La boutique électroacoustique

Ne blâmez jamais les bédouins Alain Thibault, René-Daniel Dubois

  • Durée totale: 74:30
  • UCC 771028920228
  • Ministère des affaires culturelles du Québec

… a consistent good bet for the new music seeker…

— Dwight Loop, The New Mexico Sun News, samedi 1 avril 1995

… tour-de-force performance. Bracing and original.

— Andrew Jones, Montreal Mirror, no 8:38, jeudi 4 mars 1993

    • 1
      soprano
      • 1
        [section 1]
      • 2
        [section 2]
      • 3
        [section 3]
      • 4
        [section 4]
      • 5
        [section 5]
      • 6
        [section 6]
      • 7
        [section 7]
      • 8
        [section 8]
      • 9
        [section 9]
      • 10
        [section 10]
      • 11
        [section 11]
      • 12
        [section 12]
      • 13
        [section 13]
      • 14
        [section 14]
      • 15
        [section 15]
      • 16
        [section 16]
      • 17
        [section 17]
      • 18
        [section 18]
      • 19
        [section 19]
      • 20
        [section 20]
      • 21
        [section 21]
      • 22
        [section 22]
      • 23
        [section 23]
      • 24
        [section 24]
      • 25
        [section 25]
      • 26
        [section 26]
      • 27
        [section 27]
      • 28
        [section 28]
      • 29
        [section 29]
      • 30
        [section 30]
      • 31
        [section 31]
      • 32
        [section 32]
      • 33
        [section 33]
      • 34
        [section 34]
      • 35
        [section 35]
      • 36
        [section 36]
      • 37
        [section 37]
      • 38
        [section 38]
      • 39
        [section 39]
      • 40
        [section 40]

Ne blâmez jamais les bédouins

Alain Thibault, René-Daniel Dubois

Pauline Vaillancourt

IMSO 9202 / 1992

Quelques articles recommandés

Notes de programme

Genèse d’un opéra

[saintgelais_jo]

L’idée d’une version opératique de Ne blâmez jamais les bédouins de René-Daniel Dubois s’imposa à moi dès les premières répétitions de la production théâtrale (l’œuvre a été créée en 1984), tant sa structure, son ossature, son souffle appelaient tout naturellement une enveloppe musicale.

Cependant, il faudra attendre l’arrivée de la compagnie Chants libres sur la scène montréalaise pour que ce projet d’opéra devienne réalité. Après qu’on l’eut convaincu de la nécessité d’écrire un ouvrage a cappella, le compositeur Alain Thibault se mit au travail et, un an plus tard, Ne blâmez jamais les bédouins était créé au Théâtre de la Licorne à Montréal en septembre 1991.

Du texte original pour acteur solo, Thibault a effectué de minimes coupures afin de produire un opéra d’une durée raisonnable vu l’extrême difficulté textuelle et vocale de la partition en représentation. Thibault a parfaitement saisi l’originalité de la structure du texte de Dubois, soit l’enchevêtrement de fils conducteurs verticaux/horizontaux. Ces fragments d’histoires que l’auteur nous donne à suivre sont distillés par bouts, par séquences, formant un tissu dont le regard du spectateur (ou de l’auditeur) ne saisira le dessin définitif qu’à la conclusion de la représentation (ou de l’audition). Si on analyse les séquences musicales de la partition on constate que le compositeur a dépassé le simple placage musical sur un texte. Il a su parvenir à une symbiose poésie/musique surprenante, ‘naturelle.’

Voilà pourquoi on ne pourra jamais classer Ne blâmez jamais les bédouins dans la catégorie ‘opéra’ comme on l’entend d’ordinaire, mais plutôt dans celle plus vivante et plus agissante du théâtre musical total dont parlait Wagner. Seul le personnage de Michaela a droit à quelques mélismes justifiables: c’est une diva.

En représentation, j’ai donc voulu montrer, par des déplacements mathématiques, toute la hardiesse créatrice et poétique de ces multiples cris/chants lancés par les vingt-neuf personnages du fond de leur abîme intérieur. Il n’était pas question d’en faire une production vériste ou naturaliste. Quand l’heure finale a sonné et que les enjeux définitifs sont en place, n’est indispensable à la compréhension de l’auditeur que la plénitude du Sens.

Joseph Saint-Gelais, Montréal [xii-92]

La presse en parle

Avants In the Garden

Dwight Loop, The New Mexico Sun News, samedi 1 avril 1995

Another Canadian label, DIFFUSION i MéDIA, is a consistent good bet for the new music seeker looklng for an experimental “find.” Their modern opera recording of Ne blâmez jamais les bédouins featuring singer Pauline Vaillancourt, electronic music computer whiz Alain Thibault and a cast of other Phantom of The Opera-types is nothing short of unusually captivating.

… a consistent good bet for the new music seeker…

Discos

Allegro, no 12, mercredi 1 mars 1995

Llenar un vacíio en la creatión operistica en Quebec: Esta fue la razón fundamental que llevó a la Soprano Pauline Vaillancourt, el Director Joseph Saint-Gelais, y ai autor Renald Tremblay a combinar su talento y fonmar la compañia de arte línco Canto Libre en 1989. Esta Compañia tiene objaivos lan amplios como interpretar obras operisticas contemporaneas, estructurar la organización de producciones y coproducciones a nivel internacional, organizar representaciones, coloquios, conferencias y exposiciones en conexión con las obras producidas por la compainia. La ópera que presentan en esta grabación, fue escata en 1991 por el compositor canadiense Alain Thibault, para una voz solista, sobre el texto homónimo del escator René Daniel Dubois. En la obra, el narrador. que ha estado esperando por largo tiempo a una persona que ha tallado a la cita, improvisa esta histona acerca de una soprano atada a los neles del fearocanil en el medio del desierto; un monstruo miope que la persigue, un romántico galan que quisiera salvarla pero está atrapado en la connisa de un acantilado, y trenes mditares que se persiguen uno a otro como parte de la Open — ción Goliath y Goliath.

Review

Andrew Jones, Montreal Mirror, no 8:38, jeudi 4 mars 1993

A chamber opera for solo soprano with a cast that includes Santa Claus and Stalin, René-Daniel DuboisNe blâmez jamais les bédouins is the first recorded effort of Chants Libres, a Québécois group dedicated to contemporary opera. Alain Thibault’s remarkable and schizophrenic musical score draws on both Burroughs’s cut-up method and Raymond Queneau’s mathematical wordplay, diftly juggling linear and vertical story lines that soprano Pauline Vaillancourt carves poetry from in her tour-de-force performance. Bracing and original.

… tour-de-force performance. Bracing and original.

Les bédouins: pour l’oreille

Alain Brunet, Claude Gingras, La Presse, samedi 13 février 1993

On n’a pas oublié l’étourdissante performance visuelle et vocale de Pauline Vaillancourt de l’opéra de chambre pour soprano solo qu’Alain Thibault a tiré de la pièce de René-Daniel Dubois intitulée Ne blâmez jamais les bédouins. Cette création, première production de la nouvelle compagnie Chants Libres, avait tenu l’affiche un mois à la Licorne à l’automne 1991.

Pauline Vaillancourt y incarnait 29 personnages, seule en scène, chantant en parlant et parlant en chantant dans une langue inventée d’où émergeaient ici et là quelques mots et quelques phrases intelligibles, et ce sans accompagnement et sans interroption pendant 80 minutes.

Elle vient de refaire son exploit, cette fois pour le disque. C’est-à-dire que Ne blâmez jamais les bédouins nous parvient maintenant sans le spectacle.

À l’écoute, on revoit, bien sûr, ses gestes, expressions et déplacements, sous les éclairages. Mais cette référence n’est pas indispensable. La voix suffit. La voix, avec toutes ses inflexions et sauts de registre suggérant plusieurs personnages qui dialoguent.

Je dirais même que le son ainsi isolé de l’image magnifie encore plus qu’à la scène la folle virtuosité du texte musical et de l’instrument qui le véhicule. Cette fois, le spectacle s’adresse à l’oreille.

On n’a pas oublié l’étourdissante performance visuelle et vocale de Pauline Vaillancourt

Critique

Le Musicien québécois, no 4:5, lundi 1 février 1993

L’étiquette SONARt pour les musiques invisibles présente son deuxième disque: l’opéra de chambre pour soprano, Ne blâmez jamais les bédouins du compositeur Alain Thibault et du dramaturge René-Daniel Dubois interprété par le soprano Pauline Vaillancourt.

En octobre 1992, Alain Thibault remportait le Prix de la meilleure réalisation sonore décerné par l’Association québécoise des critiques de théâtre (AQCT) pour cet opéra produit en septembre 1991 à la Licorne par la compagnie d’art lyrique Chants libres. En 1984, René-Daniel Dubois obtenait le Prix littéraire du Gouverneur général avec cette œuvre.

Le disque de la semaine

Dominique Olivier, Voir, jeudi 28 janvier 1993

En 1991, la compagnie lyrique de création Chants libres produisait, au Théâtre La Licorne, un opéra d’Alain Thibault sur un texte de René-Daniel Dubois, Ne blâmez jamais les bédouins. La seule et unique interprète en était le soprano Pauline Vaillancourt qui, comme toujours, montrait des dons de tragédienne et de chanteuse à la hauteur de la situation: être seule en scène pour incarner une flopée de personnages, en plus d’être a cappella pour toute la durée de l’œuvre. Elle nous avait éblouis, maintenant elle nous fascine par l’intensité qu’elle donne à l’enregistrement de cet opéra québécois contemporain. Si certains aspects de l’œuvre ne nous avaient pas plu lors de la présentation en salle, l’intérêt de Ne blâmez jamais les bédouins est indéniable pour ce qui est de l’aspect vocal. Sur disque, on peut l’écouter à loisir, revenir en arrière, réécouter des passages et jouir du talent de Pauline Vaillancourt. De plus, l’enregistrement est satisfaisant, le livret très bien réalisé, et la présentation graphique superbe.

AVIS: Le texte reproduit ici est extrait du site de Voir et est protégé par la Loi sur le droit d’auteur du Canada. © Communications Voir Inc, 1993

Sur disque, on peut […] jouir du talent de Pauline Vaillancourt.

Une fournée de parutions québécoises

Carol Bergeron, Le Devoir, samedi 23 janvier 1993

La jeune musique

Plus modestement, puisqu’elle occupe un créneau sûrement moins rentable, celui de l’électroacoustique, la maison DIFFUSION i MéDIA propose trois enregistrements: des musiques du Montréalais Serge Arcuri (IMED 9310) et Tao (une œuvre en cinq parties) de la Belge Annette Vande Gorne (IMED 9311). Dans la collection SONARt qui a donné, avant Noël, Ne blâmez jamais les bédouins, un théâtre musical d’Alain Thibault (IMSO 9202), s’ajoute Corazón Road, carnet de voyage sonore des Français Carole Rieussec et Jean-Christophe Camps (IMSO 9301).

Review

Robert Everett-Green, The Globe and Mail, lundi 18 janvier 1993

Montréal composer Alain Thibault’s first opera is a tour-de-force for solo soprano, based on the dream-like text of René-Daniel Dubois. Thibault makes the most of restricted means, and gives Dubois’s jagged, multi-character text (wich culminates in a meeting of Stalin and Santa Claus) a surprisingly lyrical form. It’s a welcome break from the slick electroacoustic music Thibault spent most of the eighties polishing and repolishing. Vaillancourt is superb, in a piece created especially for her talents and produced two year ago in Montréal by the small but important music theatre company, Chants libres.

Vaillancourt is superb, in a piece created especially for her talents…

Critique

Daniel Hart, Journal d’Outremont, vendredi 1 janvier 1993

Le texte théâtral de René-Daniel Dubois, Ne blâmez jamais les bédouins, créé en 1984, repris en septembre 1991 sur la scène de La Licorne, en version chantée, est maintenant disponible sur disque compact.

C’est pour le compte de Chants libres, la maison de création qu’elle a formée avec le metteur en scène Joseph St-Gelais et l’auteur Renald Tremblay, afin de combler un vide dans la création lyrique, que la soprano Pauline Vaillancourt avait décidé de chanter sur scène, a cappella, les 29 personnages du texte créés par Dubois.

«Pour l’audace et l’originalité dont il a fait preuve en créant une œuvre musicale inoubliable et d’une grande puissance évocatrice, à partir de l’un des textes majeurs de la dramaturgie québécoise contemporaine», le compositeur Alain Thibault a remporté en octobre 1992, de la part de l’AQCT, le prix de la meilleure réalisation sonore pour la salon 1991-1992.

Si les arts de la scène restent éphémères, DIFFUSION i MéDIA a vu à ce que l’œuvre de Dubois et de Thibault, chantée par Pauline Vaillancourt, connaisse une plus longue vie. Une initiative trop rarement prise.

Très bien présenté, le disque est accompagné d’un livret qui nous permet de suivre les 40 tableaux dramatiques chantés par la voix puissante d’une chanteuse originale aux talents multiples.

… la voix puissante d’une chanteuse originale aux talents multiples.

La musique contemporaine à l’honneur

Carol Bergeron, Le Devoir, jeudi 31 décembre 1992

Mettre du théâtre musical sur disque n’est pas plus réducteur que de faire la même chose d’un opéra. Mais, dans le cas de Ne blâmez jamais les bédouins, l’entreprise pouvait paraître d’autant plus risquée que l’œuvre reposait sur la performance théâtrale exceptionnelle de son unique interprète, Pauline Vaillancourt. Au contraire, rendu invisible, le spectacle ne s’en porte que mieux, puisque le texte, la musique et l’interprétation atteignent un équilibre plus aisément reconnaissable; on constate alors que l’interprète tire son exploit (29 personnages) d’un livret délirant de René-Daniel Dubois et d’une musique monodique (sorte de grégorien réinventé) d’Alain Thibault qui s’accordent à merveille. […]

Ne blâmez jamais les bédouins de René-Daniel Dubois sur disque

Daniel Hart, Nouvelles Centre-Sud, samedi 26 décembre 1992

Nouvelle agréable dans le domaine de la musique et du théâtre: le texte de René-Daniel Dubois, Ne blâmez jamais les bédouins, tel que mis en musique par le compositeur Alain Thibault et en voix par la soprano Pauline Vaillancourt est maintenant disponible sur disque compact.

Par la construction originale du texte en quarante courts tableaux et la voix pure et puissante de Pauline Vaillancourt qui interpréte, en plusieurs langues, changements de tons et d’accents, les 19 personnages, l’œuvre est surprenante et fort intéressante.

En plus, fait inusité, on n’y entend aucun instrument de musique. Madame Vaillancourt y chante a cappella.

À l’automne 1991, au restaurant-théâtre La Licorne, pour le compte de Chants libres, une entreprise dirigée par le metteur en scène Joseph Saint-Gelais, le compositeur Renald Tremblay et la chanteuse Pauline Vaillancourt, afin de combler un vide dans la création lyrique, Ne blâmez jamais les bédouins avait séduit public et critique.

En octobre 1992, à la remise des prix de l’AQCT, Alain Thibault y recevait le Prix de la meilleure réalisation sonore… C’est Jean-François Denis, à la tête de la maison de production DIFFUSION i MéDIA, située sur la rue Adam, qui a vu à la concrétisation de ce projet qui, par ses qualités évidentes, mérite d’être souligné. Une heureuse initiative qui devrait faire boule de neige…

René-Daniel Dubois est aussi l’auteur de Being at home with Claude, récemment joué au théâtre à Paris, dans une mise en scène de Daniel Roussel et réalisé au cinéma par Jean Beaudin.

Autres textes

Audion no 24