La boutique électroacoustique

Cycle de l’errance Francis Dhomont

  • Durée totale: 76:52
  • UCC 771028960729
  • Ina-GRM • BVHAAST
  • Conseil des arts du Canada
  • Cet article est une réédition de IMED 9107/08.

Musique acousmatique utilisée dans la bande sonore du film Eldorado (35mm, 104 minutes, 1995) de Charles Binamé; produit par Cité-Amérique.

Cycle de l’errance

Francis Dhomont

IMED 9607 / 1996

Quelques articles recommandés

Notes de programme

L’acousmattitude de Francis Dhomont

Ce qui est immédiatement sympathique, et fort heureux, chez Francis Dhomont, c’est que trompant son apparence il n’a rien d’un Vicomte Pourfendu, ce héros divisé d’Italo Calvino dont l’une moitié malheureuse et l’autre bienveillante semaient sur leur route dégâts mêlés de consolations. Si l’histoire finit bien — les deux moitiés se ressoudant merveilleusement à l’issue d’un duel où les demi-vicomtes n’en reformeront plus qu’un seul harmonisé — et si cette fable me revient ici, c’est bien parce qu’il se trouve chez le compositeur de musique d’aujourd’hui une forte tendance à cette division, à laquelle certains n’échappent pas, soit par coquetterie perverse — médisant et vitupérant contre l’art contemporain tout en s’y situant par ailleurs — soit encore par prosélytisme naïf — démolissant leur travail par un écart irrémédiable entre l’ambition du discours et le résultat esthétique.

Mais pour Francis Dhomont ce qui arrive sort de cet ordinaire. Nous avons avec lui l’union doublement intéressante d’un compositeur à l’œuvre régulière et toujours de belle qualité, variée et toujours dans l’unité de style, colorée et toujours d’un grande cohérence. Et puis comme en plus, voici un professeur fécond en bons élèves, dévoué à l’écoute des autres, et réfléchissant sur leurs discours, animateur constant et analyste continuel des théories et modalités d’un art encore expérimental, qui autorise par conséquent tout autant l’expérience musicale dont l’auteur est riche, qu’il ne sollicite l’expérience humaine dont il sait faire preuve.

Alors peut-être que chaque moitié ne pouvant se concevoir sans l’autre, chacune donnant du matériau à l’autre, peut-on ainsi s’expliquer ce cas remarquablement équilibré d’acousmattitude…

François Bayle, Paris (France) [vi-91]

Acousmatique, qu’est–ce à dire?

Le mot acousmatique revient souvent dans les textes qu’on peut lire ici. Mais que veut-il dire?

Ce terme est attribué à Pythagore (VIe siècle avant JC) qui dispensait, dit-on, son enseignement — uniquement orale — dissimulé derrière une tenture afin que ses disciples ne soient pas distraits par sa présence physique et puissent concentrer leur attention sur le seul contenu de son message.

Plus près de nous, au début du siècle, on trouve encore dans Le Larousse pour tous en deux volumes:

Acousmate
n. m. (du grec Akousma, ce qu’on entend). Bruit imaginaire ou dont on ne voit pas les causes, l’auteur.

Mais en 1955 l’écrivain et poète Jérôme Peignot, lors des débuts de la musique concrète, reprend l’adjectif acousmatique qui qualifie ‘un son que l’on entend sans en déceler les causes’ pour désigner «cette distance qui sépare les sons de leur origine» en occultant derrière l’impassibilité des haut-parleurs tout élément visuel auquel les rattacher. En 1966, Pierre Schaeffer songe un instant à intituler son Traité des objets musicaux, «Traité d’acousmatique». Enfin, vers 1974, pour marquer la différence et éviter toute confusion avec les musiques électroacoustiques de scène ou d’instruments transformés (ondes Martenot, guitares électriques, synthétiseurs, systèmes audionumériques en temps réel…), François Bayle introduit l’expression musique acousmatique comme spécifique d’une musique ou d’un art des sons projetés qui «se tourne, se développe en studio, se projette en salle, comme le cinéma».

Car il est vrai que depuis une vingtaine d’années, sous le vocable électroacoustique, prolifèrent d’innombrables productions sonores sans grand rapport les unes avec les autres hormis leur commun recours à l’électricité. Il était donc important d’affirmer, par une précision terminologique, des choix esthétiques, une réflexion et un langage. C’est dans cet esprit qu’ont également lieu depuis 1989 des Rencontres acousmatiques de compositeurs dans le sud de la France.

Ainsi la musique — ou mieux: l’Art acousmatique (Denis Dufour) — est-il dès l’origine conçu pour être entendu sans interventions visuelles. Il ne met en scène aucun instrumentiste, à l’exception parfois de celui qui projette l’œuvre lors d’une exécution publique afin de tirer le meilleur parti d’un espace donné. Il organise des morphologies et des spectres sonores, des «images de sons» (François Bayle), dont les sources peuvent être multiples mais que l’absence d’identification visuelle rend anonymes, unifie et incite à écouter plus attentivement (s’imagine-t-on que c’est pur hasard si l’ouïe des aveugles est réputée pour sa finesse?).

Il obéit à des mécanismes qui lui sont propres mais qui, en raison de leur nouveauté même, exigent cohérence et intuition. C’est une causa mentale. Enfin, il fixe sur un support (bande magnétique, disquette informatique ou autres), avec précision et sans risques d’à-peu-près, les nuances les plus ténues minutieusement choisies par le compositeur: ce qu’on entend ne ressemble pas à ce qu’il a voulu, c’est ce qu’il a voulu. Ce dernier point est fort bien argumenté par Michel Chion dans un livre récent, L’art des sons fixés, ou la musique concrètement.

En ce sens, soulignons une évidence dont on ne semble pas souvent mesurer la portée. Si la musique est toujours restée étroitement associée à la notion de reproduction par des interprètes, contrairement à beaucoup d’autres arts inscrits une fois pour toutes sur un support (peinture, littérature, cinéma, vidéo…), c’est par impossibilité de faire autrement et non par choix. Jamais en effet, jusqu’à nos jours, l’homme n’avait pu capter, conserver, reproduire une image fidèle des phénomènes sonores. Il fallait donc bien tenter de retrouver, à partir de notations symboliques plus ou moins précises, la pensée des compositeurs. Ceci a donné naissance à une pratique quasi universelle dont nous n’avons aucune raison de nous plaindre ni de nous lasser.

Cependant cette situation n’est ni une fatalité ni une loi, puisqu’aujourd’hui nous savons fixer le son comme nous fixons l’image visuelle ou le texte. Faire croire le contraire n’est fondé que sur la force de l’habitude et sur le fétichisme largement médiatisé de l’interprète.

L’acousmatique, art d’un siècle qui permet au son d’échapper à la disparition, est un art nouveau et autonome qui trouve probablement avec le disque compact — véritable livre sonore — l’un de ses plus convaincants véhicules. Les sept pièces réunies ici appartiennent toutes à cette réalité, jeune encore mais déjà engagée dans le prochain millénaire.

Francis Dhomont, Saint-Rémy-de-Provence (France), juillet-septembre 1991 [ix-91]

Mouvances~Métaphores: 1. Cycle de l’errance

Cycle de l’errance

Ce triptyque acousmatique raconte le Voyage et quelques projections symboliques qui lui sont associées (évasion, amour, fuite, espace, au-delà où l’on s’enfonce, perte de soi), fusionnant souvent des images naturalistes avec de pures abstractions: métaphores d’une métaphore, puisqu’en musique tout récit participe déjà de la transposition.

La composition de ces trois pièces est échelonnée sur une période de huit ans, tant il est vrai que l’errance, au propre comme au figuré, la mobilité, le changement, la mouvance, les vagabondages de la rêverie, les bouleversements et les renouveaux, tissent depuis longtemps, pour moi, l’étoffe même de la vie.

Trois volets, donc, à ce Cycle commencé en fin 1981 avec Points de fuite dont … mourir un peu (1984) est un vaste commentaire en neuf mouvements et Espace / Escape (anagramme bilingue — où «escape» est l’anglais de «fuite») (1989) un aboutissement résolument tourné vers des préoccupations spatiales.

Ces deux dernières pièces puisent d’ailleurs certains de leurs éléments dans Points de fuite, leur réservoir commun. Ceci est particulièrement perceptible dans … mourir un peu où le quatrième mouvement, 4. Thème de la fuite, section la plus longue de l’œuvre, constitue à la fois une grande reprise-variation de Points de fuite ainsi que l’axe autour duquel s’articulent les huit autres mouvements.

Sous le titre Mouvances~Métaphores sept œuvres reliées par une même thématique, celle du mouvement; qu’il s’agisse des déplacements virtuels du son dans l’espace géométrique ou des transferts métaphoriques du sens dans les lieux de l’imaginaire.

Francis Dhomont [xi-91]

Itinéraires: Septième

[Ce texte accompagnait l’édition de 1991]

Comme auparavant déjà, je voulais offrir un document le plus intéressant, précis et complet possible. Le plus beau, aussi.

Comme avant, on y retrouve photos, texte d’introduction d’un observateur privilégié, et présentation et notices explicatives du compositeur sur ses œuvres.

Comme d’habitude, c’est en français, et en anglais.

Mais, ici, c’est n’est pas tout à fait comme avec les autres. C’est un peu différent, c’est un peu plus. C’est pour Francis Dhomont: pour souligner un 65e anniversaire difficile à croire; pour soupeser une action plurielle dont les rebonds lient générations, passions, créations, dont les répercussions déplacent les sons, les gens, et même les continents; pour faire résonner l’œuvre-phare.

Alors on trace sa trajectoire, ses parcours; on le place en perspectives. Pour mieux saisir, mieux connaître. On écoute et réécoute les œuvres, les dynamise, les éclate.

On… la complicité magique de Robert Normandeau, la curiosité de François Guérin avec la générosité de Laurie Radford et de Claude Schryer.

On, aussi… l’enthousiasme de Konrad Boehmer de BVHAAST et de François Bayle de l’Ina-GRM, l’appui du Conseil des arts du Canada (CAC).

Je, Jean-François Denis, Montréal [xi-91]

La presse en parle

  • Francisco Ramos, Parabólica, dimanche 1 décembre 2002
    El maestro del Arte Acusmático es Francis Dhomont.
  • Stéphane Roy, Computer Music Journal, no 22:2, lundi 1 juin 1998
    … evokes in a highly poetic way the idea of departure…
  • Jeff Filla, N D - Magazine, no 20, dimanche 1 juin 1997
  • Carlos Barreiro, El Tiempo, no 40, mercredi 11 octobre 1995
    Un disco indispensable a la creciente demanda de música no convencionales…
  • Erik Mikael Karlsson, Nutida Musik, no 1994:1, samedi 1 janvier 1994
  • Christian Jacob, Keyboards, lundi 1 février 1993
    … la musique […] vibre, inspire images et émotions, raconte des histoires et emmène en voyage…
  • Eric Wetzel, Harmonie Diapason, no 387, dimanche 1 novembre 1992
    … nous percevons un juste équilibre entre […] la progression de l’ouvrage et le lyrisme qui laisse la musique se développer. Nous avons affaire ici à des créations de première qualité.
  • Miguel Santos, SE7E, dimanche 1 novembre 1992
  • David Olds, SOUNDNotes, jeudi 1 octobre 1992
    … a must-have for anyone with a serious interest in the electroacoustic arts.
  • Marc Bourreau, Crystal Infos, mardi 1 septembre 1992
    Une œuvre neuve, profonde, multiple et de qualité.
  • Les Cahiers de l’ACME, no 129, dimanche 31 mai 1992
    Nous ne saurions trop vous conseiller de vous procurer ce double CD…
  • Mark Dery, Keyboard, vendredi 1 mai 1992
    … each piece of the real world […] sounds as if it where precision-lathed and polished to a high luster.
  • François Bourgouin, L’écouteur, samedi 25 avril 1992
    … un des compositeurs de cette catégorie musicale des plus importants non seulement sur la scène québecoise et canadienne mais internationale.
  • Alain De Filippis, Revue Notes, no 41, mercredi 1 avril 1992
    Un disque essentiel.
  • Le Musicien québécois, no 3:6, dimanche 1 mars 1992
    … figure de pionnier dans l’univers musical électroacoustique du Québec.
  • Bernard Gilbert, À l’affiche, dimanche 1 mars 1992
    Francis Dhomont, un phare
  • Ios Smolders, Vital, no 23, dimanche 1 mars 1992
    … listening to this muslc is quite an experience.
  • Stéphane Roy, Circuit, no 3:1, dimanche 1 mars 1992
    … toujours il a su capter l’intérêt de ceux qui étaient à l’écoute…
  • Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no 12, dimanche 1 mars 1992
    … à recommander à toute personne désireuse de découvrir la musique acousmatique. Mais ensuite… gare à l’accoutumance!
  • INA Mag, no 42, samedi 1 février 1992
  • Andrew Jones, Montreal Mirror, no 7:30, jeudi 16 janvier 1992
    … this double CD is an event in itself.
  • Dominique Olivier, Voir, jeudi 12 décembre 1991
    Splendide et troublant.
  • Carol Bergeron, Le Devoir, samedi 7 décembre 1991
    … l’une des figures dominantes de cette forme contemporaine […] de l’expression musicale.
  • Marc Rousseau, L’attention, no 5:4, dimanche 1 décembre 1991
    … la diffusion son concert en projection sonore était sublime…
  • Ginette Bellavance, Le Devoir, vendredi 1 novembre 1991
    La présentation est extrêmement soignée: les pochettes sont séduisantes, invitantes, la documentation intérieure généreuse…
  • Carol Bergeron, Le Devoir, vendredi 1 novembre 1991

Ruidos

Francisco Ramos, Parabólica, dimanche 1 décembre 2002

Para cierto sector de la musicología, en la obra de Pierre Boulez convergen tanto los signos propios de la Vanguardia como los inherentes a estéticas más recientes. En el esplendor de Darmstadt, la obra considerada unánimemente faro de las nuevas preocupaciones de lenguaje fue Le marteau sans maître de Boulez. Ahora, en plena crisis del modernismo, Jean-Jacques Nattiez ve en el Répons de Boulez el mayor logro musical contemporáneo. En su ensayo Boulez à l’âge postmoderne: le temps de Répons, Nattiez efectúa una pertinente distinción entre modernismo y postmodernismo: “El modernismo musical, el que se da en la época de postguerra, significa la búsqueda inicial de un sistema con vocación universal, siempre ávido de lo nuevo. Ahora, los músicos postmodernos favorecen la multiplicidad de estilos, el rechazo de la idea de progreso a favor de una música no experimental, inmediata y comprensible”. Paul Griffiths, en Modern Music and After, reniega de la pluralidad de estilos y la diseminación del postmodernismo: “Desde los años 80 domina un estilo de imitación, se relajan los materiales y la necesidad de novedad se desvanece. Incluso, algunos autores e intérpretes se autopromocionan gracias a la grabación fonográfica”. Francis Dhomont es más rotundo: “El postmodernismo es impuro, permisivo, ecléctico, irónico, inmediato”.

En cuanto a su recepción, el modernismo profundiza en el divorcio con respecto al público, mientras que el postmodernismo intenta ganar el favor de los aficionados echando mano de estilos pretéritos. La Vanguardia manejaba la idea de que un día sus creaciones serían comprendidas; el postmodernismo, en cambio, confía en ser entendido inmediatamente. Nattiez elige Répons como modelo a seguir por los despistados postmodernistas (“Répons restaura el equilibrio entre los parámetros musicales. El timbre está integrado en una estructura melódico-rítmica a dos niveles: el de la gran forma y el del detalle sin que el segundo oscurezca al primero”). Griffiths, en cambio, no tiene reparos en señalar las debilidades que, evidentemente, lastran el discurso de Répons: pobreza del arsenal electroacústico, línea melódica liviana y rudimentaria y abuso de la métrica regular. Parece observarse en Boulez un intento desesperado por ser Stravinsky, adoptando una postura objetiva ante la obra y aplicando con frialdad un lenguaje poliestilista.

Coinciden estos musicólogos en negar a la Electroacústica toda posibilidad de alternativa válida. Ignorando que la base de esta propuesta descansa en la ESCUCHA y no en las notas, achacan a la obra electroacústica una sintaxis poco coherente, fundamentada únicamente en el uso del timbre: “¿Puede el objeto sonoro, con todas sus variantes morfológicas, constituir el material de base para la elaboración de una obra?”

2

La historia de la música en Occidente está estrechamente ligada a la de los instrumentos. El ejecutante ejerce un papel fundamental en la transmisión de las ideas del compositor. El problema surge cuando el excesivo culto al intérprete y al director de orquesta resta protagonismo a la obra y al autor: esa es la corriente dominante en los programas de conciertos. Desde que el músico deja de escribir exclusivamente para la gran orquesta a favor de plantillas instrumentales reducidas, el interés del público y los programadores hacia lo nuevo decae ostensiblemente: el lugar del Espectáculo -el escenario del Gran Auditorio- no admite a los pequeños conjuntos. Su armazón no se aviene con la estética de ese espacio, preparado sólo para acoger grandes fastos.

El dominio del instrumento se ha seguido dando en la producción musical del siglo XX. En este sentido, el rompimiento con el pasado sólo se da en términos de lenguaje. Los materiales que originan el sonido de la obra moderna siguen siendo los mismos que en el clasicismo. En 1948, Pierre Schaeffer descubre las posibilidades del material electrónico. Empieza ahí a cuestionarse el dominio del instrumento convencional. Nace la música concreta.

Aunque asumida por buena parte de compositores, hasta el punto de influir decididamente en la concepción tímbrica de muchas obras de corte orquestal, la electroacústica no ha sido acogida por los musicólogos con el mismo rango que la obra convencional. Nace aquí la paradoja de que la misma Modernidad discute el valor de un arsenal nuevo. Al seguir apegada al instrumento, cae la Modernidad en esa misma dependencia con respecto al intérprete que se critica en la música del clasicismo.

“La música concreta es todavía sospechosa” (Michel Chion).
En efecto, frente al reinado del instrumento, el material elaborado electrónicamente vive fuera de la historia, es aún calificado de “experimental”. El ruido es considerado un signo humilde, y a la hora de establecer alternativas a la crisis del Modernismo y encontrar nuevas soluciones estéticas en el cambio de siglo, la musicología se debate exclusivamente en territorios ocupados por la música instrumental: estéticas del pastiche, el juego de la memoria… Hay una resistencia a aceptar libremente las posibilidades expresivas de un material que es nuevo, más en razón de su escasa apreciación que por su verdadera naturaleza.

Frente a tantas obras actuales que llevan el lastre del pasado, se yergue exultante una pieza electroacústica compuesta en 1996 por Pierre Henry de valor excepcional, Intérieur/Extérieur, auténtico y extraordinario exponente de un lenguaje comprometido con nuestro tiempo (Philips la editó en Disco Compacto).

3

El Arte Acusmático, concebido como un arte sonoro basado en el mundo exterior y visible -concreto-, se vuelve abstracto en la escucha. Elaborado a partir de sonidos grabados, este arte sonoro no tiene memoria. Al oyente se le sustraen los elementos de recurrencia típicos del discurso convencional. El ruido es un signo humilde, no apto, por su propia naturaleza, para obtener los mismos resultados que logramos con el material instrumental: un ruido no es una nota. Y es ahí donde surge el problema de la recepción del arte sonoro en el público. A éste, educado en su mayoría en las -únicas- bellezas del concierto instrumental, y al que en nada le preocupa, cuando contempla una bella pintura, que ésta se haya elaborado con materiales humildes (serrín, tierra), la sola idea de que se pueda conseguir un bello sonido a partir de un pedazo de cartón o una puerta le choca enormemente. Como dice Michel Chion (El sonido / Paidós), el material sonoro de origen sigue considerándose, por lo general, como lo que ennoblece al sonido.

El maestro del Arte Acusmático es Francis Dhomont. Su obra fundamental la constituyen dos volúmenes: el Cycle de l’errance y el Cycle des profondeurs (discos IMED, distribuidos en España por Arsonal). Points de fuite, … mourir un peu y Espace / Escape forman un tríptico acusmático en el que, dice Dhomont, “intento expresar los símbolos y sensaciones que asociamos a la idea del viaje: la evasión, la fuga, la nostalgia, el espacio -el espacio imaginado y el de la ausencia-, pero también la errancia, los vagabundeos del ensueño, los trastornos que forjan el tejido mismo de la vida”. Es este un universo sonoro que penetra en la mente del receptor como un taladro. El genio de Dhomont consiste en actuar sobre el inconsciente. De sus sonidos (de una belleza inmarcesible), extraídos de lo cotidiano, obtenemos la escucha de lugares y sensaciones que agitan nuestros propios recuerdos, nos ponen en guardia. Luigi Nono la llamaría “música de la subversión”.

Mucho más devastador, el Cycle des profondeurs contiene dos melodramas acusmáticos: Sous le regard d’un soleil noir recrea textos de El yo dividido de R. D. Laing. Las observaciones anotadas por el analista se alternan con descripciones atormentadas de las experiencias de esquizofrénicos. La narrada en la 7ª sección, la de la joven con síntomas catatónicos, es espeluznante.

No menos perturbador, Forêt profonde adopta un tono dolorosamente naturalista en el tratamiento dramático de la voz. Viaje al subconsciente y sutil fábula en la que el bosque es el símbolo de nuestro errar cíclico por un sendero que conduce a lo impenetrable, a mundos secretos, Forêt acoge citas de cuentos de hadas y textos de Bruno Bettelheim.

Dhomont: “El empleo de recursos morfológicos, gracias a la alquimia del laboratorio, procura al autor acusmático un poder de sugestión e intervención sobre el texto original capaz de expresar el inconsciente inexpresable”.

El maestro del Arte Acusmático es Francis Dhomont.

Review

Stéphane Roy, Computer Music Journal, no 22:2, lundi 1 juin 1998

Mouvances~Métaphores was first released in 1991, but has long been out of stock. empreintes DIGITALes / DIFFUSION i MéDIA has released a second edition of this double-CD set. Completed between 1982 and 1989, this work contains two large cycles, Cycle de l’errance and Les dérives du signe. The new edition includes some remixing and a complete repackaging; the discs are now sold separately rather than together, and the original booklet, which ran to over 200 pages, has been divided between the two, with the lengthy, but by now outdated, tribute celebrating Francis Dhomont’s 65th birthday relegated to the status of collector’s item.

Cycle de l’errance evokes in a highly poetic way the idea of departure, of travel—real or imagined—and the existential sadness associated with it. Three works make up this cycle: Points de fuite (Vanishing Points), 1981 … mourir un peu (… dying a little), 1984; and Espace / Escape (a bilingual anagram, “espace” meaning “space”), 1989. Here, Mr Dhomont was in part inspired by his own experiences, as witnessed by his program note: “wandering both in its proper and figurative meanings — movement, change, mobility, roving dreams upheaval, and revivals—all weave the very material of my life.”

… evokes in a highly poetic way the idea of departure…

Review

Jeff Filla, N D - Magazine, no 20, dimanche 1 juin 1997

Before reading the [original 1991 edition] accompanying booklet (over 200 pages) I had no idea Dhomont was considered a major figure in electroacoustic music. Though his GRM album has always been one of the most interesting discs on that label. What Dhomont’s music exhibits on these two CDs is a command of sequential events, a syntactic order, that surpasses any such achievement that the LP had. This “order” is something I start to pick up on upon repeated listenings and it’s the hallmark of talent for any self-respecting acousmatic egghead. While much of this seems like amorphously structured ear candy, I entertain hopes of finding brilliance in some of those parts too someday.

Transmisión compacta de la obra de Dhomont

Carlos Barreiro, El Tiempo, no 40, mercredi 11 octobre 1995

En al Auditorio Alberto Liera de la Universidad de los Andes, el personaje sentado ante la consola de sonido adquiria un aire solemne. Alto, delgade, la tez blanca en exceso indentifica una plel rara expuesta al rayo del sol. Es sencillo, amistoso, habla un lenguaje trascendente sin complicationes.

Tal vez por eso, su visita pasóaigo desapercibida en el pasado festival de música contemporaneà, Francis Dhomont cuenta ahora con 69 años de edad — nació in Paris en 1926

El parche de pirata sobre el ojo derecho contradice sus rasgos amables: tampoco tien que ver con el personaje de Italo Calvino, cuya mitad desdichada y la otra benevolente dejaba en su camino estragos mezclados de consuelo, segûn François Bayle.

Dhomont es actualmentes uno de los compositores acusmaticos más reconocidos de hoy, El rótulo es un termino pitagorico que se applica al sonido escuchado sin precisar su origen y desprovisto de apoyo visuales, que muchas veces más parecen una camisa de fuerza que un argumento teorico de trabajo. En su familia, la madre, entrenada en la linea de Isadora Duncan, lo hará conocer la música a travès del piano.

Las primeras piezas instrumentales datan de 1941. Luego estudia con Ginette Waldeir. Sels años después se produce el decisivo encuentro con las tecnicas electrónicas: una grabadora Webster con un hilo tan grueso como el de pescar, en lugar de la cinia magnética que hoy conocemos. Intuye que puede hacer música con ruidos. En 1950 ensaya el novelesco Retorno a la tierra de Jean Giono y se instala en la Provenza.

Tiene 47 años cuando abandona el sur de Francia y regresa a Paris. Seinscribe en los cursos del GRM y conoce a Boucourechliev. Su primera pieza exenta de estructuras instrumentales y elaborada a un nivel técnico exacto es Mais laisserons-nous mourir Arianna? en ella contrasta tiempos estáticos con otros pletóricos en donde hormiguean eventos sonoros.

Una obra definitiva: Sous le regard d’un soleil noir explora el universo de la esquizofrenia, la soledad aterradora del hombre ante la caverna que es la suya. Dos años de trabajo que le representan un primer premio en Bourges en 1981.

Desde 1978, el compositor divide su tiempo entre Francia y Canadá, pais donde enseñacomposición electroacústica en la Universidad de Montréal. Entre sus alumnos se encontraban Claudia Tamayo y Arturo Parra de Colombia.

Reciemente, dos discos compactos recogen trabajos del periodo 1982-1991 enmarcados en dos ciclos: Ciclos de la errancia y Les dérives du signe. El primero incluye Points de fuite, … mourir un peu y Espace / Escape. En el secundo, la imagen se apropria de la ambiguedad y la desviación, como se aprecia en el juego entre opacidad y transparencia del sonido.

La obra de Dhomont se alimenta de dos conceptos esenciales que atestiguan la capacidad del manejo electroacústico para lograr expresiones sensibles. Todas estas partidas y liegadas asumen la medida de los juegos del liempo y recuerda a Bachelard en La poetica del espacio: “la inmensidad es el movimiento del hombre inmóvil”.

Un disco indispensable a la creciente demanda de música no convencionales en el mercado local.

Un disco indispensable a la creciente demanda de música no convencionales…

Francis Dhomont och trompe l’oreille

Erik Mikael Karlsson, Nutida Musik, no 1994:1, samedi 1 janvier 1994

Critique

Christian Jacob, Keyboards, lundi 1 février 1993

Les synthétiseurs ont perdu depuis longtemps ce pouvoir d’innovation sonore qui donna naissance dans les années 70, aux musiques nouvelles. La standardisation des sons, le règne du ‘preset’, le manque d’ergonomie, les difficultés de la programmation expliquent cet état de fait. C’est du côté de certaines musiques électroacoustiques que l’on trouve aujourd’hui les derniers trous blancs sur la carte des sons; Francis Dhomont est l’un de ces poètes qui sculptent et peignent le temps avec des couleurs et des copeaux, des sons trouvés et des montages de bandes, des synthés oubliés au grain chaleureux. Ces deux CD, Cycle de l’errance et Les dérives du signe réunissent des œuvres composées entre 1982 et 1991. Rétrospective et hommage, accompagnés d’un somptueux livret [dans l’édition originale de 1991], pour ce musicien qui mérite d’être découvert par un large public; car la musique de Francis Dhomont vibre, inspire images et émotions, raconte des histoires et emmène en voyage, elle est jeu et découverte, peinture d’un monde possible dont on visualise les formes et les couleurs à partir des sons. De toute beauté…

… la musique […] vibre, inspire images et émotions, raconte des histoires et emmène en voyage…

Critique

Eric Wetzel, Harmonie Diapason, no 387, dimanche 1 novembre 1992

On ne le dira jamais assez: la musique électroacoustique — ou acousmatique, ou encore «musique de sons fixés» comme préfere l’appeler Michel Chion — est la seule qui soit réellement conçue pour être écoutée sur des haut-parleurs, et partant, la seule qui utilise votre chaîne stéréo comme un instrument de musique et non comme un simple appareil de reproduction à la fidélité relative. Ainsi en est-il de la photographie: fixation de souvenirs ou bien véritable création. La position d’écoute seul face à ses haut-parleurs, est donc pleinement justifiée puisqu’elle est prise en compte dans l’acte créateur lui-même.

Ce double album consacré à Francis Dhomont, véritable hommage rendu à ce compositeur à l’occasion de son soixante-cinquième anniversaire pourrait être une incitation pour de nombreux mélomanes à s’initier à cette forme de musique. Dhomont en effet après une période de formation musicale très classique, a fait ses premiers pas dans ce domaine sur des magnétophones à fil, à une époque où Pierre Schaeffer réalisait ses premières expériences au studio de la radio. Mais ce n’est que bien plus tard qu’il se voua complètement à l’art acousmatique, entra par la petite porte au GRM et devint ce compositeur largement reconnu aujourd’hui pour ses qualités de musicien, de pédagogue et d’organisateur, qui firent merveille au Canada pour la constitution d’un groupe de musiciens trés dynamique. Les sept pages présentées ici ont toutes moins de dix ans. Ce n’est donc pas une rétrospective de l’œuvre, abondante, du compositeur mais un témoignage de son activité créatrice actuelle. Elles sont classées en deux cycles: Cycle de l’errance et Les dérives du signe, le premier regroupement étant peut-être plus évldent que le second: des matéréaux sont communs aux trois compositions, tout comme la poétique de l’errance, du voyage qui est immédiatement sensible à l’écoute alors que le thème du deuxième regroupement reste plus abstrait. Dhomont ne cède pas facilement aux modes et l’on trouve dans ses matériaux des sons de toutes provenances, depuis des prises en extérieur ou de synthése numerique jusqu’à des sons «empruntés» à des carnarades. Le tout est organisé et composé avec une maîtrise étonnante qui évite les clichés et facilités auxquels il est si tentant de succomber dans ce genre musical. Chaque morceau a sa poétique ou sa problématique propre: les mouvements de la lumière dans Météores, hommage aux musiciens novateurs dans Novars, opéra-concert de grenouilles dans Signé Dionysos. Dans le rapport entre l’organisatron du détail et la conduite de la forme, en renouvellement constant nous percevons un juste équilibre entre la responsabilité du compositeur qui assume pleinement la progression de l’ouvrage et le lyrisme qui laisse la musique se développer. Nous avons affaire ici à des créations de première qualité. Nous sommes ainsi presque étonnés de nous laisser aller à voyager sans impression de longueur pendant les quarante-cinq minutes que dure … mourir un peu. Signalons enfin la plaquette trés développée gui accompagne les deux disques et qui contient la reproduction de la partition de diffusion du très beau Chiaroscuro.

… nous percevons un juste équilibre entre […] la progression de l’ouvrage et le lyrisme qui laisse la musique se développer. Nous avons affaire ici à des créations de première qualité.

Critica

Miguel Santos, SE7E, dimanche 1 novembre 1992

Acompanhado por um luxuoso livro de 220 pág., este duplo CD, com um tempo total de 156 minutos, revela-se una obra imprescindível em qualquer discoteca contemporãnea. Não pela quantidade em si, mas pela empreendedora associação ã qualidade, revelando-se um documento raro nos dias de hoje. Desde hã algum tempo que a editora empreintes DIGITALes, com o apoio do governo canadiano, vem dedicando a sua energia ã divulgação da nova musica electroacústica feita por compositores canadianos. Eles são Christian Calon, Robert Normandeau, Alain Thibault, Daniel Scheidt, Yves Daoust e por aí fora. Agora é a vez de Francis Dhomont. São aqui reunidas 7 obras, que dão uma compreensiva pãnoramica de uma vida [esta edição comemora o 65 aniversário do compositor / investigador / escritor / professor)apaixonada pela música dos sons, produzindo sequências electroacústicas enjas texturas viajam em constante mutação, numa verdadeira incursão pela experimentação e pela erte da acoasmia (tida como uma alucinação auditiva patológica ou como um som que é ouvido sem se ver a sua fonte). Um ‚portfolio‘ preenchido por geometricas espaciais de movimento sonoro, reveladoras de metáforas visuais de uma riqueza extrema, coisa tão rara nas músicas que a rádiohoje nos dá a ouvir. Este íntegro conjunto de obras, no mínimo, oferece ao ouvinte uma nova e profunda perspectiva auditiva, differente daquela a que estamos habituados a ouvrir, originando uma atitude analítica selectiva que por sua vez conduz a um alargamento e a uma maior compreensão do espectro dos objectos musicais. Uma arte que merecia uma malhor difusão. «It is rare to find such a combination of talent and modesty, enthusiamsm and perseverence», escreveu Pierre Schaeffer, sobre Dhomont.

Review

David Olds, SOUNDNotes, jeudi 1 octobre 1992

This release, the seventh from empreintes DIGITALes, is obviously a labour of love. Put out to coincide with the 65th birthday of composer Francis Dhomont, these two discs include more than 150 minutes of music (although music is a term that Dhomont disdains when applied to his “acousmatic” art). They are accompanied by a bilingual 216-page book of program notes, graphic representation of scores, catalogues of works and writings, an extended biographical essay, a definition of the term acousmatic and, most notably, 67 tributes by Dhomont’s colleagues. Somewhat daunting in its scope, this project makes abundantly clear just how large a presence Dhomont projects in his adopted home of Quebec.

A Frenchman by birth, he has been active in electroacoustic composition for more than 30 years. He has been teaching at l’Université de Montréal since 1980 and has been very influential in the development of electroacoustic technique and excellence in Quebec since then.

Mouvances~Métaphores [now out of print but reissued as IMED 9607 and IMED 9607] presents his work of the past decade, and the seven works recorded here give a good picture of the breadth of possibility within the world of musique concrète and acousmatic art. Dhomont’s sonic landscapes provide numerous landmarks for the explorer, with the recognizable sounds of trains and nightingales to reassure us as we wander through corridors and countrysides of unknown terrain. In Chiaroscuro, in tribute to the composers associated with the Évenements du Neuf concert-series in Montréal, we hear traces of compositions by John Rea, Denis Gougeon, José Evangelista and Claude Vivier. For the most part, however, we are unaware of the origins of the material, which Dhomont crafts through a variety of studio techniques into a compelling aural banquet.

The first disc in the set, Cycle de l’errance (“Cycle of Wanderings”) [IMED 9607], consists of a triptych composed between 1982 and 1989. The individual pieces (Points de fuite, … mourir un peu and Espace / Escape) are interrelated and provide a sonic treatise of Dhomont’s preoccupation with sound and its placement in space.

The second disc [Les dérives du signe (“The Drift of the Sign”), IMED 9608], while presented as a cycle as well, seems a much more arbitrary grouping, joined for convenience rather than by initial design. I wonder — given the historical focus of the accompanying words — whether we would not have been better served by the inclusion of an earlier work by this pioneer, especially when we consider that several of the pieces here have been previously available on CD.

This collection is an excellent introduction to the French school of acousmatic composition for the uninitiated, and a must-have for anyone with a serious interest in the electroacoustic arts.

… a must-have for anyone with a serious interest in the electroacoustic arts.

Présentation d’empreintes DIGITALes

Marc Bourreau, Crystal Infos, mardi 1 septembre 1992

Né à Paris, en 1926, Francis Dhomont a connu les premiers pas de l’électroacoustique. (ses premières expériences, sur un magnétophone Webster, datent de 1947). Il a été cinq fois lauréat du Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France) et a reçu de nombreuses autres distinctions internationales. Partageant désormais son temps entre la France et le Québec, il enseigne à l’Université de Montréal.

Le double album Mouvances~Métaphores [IMED 9107/08 (épuisé), nouvelles éditions: IMED 9607, IMED 9608] rassemble des œuvres composées entre 1982 et 1991 et qui dénotent toutes un même souci de recherche abstraite et théorique. «Sous ce titre, Mouvances~Métaphores», explique Francis Dhomont, «sept œuvres reliées par une même thématique, celle du mouvement; qu’il s’agisse des déplacements virtuels du son dans l’espace géométrique ou des transferts métaphoriques du sens dans les lieux de l’imaginaire». Le mouvement est omniprésent, qu’il soit voyage, errance ou passage d’un état à un autre.

Deux regroupements d’œuvres se partagent les deux disques: le Cycle de l’errance [IMED 9607] («Ce triptyque acousmatique raconte le Voyage et quelques projections symboliques qui lui sont associées — évaslon, amour, fuite, espace, au-delà où l’on s’enfonce, perte de soi — fusionnant souvent des images naturalistes avec de pures abstractions: métaphores d’une métaphore, puisqu’en musique tout récit participe déjà de la transposition.») et Les dérives du signe [IMED 9608] («La mouvance est ici celle des sables. On croit tenir l’image mais elle fuit entre les doigts ou se laisse recouvrir, engloutie par une image nouvelle qui se reterme sur elle. Ubiquité et ambiguité des signes qui nous renseignent et nous égarent»).

Une œuvre neuve, profonde, multiple et de qualité.

Une œuvre neuve, profonde, multiple et de qualité.

Critique

Les Cahiers de l’ACME, no 129, dimanche 31 mai 1992

Réalisé en coproduction avec le GRM, ce double CD permet, pour la première fois, de réunir 7 des œuvres électroacoustiques les plus significatives de ce compositeur français vivant au Canada. Plusieurs fois primé à Bourges, il est pour beaucoup, de par son activité créatrice et didactique, dans l’épanouissement de l’acousmatique au Québec et dans la profusion de compositeurs québécois venus écumer les festivals européens depuis plusieurs années. Ce coffret est accompagné de commentaires, de nombreuses photos et de partitions d’écoute de trois de ses pièces. Il est diflicile de ressortir une œuvre plutôt qu’une autre puisqu’elles sont toutes belles, mais surtout importantes pour l’acousmatique ainsi que pour la place que prendra ce genre dans l’histoire de la musique. Nous ne saurions trop vous conseiller de vous procurer ce double CD distribué par ADDA pour l’Europe et Empreintes DIFGITALes pour l’Amérique du Nord. Il est également possible de se le procurer au GRM (pour la France) ou chez Musiques & Recherches (pour la Belgique).

Nous ne saurions trop vous conseiller de vous procurer ce double CD…

Review

Mark Dery, Keyboard, vendredi 1 mai 1992

Dhomont, 65, is a musique concrète composer whose influence on the Canadian electroacoustic community is both deeply felt and all-pervasive. This two-CD set, accompanied by a handsome booklet, is impeccably recorded: each piece of the real world — reverberant plish-plashings, children’s voices, a ball rolling with hyperreal presence from one stereo channel to the other — sounds as if it where precision-lathed and polished to a high luster. Dhomont calls his work “acousmatic” — a French coinage, meaning “sound that is seemingly without origin.” It is, he says, “shot and developped in the studio [and] projected in halls, like cinema.” These are movies whose plot changes with every listening.

… each piece of the real world […] sounds as if it where precision-lathed and polished to a high luster.

L’électroacoustique

François Bourgouin, L’écouteur, samedi 25 avril 1992

Le samedi 2 novembre 1991 avait lieu à la Chapelle historique du Bon-Pasteur un événement singulier. Souvent appelée à produire des concerts de musique plutôt classique, cette fois-ci, la Chapelle était le théâtre d’un lancement de disque de musique électroacoustique et par la même occasion on célébrait l’anniversaire d’un des compositeurs de cette catégorie musicale des plus importants non seulement sur la scène québecoise et canadienne mais internationale.

Ce compositeur c’est Francis Dhomont, québécois d’adoption mais d’origine française, auquel on avait réservé pour ses 65 ans une surprise de taille. Mais avant de distinguer les nouvelles tendances qui se dessinent à l’horizon de la musique électroacoustique il serait peut-être utile de revenir vers l’arrière et tracer en quelques lignes les fondements de ce type de musique qui gagne de plus en plus d’adeptes. La musique électroacoustique est en fait l’adjonction de deux types de musique soient la musique électronique (électro) et la musique concrète (acoustique). Ce qu’on entend par musique concrète signifie que celle-ci est réalisée à partir de sons qui ne sont pas nécessairement produits par des instruments de musique. Ils proviennent donc de machines ou d’objets déjà existants. Plusieurs ont vu dans ce type de musique le bruit davantage que la musique. Les premières réalisations remontent à 1921 à Paris par les futuristes itadiens Marinetti et Russolo. Mais c’est en 1948 que la musique concrète véritable nait sous l’instigation de Pierre Schaeffer auquel on doit notamment la Symphonie de bruits et l’Étude aux chemins de fer. Ainsi, grâce à des changements de vitesse, de hauteur et de divers procédés de transformation on obtient un nouveau type de composition musicale hors des sentiers battus. Aussitôt, soit en 1949, se joint à Schaeffer le compositeur Pierre Henry dont plusieurs des œuvres marqueront les générations suivantes. On se rappellera de sa Symphonie pour un homme seul et Voile d’Orphée qui ne seront pas sans influencer un peu plus tard Pierre Boulez, Jean Barraqué et Olivier Messiaen. La musique électronique quant à elle, dont les sources remontent à 1913 (5 ans avant la mort de Debussy) est le fruit des ingénieurs Melssner et Armstrong qui imaginent la lampe triode en oscillatrice qui permet de produire des sons. Jorg Mager tirera parti de cette nouvelle tendance pour créer des instruments de musique et faire de la musique par des moyens non-traditionnels. On lui doit notamment l’invention du Spherophon. Plus tard, Maurice Martenot inventera les ondes portant son nom et qui sont à l’origine d’un nombre impressionnants de chef-d’œuvres. C’est cependant à Cologne en 1951 que prendra véritablement son essor la musique électronique sous l’influence de Herbert Eimert. À ce stade-ci de l’évolution de ce genre musical, on veut uniquement travailler avec des sons qui n’existent pas dans la nature et qui sont donc par extension «inouis». C’est à partir de 1953 que la fusion de la musique concrète à la musique électronique se réalise et qui donnera donc lieu finalement à la musique électroacoustique. La première œuvre marquante de musique dite électroacoustique de cette époque est Gesang der Jünglinge (Le Chant des adolescents) de Karlheinz Stockhausen. À partir de ce moment les choses se développent à un rythme très rapide. Les œuvres se succèdent tout autant que la création de studios de plus en plus sophistiqués. Voilà brièvement pour l’aspect européen du mouvement. Au Canada, c’est principalement dans les universités que se joueront les cartes de l’électroacoustique et qui sont encore aujourd’hui les foyers tant de la création que de l’exécution. C’est grâce à la collaboration de Hugh Le Caine et Arnold Walter que nait à l’Université de Toronto en 1959 le premier studio de musique électroacoustique. Au Québec, l’Université McGill créera en 1964 le McGill Electronic Music Studio (EMS) sous l’initiative de Istvan Anhalt et Hugh Le Caine. Cinq ans plus tard (1969) nait à Québec le premier studio francophone du pays: Le Studio de musique électronique de l’Université Laval (SMEUL) fondé par Nil Parent. Quelques années plus tard, Montréai emboite le pas et c’est maintenant qu’entrent en scène ies Éric Regener, Walter Boudreau, Robert Léonard, Louise Gariépy, Marcelle Deschênes, Jean Piché et bien sûr Francis Dhomont, l’objet principal de cet article. Au cours des années furent donc créés des programmes universitaires de baccalauréat, maitrise et doctorat en musique électroacoustique. Parallèlement, et afin de se consacrer uniquement aux musiques électroacoustiques fut créé en 1977 l’ACREQ, l’Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec. Au nombre des fondateurs figurent Yves Daoust, Marcelle Deschênes et Michel Longtin. Ce groupe hors du commun permettra à la nouvelle génération de se familiariser aux tendances internationales par la venue au Canada des figures dominantes du milieu. D’autre part, Jean-François Denis et Kevin Austin fonderont en 1986 la Communauté électroacoustique canadienne (CÉC), laquelle permet la concertation entre les divers intervenants du milieu via la publication du Bulletin et de Contact! Bien entendu, on ne saurait passer sous silence la contribution au cours des années, d’une manière ou d’une autre, de personnalités aussi importantes que Serge Garant, Micheline Coulombe Saint-Marcoux, Gilles Tremblay ou Pierre Mercure. Voilà en quelques lignes le portrait de la musique électroacoustique au Québec. Cependant, il faut absolument mentionner la création en 1989 du groupe DIFFUSION i MéDIA par Jean-François Denis (mentionné ci-dessus) et Claude Schryer, lesquels ont rendu possible la création de la marque de disques empreintes DIGITALes consacrée uniquement à la musique électroacoustique. C’est dans la foulée de ce mouvement que fut donc lancé le 2 novembre 1991 le dernier né de cette marque de disques consacré cette fois à Francis Dhomont. Il s’agissait du 7e lancement pour cette jeune compagnie en moins de deux ans, soit une allègre moyenne d’un disque compact par saison. Les premiers titres furent consacrés à Christian Calon, Robert Normandeau, Alain Thibault, Daniel Scheidt, Yves Daoust et à un disque réunissant 25 compositeurs canadiens et étrangers appelé Électro clips. Donc au cours de cette soirée mémorable nous eûmes l’occasion d’entendre des œuvres de Francis Dhomont qui se retrouvent sur le coffret richement compiétés par un livre de 200 pages consacré au compositeur et agrémenté de 70 témoignages de personnalités tant du milieu québécois qu’européen. Francis Dhomont apparait donc, à la lecture de ce document, comme une personnalité phare dans le domaine de la création électroacoustique. Les 70 témoignages expriment chacun à leur façon les qualités non seulement musicales du compositeur mais surtout la reconnaissance envers l’homme dont les œuvres ont un rayonnement international. Également au menu de la soirée une œuvre-hommage, un collage réalisé avec des extraits d’œuvres de 16 compositeurs québécois et étrangers qu’ils estiment redevables, d’une manière ou d’une autre à Francis Dhomont. Ce fut également l’occasion d’annoncer publiquement le lancement d’une nouvelle société de concerts appelée Réseaux dont la première manifestation était ce concert anniversaire. Francis Dhomont, faut-il le rappeler, fut lauréat de nombreux concours internationaux dont le Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France), la «Mecque» de la musique électroacoustique. D’ailleurs, la maison de disques Chant du Monde édite chaque année les œuvres des gagnants du concours de Bourges. Outre Dhomont, on retrouve sur l’un ou l’autre de ces disques compacts les œuvres de Normandeau, Gobeil et Calon ce qui témoigne de ia vitalité mais surtout de la qualité de nos compositeurs sur le plan international. Bref, la musique électroacoustique est en pleine évolution, elle est très dynamique, a des applications extra-musicales c’est-à-dire au théâtre, la danse, les arts visuels et même la publicité. Alors que les moyens de production étaient il y a à peine quelques années extrêmement onéreux, les développements technologiques permettent maintenant d’acquérir le matériel nécessaire à un coût beaucoup moins prohibitif et par extension permettent aux artistes la possibilité de mettre en chantier leurs idées de façon beaucoup plus souple. Les possibilités de l’électroacoustique sont vastes et méconnues. Les compositeurs n’ont pas fini de nous étonner. Leur imagination est vive et ils nous réservent encore de nombreuses surprises.

… un des compositeurs de cette catégorie musicale des plus importants non seulement sur la scène québecoise et canadienne mais internationale.

Critique

Alain De Filippis, Revue Notes, no 41, mercredi 1 avril 1992

empreintes DIGITALes voulait rendre hommage conséquent à Francis Dhomont à l’occasion de son 65ième anniversaire. C’est chose faite avec cette nouvelle parution: un double CD accompagné d’un livret de 210 pages (biographie, témoignages de sympathie de 67 compositeurs, catalogue des œuvres et écrits de Dhomont), le tout en coproduction internationale avec l’Ina-GRM et Bvhaast.

Bien que français, Francis Dhomont reste peu connu sous nos latitudes. Depuis 1980 son itinéraire l’a conduit à partager sa vie entre la France et le Québec, pays où sa musique et son enseignement de l’électroacoustique semblent avoir marqué profondément la nouvelle génération de compositeurs. Cette édition discographique atteste de l’intérêt porté autant au compositeur qu’à son œuvre. La musique de Francis Dhomont se caractérise d’emblée par l’extrême richesse du matériau sonore, la mobilité de celui-ci insuffle une réelle dynamique aux compositions. Ce travail est d’une rare densité et sa cohérence rend toute critique superflue. Un disque essentiel.

Un disque essentiel.

Les Mouvances et Métaphores de Francis Dhomont

Le Musicien québécois, no 3:6, dimanche 1 mars 1992

Septième titre de l’étiquette montréalaise empreintes DIGITALes, le coffret de deux disques intitulé Mouvances~Métaphores de Francis Dhomont rassemble l’essentiel de sa production depuis les dix dernières années, soit sept de ses œuvres électroacoustiques les plus récentes. Celles-ci traitent de deux thèmes distincts, l’un étant le Cycle de l’errance l’autre Les dérives du signe. À 65 ans, le compositeur francais Francis Dhomont fait figure de pionnier dans l’univers musical électroacoustique du Québec.

… figure de pionnier dans l’univers musical électroacoustique du Québec.

Les traces de l’inouï

Bernard Gilbert, À l’affiche, dimanche 1 mars 1992

Francis Dhomont, un phare

Depuis janvier 1990, les électroacousticiens du Québec ont leur propre étiquette de compacts: empreintes DIGITALes. Sept albums sont parus, dont un consacré à Robert Normandeau, excellent compositeur originaire de Québec.

La jeune école électroacoustique québécoise doit beaucoup à certains plonniers plus âgés. Francis Dhomont est l’un de ceux-là; né en France en 1926, il vit au Québec plusieurs mois par année depuis 1979, En publian tun album double de sa musique, empreintes DIGITALes lui rend un important hommage.

La musique de Dhomont est d’une richesse étonnante; pétrie de science, de recherche (il expérimentait le travail sur magnétophone au moment même où Pierre Schaeffer «inventait» la musique concrète, à la fin des années 1940), mais aussi traversée par un authentique souffle de vie. On trouve aussi, dans Cycle de l’errance ou Les dérives du signe, plusieurs éléments constitutifs de la musique électroacoustique québécoise d’aujourd’hui, sa tendance réflexive, européenne; Dhomont a aussi enseigné à plusieurs de nos créateurs. Regroupées en deux périodes, les œuvres endisquées ici parcourent son travail, de 1982 à 1991.

Accompagné d’un livre de plus de 200 pages, l’album permet de cerner à la fois les œuvres, la personnalité et l’implication de Dhomont dont les activités d’animateur et de pédagogue s’ajoutent au travail d’écriture musicale. De nombreux témoignages complètent l’ouvrage.

Produits ici, ces disques sont diffusés en France et en Hollande par le blais de deux firmes reconnues: Ina-GRM et BVHAAST. Assurément, un coffret qui devrait faire date.

Francis Dhomont, un phare

Review

Ios Smolders, Vital, no 23, dimanche 1 mars 1992

This coproduction is a tribute to the great pioneer of acousmatic music, Francis Dhomont, at the occasion of his 65th birthday. In order to explain what his music is all about I will quote from a text in the accompanying 210 page booklet: “In 1955, the writer and poet Jerome Peignot, at the beginning of musique concrète used the adjective acousmatic meaning ‘a sound that we can hear without knowing its cause’ to designate ‘the distance that separates a sound from its origin by obscuring behind the impassivity of the loudspeaker any visual element that may be connected to it. Finally, around 1974 Francois Bayle introduced the term acousmatic music as a specilic kind of music. as the art of projected sounds which is ‘shot and developed in the studio. projected in halls, like cinema’.”

Francis Dhomont’s career has been a curious one. He grew up. and initially built a living in the south of France. At fifteen he composed music for piano. Much interested in both sounds and technology in 1947 he bought a wirerecorder and started experimenting. When Schaeffer raised a lot of dust in Paris he travelled to the capital and followed courses. Late 70’s he moved to live in Canada. The booklet features an extensive biography.

The music on these two CD’s spans some ten years of work. It shows music, makes music visible. Dhomont’s works exactly follow the above-mentioned definition. I have my questions about parts of the acousmatic philosophy, but listening to this muslc is quite an experience. DIFFUSION i MéDIA initlated this project and have. again, done a wonderful job.

… listening to this muslc is quite an experience.

Francis Dhomont: deux disques pour un anniversaire

Stéphane Roy, Circuit, no 3:1, dimanche 1 mars 1992

Le 2 novembre 1991, tous s’étaient donné rendez-vous à la Chapelle historique du Bon-Pasteur de Montréal pour célébrer l’anniversaire de l’acousmaticien Francis Dhomont. Les collègues compositeurs, amis, gens de la radio, étudiants et écrivains étaient là pour dire et écouter dire à Francis Dhomont ce que sa générosité d’homme et de créateur a su faire jaillir au fond de chacun d’eux.

Francis Dhomont est un grand initiateur qui ne cesse de répandre et de partager l’amour de son art. Le compositeur, le pédagogue, le communicateur, l’écrivain, le polémiste a surpris parfois, mais toujours il a su capter l’intérêt de ceux qui étaient à l’écoute: il a persuadé sans contraindre, seulement par sa profonde conviction personnelle. Il n’a jamais imposé de diktats; en grand pédagogue et communicateur, il a partagé sa passion, une passion que j’oserais dire rigoureuse, car le penseur a toujours opéré une réflexion discursive sur son art. Enfin, le compositeur a donné naissance à des œuvres génératrices, des œuvres dotées d’un curieux pouvoir de fascination, étonnant les uns et suscitant l’admiration chez les autres.

Cet événement-anniversaire a été arganisé par Réseaux avec l’aide de huit principaux collaborateurs. La première partie de la soirée a été consacrée au lancement du double compact Mouvances~Métaphores, sous étiquette empreintes DIGITALes en collaboration avec BVHAAST d’Amsterdam et l’Ina-GRM de Paris. L’ensemble, d’une présentation particulièrement soignée, comporte un livret bilingue de 208 pages dans lequel se trouvent les notices de présentation, les notes de programme, un catalogue d’œuvres et d’écrits, une biographie détaillée préparée par François Guérin et soixante-sept témoignages de collèques, compositeurs et amis de Francis Dhomont. Fait remarquable on a rassemblé entre les différentes sections de ce livret de nombreux extraits de partitions d’écoute. À l’occasion de ce lancement, deux œuvres extraites du coffret, … mourir un peu et Espace/Escape, ont été données en concert sur un acousmonium de dix-huit haut-parleurs.

D’autres activités, préparées dans le plus grand secret, figuraient au programme. Ainsi, Francis Dhomont a eu la surprise d’assister à la présentation d’une œuvre-hommage — fort bien assemblée par le compositeur Gilles Gobeil — constituée exclusivement d’extraits d’œuvres commandés à seize compositeurs québécois.

Enfin, en guise de présent, un coffret d’anniversaire a été remis au compositeur. Ce cofret contenait le texte intégral des témoignages, un dossier rassemblant des analyses thématiques et structurales de son œuvre, ainsi que l’ensemble des partitions d’écoute des œuvres figurant sur le disque. Le lancement attendu du deuxième numéro de la revue L’Espace du son, dirigé par Francis Dhomont, concluait la soirée.

Mouvances~Métaphores, œuvres synthèses

Le disque Mouvances~Métaphores est animé par deux thématiques. Un premier volet s’organise autour du thème de l’errance, tryptique dominé par la notion de voyage, de déplacement dans des espaces virtuels ou réels, évocation de trajectoires diverses, de ruptures, de rencontres. Œuvre autobiographique s’il en fut, métaphore d’une «errance» que Francis Dhomont assume depuis tant d’années entre le Québec et l’Europe. Points de fuite (1982) est l’œuvre génératrice de ce cycle, puisque ses éléments et sa symbolique se retrouvent cités dans les deux autres pièces, … mourir un peu (1984-1987) et Espace/Escape (1989).

Les Dérives du signe constituent le second volet thématique du disque avec quatre œuvres: Novars (1989), Chioroscuro (1987), Météores (1989) et Signé Dionysos (1986-1991). Ici règnent l’«ambiguïté des signes,» le sens «détourné,» le déplacement d’un univers de référence vers un second univers, une «seconde nature» à laquelle l’objet symbolique n’était pas destiné. Francis Dhomont écrit: «La mouvance est ici celle des sables. On croit tenir l’image mais elle fuit entre les doigts ou se laisse recouvrir, engloutie par une image nouvelle qui se referme sur elle.» (Dhomont, 1991, p. 17). L’ubiquité du sens domine ici comme ailleurs dans l’œuvre de Dhomont. Longtemps préoccupé par les modèles linguistiques, il a aussi posé la question de l’intériorité et de l’extériorité de l’œuvre, il énonce la problématique notamment dans Espace/Escape, où il dit avoir tentê la «rencontre d’éléments hétérogènes reliés par deux critères — l’un sonore et dénotatif (situation du son dans l’espace), l’autre symbolique et connotatif (renvois au thème de l’errance) […]» (Dhomont, 1991, p. 16). L’ambiguité posée par cette double perspective d’écoute — celle du son et du sens —, Francis Dhomont la revendique avec conviction à travers les deux parcours thématiques que constitue Mouvances~Métaphores.

L’acousmatique pensée par Francis Dhomont

Dans ses œuvres comme dans ses écrits, Francis Dhomont est un ardent défenseur de l’art acousmatique. Cet art s’articule autour d’une pensée; il se fonde aussi sur des œuvres vivantes porteuses de leur propre dynamique évolutive. Comme produit culturel, il est appuyé par une démarche historique résultant d’une évolution esthétique et non d’un assujettissement conceptuel. L’acousmatique tire son origine d’autres musiques — elle a originellement «autonomisé des variables,» comme dirait Jean-Jacques Nattiez — pour devenir un art nouveau, libéré des apories des musiques «grammaticales.»

L’acousmatique n’a théorisé son objet qu’après avoir été confrontée avec l’expérimentotion. Est-ce pour autant du «bricologe»? Si l’acousmaticien éprouve et expérimente, il pose des choix tout aussi intentionnels et organisés que ceux pratiqués dans d’autres musiques. L’évolution de l’acousmatique a souvent été contrée par l’attitude normative des idéologies esthétiques et «technicistes» dominantes. Ce que Francis Dhomont combat avec des arguments fort bien articulés, c’est cet art de la concession que l’on exige de l’acousmatique. Si cette forme d’expression porte en elle sa spécificité, et c’est ce qu’il croit, pourquoi tenter olors de l’adapter aux comportements musicaux dominants, de diluer sa portée novatrice en l’astreignant à ce qui préexiste? Est-ce de la musique? demande-t-il. Tout dépend des a priori que chacun impose à sa réflexion, mais comme les définitions précèdent souvent les réalités vécues, l’ambiguité terminologique demeure. À une phénoménologie de la perception devrait se joindre une phénoménologie de la réflexion esthétique, cela éviterait bien des attitudes réactionnaires, et l’auditeur y verrait plus clair: les leçons cagiennes auraient-elles été oubliées?… A titre d’exemple, Francis Dhomont s’insurge contre le mythe que «pour être de la musique, la musique doit être chaque fois recréée par ceux qui la jouent» (Dhomont, 1989, p. 115). Cette conception n’est-elle pas issue d’un conditionnement historique fondé à la base sur l’impossibilité pour la musique d’être mémorisée contrairement à la peinture ou au roman? Ingarden affirmait que la partition n’est pas l’œuvre; cela est juste, mais aujourd’hui «ce qui est une nouveauté radicale, révolutionnaire, c’est que maintenant la chose enregistrée «est» l’œuvre.» (Dhomont, 1989, p. 114). Dès l’avènement de l’enregistrement, une certaine musique devient un art de support comme l’est devenu le cinéma par rapport au théâtre. Ce leurre de la musique réanimée par son interprétation relève d’un a priori esthétique qui refuse au sonore l’accès à toute autonomie hors du visuel; la préséance de l’œil sur l’oreille appartient au mème cercle vicieux que celle de la pensée formaliste sur l’écoute réduite et l’expérimentation en composition. Et la peinture, le roman, le cinéma, la video alors, demande Dhomont, ne sont-ils pas figés? Et pourtant on relit, on revoit, on en redemande encore. Quant à la musique, «lui reprocher d’être une expression figée ou de la ‘musique en boîte’ […] équivaut à reprocher au tableau de donner à voir le même sourire sur le même visage, au film les mêmes plans dans un ordre immuable, au livre de répéter les mêmes signes aux mêmes endroits» (Dhomont, 1989, p. 115).

Un langage: l’acousmatique

Qualifier aujourd’hui une œuvre d’électroacoustique ne veut plus rien dire, et c’est pourquoi Francis Dhomont préfère utiliser le terme d’acousmatique, lequel est plus propre à décrire un langage, une pensée, une manière plutôt qu’un médium technologique.

L’acousmatique, «c’est un esprit, une pensée, possédant ses propres mecanismes ses abstractions: une cosa mentale» (Dhomont, 1986, p. 79). Comme tout langage elle est aussi l’objet d’un métalangage, d’une réflexion dont Francis Dhomont n’hésite pas à faire remanter l’origine au Traité des objets musicaux. Cette œuvre multidisciplinaire de Schaeffer (1966), qui se réclame de l’approche phénoménologique, défend la primauté de l’oreille contre les conditionnements musicaux et les approches scientistes. Pour Francis Dhomont l’état actuel de la musique acousmatique est tributaire de cette réflexion. S’il y a un style GRM et des tendances esthétiques qui ont proliféré de par le monde, donnant des «croisements fructueux qui préservent du dogmatisme et de la stérilité» (Dhomont, 1986, p.77) c’est parce qu’en amont, une pensée a stimulé une telle arborescence.

L’acousmatique est un art de support qui rend la substance musicale manipulable à valonté. Ce qui avant ne pouvait que se penser peut maintenant être expérimenté, manipulé, trituré, être pleinement offert à la perception sans approximation aucune. Pour Francis Dhomont, l’œuvre a priori — celle qui va de l’abstrait au concret, qui ne peut être assurée d’une quelconque équivalence entre sa poïétique et son esthétique et garantir ainsi un résultat artistique — a exploité les paramètres et les unités formalisées par son exercice d’écriture. La notation, initialement conçue comme procédé mnémonique ou de réalisation, devient le code d’un certain «positivisme» musical par lequel s’engendre la musique. C’est ce que Francis Dhomont dénonce comme «le rejet du qualifiable ou profit du qantifiable» (Dhomont, 1989, p. 116). Parler de la substance musicale en des termes approximatifs parce que non quantifiables, mais obtenir en revanche un résultat à la mesure de notre oreille, est le choix que fait l’œuvre acousmatique. Cela ne veut pas dire rester dans le domaine du vaporeux, de l’imprécision et de la cécité conceptuelle; la musique acousmatique s’articule à travers une terminologie qui lui est propre, suffisamment précise, claire et opérationnelle au niveau de so dénomination pour alimenter une réflexion. Alors que toute forme de notation de réalisation oblige à la précision — nécessaire parce que l’existence de l’œuvre en dépend — l’acousmatique n’a pas à se préoccuper d’une telle exactitude puisqu’elle n’a pas d’interprète.

D’autre part, Francis Dhomont déplore que l’électroacoustique recoure à une pensée technologique s’articulant sur une recherche fondamentale de nature technique et dont l’œuvre n’est plus que la démonstration. Non que l’évolution technologique soit pour lui sans intérêt — il lui reconnaît d’ailleurs la possibilité d’«entrainer de nouvelles images de son et la mise en place de nouveaux rapports entre ces images, et de nouvelles fonctions.» (Dhomont, 1988, p.70) — mais une fascination naïve pour le médium entraine la créction d’œuvres qui n’ont de musical que le nom.

Témoignages

Comme une mosaïque, les hommages publiés avec les deux disques compacts ont éclairé, chacun à sa manière, les nombreux visages de Francis Dhomont. Voici quelques extraits de ces témoignages qui permettront de cerner la personnalité multiple de ce compositeur.

Ces textes soulignent d’obord, et unanimement, la droiture de l’homme, sa capacité d’affronter avec une intégrité exemplaire les pressions sociales et politiques imposées par l’environnement intellectuel. Ses étudiants, amis et collègues voient en lui l’homme ponctuel, respectueux de ses engagements et d’autrui, ne refusont jamais un service et n’exigeant rien en retour, mais ils reconnaissent aussi et surtout celui qui foit figure de Maître, qui incite à la réflexion, qui questionne, ce professeur fécond et de grande culture doté de l’autorité naturelle que l’on reconnait chez qui porte un amour profond à son art. Homme doué de grandes qualités humaines, enthousiaste et disponible mais aussi bouillant, provocant et intransigeant, Francis rèvèle sa noblesse à travers sa simplicité, sa profondeur et son authenticité.

Tous se réjouissent de connaître ce poète migrateur pour la santé artistique et l’oxygène électroacoustique qu’il insuffle à chaque lieu — certains regrettent même qu’il n’existe qu’à un seul exemplaire. Ici comme outre-mer, Francis Dhomont est reconnu pour son rôle d’ambassadeur important de l’acousmatique. Partageant et échangeant les prodigalités du trièdre avec les richesses d’outres contrées, il a fait beaucoup dans l’art du métissage des genres. Francis est aussi un animateur très sollicité. Homme d’action persévérant et tenace, il a su animer avec grand talent et pendant plusieurs onnées un événement comme le Festival de musique contemporaine de Provence. Ses Acousmothèques sur France-Musique ainsi que ses Voyages au bout de l’inouï à Radio-Canada témoignent d’une grande virtuosité dans la manipulation du médium radiophonique: là comme ailleurs, le poète, le penseur et le communicateur fusionnent avec le compositeur. Enfin, toujours soucieux de détendre les axes fondamentaux de l’acousmatique, Francis Dhomont a dirigé les deux numéros spéciaux de la revue Lien sur L’Espace du son. À la manière d’un homme de la Renaissance en grand humaniste et en infatigable explorateur, il rassemble et classe les morceaux d’un puzzle pour le rendre intelligible et cohérent.

Et le compositeur, que pense-t-on de lui? Pour plusieurs, il y a et aura toujours cet indicible Soleil noir, obscure clarté qui éclaire l’environnement acousmatique depuis plus de dix ans. Un Soleil qui représente un grand défi, en intégrant avec succès un texte de nature abstraite et spéculative dans une forme musicale très dense. Tous reconnaissent de différentes façons la fécondité du compositeur à l’aube de ses soixante-cinq ans. À la manière d’un mystèrieux alchimiste, Francis Dhomont maîtrise de subtils dosages, qu’il n’hésite pas à partager d’ailleurs. Il est aussi un créateur d’illusions, de simulacres, un holographiste sonore qui passe pour un maître de la technologie la plus folle à cause de sa grande virtuosité, mais détrompons-nous: sans rejeter l’évolution technologique, Francis Dhomont est reste un bel et bon artisan, qui, patiemment et passionnément, taille et retaille sons et bruits jusqu’à ce qu’en jaillisse la musique. À la manière de la sculpture et du monument d’architecture, ses œuvres sont saisies comme de merveilleux objets plastiques situés dans un espace imaginaire. Dhomont donne à «voir» des œuvres sans visuel, à toucher des œuvres sans matière, il occulte le moyen technologique par un mystérieux envoûtement poétique.

À ce créateur brûlé par l’urgence de l’œuvre à réaliser, à cet homme de lutte et homme de charme qui tisse sa dentelle avec des poings de velours, nous souhaitons, dans l’attente impatiente de nouvelles œuvres, un bon anniversaire.

… toujours il a su capter l’intérêt de ceux qui étaient à l’écoute…

Critique

Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no 12, dimanche 1 mars 1992

La rencontre entre le label canadien empreintes DIGITALes et Francis Dhomont était inévitable. En effet, Francis Dhomont (né à Paris en 1926) est, depuis son arrivée au canada en 79, à la base de la dynamique québécoise en ce qui concerne la musique acousmatique. Alors il fallait lui rendre hommage et c’est pour ses 65 ans qu’est sorti ce double CD accompagné d’un livret de 220 pages (français/anglais), pour tout savoir sur ce compositeur resté trop longtemps dans l’ombre, et agrémenté de témoignages de nombreuses personnalités. Deux CDs. Le cycle de l’errance et Les dérives du signe qui présentent sept pièces composées entre 1982 et 1991, plus de deux heures et demi de musique qu’il faut savourer avec patience en y revenant régulièrement. Sept pièces marquees par le mouvement, l’espace («Mouvances») et le voyage constant entre concret et abstrait («Métaphores»). Il s’en dégage une grande unité renforcée parfois par le retour d’éléments sonores d’une pièce à l’autre (encore une marque du mouvement mais aussi le prolongement du discours). Du fait de cette cohérence, je me demande finalement si ce double CD n’est pas à recommander à toute personne désireuse de découvrir la musique acousmatique. Mais ensuite… gare à l’accoutumance!

… à recommander à toute personne désireuse de découvrir la musique acousmatique. Mais ensuite… gare à l’accoutumance!

Disques

INA Mag, no 42, samedi 1 février 1992

Review

Andrew Jones, Montreal Mirror, no 7:30, jeudi 16 janvier 1992

A lavishly produced “homage” to one of electroacoustic music’s leading pioneers. Thematically, Dhomont’s self-dubbed Cycle of Wanderings is concerned with dislocation, flight, and escape but the physical and emotional topology of sound is the star here. Not the coldness of musique concrète, but something infinitely more alive and human. For the uninitiated, imagine Alan Splet’s sound design in Eraserhead taken to a whole new level of consciousness. Given the paucity of Dhomont’s work that is actually recorded, this double CD is an event in itself.

… this double CD is an event in itself.

Critique

Dominique Olivier, Voir, jeudi 12 décembre 1991

Francis Dhomont est plus qu’un simple compositeur de musique électroacoustique. C’est un théoricien, un professeur, le pére d’une école québécoise de composition, un grand bonze quoi. C’est aussi un des grands défenseurs de l’acousmatique, cet art sonore conçu pour ètre entendu «sans interventions visuelles.» Permettant au son d’échapper à la disparition, cet art nouveau et autonome, selon Dhomont, trouve donc son support idéal sur disque compact «véritable livre sonore, l’un des plus convaincants vehicules.» La parution de ce coffret de deux disques marque le 65e anniversaire du compositeur. Splendide et troublant.

Splendide et troublant.

Les cadeaux de la musique

Carol Bergeron, Le Devoir, samedi 7 décembre 1991

Que le nom du compositeur Francis Dhomont soit moins connu à l’extérieur des cercles internationaux de l’électroacoustique n’en fait pas moins l’une des figures dominantes de cette forme contemporaine (la plus légitimement contemporaine, sans doute) de l’expression musicale. Ici, au Québec où il réside depuis une quinzaine d’années, ce musicien français est rapidement devenu l’un des ferments les plus actifs dans l’éclosion d’un secteur qui fait à présent l’envie des électroacousticiens des Amériques.

Bien sûr, le vocabulaire et la syntaxe ne sont plus ceux de Mozart; mais pourquoi cette seconde moitié du 20e siècle ne posséderait-elles pas son propre langage? Solidement accroché au présent dont elle se nourrit, la musique de Dhomont illustre magistralement la richesse et la complexité de l’imaginaire de l’homme d’aujourd’hui.

En deux disques accompagnés d’un volumineux et captivant document (biographie, notes analytiques catalogues des 34 œuvres et 20 écrits, ainsi que les témoignages de 67 collègues), l’éditeur montréalais empreintes DIGITALes offre à la curiosité des mélomanes les moyens de mieux connaître ce génial créateur et de prendre le temps de s’apprivoiser à son univers sonore.

… l’une des figures dominantes de cette forme contemporaine […] de l’expression musicale.

Lancement de disque

Marc Rousseau, L’attention, no 5:4, dimanche 1 décembre 1991

C’est samedi le 2 novembre, à la Chapelle historique du Bon-Pasteur, qu’a eu lieu à 19h30, un lancement de disque. Celui-ci, plus ou moins top secret, était pour célébrer le 65e anniversaire et pour rendre hommage au compositeur émérite Francis Dhomont pour sa contribution à la musique électroacoustique au Québec. À son insu total, pour son 65e anniversaire, un volume en quatre sections fut conçu, puis lui a été remis. Ce volume comprenait respectivement une introduction de François Bayle, une biographie de Dhomont réalisée par François Guérin, un hommage à Dhomont composé de 67 témoignages de compositeurs et collègues, puis un catalogue qui rassemble ses écrits et ses œuvres compilés par François Guérin et Jean-François Denis. Mouvances~Métaphores est un coffret qui comprend deux disques compacts, où l’on retrouve sept œuvres récentes de Dhomont, sur l’étiquette montrélaise empreintes DIGITALes. Je lève personellement mon chapeau à Francis Dhomont pour son nouveau-né; la diffusion de son concert en projection sonore (diffusion acousmatique) était sublime, je dirais même plus, elle était mirobolante.

… la diffusion son concert en projection sonore était sublime…

empreintes DIGITALes: coffret double et audace

Ginette Bellavance, Le Devoir, vendredi 1 novembre 1991

C’est à la Chapelle historique du Bon-Pasteur qu’aura lieu, demain soir, 19h30 un lancement de disque pour le moins éclatant: la présentation d’un coffret double de disques compacts consacrés à la musique électroacoustique de Francis Dhomont, suivie d’un concert «diffusion acousmatique» des œuvres du compositeur. L’événement n’est pas banal et ne manque surtout pas d’audace. On se demande tout de suite qui, à Montréal, a l’aplomb de s’embarquer dans pareille galère en espérant qu’un certain public emboite le pas. Il s’agit de la maison empreintes DIGITALes dirigée par deux compositeurs qui, certains jours, se déguisent en homme d’affaires pour servir la bonne cause: Jean-François Denis et Claude Schryer. En moins de deux ans c’est le septième lancement. Les quatre premiers disques sont déjà écoulés et repressés. Et dans une certaine radio de Vancouver, Électro clips (le quatrième rejeton) a été sur le «Top 10» de la station! Qui a dit que la musique actuelle était inaccessible… surtout la musique électroacoustique, un des ghetto dans le ghetto? Il faudrait peut-être réajuster son tir.

«L’idée de cette maison de disques nous trottait dans la tête depuis longtemps» raconte Claude Schryer. Mais c’est à la fin de l’année 89 que les deux musiciens ont senti que le vent leur était favorable. Pour plusieurs raisons. Tous les éléments semblaient être de connivence et en place pour former une compagnie. La musique était prête, le répertoire existait. Les subventions devenaient tangibles, le marché semblait avoir ouvert une brèche. Le besoin d’être écouté et celui de découvrir se comportaient en vieux complices. Le pouls avait donc été tâté de tous les côtés «visibles». La réussite n’était pas garantie, mais le risque était jusqu’à un certain point calculé. Et c’est ainsi que «l’amour de la musique aidant, poursuit Claude Schryer on s’est lancé tête baissée. On voulait ouvrir avec éclat. Entrer par la grande porte. Alors on a mis en marché deux productions de front: Christian Calon et Robert Normandeau. Histoire de produire le plus d’impact possible sur le public et dans le milieu. Histoire de laisser des traces le plus rapidement possible.»

Le nom tout d’abord est très accrocheur: empreintes DIGITALes. «Pour le jeu de mots, pour la belle imperfection» des sons comme celle «visuelle» de l’empreinte d’un pouce pour le côté artisanal de cette musique». La présentation est extrêmement soignée: les pochettes sont séduisantes, invitantes, la documentation intérieure généreuse et présentée en trois langues, puisque la distribution se fait également au Mexique. Tout ca dans le but de donner à cette musique la chance de percer le marché international. «Dès le début, les contacts avec la France, l’Allemagne et le Japon avaient été établis. Et aujourd’hui, on ne nous voit plus comme des marginaux! L’électroacoustique n’est plus considéré comme de la musique expérimentale, alternative. Elle fait partie des grands courants de la musique actuelle».

Ce n’est évidemment pas par hasard que deux compositeurs se retrouvent à la «tête de empreintes DIGITALes». Il faut avoir l’amour de cette musique, trouver les moyens de la faire découvrir, croire qu’elle a les capacités de faire vibrer. ll faut aussi avoir les connaissances et l’expérience pour pouvoir la choisir». Car même si Denis et Schryer portent des costumes d’administrateurs certains matins, leur travail de sélection n’en est pas moins fascinant pour autant. «La conception de chaque produit devient de la création. Certains disques sont pour nous des œuvres d’art. Un peu comme si on était les conservateurs d’un musée d’art moderne. Au niveau esthétique, tous les courants sont représentés. Nous avons conscience que le médium est très varié et le champ d’exploration très large il n’y a donc pas de parti-pris. Il faut aimer, être prèts à défendre… sont nos principaux critères de sélection, parallèlement à la maturité compositeur, à l’unité de son œuvre au concept de sa création.»

«Tout d’abord côté technique, l’avènement du disque compact a été un atout majeur. On ne se serait pas lancé dans cette aventure avec un outil comme le «disque noir». Notre but étant aussi de présenter la musique dans les meilleures conditions possibles, le compact devenait un allié indispensable. Il possède cet avantage extraordinaire de véhiculer le message du compositeur de façon parfaitement exacte et fidèle. Du côté artistique, Montréal est devenu, à mon avis, le centre de création électroacoustique le plus important en Amérique du Nord. On a l’impression d’être assis sur un volcan d’œuvres. La plupart de calibre international. Nos compositeurs sont récipiendaires de suffisamment de prix provenant de l’étranger pour que la preuve ne soit plus à faire. Je crois que le moment était venu… qu’il fallait foncer.»

«Il est bien évident que dans le domaine de l’électroacoustique, le disque est un véhicule essentiel. Mais il n’exclut pas pour autant le concert. C’est plutôt un véhicule parallèle. Pour faire connaitre un disque, des tournées promotionnelles sont essentielles. En février 91, la tournée de concerts Traces électro autour du disque de Daniel Scheidt Action/Réaction en a été une preuve. Assez souvent d’ailleurs, certaines de ces musiques sont mieux servies par le médium du concert. C’est le cas de Francis Dhomont dont nous allons célébrer le 65e anniversaire samedi soir, en présentant Mouvances~Métaphores version disque et version concert. Il s’agit d’abord d’un coffret double, regroupant des œuvres marquantes du compositeur et pionnier qu’est Francis Dhomont. Une sorte d’hommage à sa grande contribution dans le domaine de l’électroacoustique au Québec. Il s’agit aussi d’un concert, organisé par la nouvelle société de concerts Réseaux, puisque la musique de Dhomont en est une faite pour un orchestre de haut-parleurs, sur mesure pour la diffusion acousmatique.

Pour empreintes DIGITALes, la première étape ou première épreuve est passée. Les amateurs de musique électroacoustique ont été alertés et rejoints. La compagnie est maintenant prête à affronter la deuxième phase de leur programme: aller chercher un public plus large, intéresser les non-initiés. Comment? Claude Schryer nous dit que c’est très simple. empreintes DIGITALes a tellement de projets pour demain: «le [cédérom], le mini disque de 40 minutes, l’édition, l’analyse des œuvres incluse dans les livrets, la diffusion de musique de théâtre, les productions radiophoniques, les musiques mixtes… On sera présent partout. Partout où il y a des oreilles attentives».

La présentation est extrêmement soignée: les pochettes sont séduisantes, invitantes, la documentation intérieure généreuse…

Nos choix musique

Carol Bergeron, Le Devoir, vendredi 1 novembre 1991

Mouvances~Métaphores

Le compositeur Francis Dhomont préside au lancement de son dernier enregistrement Mouvances~Métaphores, soit deux disques compacts rassemblant sept œuvres électroacoustiques. Le lancement sera suivi d’un concert donné par Dhomont qui sera enregistré pour diffusion le lendemain, dimanche, au réseau FM de Radio-Canada a 19h30 . Ces evenements ont lieu a compter de 19 h30 samedi à la Chapelle historique du Bon-Pasteur.

Autres textes

Voir