La boutique électroacoustique

Léone Philippe Mion, Philippe Minyana

  • Durée totale: 72:39
  • UCC 771028963225
  • Ina-GRMGrame • La Muse en circuit • Le Fonds pour la création musicale (FCM)

Opéra pour six chanteurs et partie électroacoustique

Léone

Philippe Mion, Philippe Minyana

IMED 9632 / 1996

Quelques articles recommandés

Notes de programme

Léone, structure et lyrisme

On ne peut faire qu’un article ‘défensif’ sur Léone de Philippe Mion. Il faut s’y défendre du lyrisme — propagé par cette œuvre lyrique, à tous les sens du terme.

D’une façon générale, c’est très compliqué l’opéra (comme genre): de la musique ou du théâtre, on se demande toujours ce qui l’emporte. Et de l’aveu des musiciens, ça n’est pas la musique: ils la veulent (les meilleurs) «l’humble servante du rêve»… Sa transparence, sa soumission au drame — son ancillarité, en somme — sont les ressorts paradoxaux de son triomphe; son asservissement assure la réussite du genre. Décidément les musiciens sont bien gentils, qui consentent à tout partager avec leur librettiste: gloire, droits d’auteur, affiche, pouvoir… femme quelquefois (Debussy/Maeterlink). De plus, le musicien moderne, c’est lui qui aspire surtout à cet effacement vertueux (modernité, abolition des privilèges!), qui évite de se faire remarquer par un ‘air’, ou quelque monolithe précieux de ‘pure musique’… qui arrêterait le flux du drame — humain, trop humain: tout cela commence à Wagner.

Jusqu’à Mion, donc. Un opéra acousmatique, est-ce encore plus tordu sémiotiquement? Pas vraiment: celui-ci, selon moi, coule de source. Après tout, l’orchestre de Wagner était déjà passé sous scène: la pâte lyrique qui sourd ici des haut-parleurs (c’est-à-dire de partout, de l’invisible) ressemble à une mélodie continue: ductile, moirée, très harmonique… Elle feint d’être issue d’un orchestre véritable: fort peu bruiteuse, très substantiellement glauque ou lumineuse, polyphonique, «pleine de voix machinées» gémissantes; placée sous le signe de l’eau, de la «nappe», de la sous-jacence.

Comment une musique aussi lisse va-t-elle cohabiter avec un drame aussi rugueux, ‘quotidien’? une histoire aussi noire, un texte agrégeant savamment des perles de parler populaire si sordides? Car, malgré l’humour tendre — qui se concilie avec le burlesque — Léone est bien un drame affreux, poignant: Wozzeck est une bluette à côté! Et malgré sa nature angélique (mais il s’agit d’un ange froissé, et pris souvent à rebrousse-poil: douché et irrité, échaudé, dessalé, ‘moderne’; ange à la Wim Wenders) cette substance sonore, ectoplasme ulcérable, se laisse pénétrer par le drame comme un Grand transparent qui se chargerait d’encre. La Pitié — ressort célèbre de la tragédie — infuse et monte, gonflant la grosse veine bleue perpétuellement battante de cette musique toujours éperdument compatissante…

En d’autres termes, plus structurels (plus barthésiens) (et c’est ici l’opération d’auto-défense dont je parlais), on pourrait dire que deux catégories se répartissent paradigmatiquement cet opéra: le Nappé et le Rythme. Ou bien le Lisse et l’Accident; ou bien, encore, le Sublime et le Trivial… À chaque étage de ses couches constituantes: depuis la couche diaphane de ‘musique pure’ jusqu’aux didascalies les plus ‘vulgaires’, on peut trouver la trace de ces modèles, de ces empreintes ou de ces formes. Cette fiction morphologique — lecture conciliatrice entre l’intolérable et le monde des délices — concerne aussi je pense le musicien, qui déclare qu’il «rêvait d’emphase, de tragique, d’agonies sublimes»…

Voyons quelques exemples. Et le «sublime», d’abord (la musique seule affleure en une nappe pure, parfois striée de verticales): dès le début nous avons ces longs ululements, glissements soyeux et aspirés, glaciaux… Et tout du long de l’opéra, ces fils sonores comme d’araignée, transparents, sans hauteur — mais quand la hauteur apparaît elle est d’autant plus nette. Ces flux sont ponctués d’événements verticaux: les cloches d’église, toutes rêches de concrétude (plages 1 et 2), ou le pointillisme des choeurs, chaque voix piquant son mot, pour un tableau collectif hérissé d’effets solistes (séquence I, scènes 2 et 3: plages 3 et 4); le bégaiement d’un personnage (qu’imite parfois, facétieusement, la bande). Et ces gerçures, ces froissements gorge-de-pigeon, ces crissements suraigus, qui (tout du long, dans la substance accompagnante) chiffonnent et fripent le lisse du son. Etc.

Quand le sublime voisine avec le prosaïque, drame humain d’un côté, musique de l’autre, cela fait un pathos étrange. À quoi l’on s’habitue: deux poétiques étanches, deux mondes parallèles tentent de loin de se parler: on peut avoir cette impression tant qu’on demeure rétif, sur le bord de l’audace de cette musicalité spécifique d’un opéra acousmatique: la bande étrange y chaperonne des voix chantées presque traditionnelles: malaise du sentiment d’incommunicabilité tremblante — d’un orchestre muet tendant de toutes ses forces vers la parole, le sens!

Enfin, des articulations, des rencontres se font (du troisième type…), des croisements: qui donnent des hybrides musicaux, dialogues bizarres, attendrissants — entre le lisse et l’accident: alors l’immanence vient pétrir, rayer, de sa discontinuité savoureuse, un nappé ‘divin’ trop intemporel: la bande fait — pleine de compassion — imitations et commentaires… se hérisse de «sons à l’envers»… les anges pendant la mort de la mère imitent les oiseaux… il y a aussi, secouant son rêve, les coups de fusil, la colère des voisins, le martèlement de la folie de Léone… Et chaque fois que l’étrangeté, frottée de quotidien, s’humanise en faisant fermenter le langage.

Jean-Christophe Thomas, Paris (France) [ix-95]

La presse en parle

  • Ear Magazine, vendredi 1 janvier 1999
    Good!
  • Noah Wane, Splendid E-Zine, lundi 8 juin 1998
    … bubbling up from some subconscious recess of the mind.
  • Jean Vermeil, Répertoire des disques compacts, no 101, mardi 1 avril 1997
    … un parti très efficace, mélange de modestie et d’excès.
  • Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no 31, samedi 1 mars 1997
    On est en plein burlesque délirant et absurde…

Review

Noah Wane, Splendid E-Zine, lundi 8 juin 1998

To be honest, this is the first opera recording Splendid has reviewed. Before you envision 300-pound sopranos belting out Wagnerian arias in Viking garb, let me assure you the Léone is nothing like any opera you’ve heard before. The score for Léone is entirely electronic — disembodied sound blaring through loudspeakers — a symbol of detachment and alienation. The music is sparse yet expressive — punctuating the libretto. It is subdued, foggy almost, as if bubbling up from some subconscious recess of the mind. The plot, while perhaps tame by “Natural Born Killers” standards, is by operatic standards intense to say the least. Its treatment of such topics as schizophrenia, fetishism, bestiality, murder, and infanticide clearly sets it apart from even the most sordid of 20th-century operas. Remarkably, the vernacular style of librettist Philippe Minyana lends a sense of whimsy to the atrocities described in the story, resulting in a sort of “black fairy tale” atmosphere to the whole thing. Perhaps most importantly, the existence of Léone this close to the end of the century bodes well for opera surviving the turn-of-the-century mark.

… bubbling up from some subconscious recess of the mind.

Critique

Jean Vermeil, Répertoire des disques compacts, no 101, mardi 1 avril 1997

Un nouveau lyrisme apparaît, enfant de l’opéra de toujours et du théâtre musical des années soixante-dix. Le compositeur Philippe Mion et l’écrivain Philippe Minyana ont choisi un parti très efficace, mélange de modestie et d’excès.

C’est l’outrance de l’histoire, à la lisière de l’archétype, comme il se doit: Léone, en mal d’enfant, enlève un bébé. Divers meurtres, puis Dédé, son mari taxidermiste et fou la retrouve dans les toilettes de la gare de Strasbourg (un exploit, croyez-moi, quand on connaıt ces lieux tristes comme la propreté…), bref le trio des années de plomb Berg (Wozzeck), Brecht (La noce chez les petits bourgeois) et Céline (Mort à crédit). Ou, mieux, les Atride façon Bidochon, dans un décor entre Tardi et Delicatessen. La naïveté réaliste de la bande dessinée évacue (un temps) la déréliction du questionnement du récit qui se devrait de ne plus être.

Côté musique, c’est, comme l’explique la notice gourmande de Jean-Christophe Thomas, la combinaison du «nappé et du rythme», une napolitanité bien en situation. Les voix n’ont pas peur de parler — armes du crime: le «sprechgexangue» et le «parlarcontendant». Elles ont encore moins peur de chanter, ce qui n’est pas un mince paradoxe daus l’étique (sans h) du Iyrisme actuel. Pas de complexe à moduler à la Berg, cette limite (physiologique?) si difficile à franchir. Pas de complexe à aller plus loin, moments de paroxysme bien venu et superbes ensembles vocaux, le suc du Iyrisme selon moi (ex: Séquetice III, Errance et folie de Léone). Et ceci en parfaite distinction (entendre: intellection), beau respect de la prosodie française et beau métier à savoir en jouer.

Il est vrai que la grandiose banalité du texte (ô mânes de «Pédéraste et Médisante»…) sert bien le propos. Tout cornme la solide distribution vocale, où on retrouve, avec cette cruauté de la tendresse qui s’impose ici, des noms qui reviennent de loin, comme Liliane Mazeron ou Iréne Jarsky.

La musique électroacoustique assure bien le nappage, déjà cité, pendant que les voix verticalisent le rythme. Musique étrange, peu fréquente au Iyrique (à entendre) et invisible (à voir, sur scène), ce qui ajoute au mystère de ce drame lorrain si proche, et pas que par la géographie, de cette affaire Grégory qui fit même dérailler la Duras.

On est conquis, et tant pis si ce plaisir est peut-être sans lendemain. Cela fait du bien, parfois, de voir son époque répondre à son époque, ne serait-ce qu’un instant.

… un parti très efficace, mélange de modestie et d’excès.

Critique

Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no 31, samedi 1 mars 1997

Terminons cette série de nouveautés avec le CD de Philippe Mion. Léone, un opéra composé entre 1987 et 1993 avec un livret de Philippe Minyana. On est en plein burlesque délirant et absurde basé sur l’ambiance “Détective” et autres torchons à scandales. La partie électroacoustique (excellente) de Mion va dans le sens du foisonnement de l’action devenant presque un personnage supplémentaire parmi Léone et sa farnille, ou bien un baromêtre nous indiquant les pressions en jeu.

On est en plein burlesque délirant et absurde…

Autres textes

Les Cahiers de l’ACME no 181, Voir