La boutique électroacoustique

Corazón Road Kristoff K.Roll

  • Durée totale: 78:02
  • UCC 771028994625
  • La Muse en circuit
  • Cet article est une réédition de IMSO 9303.

… listen and let you imagination do the rest.

— Mathew Adkins, SAN Diffusion, 1 mars 2001

… an interesting travelogue of electroacoustic music at times restful and others energetic.

— Henry Schneider, Henry Schneider, 15 janvier 2001

Corazón Road

Kristoff K.Roll

J-Kristoff Camps, Carole Rieussec

IMED 9946 / 1999

Quelques articles recommandés

Notes de programme

Corazón Road, le disque

Corazón Road est un carnet de voyage musical d’Amérique centrale. Ni document ethnologique, ni reportage journalistique, il est né d’une double oreille poétique et d’un double regard, rapide, étonné sur les gens, les choses, les paysages et les sons. C’est une réalité étrangère rencontrée par fragments, des mondes sonores captés quotidiennement au gré de deux subjectivités et du hasard. C’est un voyage et une musique entièrement réalisés à deux.

Vient s’ajouter à la réalisation de ce disque un troisième personnage: Jean-François Denis. Ce voyageur énergique et audacieux a su intelligemment mettre un point d’orgue à ce voyage qui durait… durait… dans le studio.

Les différents mouvements de Corazón Road peuvent être décrits ainsi: Danse de Corazón Road: invitation au voyage; Aquí en Yucatán: forme mosaïque avec refrain, contrastes abrupts; Entre deux hamacs: premier interlude; Belize City: continuité de tension, temps saturé; Sieste musicale: second interlude; Guatemala: série de tableaux indépendants comme les feuillets volants d’un carnet, rondeur équivoque; Le Pacifique: continuum d’énergie, énorme masse incrustée des souvenirs du voyage (à écouter très fort).

Dynamique et qualité du son varient perpétuellement. Ces fluctuations et ces nuances sont un moyen d’exprimer la poésie du réel. Corazón Road est une incitation à l’immersion dans l’épaisseur d’un monde.

La composition de Corazón Road commence à Mexico en décembre 1990 (retour à Paris en janvier 1991) et s’échelonne sur presque deux ans: Aquí en Yucatán (avril-octobre 92), Belize City (février 91 — septembre 92), Guatemala (août 91), Le Pacifique (janvier-février 92). Elle a été réalisée dans les studios d’Exercice de style (Paris, France) et de La muse en circuit (Paris, France).

Guatemala a été donnée en septembre 1991, au Fort du Bruissin (Francheville, France) dans un concert organisé par Laurent Grappe et le Studio de l’arrosoir. Le Pacifique a été diffusée en juin 1992, lors du concert «Les Hey! Tu sais quoi…» de Kristoff K.Roll donné au Théâtre du Lierre (Paris, France) et produit par La muse en circuit.

Merci: Patrice et Fabienne Gouy, Olivier Fontaine, Caroline Kabbaj, Carolina Abarca Franco, Philippe, Francisco et sa famille, Juan, Cecilio, la famille Perez, les rappeurs de Belize, les vendeurs de tacos dans les bus, les joueurs de marimba à Merida. Merci aussi à tous les faiseurs de sons qui se retrouvent par inadvertance dans Corazón Road.

Kristoff K.Roll [xii-99]

La presse en parle

Pistes d’introduction aux beautés de l’électroacoustique

François Couture, electrocd.com, 15 octobre 2003

La musique électroacoustique est un goût acquis. Qu’on le veuille ou non, la radio et la télévision nous conditionnent à accepter un certain nombre de modèles musicaux (tonaux, rythmiques) comme étant «normaux». L’électroacoustique est dès lors perçue comme «anormale», tout comme d’autres formes d’expression musicale centrée sur le son plutôt que la note, telle l’improvisation libre. C’est pourquoi une première exposition à cette musique se révèle souvent être une expérience mémorable, positivement ou négativement. Plusieurs facteurs entrent en jeu, mais le choix d’un disque adéquat à une introduction amicale aide à faire de ce premier contact un choc esthétique d’une grande beauté et ainsi marquer le début d’une longue aventure.

Avec cette piste d’écoute, je veux simplement pointer quelques titres qui m’apparaissent susceptibles d’encourager plutôt que de décourager, des titres qui ouvrent une porte sur un autre monde musical. Bien sûr, cette sélection ne peut qu’être subjective. Mais avec un peu de chance elle pourra servir de guide aux nouveaux enthousiastes du genre et aux apôtres qui cherchent des idées-cadeaux pour répandre la bonne musique. Après tout, la période des Fêtes s’en vient!

Des passerelles

On développe généralement un nouvel intérêt par excroissance d’un intérêt précédent. C’est-à-dire que l’on explore un genre musical qui nous est inconnu parce qu’un intérêt connexe nous y a mené. C’est pourquoi, dans le cas des musiques électroacoustiques, des œuvres mixtes (bande et instrument) ou qui abordent un sujet concret peuvent fournir cette passerelle qui ouvrira les horizons d’un nouvel auditeur. Par exemple, les amateurs de récits de voyage trouveront dans le Corazón Road du duo Kristoff K Roll la narration sublimée d’un périple en Amérique centrale. Ceux qui ne sont pas trop grands pour s’intéresser encore au conte (j’en fais partie) trouveront dans Forêt profonde de Francis Dhomont une réflexion sur le conte inspirée du psychanalyste Bruno Bettelheim sous la forme d’une œuvre qui allie fils narratifs entremêlés et musiques d’une grande force évocatrice. Plus léger et fantaisiste, Libellune de Roxanne Turcotte tend une perche aux enfants sans pour autant simplifier ou niveler par le bas la démarche artistique.

Les amateurs de guitare peuvent se tourner vers le fabuleux projet Parr(A)cousmatique d’Arturo Parra, un guitariste classique virtuose qui travaille ici avec les meilleurs compositeurs québécois: Stéphane Roy, Francis Dhomont (Québécois d’adoption, à tout le moins), Robert Normandeau et Gilles Gobeil. Ce dernier vient d’ailleurs de lancer une œuvre-fleuve, Le contrat, avec le guitariste avant-gardiste René Lussier. Les amateurs de René Lussier et les gens captivés par le Faust de Goethe trouveront ici un point d’intersection incontournable.

Des essentiels

Pour ceux qui veulent pousser vers une électroacoustique plus abstraite, je conseille d’abord de visiter les compositeurs québécois. Chauvinisme? Du tout. En fait, la musique des Dhomont, Normandeau, Gobeil, Yves Daoust ou Yves Beaupré m’apparaît d’emblée plus accessible que celle sortie des écoles britanniques ou françaises. Elle possède un caractère immédiat, à l’impact plus prononcé (Gobeil), au lyrisme plus plaisant (Daoust, Beaupré), à l’architecture et aux thèmes plus accueillants (Dhomont, Normandeau). À titre de points de départ, je suggère Figures de Normandeau, La mécanique des ruptures de Gobeil, Cycle du son de Dhomont et Humeur de facteur de Beaupré.

Cela dit, les œuvres de Michel Chion (son Requiem, tellement puissant), Bernard Parmegiani (La création du monde), Jonty Harrsison (Articles indéfinis), Denis Smalley (Sources/Scènes) et Natasha Barrett (Isostasie) procurent des heures de beauté et de fascination, même si ces musiques paraissent à première vue plus arides ou difficiles d’approche. Et pour ceux qui s’intéressent à l’histoire de ces musiques, l’étiquette EMF offre L’œuvre musicale de Pierre Schaeffer, le père de la musique concrète et donc grand-père de l’électroacoustique.

Des idées courtes

L’album compilation a le pouvoir d’ouvrir toutes grandes les portes de l’électroacoustique, en offrant une large sélection d’artistes et d’approches stylistiques. Disponible à petit prix, eXcitations offre un échantillon intéressant des productions sur étiquette empreintes DIGITALes. Les albums Electro clips et Miniatures concrètes, ainsi que le tout nouveau volume de la série DISContact!, proposent de courtes pièces (souvent sous les trois minutes) qui sont autant de sources de découverte et de questionnement.

Enfin, pour ceux qui désirent avancer tranquillement, à petits pas, la collection Cinéma pour l’oreille de l’étiquette française Métamkine offre une superbe série de mini-disques compacts d’une durée de 20 minutes chacun à prix moindre. Le catalogue comprend des compositeurs renommés tels Michel Chion, Lionel Marchetti, Michèle Bokanowski, Bernhard Günter et Éliane Radigue. De petits albums parfaits pour les échanges de cadeaux.

Bien sûr, tout cela, ce ne sont que des suggestions. Le meilleur parcours de découverte est celui que vous vous défrichez au fil du temps.

Bonne écoute!

Review

Mathew Adkins, SAN Diffusion, 1 mars 2001

Unlike all of the other disks from empreintes DIGITALes that concentrate on the work of a single composer, Kristoff K.Roll is the performing/composing duo of Carole Rieussec and Jean–Christophe Camps, who compose and improvise, attempting to capture the poetry of everyday life from amongst the musical worlds and their codes.

Described as a musical travel diary, Corazón Road takes you on a sonic trip around Central America. Like any diary, small excerpts and fragments reveal only a little of the whole. So it is with Corazón Road. You have to listen to the disk right through to get the impression of what Camps and Rieussec are trying to create. In its treatment of the collected sonic environments this is not merely an ethnomusicological set of location recordings, neither is it a musical work in the mould of Telemusik, rather it is more like a hörspiel — a play in four acts with a prologue and two interludes in which sonic set pieces, vignettes, raw recordings and composed material rub shoulders to create a hybrid that is more like the scrapbook we all used to keep combining photos, tickets, postcards and our own written memories.

This disk is intoxicating from beginning to end. As a listener you become so absorbed in the sound world that the numerous sections of the work become irrelevant after a while — they become mere parts of a bigger journey. One of the reasons that this sound world is so engrossing is because of the sense of timing and pacing of material. Camps and Rieussec have an extremely keen ear that carefully balances the composed and the anecdotal, activity and repose. One of the best example of this occurs in the central part Belize City where the quiet and evocative Derrière la fenêtre (Behind the Window) and Un bateau arrive (A Boat is Arriving) are juxtaposed with the raw, raucous sound of the Belizean Rappers rounded off by the advice all travellers should heed once in a while, It will be better for you to take a bus

Diary extracts, photos and maps in the liner booklet complete the travelogue. Though these are interesting, you could do no better that to listen and let you imagination do the rest.

… listen and let you imagination do the rest.

Review

Henry Schneider, Henry Schneider, 15 janvier 2001

Corazón Road is the musical diary of a trip the Yucatán peninsula and Central America. Using tapes he made during this trip, Kristoff K.Roll process them and combines the results with electronics. Amidst the flora and fauna of Central America, you also hear a Coke salesman, someone selling chiclets, a balloon vendor, etc. The result is an interesting travelogue of electroacoustic music at times restful and others energetic.

… an interesting travelogue of electroacoustic music at times restful and others energetic.

Kritiek

PiT, Gonzo Circus, no 47 B, 1 décembre 2000

Derde in de reeks en het meest beklijvend is de heruitgave van Corazón Road van Kristoff K.Roll’ niet de naam van een muzikant maar van het duo Carole Rieussec en Jean-Christophe Camps. Corazón Road is een auditief dagLoek van een reis in ‘9’doorheen Mexico, Belize en Guatemala. De klankopnames krijgen een sobere, muzikale ondersteuning toegevoegd. De pakkendste hagmenten zijn de jonge rappertjes in Belize die spontaan in de microfoon van Camps en Rieussec beginnen te wauwelen en de aankomst in Guatemala, alwaar de vrolijkheid en kleurenrijkdom vrijwel onmidUellijk ter onder gaan in een klaagzang en een auditieve evocatie van de eeuwige tropische regenstormen die dat land sinds dag en eeuw teisteren.

Review

Tom Schulte, Outsight, 1 octobre 2000

Probably the most fertile grounds for contemporary electroaoustic (experimental sound collage) composition is in eastern Ontario. From there you will find a wholly new aural universe in [empreintes DIGITALes]. Recent releases on the label include Moment by Hans Tutschku and Corazón Road by Kristoff K.Roll. One of Tutschku’s pieces is a travelogue of Southeast Asia through sonic collage of field recordings. Another piece is the transformed words of a poem. In a setting of haunting, industrial sounds like distant machines the effect is quite mysterious. Corazón Road is another peculiar travelogue. This is a road diary of Kristoff K.Roll’s journeys through Central America. Snatches of conversation and the mystique of lonely roads marks this album.

… you will find a wholly new aural universe…

Review

Noah Wane, Splendid E-Zine, 31 juillet 2000

In the tradition of French musique acousmatique, cinema for the ear, comes Kristoff K.Roll’s Corazón Road. It is a musical travel diary of the duo’s trip through Central America — but don’t worry, it’s more interesting than your aunt Twilla’s slide show of her trip to Palm Beach! What Kristoff K.Roll’s members Carole Rieussec and Jean-Christophe Camps do here is more of an artistic impression of their voyage than a travelogue. The piece’s five movements each have a distinct personality and seem to correlate with distinct legs of the journey. Everything has that wonderful ethereal, disembodied quality that is so characteristic of acousmatic music. I like Belize City, with its strong Jamaican flavor, and Guatemala, which starts with the sounds of torrential rain and ends with the fascinating sounds of some kind of local evangelical tent meeting.

… wonderful ethereal, disembodied quality that is so characteristic of acousmatic music.

Délire actuel: Critique

François Couture, CFLX 95.5 FM, 4 avril 2000

L’étiquette montréalaise empreintes DIGITALes vient de rééditer le superbe disque Corazón Road des Kristoff K.Roll, un duo [français] d’électroacousticiens composé de Carole Rieussec et de Jean-Christophe Camps. Ce disque était paru en 1993 sur l’étiquette SONARt.

Kristoff K.Roll nous invite à un voyage en Amérique centrale, dont Corazón Road constitue la narration. À travers les bruits du voyage, les bribes de conversations (en français, en anglais, en espagnol), la sympathie des gens rencontrés, l’allégresse de la découverte mais aussi la solitude, le déracinement et surtout la découverte de l’être humain, ce disque nous interpelle, en plus de nous porter pendant 75 minutes dans un périple ou l’électroacoustique n’est pas cet art austère que certains veulent bien y voir, mais la transcription artistique, émotive, humaine d’une expérience très difficile à traduire (j’en sais quelque chose: l’un de mes champs de recherche en littérature (mon gagne-pain) est le récit de voyage). L’art électroacoustique des Kristoff K.Roll est à rapprocher de l’esthétique de Francis Dhomont, en particulier de Forêt profonde (aussi sur empreintes DIGITALes [IMED 9634]).

Très fortement recommandé: ****

… ce disque nous interpelle, en plus de nous porter…

Review

Tom Schulte, The Survivor Newsletter, no 12:4, 1 avril 2000

Review

François Couture, All-Music Guide, 23 février 1999

Corazón Road is an audio travelogue. Carole Rieussec and Jean-Christophe Camps traveled to Central America in December 1990-January 1991. During their pilgrimage in Mexico, Belize, and Guatemala, they recorded street sounds, testimonies, and the daily life of the friends they made. Back in France they worked together to create this electroacoustic suite. Field recordings, treated sounds, speech and snippets of real instruments come together to evoke their trip more than actually narrate it. Corazón Road is a set of memories blurred by elapsed time and the discrepancies found between two subjectivities. This, Kristoff K.Roll’s first album, can be considered as a rehearsal for Le petit bruit à côté du cœur du monde, their next major project following a trip to Western Africa. But where Le petit bruit will be developed both on stage and in the studio, Corazón Road is a studio-only affair and thus feels more conventional in terms of technique and discourse. It remains a gripping, immersive tale. The three main suites (Aquí en Yucatán, Belize City, and Guatemala) are separated by short interludes that bring back the spoken theme established in the prologue Danse de Corazón Road. The cycle ends with the recapitulative Le Pacifique, in which timpani and cymbals evoke the turmoils of the sea. The album was first released in 1993 on SONARt and reissued in 1999 on empreintes DIGITALes.

… a gripping, immersive tale.

Review

Steven & Alan Freeman, Audion, no 33, 1 septembre 1995

A sonic film, very much in the tradition of Metamkine’s “cinema for your ears” series, but on a much grander scale. This is a condensed history of Central America told in a very bizarre manner, charting from the Hispanic invasion to the present day, it’s a sonic journey on a troubled road, with extensive use of field recordings, sonic collage and an abundant amount of musique-concrete and electronic processing.

Critique

Stephan Dunkelman, Les Cahiers de l’ACME, no 155, 1 septembre 1994

Corazón Road est une sorte de carnet de voyage musical d’Amérique Centrale. Ce n’est ni un document ethnologique ni un reportage journalistique mais une réalisation sonore musicale. Carole Rieussec et Jean-Christophe Camps alternent parties purement musicales et pièces radiophoniques. À écouter tranquillement chez soi comme on regarde un ouvrage sur les prises réalisées par un photographe que l’on apprécie.

Review

Christopher Elson, Paris New Music Review, no 4, 1 avril 1994

Kristoff K.Roll is Jean-Christophe Camps and Carole Rieussec, two Paris-based composers with backgrounds in electroacoustic music and acousmatic composition. Latin-American inspired and Canadian-produced, this is world music at its un-labelled, un-cliched best. One of many rediscoveries, re-visions of America which were all the rage in the early nineties, Kristoff K.Roll’s work is a travel diary evoking a circuit in Latin America. Heard on the Corazón Road: sounds of humans in unspecified motion, groaning of doors, synthesized swishing of hammocks, sampled caresses of tropical rain, high hissing of tape birds, and ever-resurgent, the human voice — chattering children, crooning / complaining adults, tough Belize rappers, a patchwork of Mexican, Spanish, Québécois French, Caribbean-inflected English. This is an astounding humanistic collage, celebrating and commemorating the discoveries of the heart.

… this is world music at its un-labelled, un-cliched best.

Critique

Jean-Noël von der Weid, Dissonance, no 39, 1 février 1994

Ce journal musical d’Amérique centrale qui mêle électronqiue, bruits quotidiens, paroles folkloriques, politiques et bien d’autres choses, en monde coloré, ne veut être ni un document ethnographique, ni un reportage journaliste.

Review

IS, Vital, no 33, 1 janvier 1994

Kristoff K.Roll is not a person, it’s two. A duo. They travelled through Central America and recorded the sounds they met underway. The result was edited and used as a basis for a radioplay. It took some two years to finish. It shows. This is no usual sound collage presented as a composition, the sounds are carefully edited and placed in such a way that the atmosphere can be sensed by the listener. One is present at funny and mesmerizing situations that these two people have met. One feels the situation of a long busride with people crammed in the vehicle, interesting but comfortless. This is one of the best travel-radioplays I have ever heard. Soundrecordings are excellent, editing is mostly very exciting and (where needed) dreamy, laid back. There’s never a dull moment and once it’s finished I want to hear it again.

There’s never a dull moment and once it’s finished I want to hear it again.

Critique

Elzbieta Sikora, Diapason, no 398, 1 novembre 1993

Curieux disque, qui donne à entendre, à voir et à lire. En forme de journal sous-titré Carnet de voyage musical, Corazón Road est avant tout une aventure sonore pleine de couleurs et de surprises. Ici chantent les oiseaux, là cornent les sirènes de bateaux, plus loin une conversation se fait entendre ou un rameau se casse. Le tout très évocateur. La chaleur des tropiques s’installe parmi les sons, les villages vivent, la nature respire. Quelques passages se montrent plus abstraitement musicaux, la Danse au rythme prenant, Sieste, lent et paresseux, ou encore la Remontée du Rio Grande, exotique. Dans d’autres il est aisé de percevoir un signe amical envoyé à Pierre Schaeffer (bruit de locomotives) ou à Luc Ferrari (bal musette). Ce vovage à travers l’eau, l’air et la terre se termine sur Le Pacifique avec un accent final large et paisible.

Critique

Jean Vermeil, Répertoire des disques compacts, no 62, 1 octobre 1993

Kristoff K.Roll, c’est Carole Rieussec et Jean-Christophe Camps. Un nom valise qui sent son Rita Mitsouko. La volonté de séduction de ce tandem est évidente, entre savant et branché: pourquoi pas, puisqu’il s’agit d’électroacoustique? Leur sérieux est tout aussi évident: on n’est pas ancien élève de Denis Dufour (Accord) pour rien. Leur œuvre brasse et compose des souvenirs d’un voyaoge en Amérique centrale. Ils s’en défendent, mais le côté reportage, carnet de route, est là, et c’est bien. Ce jeu d’impressions sonores est l’un des moyens les plus sympathiques de renouvellement de notre bonne vieille musique concrète. Nos compères ont du rythme, de la concision, de l’esprit. Ils sont même capables, un comble, de somprueux silences. On avance, avec eux, mieux que dans la récente Sonate baroque d’Alain Savouret (CDM). Quant au travail de studio, et de son en studio, et de synthèse du son dans le studio. il est aussi discret qu’efficace. A suivre de près…

Critique

Rigobert Dittmann, Bad Alchemy, no 22, 1 septembre 1993

Corazón Road est le journal musical d’un voyage que Carole Rieussec et Jean-Christophe Camps ont entrepris fin 90, début 91 à travers l’Amérique centrale avec des escales au Yucatan, Belize City, Guatemala et Puerto Angel. Tous les deux, bien qu’ayant été étudiants chez Denis Dufour, ont réellement fait connaissance dans le sextet d’improvisation Les arènes du vinyle et se sont flnalement réunis sous le nom de Kristoff K.Roll. Leur objectlf: capter la poésie de tous les jours sous forme sonore, la «polyphonie, l’espace sur un seul son. Nous marchons… À chaque pas notre ouïe s’enivre un peu plus dans l’immense courant d’asphalte…»

Un collage de «musique concrète» qui consiste en enregistrements pourtant peu spectaculaires: conversations, rires, chants, feu d’artifice de réveillon, bruit de ressac de l’océan Pacifique, le tout transportant par touches le pouls d’une autre culture. Par quelques mots-clé et impulsions sonores se crèe une sorte de «hörspiel» dans la lignée du travall de Luc Ferrari.

L’ambiance correspond plus aux scènes de Lowry ou au «chant des insectes» de Bowles qu’aux attentes tourlstiques. Les différentes facettes de ce voyage à travers un pays étranger dégagent une tenslon étrange qui pourtant ne s’explique par aucun évenement dramatique. C’est un mélange de tristesse et de comique qui va blen au-delà du documentaire dans le domalme personel. Je plaide d’ailleurs pour une écoute casanière; ceci apportera au monde le moindre malheur.

Zones d’actions concrètes

Bruno Heuzé, Crystal Infos, 1 septembre 1993

Venant étayer et expliciter ce que suggère aussi Corazón Road, leurs propos témoignent d’une réflexion poussée sur la création contemporaine et les rapports qu’elle peut, veut ou doit entretenir avec ces deux composantes parfois antithétiques que sont l’abstrait et la réalité politique du monde.

Carnet de route

B.H.: Comment peut-on présenter votre disque Corazón Road, et d’où est venu cette idée de carnet de voyage en Amérique Centrale?

J.C.C.: Dans la musique que l’on fait, on utilise souvent des sons que l’on enregistre à l’extérieur, ce qui fait que l’on se promène très souvent avec un petit magnétophone et un micro. On a d’ailleurs réalisé des pièces faites à partir d’improvisation dans la rue, où l’on était acteur et où l’on agitait un corps sonore. On les a ppeléesles «Hey! tu sais quoi…?».

C.R.: Nous étions donc au Mexique avec chacun un magnétophone et on a enregistré là-bas comme on le fait à Paris. Mais on n’est pas du tout partis avec l’idée prédéterminée de faire un carnet de voyage. C’est plutôt quand on est rentrés que l’envie s’est précisée. Alors on s’y est plongé et cela a duré un an et demi en studio.

Malléabilité sonore

B.H.: Avez-vous travaillé à partir d’images et de souverirs, ou plutôt dans une optique plus abstraite?

C.R.: Les deux en permanence, car de toute façon en électroacousdque même si on est très abstrait on retombe toujours sur le matériau qui peut parfois dire non et ne pas vouloir rentrer dans la case. Cela oblige d’ailleurs à un va-et-vient très intéressant, et c’est souvent de là que nait le jeu de I’improvisation.

Modernité et intelligence antique

B.H.: L’électroacoustique est-elle forcément liée pour vous à l’idée de modernité?

C.R.: Oui et non. Dans l’électro, il y a un côté évidemment contemporain et moderne. Mais en même temps cela force à avoir une sorte d’intelligence antique, car on est obligé de comprendre le b.a. ba de ce qui fait la spécificité de la musique, pour pouvoir travailler le matériau.

Il y a très peu de procédés formels ou scolarisés et il faut les inventer. Pour cela il faut vraiment saisir ce qu’est la musique dans son essence basique. C’est une lecture qui crée en quelque sorte une grande trajectoire au travers de l’évolution de la musique, entre ce qu’elle est à son origine et ce que l’on peut en faire maintenant. C’est donc contemporain et antique à la fois.

J.C.C.: Il y a aussi dans l’électroacoustique l’idée de détournement d’appareils qui n’ont pas été faits pour cela. En ce moment où l’on croit beaucoup à la technologie et où l’on se laisse facilement épater, le fait de détourner des machines faites pour servir l’information par exemple, de les poétiser et de leur donner une autre âme, me semble plus que moderne.

C.R.: Un autre fait important qui explique notre goût pour cette musique, c’est l’aspect contemporain du matériau. Le fait que l’on puisse manipuler un matériau qui a une couleur socio-politique est une façon de dire le monde moins abstraite qu’avec n’importe quel instrument qui connote une tradition.

Le disque de la semaine

Dominique Olivier, Voir, 22 juillet 1993

Avec la musique électroacoustique, un disque peut devenir une œuvre musicale achevée, close, à la fois support et finalité. Cette vaste composition, qui est en fait un carnet de voyage, c’est la «route du cœur», une double vision sur un monde différent qui est celui de l’Amérique centrale, avec non seulement ses bruits, mais aussi ses couleurs, ses odeurs, et même ses goûts. Carole Rieussec et Jean-Christophe Camps, deux Parisiens qui forment depuis 1990 le groupe de musique électroacoustique et de composition acoustique Kristoff K.Roll, sont les rédacteurs de ce carnet de voyage, intitulé Corazón Road. À travers le parcours subjectif que nous font vivre les deux protagonistes de ce périple, on ne découvre pas tant un pays qu’une sensibilité (ou deux…), une manière de sentir les choses et les gens, nous apprenant autant sur Kristoff K.Roll que sur l’Amérique. Pour vraiment apprécier, il faut être réceptif au pouvoir d’évocation de cette ‘musique’ qui cherche plutôt à rejoindre qu’à plaire. Après, c’est comme si on avait voyagé avec Camps et Rieussec, et qu’on avait fait avec eux ces découvertes sensibles.

AVIS: Le texte reproduit ici est extrait du site de Voir et est protégé par la Loi sur le droit d’auteur du Canada. © Communications Voir Inc, 1993

Critique

Christian Jacob, Keyboards, 1 juillet 1993

Musiques de voyage pour terminer: […] Corazón Road de Kristoff K.Roll (SONARt/i MéDIA), souvenirs électroacoustiques d’un voyage initiatique du Yucatan au Guatemala.

Critique

Yannick Bourg, Le Jour, no 77, 28 juin 1993

Le monde de sensations offert par Corazón Road est plus impressionnisle qu’expressionniste. Peu ou pas de musique — au sens populaire où nous l’entendons — composée par Kristoff K.Roll (couple mixte), mais des sons piqués et recomposés lors d’un périple en Amérique centrale de 1990 à 1992. Hommage aux faiseurs de sons, c’est un univers pas si différent de la production de l’imagination quand elle travaille au tri acoustique du dehors.

Cartes postales sonores

Andrew Jones, Montreal Mirror, no 9:3, 17 juin 1993

“It’s a mix of two cultures, but not a fair one, because one is over the other,” explains a disembodied Mexican voice in Juan et Cecilio. “In this case, it’s the European culture over ours.” The point raised is as old as Columbus, but it takes on a new significance considering the voice (Juan or Cecilio?) was captured , sampled, and spliced into a new electroacoustic work, Corazón Road, by the French electroacoustic duo, Kristoff K.Roll.

When David Byrne and Brian Eno sample a Southern preacher, a muezzin signing the Koran and other ethnic sources in their landmark 1980 recording My Life in the Bush of Ghosts, the juxtaposition of the bush and the ivory tower opened up a theoretical can of worms previously untouched in the annals of pop music. This was no longer a matter of Elvis copying R&B singners. It sparked an ongoing discussion about the ethics of blatantly appropriating the music of indigenous cultures to serve western compositionals ends.

Byrne and Eno’s methods seem crude, almost passé, given today’s consumer eclectism and studio technology. Everyone from the high-profile WOMAD organization in England — who record Qawwali signer Nusrat Fateh Ali Khan with western studio musicians — to the little-known Italian composers Roberto Musci and Giovanni Venosta — who deftly dovetailed Ravel with choral singing from Zimbabwe on their record for the ReR Megacorp label — freely partake on the wealth of indigenous world music available to them, creating new forms of music that inevitably decontextualise the original sources in the process.

Kristoff K.Roll’s Corazón Road is neither an exemple of ethnological forgery nor a subjective soundtrack. Shooting for, as they put it, “The poetry of everyday life,” Carole Rieussec and Jean-Christophe Camps began reaserch for their sprawling work during a trip to Mexico City in 1990. Ovr the next year, they made a circuitous path through Central America, recording everything from a New Year’s celebration in Guatemala City to cascading waterfalls to a morning stroll in Uxmal to young rappers in Belize. Hours of field recordings and notes resulted in a work in three “tableaux” with interludes.

Corazón Road is the latest adventurous release for SONARt, a subsidiary of Montréal’s flagship electroacoustic label, empreintes DIGITALes. Where empreintes DIGITALes concentrates on textbook electroacoustic works, having released works by Francis Dhomont, Alain Thibault, Robert Normandeau, Daniel Scheidt, SONARt borders more on “musique actuelle.” Their first release was Michel-Georges Brégent’s radiophonic creation, Atlantide, followed by Alain Thibault’s science-fiction opera for folo soprano, Ne blâmez jamais les bédoins.

Corazón Road opens with an electroacoustically-derived pulse, a heartbeat with samples of children laughter, religious ritual, circus hurlyburly and rustling papers mixed in with the beating sounds. Troughout the recourding, the present intrudes on the past. A deep cultural rift runs through the idyllic countryside in Aqui en Yucatan. You can hear it in samples of a carnival’s calliopes and laughter, kids selling Coke and in the bullhorns of police directing the bus ride to Belize.

A few young rappers in Belize City have their raw rimes distorted and treated, a document of life in a large port charged with the tense atmosphere of films like A touch of Evil and Under the Volcano. A collage of hip-hop and reggae blaring from a radio gives way to recordings of the river and muted airplanes motors in Guatemala, wich employs repetitive voice loops like Zoviet France. Corazón Road ends where it began: with the primordial pulse of the sea as the waves crash against Pacific coastlines.

The sonic topology of Corazón Road triggers the other senses. You can hear, smell and taste the cofee, cigarettes, oranges, firecrakers and saltwater breezes. Troughout the work the liquid, shifting sonorities conjure up that curious sense of suspended time and dislocation we feel when we are in the grip of a totally unfamiliar place far from our home.Think of it as the soundtrack Godfrey Reggio should have had for the powerful images of the Third world in his film Powwaqatsi, instead of Philip Glass’s static minimalism. Corazón Road functions much like a mnemonic device: It has the power to evoke, yet leaves the listener to fill in the rest.

The sonic topology of Corazón Road triggers the other senses.

Critique

Gabriel Vialle, La Marseillaise, 23 mai 1993

Carole Rieussec

Ce jeune compositeur, collaboratrice de Luc Ferrari, a fondé, avec Jean-Christophe Camps le groupe Kristoff K.Roll dont on découvre ici Corazón Road, carnet de voyage musical à travers l’Amérique centrale. Sept mouvements, comme dans une «Suite» d’autrefois, pour dire, évoquer, suggérer la chaleur, l’orage, l’attente, la joie, la surprise. Un beau travail technique, plein d’inventions, d’excellente initiation à la musique électroacoustique.

Sept mouvements […] pour dire, évoquer, suggérer la chaleur, l’orage, l’attente, la joie, la surprise.

Voyage électronique

Michel Thion, Le Monde de la Musique, 1 mai 1993

Sous le pseudonyme de Kristoff K.Roll, Carole Rieussec et Jean-Christophe Camps, musiciens électroacousticiens que l’on avait déjà entendus notamment au sein du groupe Elektrojen, viennent de publier Corazón Road chez SONARt/la Muse en circuit.

Journal de voyage reconstitué en studio, d’après un périple en Amérique centrale, c’est un beau poème dramatique, la recréation d’un paysage à la fois sonore, sentimental et politique; un vrai theatre musical à écouter dans l’obscurité pour que la chaleur, les odeurs y soient mieux perceptibles (I CD Imso 9303 — Distribué par i MéDIA).

… un beau poème dramatique, la recréation d’un paysage à la fois sonore, sentimental et politique…

À propos de…

Kristoff K.Roll, Revue & Corrigée, no 16, 1 mars 1993

Corazón Road

À partir d’un cadavre exquis, entre Jean et Kristoff K.Roll, le 27 avril 1993.

D’abord il y eut l’envie de se voir.

Il se passait quelque chose ailleurs — important — mais où?

Ça dépendait des témoignages…

Finalement, il restait deux places pour Mexico ce jour-là et c’était urgent, comme souvent.

On est parti, comme on serait descendu au coin de la rue.

Ça tombait bien, sous nos fenêtres il y avait des travaux et du coup, on n’en avait plus de coin de rue.

Donc on est parti, en se doutant bien qu’il faudrait revenir, se plonger dans le bourbier d’ici pour faire entendre notre voix.

Là-bas, il y avait ce luxe d’étrangeté — étroit — doux — cinglant — et quelques silences au-delà des mots, au-delà des sens…

Là-bas, au coin des nues, il y avait parfois des flics, comme ici alors. Mais aussi des odeurs différentes, des densités, des regards, des langues à déchiffrer, ce carré de tissu démesurément bleu, la lumière, des frousses pour rien, des races qui se côtoient, s’ignorent plus loin, des codes qui nous échappent, une enfant qui chantonne un air Jamaïcain. Notre curiosité en éveil, à pleins poumons, nous respirons le Yucatan. Parfois des secondes écartetees — blocs compacts et vides. Désert des sens et plein toucher du monde, d’un MONDE.

Nous allions le quitter, six pieds sous terre nuit et jour, six pieds sous terre dans un étrange et silencieux pays, sous la terre, ici, avec les haut-parleurs, fenètres sur l’extérieur, nous retrouvons ces sons, ces jeux de sons enregistrés au hasard des coins de nue. Dans le studio, underground, tout continue. On échange les idées, les savoir-faire, les bobinos, les envies, les points de vue. Les réponses aux sons de l’un, les modifications des esquisses de l’autre, les va-et-vient et les osmoses témoignent d’une doubie oreille…

En tout cas, le 14 janvier, on a eu le même choc en rentrant: temps blancs, gris.

Guerre du Golfe, silence, puanteur, tout est étrique et le ciel a disparu.

La Guerre du Golfe, le Mexique, le Belize, le Guatemala, rien à voir, tout à inventer.

Sûrement pas admettre.

Sûrement pas rester enfemmé dans le studio comme si de rien n’était. Toujours joyeux et vigilant, les troupeaux de Nagra enregistrent les sophismes, les platitudes et le vacamme poussif des faiseurs d’antiquité.

- Bande de faux frères! les entendais-je dire, la manière dont vous usez de vos pouvoirs si aisement acquis n’a d’égale que votre incapacité à rendre compte de la vraie vie, moderne et nude, et fratemelle! De partout comme une guerilla sourde. des sons étirant l’espoir d’une musique à venir

Les bruits, hors de leur histoire, brossés, limés, ré-éclairés, qui peuvent dire tant de choses: et au centre de ces cahos, la musique.

Pousser les sons vers elle, laisser les sons la décliner puisqu’ils la racontaient déjà. Paroles, marimba, textes, pluie des tropiques, violoncelles, camets de voyage. Carnet de voyage, Corazón Road. On épelait le genre littéraire, on l’oubliait. Parfum des bruits et leur imaginaire… Corazón Road, mais pour dire quoi.

Mais pour dire quoi, pour faire passer quelles émotions, s’inscrire comment avec nos désirs et nos sons dans la tourmente du monde ambiant?

Réveillez-vous les morts!

C’est le son d’un trousseau de clés dans un ventre préparé de piano. Justicia, c’est un trou d’air poinçonné de percussions. Osez siffler jusqu’à ce qu’on trouve un bon air.

Mais qui va l’entendre? Les rappeurs de Belize? Juan et Cecilio?

Grâce à SONARt et à Jean-François Denis, cet appel, maintenant sur CD trouvera des auditeurs.

Roulades à terre. Danser pour penser. Épaissir, densifier toujours… À bientôt.

Corazón Road par Kristoff K.Roll SONARt IMS0 9303 (dist. Metamkine, Semantic)

Parfum des bruits et leur imaginaire… Corazón Road

Critique

Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no 16, 1 mars 1993

Corazón Road est conçu comme un carnet de voyage musical. Jean-Christophe Camps et Carole Rieussec (Kristoff K.Roll) ont rapporté des fragments sonores d’un voyage en Amérique Centrale. Ce voyage, ils le restituent dans la composition du disque: introduction, première région, interlude, seconde région… L’écoute a l’image du voyage se fait progressivement avec des pauses, il ne s’agit ni d’un voyage organisé «L’Amérique Centrale en 24 heures», ni d’un documentaire, mais de la rencontre avec d’autres, ailleurs. Les deux compositeurs sont du voyage, on les retrouve devant et derrière le micro. On ne tombe jamais dans le côté anecdotique, carte postale.

La Danse de Corazón Road, invitation au voyage (avec un petit clin d’œil aux jerks electroniques de la Messe pour le temps présent de Pierre Henry) fournit les éléments sonores aux deux interludes. Aquí en Yucatán, Belize City, Guatemala sont faits de rencontres, de discussions, d’éléments sonores enregistrés sur place alors que la dernière partie Le Pacifique marque le souvenir du voyage, l’évocation musicale de la rencontre avec l’océan, la fin du voyage… Les souvenirs reviennent.

Corazón Road est un disque vivant, un parcours que l’on peut suivre d’une traite ou en effectuant quelques pauses.

… un disque vivant…