parmegiani

INA_G 6048/49 / 2017

Quelques articles recommandés