La boutique électroacoustique

Titakti Philippe Le Goff

Couverture: Kenojuak Ashevak, Spirit of the Raven (1979)
  • Durée totale: 53:08
  • UCC 771028952427
  • Le Fonds pour la création musicale (FCM)

Des images plein la tête…

— Justine Pomerleau Turcotte, Impact Campus, mardi 24 janvier 2012

Titakti is one of the unsung classics…

— François Couture, All-Music Guide, mercredi 1 août 2001

Titakti

Compact-compact 5

Philippe Le Goff

IMED 9524 / 1995

Quelques articles recommandés

Notes de programme

Titakti, le disque

À Sophie

«Les hommes vont de multiples chemins. Celui qui les suit et qui les compare verra naître des figures qui semblent appartenir à cette grande écriture chiffrée qu’on entrevoit partout: sur les ailes, la coquille des oeufs, dans les nuages, dans la neige, dans les cristaux et dans la conformation des roches, sur les eaux qui se prennent en glace, au dedans et au dehors des montagnes, des plantes des animaux, des hommes, dans les lumières du ciel […], dans les limailles autour de l’aimant et dans les conjonctures singulières du hasard…»

— Les disciples à Saïs, Novalis

Ces quatre Études sont le fruit de ma plongée dans la culture des Inuit de l’Arctique canadien; le pays où il n’y a pas d’arbre. En pénétrant ce monde, où la nature pèse de tout son poids sur la vie, où la frontière entre l’art et le jeu est ténue et la parole économe, s’est imposée la nécessité d’une ‘parole des sons’; la relation entre l’environnement sonore, le langage et la musique est telle, que le travail électroacoustique prend tout son sens, que les sons, inéluctablement liés à la vie se mettent à respirer d’eux-mêmes. Cette parole des sons génère ainsi un travail où se cotoient et s’enchevètrent: la musique, le témoignage des Inuit, les rires, le vent et la lumière. En cheminant à travers ces Études, j’ai cherché à tisser les sons en une matière vivante, dotée d’un souffle et d’une âme, comme le sont les humains, les animaux et les éléments.

Le terme ‘étude’ souligne le caractère spéculatif de ces œuvres, c’est une recherche qui, sans être proprement scientifique, c’est appuyée sur des investigations dans le domaine de la culture et de la langue inuit, et dont le résultat est une lecture personnelle et poétique de ce monde. Elle doivent s’entendre comme un récit autobiographique. La forme de ce récit s’appuie sur un trait particulier de la culture inuit, dans laquelle on peut créer un nouveau mythe par la concaténation de mythes préexistants. Cette caractéristique concerne également les jeux et les chants. Ces Études sont donc une tentative de créer une forme musicale agglutinante et incorporante.

Le titre du disque Titakti est un terme qui appartient au vocabulaire moderne de l’Inuktitut, il désigne la musique des blancs et on le rencontre principalement sur la Terre de Baffin. Ce mot est probablement une onomatopée: titaktitaktitakti… serait la manière de chantonner la musique des baleiniers. Ce fait m’a été rapporté par Leah Nutaraq (107 ans) originaire du Cumberland Sound (Terre de Baffin).

Philippe Le Goff, Paris (France) [i-95]

Titakti, la production

Toutes les pièces ont été composées au studio Canope (Lyon, France), avec le concours de la Sacem, de la Muse en circuit, de la Villa Médicis Hors les murs. Le mixage final à été réalisé au GMEM (Marseille, France). Les enregistrements ont été effectués entre 1988 et 1993, au Nunavik (Arctique québécois) dans les villages de Puvirnituq, Kuujjuaraapik et Akulivik; au Nunavut (Territoires du Nord-Ouest), sur l’île Coats et sur la Terre de Baffin dans les villages d’Iqaluit, Apex et Kimmirut.

[i-95]

La presse en parle

Grands espaces et grandes œuvres

Justine Pomerleau Turcotte, Impact Campus, mardi 24 janvier 2012

Le Musée national des beaux-arts du Québec accueillait samedi soir la formation Erreur de type 27 et son spectacle Aurores boréales: art inuit et musique contemporaine.

Pour le premier volet de l’évènement musical, le spectateur était invité à parcourir la collection d’art inuit Brousseau, accompagné d’une bande sonore électroacoustique de Philippe Le Goff. Cette dernière, qui avait pour but de laisser l’auditeur créer ses propres liens, exposait tour à tour des bruissement de plumes, des crissements de pas, de l’écume se fracassant sur le rivage, le tout entrecoupé de brèves interventions instrumentales (percussions, intervalles dissonants aux cordes) et de bribes de discussions.

Des images plein la tête, le public nombreux était fin prêt pour la portion concert, en compagnie de Marie-Hélène Breault (flûte), Mélanie Bourassa (clarinette), Catherine Meunier (marimba), Jean-Luc Bouchard (percussions), Pamela Reimer (piano), Benoît Cormier (violon), Michelle Seto (violon), Mary Kathryn Stevens (alto), Nicolas Cousineau (violoncelle) et Étienne Lépine-Lafrance (contrebasse).

La première œuvre, Anerca I de Milton Barnes, était une démonstration sensuelle et raffinée des possibilités de la contrebasse en tant qu’instrument soliste, par la force expressive de l’atonalité et par les techniques de jeu inusitées (par exemple, le jeu dans le haut des cordes, au niveau de la volute).

La seconde pièce, Fertility Rites de Christos Hatzis, synthétisait efficacement l’acoustique et de l’électronique, grâce à une interprétation brillante au marimba additionnée d’une bande sonore composée de chants de gorge et de phrases musicales au marimba qui faisaient écho à l’instrument réel.

Cercles du Nord I de Derek Charke, mâtiné de mouvements d’archet circulaire, utilisait le quatuor à cordes pour décrire divers aspects de la vie inuit. En seconde partie, la surabondance des sons très aigus diminuait l’effet inquiétant. La troisième partie de l’œuvre, avec le son granuleux des archets fortement appuyés et le rythme effréné, était le moment fort, avec sa finale puissante, musiciens debout, terminant la première partie d’un cri.

L’entracte fut suivi d’une pièce solo pour la flûte, Icicle de Robert Aitken: court, efficace, livré avec classe.

Ariane Nantel, étudiante à l’Université Laval, par sa composition Airniit (commandée pour l’occasion), jongle à merveille avec les timbres des instruments qu’elle a à sa disposition (coup de cœur pour la thunder sheet) pour nous transporter dans un univers peuplé de démons et d’esprits.

La dernière œuvre au programme, Vox Balaenae de George Crumb, était, malgré quelques longueurs (le chant dans la flûte, qu’évoquait-il au juste?), truffée de belles trouvailles sonores provoquées par un jeu pianistique dans le ventre de la bête, sur les cordes, pour obtenir des sonorités rappelant le piano préparé de John Cage.

Des images plein la tête…

Review

François Couture, All-Music Guide, mercredi 1 août 2001

Titakti is one of the unsung classics in the catalog of electroacoustic label empreintes DIGITALes. A cycle of four works ranging from six to 21 minutes, it was created after Philippe Le Goff spent five years in the Arctic, more precisely in Nunavik (Québec), in a handful of villages lost in the Northwestern Territories (Canada), and on Coat Island and Baffin Island. The composer immersed himself in the culture, language and daily lives of Inuits. The resulting pieces are passionate tributes to a culture still very much anchored in tradition. Speech, singing and field recordings are paired with acousmatic sounds and occasional musical instruments to create truly cinematic works, like the actual sound track to a hidden movie. The stand-out title is La Guerre (“War”), a beautiful solar piece driven by Inuit chants and enhanced by a delicate music score made of minimal contributions by a wide array of instruments, from tabla to electric guitar, Hammond organ, shinaï, and a trio of French horns evoking the sound of exploration boats. The other track featuring “music” is Nipingit—la parole, in which violin and viola dialogue with Inuit women. Meta incognita and Plan séquence (“Action Shot”) respectively open and close the CD on wide panoramic views. Laughter and joy of life inhabit all four works, making them feel like as many movements of a larger piece. Straying lightly from the more academic musique concrète to enter the realm of film-sound documentary, Titakti sits the listener in the middle of an Inuit village. Very strongly recommended, especially to persons who are looking for an easy introduction to tape music. The album was released in empreintes DIGITALes’ “Compact Compact” series.

Titakti is one of the unsung classics…

Discos

Esteban Lago, Hurly Burly, no 12, samedi 1 janvier 2000

Music conceived with very ambivalent aspects in which both the voice and the electronic fragments chosen for interacting with it are in constant motion. Maintained over certain vocal gestures, percussion collapses to include new liquid spaces within the planes, their distribution turned into surprise and contrast. A recording clearly intended to aural stimulation by means of spatialization.

Review

George Zahora, Splendid E-Zine, lundi 19 octobre 1998

Released as part of empreintes DIGITALes’ “bargain” range of electroacoustic CDs, Titakti provides a good opportunity to get your metaphorical feet wet in the less immediately musical aspects of electroacoustic composition. These four sonic studies address the experiences, moods and cultural differences of the artist during his time spent in the Canadian Arctic among the Inuit peoples. With the exception of occasional string instruments and various natural percussion, the disc is “built” primarily of Inuit conversations, mouth-sounds and environmental noises (including wind, animals, birds and the sounds made by humans going about their lives). The listener immediately discovers that Inuit language is very different, an extremely economical form of communication that is also far more varied in the range of sounds it employs. While Meta Incognita addresses the isolation and intimacy of the land, Nippingit—la parole deals with conversation and interviews. La guerre is an alarming, confrontational “battle” between voice and vocalization, with trance-like chants used as ranged weapons. Plan séquence is an immersive auditory tour of a small Inuit village; make sure you’ve got good speakers for this one. Like all good electroacoustic works, Titakti succeeds in entertaining despite its paradigm-shattering departure from (and total lack of resemblance to) mainstream music — perhaps this will be the one with which you begin your own exploration…

… this will be the one with which you begin your own exploration.

Critique

François Tousignant, Le Devoir, no 40, mercredi 11 octobre 1995

Chut! Est-ce le vent? D’où viennent ce souffle dans la toundra, cette parole dans le froid? Fascination de l’environnement qui semble vide d’objet, qui se déploie tout d’un coup, plein de sens.

Cette musique électroacoustique (ou acousmatique, ou électronique, ou concrète, je ne veux pas blesser Philippe Le Goff dans son allégeance esthétique) est de la plus pure poésie. Comme un poème, on prend une œuvre, on l’écoute dans le noir et le silence, et un univers se déploie lentement, tranquillement et sereinement devant nous.

Pas d’agressivité. Le Français s’est pris de vraie affection pour les Inuits et le Grand Nord; il nous rend cela avec une humilité qui émeut. Au delà des querelles esthétiques et politiques, il y a ici de la musique de l’âme, de la vraie, qui aspire l’auditeur dans un délicieux vertige.

Que de goût dans ce disque! Que de réserve et de discrétion. Des secrets se cachent. Essayez de les découvrir…

Que de goût dans ce disque! Que de réserve et de discrétion.

Critique

Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no 25, vendredi 1 septembre 1995

Philippe Le Goff est de la nouvelle génération, de celle qui sait voir au-delà, qui sait qu’ailleurs existe et qui, éventuellement, veut en témoigner, comme par exemple les Kristoff K.Roll, Lionel Marchetti ou Dominique Petitgand.

Philippe Le Goff est un voyageur, un défricheur. Titakti son premier disque, nous propose quatre études réalisées à partir de ses voyages au Nunavik (Arctique québécois) et au Nunavut (Territoires du Nord-Ouest), chez les Inuit. Les voix, les rires, la langue ont cette particularité inimitable et se confrontent parfois à des bribes de musique occidentale, on a aussi le souvenir, la trace du voyage dans l’interprétation de la musique des Inuits par des musiciens d’ici.

On aurait pu imaginer une rencontre entre Philippe Le Goff et les Residents d’Eskimo.

On aurait pu imaginer une rencontre entre Philippe Le Goff et les Residents d’Eskimo.

Blogue