La boutique électroacoustique

Poupées mathématiques Le programme en détail

Poupées mathématiques

Dominique Bassal

  • Année de composition: 2013
  • Durée: 12:23
  • Instrumentation: support 7.1 pistes

Stéréo

  • 48 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • 96 kHz, 24 bits

Surround 7.1

  • 96 kHz, 24 bits

Nous sommes surveillés, nous savons par qui et pour qui. L’affaire, montée par des êtres dénués d’âme, met à contribution des satellites, des caméras, des programmes informatiques et des drones. Impliquant ces derniers, un développement — potentiel — particulièrement grotesque, est ici mis en scène. Parmi les objets destinés à l’espionnage des enfants, il y aura bien sûr les poupées, chargées de détecter au berceau les futures déviantes, terroristes et autres fortes têtes. Voici rassemblées quelques dizaines de ces roses surveillantes, pour une séance de formation au cours de laquelle leur est inculquée, à travers un vocabulaire fait de chiffres, la mystique de la patrouille. Mais à l’euphorie des convictions transparentes succèdent bientôt les lourdeurs et les contradictions du programme, les trous béants à l’éthique — sans arrêt invoquée, jamais satisfaite. Les poupées sombrent dans la dépression, puis dans le délire paranoïaque. Il n’y a pas de terme à cette histoire, peut-être parce que c’est à nous qu’il appartient d’en mettre un…

[viii-14]


Poupées mathématiques a été réalisée en 7.1 en 2013 au studio du compositeur à Montréal et a été créée le 5 décembre 2013 lors du concert Électrochoc 3 dans la Salle multimédia du Conservatoire de musique de Montréal (Québec).


Création

  • 5 décembre 2013, Électrochoc 2013-14: Électrochoc 3: Dominique Bassal, Studio multimédia — Conservatoire, Montréal (Québec)

Choraal: frontière Nord

Dominique Bassal

  • Année de composition: 2012
  • Durée: 9:28
  • Instrumentation: support 7.1 pistes

Stéréo

  • 48 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • 96 kHz, 24 bits

Surround 7.1

  • 96 kHz, 24 bits

Retour au 2e siècle, survol en rase-mottes des «limes» germaniques de l’Empire Romain, partant de la Mer du Nord et finissant au-dessus du Danube. L’entité invisible — mais pas impalpable — qui effectue ce voyage n’est pas ici le centre d’attention, bien qu’à l’occasion certaines de ses pirouettes aériennes viennent accaparer le devant de la scène: ce sont les lieux qu’elle visite, les rituels étranges, complexes et oubliés dont elle est témoin qui constituent l’essentiel du propos. D’abord, des chœurs, virginaux, statiques mais hystériques, contrôlés en sous-main par une caste de druides usant de leur respiration comme d’un pouvoir infiltrant. Puis, c’est un petit groupe de musiciens qui passe, lentement, répétant en canon une mélopée annonciatrice de pertes infinies. Maintenant, un autre cortège, encore plus sévère, beaucoup plus nombreux, et dont les forts appels de klaxons cuivrés demeurent opaques, incompréhensibles. La situation devient confuse: des emballements soudains, des tensions insupportables, des retours de masses talonnées par des forces hilares, précipitées du haut de falaises soudainement apparues. Et brusquement le voyage s’achève: l’entité passe, en douceur, à travers une sorte de nuage fait de propreté clinique et d’hébétude, dans lequel elle se dissout…

[iii-14]


Choraal: frontière Nord a été réalisée en 7.1 en 2012 au studio du compositeur à Montréal et a été créée le 5 décembre 2013 lors du concert Électrochoc 3 dans la Salle multimédia du Conservatoire de musique de Montréal (Québec).


Création

  • 5 décembre 2013, Électrochoc 2013-14: Électrochoc 3: Dominique Bassal, Studio multimédia — Conservatoire, Montréal (Québec)

La main visible

Dominique Bassal

  • Année de composition: 2014
  • Durée: 17:48
  • Instrumentation: support 7.1 pistes

Stéréo

  • 48 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • 96 kHz, 24 bits

Surround 7.1

  • 96 kHz, 24 bits

La main, celle dont l’ombre, infiniment vulgaire, trahit toujours la présence, d’autant plus visible qu’elle se croit ineffable. Derrière et au-dessus, des êtres tellement pétrifiés de richesse qu’ils ont choisi, ce soir encore, de jouer à «jazz rebelle». Descendent de leurs palais-nuages pour observer finement, en Burroughs tantriques, comment vivotent les ethniques épaves, les névroses prostituées, les anorexiques junkies et autres humaines décrépitudes dont les ancêtres étaient cette curieuse «classe moyenne» des autres siècles. Une longue nuit de délires dédaigneux: les êtres, les corps sacrifiés ne comptent pas. Et au matin, la main, équanime, réinsère chacun à sa place: ostéopathie, liposculpture, méditation et recentrage mental pour les esthètes gestionnaires; petits quartiers de vie bouchée, boudeuse, rongeante et nauséeuse pour les autres.

[iii-14]


La main visible a été réalisée en 7.1 en 2014 au studio du compositeur à Montréal.

Babylone, les regrets

Dominique Bassal

  • Année de composition: 2013
  • Durée: 8:25
  • Instrumentation: support 7.1 pistes

Stéréo

  • 48 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • 96 kHz, 24 bits

Surround 7.1

  • 96 kHz, 24 bits

Deux histoires semblables, parallèles, séparées par plus de 2500 ans: sous le règne de Nabuchodonosor II, un couple d’esclaves perd — ou se fait enlever — son enfant. Les parents, désespérés, isolés, cherchent dans toute la ville, probablement en vain. Les autorités ne leur accordent aucun soutien: ils sont des moins que rien. Le drame se reproduit une centaine de kilomètres plus au sud, à Bagdad, dévastée par les bombes américaines et livrée à l’anarchie. On n’a pas d’idée plus précise de ces deux tragédies, on en ignore les détails. Ce qui est donné ici à entendre, ce sont leurs points communs: la morbidité des classes dirigeantes, les souffrances qu’elle cause. Toutes deux intemporelles, et insondables.

[iii-14]


Babylone, les regrets a été réalisée en 7.1 en 2013 au studio du compositeur à Montréal et a été créée le 5 décembre 2013 lors du concert Électrochoc 3 dans la Salle multimédia du Conservatoire de musique de Montréal (Québec).


Création

  • 5 décembre 2013, Électrochoc 2013-14: Électrochoc 3: Dominique Bassal, Studio multimédia — Conservatoire, Montréal (Québec)

Conséquences des gaz à effet de serre

Dominique Bassal

  • Année de composition: 2012
  • Durée: 13:37
  • Instrumentation: support 7.1 pistes

Stéréo

  • 48 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • 96 kHz, 24 bits

Surround 7.1

  • 96 kHz, 24 bits

À propos de ces conséquences, tout a été dit, mais rien ne semble vouloir être fait. J’y vais donc avec mes moyens: une illustration musicale, une fable prophétisante qui réussira peut-être à parler — idéalement, à inspirer une saine terreur — à certains de ceux qui se sont emparés du pouvoir et qui n’en font qu’à leur guise. Au dessus d’eux et de nous, les masses de gaz enflent, se déplacent et s’insinuent, préparant la catastrophe, masquées derrière cette «complexité» à laquelle nous sommes censés ne rien comprendre. Les poches nuageuses s’accumulent, de plus en plus menaçantes, contrastant avec la pusillanimité des actions palliatives. Et soudain, les énormes vagues déferlent, les unes après les autres. En peu de temps, tout est laminé. Des groupes de survivants émergent du ravage, et tentent faiblement de rebâtir des bribes de civilisation. Une culture musicale métissée réapparaît, mais plus rien ne semble avoir de cohésion: c’est que les fantômes de la catastrophe hantent encore la planète, imbibant l’atmosphère d’une tristesse indélébile. Les gens font d’horribles cauchemars, souvent collectifs. La fin de la pièce n’est qu’un petit, vraiment tout petit… point d’interrogation.

[iii-14]


Conséquences des gaz à effet de serre a été réalisée en 7.1 en 2012 au studio du compositeur à Montréal et a été créée le 25 octobre 2012 lors du concert Elektramusic au Musée d’art moderne et contemporain (Strasbourg, France).


Création

  • 25 octobre 2012, Elektramusic, Musée d’art moderne et contemporain, Strasbourg (Bas-Rhin, France)

Broto et sa z’complice

Dominique Bassal

  • Année de composition: 2013
  • Durée: 12:40
  • Instrumentation: support 7.1 pistes

Stéréo

  • 48 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • 96 kHz, 24 bits

Surround 7.1

  • 96 kHz, 24 bits

On a parfois imaginé que les extraterrestres nous envoyaient en ambassade des êtres bienveillants, naturellement déterminés à nous sortir de notre marasme. Parfois encore, ce sont des cohortes de sombres brutes, dont les ordres sont de tous nous réduire en asservissement. Nonobstant, on a toujours concédé à ces envoyés une intelligence supérieure. Les deux agents secrets intergalactiques mis en scène ici sont de parfaits cons. Que font-ils sur Terre? Ils récoltent des renseignements absurdes, d’insignifiants bouts de mélodie, rassemblent des breloques qu’ils attachent en collier à leurs bottes, puis vont se promener, ainsi harnachés, dans des lieux improbables: des granges, des salles de jeu. Là, au milieu de conversations hors sujet, ils tombent inexplicablement en transe, ou alors endormis. Une fable pas si «gaïacentriste» qu’il n’y paraît: au fond, la bonne nouvelle, c’est de savoir que nous ne sommes pas la seule race du cosmos dont les forces de sécurité sont constituées de gens à l’esprit lourd…

[iii-14]


Broto et sa z’complice a été réalisée en 7.1 en 2013 au studio du compositeur à Montréal et a été créée le 5 décembre 2013 lors du concert Électrochoc 3 dans la Salle multimédia du Conservatoire de musique de Montréal (Québec).


Création

  • 5 décembre 2013, Électrochoc 2013-14: Électrochoc 3: Dominique Bassal, Studio multimédia — Conservatoire, Montréal (Québec)